Je Scellerais Les Cieux – Chapitre 148

Après que tout le monde soit entré par la porte noire, le visage massif commença à se déformer. Trois silhouettes brumeuses sortirent du visage et reprirent l’apparence de vieux Cultivateurs. Ils ressemblaient à des morts vivants.

Ni une ni deux, ils se dirigèrent vers la statue tout en semblant se corroder. D’énormes quantités d’aura noire émanaient de leur corps.

«Que s’est-il passé?» Dit le visage. «Eh bien. Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas entrer sans cet élément!» Il resta perplexe un moment, puis ses yeux devinrent clairs et il se mit à hurler.

Il ne restait plus que onze personnes devant la fissure. En plus du Patriarche Violet et de la belle femme, il y avait neuf cultivateurs de la Formation du Noyau, assis yeux fermés et jambes croisées, ignorant complètement les hurlements du visage. Ils effectuaient des gestes incantatoires lorsqu’un fruit de Ginseng apparut devant eux.

Le fruit était brillant et translucide, et son intérieur bouillonnait comme s’il contenait la puissance céleste. Conséquemment, il se déforma pour laisser pousser une tête et quatre membres.

Le Patriarche et la femme se tenaient de côté, le regard fixé sur le fruit spirituel.

«J’y suis entrée une fois», dit la femme. «Mais après une trentaine de respirations, la force d’expulsion est devenue très intense. Même avec mon Sens Divin, j’ai été incapable de localiser l’élément. J’espère seulement que la Tour des Cent Esprits soit efficace. Si nous parvenons à la compléter.»

Le Patriarche Violet resta silencieux un moment avant de répondre. «J’ai personnellement préparé ce Ginseng Spirituel. Grâce à lui, nous pouvons rester à l’intérieur pendant le temps qu’il faut à un bâton d’encens pour se consumer. Tout est prêt. Mais si nous ne parvenons pas à réussir cette fois, alors comme convenu avec le Chef de la Secte et les Patriarches, nous ouvrirons la Terre Sainte au public. Nous emprunterons toute la puissance du Domaine du Sud pour raffiner l’objet des légendes. Après tout, pour des Cultivateurs comme nous, cet objet est le seul espoir que nous ayons, avec la Caverne de Renaissance!»

«Si nous arrivons à ce stade, nous serons forcés de le partager avec les autres puissances. Même si la Secte se charge de le raffiner, nous en obtiendrons un peu plus de 1/9.» Dit la femme.

«Oui. Même si nous devons sacrifier certains de nos disciples, nous ne devons pas échouer!» Une couleur violet foncé apparut sur sa marque de naissance, donnant à son visage un aspect très féroce.

Le monde tournait, ce qui rendait impossible de déterminer la direction à prendre. Tout était obscur. Il ne fallut pas longtemps, cependant, pour que les éclaircies ne reviennent et que le ciel retrouve sa couleur bleu.

La verdure était partout, couvrant les collines qui s’élevaient et se répandaient au loin. Une grande rivière, dont on entendait le gargouillis de l’eau, serpentait à travers elles.

C’était la vision qu’eut Meng Hao à son arrivée. Personne d’autre n’était visible aux alentours.

«Cet endroit est assez grand….» Dit-il en regardant le ciel. Le soleil commençait à se coucher et le remplissait d’une belle couleur rouge. En fait, en prêtant plus attention, Meng Hao put apercevoir les contours d’une lune à peine visible.

«Le lieu de rencontre de notre groupe Classique du Temps est l’endroit où le reflet du soleil et de la lune se croisent.» Les yeux de Meng Hao brillaient alors qu’il avançait, se transformant en un faisceau de lumière prismatique.

«Et puis il y a cette supposée Tour des Cent Esprits. De quoi s’agit-il?» Meng Hao ressentit un malaise dans son cœur. Alors qu’il progressait, la première chose qu’il fit fut de récupérer le porte-bonheur dans sa sacoche. Sondant avec son Sens Spirituel, il reprit plus d’assurance. Il appréciait de plus en plus son porte-bonheur.

«Pas étonnant que le Patriarche Reliance ait ce porte-bonheur dans sa collection. Il peut même nous téléporter hors de cet endroit.» Il rangea le porte-bonheur, qu’il considérait comme un trésor vital.

«Sœur Aînée Xu était juste derrière moi, mais qui sait où sont apparus les gens de la Secte? Sont-ils apparus ensemble ou ont-ils été envoyés aléatoirement? Probablement cette deuxième solution. Dans tous les cas, je dois la trouver au plus vite.» Une lueur féroce brilla dans ses yeux alors qu’il se remémorait le rire froid de la femme coquette se tenant près de la Sœur Xu, et son visage pâle.

Tandis qu’il pensait à elle, il sortit la fiche de jade distribuée par la Secte. L’imprégnant de Sens Spirituel, il vit une liste de noms. Il parcourut la liste, retira son Sens Spirituel, puis écrasa la fiche. Il se mit ensuite en route pour rechercher Xu.

Le temps passa. Le ciel s’assombrit et la lune se leva. Tout était nimbé de noir. Meng Hao se tenait sur une petite colline, regardant les ruines antiques d’une cité pas trop éloignée de lui. Il les trouvait très vieilles, mais imaginait également à quel point cette cité avait pu être animée en son temps.

Les ruines, à moitié consommées par la terre, laissaient encore apparaître quelques structures. En cette nuit de lune, le vent soufflait à travers les vestiges, révélant des sons étranges. On aurait dit d’innombrables personnes murmurant doucement. Meng Hao ne discernait aucuns mots, mais toutes les voix combinées ensemble créaient un sentiment très bizarre.

Devant les ruines se trouvait une stèle en pierre fissurée, dont les caractères gravés avaient pratiquement disparus!

Il la regarda, puis, lorsqu’il fut sur le point de se retourner, son expression changea. Des nuages sombres passèrent, et soudain le clair de lune se répandit. Meng Hao aperçut quelque chose dans l’une des fissures de la stèle. Il y avait à l’intérieur une brindille dorée semblable à une vigne. Elle semblait se tortiller, et était couverte de feuilles dissimulant de minuscules morceaux de fruits de la taille d’un pouce.

Il reconnut ce fruit affiché dans la liste de la fiche en jade qu’il avait écrasé. Il s’agissait de l’un des articles que la Secte voulait. Le Fruit de Pierre de Lune.

Avec une expression calme, Meng Hao ne fit rien. Il s’assit simplement en tailleur sur la colline, les yeux rivés sur la vigne.

Peu de temps passa avant qu’une silhouette ne sorte de la forêt voisine. C’était un homme d’âge moyen dont la base de Cultivation se situait au début de l’Établissement des Fondations. Celui-ci fonça droit sur la stèle et arriva devant elle en un clin d’œil. Il tendit la main pour attraper un fruit, mais au moment où il voulut le toucher, une lumière froide jaillit.

Le Cultivateur recula, choqué, alors que la lumière se transforma en rayons agressifs.

Des crépitements retentirent, et l’homme toussa du sang. Etonné, il tenta de se défendre. Toutefois, avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit, son corps se mit à trembler et sa tête s’en détacha. En même temps, les vignes dorées dans les fissures de la stèle, s’étendirent, entourant son corps. L’une des vignes poignarda la chair sanglante. Elle semblait avaler quelque chose. Conséquemment, en l’espace de quelques respirations, le corps du Cultivateur se contracta et se flétrit.

Meng Hao fut témoin de la scène, mais il resta assit tranquillement, une lueur brillante émanant de ses yeux. «Que consomment les vignes?» Pensa-t-il.

Alors même qu’il s’interrogeait, la stèle ondula et se déforma, pour laissait apparaître un jeune homme au visage sombre, vêtu d’une tunique violette. Il était au niveau intermédiaire dernier palier de l’Établissement des Fondations. De larges vignes de rotin enveloppaient ses bras, à l’instar de tentacules.

Meng Hao l’avait déjà vu. Il était l’un des disciples de la Secte de son groupe. Il avait été parmi les Élus sur le disque violet du Feng Shui.

Le jeune homme ignora le cadavre et concentra son attention sur Meng Hao.

Meng Hao le fixait également. Il n’y avait que quelques centaines de mètres qui les séparaient. Ils se regardèrent durant quelques respirations. Puis, le jeune homme s’élança en avant et bondit dans les airs, se transformant en un faisceau prismatique filant droit vers Meng Hao.

Pendant ce temps, non loin de là, Xu Qing fuyait, le visage blanc comme un linge. La brume colorée sous ses pieds tendait à se dissiper. Derrière elle se trouvait le Frère Aîné Zhao de la Secte, tout sourire, accompagné de la femme coquette, surnommée Xue.

«Jeune Sœur Xu, tu as pu t’enfuir la dernière fois parce que tu as eu de la chance» dit-il. Il était plutôt beau, ce jeune homme nommé Zhao. «Cette fois, cependant, j’ai payé Frère Aîné Xie, pour qu’il émette un ordre secret afin que je sois prévenu si un disciple t’apercevait. Regarde, nous ne sommes là que depuis quelques heures et je t’ai déjà trouvé. » Il rit, et le son de sa voix résonna dans les oreilles de Xu Qing, la rendant encore plus apeurée.

Elle serra les dents, ne dit rien, et filait le plus vite possible. Néanmoins, peu importait sa vitesse. Zhao était un Cultivateur de l’Établissement des Fondations, et elle ne pouvait vraiment rien faire pour le distancer.

«Jeune Sœur Xu, tu as de la chance que Frère Aîné Zhao t’aime. Quand ça m’est arrivé, cela ne m’a pas plu non plus, mais tout va bien maintenant. Il suffit de céder, et tout ira bien.» Pendant ce temps Zhao caressait son corps.

«Je ne veux pas te rendre la tâche difficile» Dit Zhao, son excitation s’intensifiant. «Je veux juste coucher avec toi. J’ai une Pilule d’Établissement des Fondations que je peux t’offrir en échange. C’est un bon deal, mais tu continues à me faire tourner en rond. Tu ne peux pas me reprocher de te prendre par la force.» Il leva un doigt de sa main droite.

Le doigt envoya une brise légère qui souleva la tunique de Xu Qing, révélant un peu de peau. Xu Qing trembla un tantinet et du sang suinta des coins de sa bouche. Pourtant, elle serra simplement la mâchoire et continua de fuir.

Zhao se contenta de rire. Les yeux brûlants alors qu’il levait à nouveau la main.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *