Je Scellerais Les Cieux – Chapitre 158

Han Bei prit une profonde inspiration, et une lueur d’excitation traversa son regard. Elle leva la main droite et un ancien morceau de jade vert foncé en forme de croissant apparut. Ce n’était pas un objet qu’une personne lambda pouvait avoir, mais plutôt un trésor qui avait dû être enterré profondément dans une tombe antique, sans jamais voir la lumière du jour. Sa couleur semblait résulter de l’absorption d’une trop grande aura de mort.

Le croissant de jade s’envola et émis une lueur qui couvrit toute la zone. Celle-ci se mit à onduler, s’élança vers la fissure à la surface du chaudron massif et y entra.

«C’est ici que se trouvent les deux derniers volumes du Classique du Temps!» dit Han Bei qui se précipita, suivie par les autres.

Les six faisceaux de lumières clignotantes, à mesure qu’ils approchaient du chaudron, ils ressentirent une énorme pression qui ne cessait de croître.

Bientôt, ils se retrouvèrent devant une fissure gigantesque, qui ressemblait à un énorme canyon à la surface du chaudron. Ils s’arrêtèrent. A l’intérieur flottait un brouillard, léger, mais qui englobait toute chose. Tout était sombre.

S’approchant de la fissure, Xie Jie tapa sa sacoche spirituelle. Une lumière verte apparut qui se solidifia en une bête verte à fourrure. Tel un éclair brillant, celle-ci fila droit vers la fissure mais au moment où elle touchait la brume, la créature laissa échapper un cri misérable et fut déchirée en morceaux.

Ils allaient devoir se montrer prudents.

«Seul quelqu’un doté d’un Sens Spirituel incroyable peut lever la brume et réparer cette fissure,» dit Han Bei. «Nous pourrons alors entrer.» Elle regarda à nouveau le ciel comme si elle calculait quelque chose, puis tourna son regard vers Meng Hao, aussitôt imitée par Xu Youdao.

La bataille de Meng Hao avec Li et le pouvoir intense de son Sens Spirituel avaient laissé une profonde impression sur cet ‘homme.

«Camarade Daoïste Han, vous plaisantez,» dit Meng Hao, agacé. «Ce chaudron est là depuis des millénaires. Son aura est au-delà de l’ordinaire. Je ne pense même pas pouvoir toucher cette fissure.»

«Camarade Daoïste Meng, tu ne comprends pas,» dit-elle précipitamment. «Je sais très bien que ce chaudron n’est pas quelque chose que les gens avec des bases de Cultivation comme les nôtres peuvent toucher. J’ai un trésor familial qui peut faire face à la brume. Cependant, il doit être guidé par le Sens Spirituel pour réparer la fissure.» Tandis qu’elle parlait, elle tapa sa sacoche spirituelle et produisit un petit éventail de la taille d’une paume. Il n’y avait que trois plumes, chacune couverte de symboles magiques.

«Une seule personne peut utiliser le trésor et votre Sens Spirituel est le plus puissant de notre groupe. Je compte vraiment sur votre aide. Une fois que nous serons entrés, vous n’aurez plus rien à faire. Cet objet est un éventail. Quand son esprit est poussé avec le Sens Spirituel, il libère un pouvoir qui dépasse de loin nos bases de Cultivation. C’est un trésor que le Clan Han a spécialement forgé pour faire face à cette fissure.»

Meng Hao regarda calmement l’éventail pendant un moment, puis leva la main. L’éventail vola vers lui. Il l’examina un moment mais ne le toucha pas.

Enfin, il hocha légèrement la tête.

Voyant qu’il acceptait, Han Bei laissa échapper un soupir de soulagement et s’éloigna de Meng Hao afin d’éviter tout malentendu.

Son visage était vide alors qu’il lâchait son Sens Spirituel. Les autres se concentrèrent, pour comparer l’immense pouvoir spirituel émis avec les leurs. Tous devinrent encore plus méfiants.

Meng Hao envoya son Sens Spirituel dans l’éventail pour l’examiner. Effectivement, il était marqué, ce qui le reliait à Han Bei. Il leva la tête pour regarder la fissure dans l’énorme chaudron.

Un moment plus tard, il déplaça sa main vers l’avant et soudain, l’éventail prit feu. Les trois plumes commencèrent à se tortiller bizarrement. Un tourbillon jaillit autour de Meng Hao.

Alors que sa main avançait, le tourbillon s’élança vers la brume et la percuta avec un bruit retentissant. La brume se mit immédiatement à bouillonner. Au début, on aurait dit que tous deux allaient s’anéantir mutuellement. Cependant, le tourbillon n’était pas assez fort et commença à s’estomper.

«La fissure peut être guérie, mais le trésor draine énormément mon sens spirituel.»

Meng Hao regarda la brume se restaurer, comme si elle renaissait. Il réfléchit un moment, puis leva sa main droite et libéra encore plus de Sens Spirituel, ce qui fit monter davantage les flammes de l’éventail qui étaient à présent de deux couleurs!

Les pupilles des spectateurs se resserrèrent alors qu’elles ressentaient le pouvoir du Sens Spirituel de Meng Hao, qui semblait deux fois plus puissant que le leur. Cela les stupéfia,en particulier Han Bei, dont les yeux, remplis de peur, étaient rivés sur lui.

C’était comme si l’éventail aspirait le Sens Spirituel de Meng Hao à une vitesse incroyable. Il procédait avec prudence : si des signes semblaient indiquer qu’il perdait le contrôle, il romprait instantanément toute connexion avec le trésor.

Le tourbillon réapparu, encore plus puissant que la fois précédente. En un instant, il fut presque impossible de distinguer la silhouette de Meng Hao à travers ses vents hurlants. Les spectateurs pouvaient à peine voir sa main bouger.

La première plume de l’éventail fut instantanément réduite en cendres et la seconde commença à se désagréger. Le vent devint plus fort, rugissant de puissance. Il se heurta à la brume et aussitôt, la troisième plume de l’éventail disparut sous forme de cendres enflammées.

L’éventail entier tomba en morceaux ce qui agaça Han Bei. Puis son regard se durcit; l’instant était décisif.

Boom!

Une énorme explosion se fit entendre alors que l’immense tourbillon entrait en collision avec le brouillard. Ils se détruisirent mutuellement et soudain, un trou apparut dans la brume.

En même temps, une froide aura surgit de l’intérieur du chaudron, traversa le brouillard et souffla à travers le groupe de Cultivateurs.

C’était comme si une porte fermée depuis des siècles venait de s’ouvrir. Une aura scellée depuis d’innombrables années éclata, dépassant Meng Hao et les autres. Soudain, issus de la froideur du temps, des souvenirs balayèrent le groupe et des images très anciennes surgirent dans leurs têtes.

Dans la vision se trouvait un énorme chaudron de bronze qui flottait au-dessus de la terre, sous un ciel rouge. Des éclairs étonnants s’abattaient sur lui, le frappant constamment comme s’ils voulaient le détruire.

Cependant, le chaudron résista et s’éleva au milieu du rugissement de la foudre. Là-haut, dans le ciel rouge, un vortex apparut, au-delà duquel on pouvait vaguement distinguer l’image d’un autre monde que le chaudron, défiant les Cieux, voulait atteindre.

Au-dessous, sur le sol, des centaines de milliers de silhouettes se prosternaient jusqu’à terre tout en psalmodiant les Écritures. Les sons de leurs voix fusionnèrent et résonnèrent. Ce son rappela à Meng Hao les disciples de la Secte du Tamis Noir assis en tailleur en train de chanter; Même s’il ne pouvait comprendre ce qu’ils psalmodiaient, le chant semblait similaire.

Soudain, une voix résonna du chaudron. «Ton rêve était de remplacer le ciel étoilé, pour couvrir le monde avec le dôme du ciel. Tu as même détruit l’Arbre Tonnerre qui ne s’était pas soumis à ta volonté. Même si mon maître dort sache qu’il ne cohabitera pas sous le même ciel que Ji » La foudre tombait constamment des Cieux, cherchant à oblitérer le chaudron. Ils échangèrent un regard secoué.

Meng Hao, qui était le plus proche, fut le premier à rencontrer le souffle du vent du Temps. Sa vision dura un peu plus longtemps que celle des autres.

Il vit l’énorme chaudron de bronze continuer à s’élever. La foudre qui tombait du ciel rouge commença à fusionner et une innombrable quantité d’éclairs s’assemblèrent pour former une lance gigantesque. On aurait dit une dent entourée d’éclairs qui fonçait vers le chaudron.

Il y eut un bruit retentissant et le chaudron de bronze se mit à trembler. Une énorme fissure apparut et il chuta violemment sur le sol. Une autre voix retentit alors, comme un soupir:

«Puisque vous ne voulez pas me laisser partir avec ce chaudron,… Je vais me reposer ici et attendre le jour de votre chute.»

Puis la vision disparut aux yeux de Meng Hao. Il prit une profonde inspiration et leva la tête vers le chaudron. Le brouillard disparaissait.

Une expression anxieuse apparut sur le visage de Han Bei. Sans hésiter, elle se précipita vers la fissure. Sans un mot, le reste du groupe suivit, les yeux scintillants.

Ils se dirigeaient à toute vitesse vers la fissure. Dès que Meng Hao eut pénétré dans le chaudron, il sentit le miroir de cuivre chauffé dans son sac de Cosmos.

Ce n’était pas le moment de l’examiner, car l’intérieur du chaudron était un monde de foudre et de tonnerre, un espace de plusieurs dizaines de milliers de mètres rempli d’éclairs, presque comme une rivière, qui généraient une lumière aussi aveuglante que la celle du soleil.

Cependant, le groupe n’eut pas le temps d’observer le monde du chaudron. Un cri à glacer le sang s’éleva.

Au moment même où Li, qui était la dernière, entrait dans le chaudron, un éclair foudroyant la frappa. Elle poussa un cri et fut réduite en cendres. Il ne restait plus rien de sa sacoche spirituelle.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *