J’étais Une Épée Quand Je Me Suis Réincarné – Chapitre 122

Rhodas avait hésité avant de prendre une décision, mais tout a immédiatement basculé en une série d’actions rapides et décisives dès l’instant où il a fait sa décision. C’est-à-dire qu’il a réussi à sortir ses troupes dans l’heure.

Une partie de sa rapidité était due à l’absence de préparation majeure. Il n’a pas pris la peine de livrer une adresse. Il a simplement dit aux gardes qu’ils arrêtaient Waint et Bluke, et c’était tout.

Et bien sûr, nous avons dû les rejoindre pour pouvoir leur montrer l’emplacement du manoir.

« Urushi, peux-tu dire si le deuxième fils du seigneur est réellement là ou pas en ce moment ? »

(Woaf !) (Urushi)

« D’accord, bien. »

Cela aurait été très pénible de ne pas retrouver le deuxième fils du Seigneur, même après avoir fait tout ce qui était en notre pouvoir pour obtenir ce qui était en réalité un mandat d’arrêt contre son arrestation.

Le seigneur avait ses troupes en attente dès qu’ils sont entrés à portée de vue de notre cible. Il s’est avéré qu’il hésitait toujours, ce qui, honnêtement, était plutôt juste. Il n’avait aucune preuve réelle, la seule chose qu’il devait croire, c’était la déclaration d’une fille suspecte. Il ne savait pas exactement à qui appartenait le manoir et, par conséquent, pourrait éventuellement être tenu pour responsable des dommages causés, en particulier étant donné qu’il était sur le point de faire en sorte que les gardes de la ville l’assaillent.

En d’autres termes, c’était à nous de prendre l’initiative.

« Fran. »

« Nn. » (Fran)

« Q-Qu’est-ce que !? Revenez ici ! » (Rhodas)

Fran se précipita devant en ignorant les protestations de Rhodas. Notre cible était le portier. Nous ne voulions pas finir par avoir à nous disputer avec lui, et nous avons pensé que le faire parler contribuerait probablement à convaincre le Seigneur que nous avions raison.

« Huh ? »

J’ai analysé l’homme et vu qu’il était non seulement un criminel, mais aussi une victime car il avait le statut Coeur Pervertie. Ce n’est qu’après avoir confirmé tout cela, que Fran le fit taire en lui donnant un coup de poing au visage.

Nous l’avons ensuite ligoté et bâillonné avant de le guérir et de le réveiller.

« Mrrggphh ! » (Portier)

« Silence. » (Fran)

« Mrrggphh ! » (Portier)

Plus précisément, Fran l’avait réveillé en le frappant assez fort pour lui plier la colonne vertébrale en quelque chose qui ressemblait à un symbole en forme de <. Elle a ensuite répété le processus jusqu’à ce qu’il cesse enfin de résister.

Ce n’est qu’après cela que Rhodas s’est finalement approché, accompagné de plusieurs aides.

« E-Eh qu’est-ce que vous faites en ce moment ? » (Rhodas)

« Nn ? Interrogatoire. » (Fran)

« Cela ne m’est apparu que comme une simple torture… À part cela, de qui s’agit-il exactement ? » (Rhodas)

« Pas de détails. Certains ennemis. » (Fran)

« Et possédez-vous les preuves pour appuyer de cette affirmation ? » (Rhodas)

« Peut dire en un coup d’oeil. » (Fran)

« Ce qui veut dire que vous n’en avez absolument aucune ? » (Rhodas)

Rhodas planta son visage dans ses paumes alors qu’il secouait la tête. Il n’avait pas la capacité d’utiliser l’Alayse, alors il n’avait évidemment aucune idée que cet homme était vraiment l’un de nos ennemis. Ainsi, il envisageait probablement ce qu’il allait faire à propos de toute cette situation.

« Je vais poser des questions maintenant. Répondre honnêtement donne aucune douleur. Mensonges amène la mort. » (Fran)

En entendant les mots de Fran, le portier acquiesça de la tête aussi vite que possible, le visage aussi pâle que possible. Il a fini par rester assis, à nous regarder doucement après que nous ayons enlevé son bâillon.

« Ce manoir. Qui est le propriétaire ? » (Fran)

« Le lieu appartient à La Compagnie Eathra. Je-je ne suis qu’un humble gardien, alors c’est tout ce que je sais ! » (Portier)

Hmmm, il n’avait pas l’air de mentir.

« La Compagnie Eathra ? » (Fran)

Dannan, l’un des plus anciens conseillers de Rhodas, nous a donné quelques détails après avoir aperçu Fran répéter le nom inconnu sous son souffle. Dannan était en fait assez impressionnant. Il assuma toutes les fonctions de chambellan-esque tout en gérant les affaires intérieures du seigneur. De plus, il était même à peu près aussi fort qu’un aventurier de Rang D. Le vieil homme était sérieusement juste un énorme rassemblement de talent.

« La Compagnie Eathra est une filiale de la société Tormayo de Sir Bluke. Il s’agit d’une entreprise plutôt gourmande et largement détestée. » (Dannan)

La société Tormayo était en réalité une entreprise relativement expansive. Elle s’est principalement concentrée sur la vente de produits de luxe à des nobles, que Bluke introduirait personnellement dans le magasin. Il avait tellement de richesse et d’influence que même le Seigneur lui-même n’a pas vraiment pu faire grand-chose, du moins pas ouvertement.

La Compagnie Eathra a été appuyée par la société Tormayo au fil du temps, ce qui lui a permis d’éviter pratiquement toutes les inspections et audits.

« Je me souviens que Sir Bluke a déclaré qu’il connaissait peu les filiales de Tormayo puisqu’il avait laissé la gestion de ses affaires à l’un de ses membres …… » (Dannan)

Ouaaiiis, mais non. C’était évidemment un mensonge.

« Homme nommé Bluke ici ? » (Fran)

« Oh, vous parlez du directeur d’Eathra ? Si oui, alors il est définitivement là. Je le vois tout le temps, alors je peux affirmer qu’il est rentré à l’intérieur il y a quelques heures auparavant. » (Portier)

« Dernière question. Tu fais beaucoup de mauvaises choses ? » (Fran)

« Euh, eh bien, je… » (Portier)

« Hmm .. » (Portier)

Un bruit de craquement retentit dans la nuit alors que Fran donna un coup de pied dans l’homme dans le dos assez fort pour que des larmes coulent de ses yeux.

« Je-je suis désolé, je suis désolé! Je vais répondre à votre question, alors s’il vous plaît, arrêtez ça ! » (Portier)

« Alors répond. Je n’aurais pas dû hésiter au début. » (Fran)

« J’ai fait beaucoup de mauvaises choses. J’ai kidnappé des femmes et les ai ramenées. Je me suis même rendu coupable d’incendie criminel lorsque l’entreprise a été confrontée à la concurrence. » (Portier)

La Compagnie Eathra a été conçue pour faire tout le sale boulot de la société Tormayo. Lsa société constituait essentiellement le côté obscur de la société, mais leur position était telle qu’ils pouvaient être facilement éliminés si leurs crimes étaient révélés. Dans des conditions normales, Bluke aurait probablement laissé leurs activités dans l’ombre .

« Et Bluke est-il au courant de tout ce qui se passe ? » (Rhodas)

« Je dirais que c’est une conclusion raisonnable, compte tenu de tous les facteurs mentionnés. » (Dannan)

La réponse de Dannan à la question du Seigneur lui causa beaucoup de chagrin.

« Je ne peux pas y croire… Pour Bluke, pour que mon propre fils soit impliqué dans ce secteur d’activité… » (Rhodas)

Rhodas semblait être quelqu’un qui a une confiance aveugle. Ou plutôt, le type qui fait confiance aux membres de sa famille sans condition.

« Les gens qui croisent Bluke ont des ennuis. J’ai entendu dire qu’il en avait tué quelques-uns et en avait vendu quelques-uns d’entre eux au marché d’esclaves illégal. » (Portier)

« C-Cesse de proférer des mensonges immédiatement… Bluke n’aurait jamais… » (Rhodas)

Rhodas continua à protester, mais il semblait avoir commencé à douter des actes de son fils. Son ton n’avait pas sa force habituelle.

« Je l’ai privé de son droit d’accès au trône en raison de la manière intolérable avec laquelle il regarde le peuple, et je m’attendais à ce qu’il se repente pour ses méfaits par la suite… » (Rhodas)

« Il semble que le priver de son droit au trône l’ait plutôt poussé à se mettre en colère. » (Dannan)

« Ça ne peut pas être… Bluke… » (Rhodas)

Attends, est-ce que Dannan a juste considéré tout ça, comme une crise de colère ? Je suis à peu près sûr que cela compte pour un peu plus que cela. Ils se rendent compte qu’il essaie de tuer son grand frère et d’usurper sa position, non ?

« Très bien. Je vais parler à Bluke moi-même. Le témoignage auquel je viens d’assister suffit comme preuve suffit pour justifier cette action. Gardes, je vous ordonne, emmenez tous ceux qui résistent en détention, et si vous rencontrez un problème avec Bluke… Arrêtez-le. » (Rhodas)

« Comme vous le souhaitez, mon Seigneur ! » (Gardes)

Nous avons utilisé la clé du portier pour entrer dans les locaux de l’immeuble.

Nous avons divisé le groupe de soixante personnes en deux. Une trentaine de soldats ont encerclé le bâtiment, tandis que les autres se sont infiltrés et ont effectué un raid.

Bluke avait un groupe de ses hommes stationnés dans le manoir, mais ils étaient incapables de tenir tête aux gardes de la ville. Ils ont donc été arrêtés et détenus l’un après l’autre. Résister ne leur a apporté aucun bien.

Leur analyse a permis de conclure que chaque individu avait été atteint à la fois du statut de Coeur Perverti et du statut Enragé. Bluke a-t-il fait boire à tous ses subordonnés l’eau qu’ils avaient préparée ? Je suppose que la seule façon de le savoir est de le lui demander nous-mêmes.

Nous sommes arrivés devant la porte de Bluke au bout de cinq minutes environ. Urushi l’avait trouvé avec sa Détection de présence, nous savions donc qu’il était là.

Fran ouvrit la porte en la claquant, seulement pour trouver l’homme fouillant dans son bureau. On aurait dit qu’il s’était rendu compte qu’il se passait quelque chose, alors il préparait un peu d’argent pour pouvoir s’échapper.

« Q-Qui êtes-vous ? Nommez-vous ! » (Bluke)

« Nn. Ne donnera pas de nom aux criminels. » (Fran)

« Et vous croyez que vous avez le droit de faire une telle réclamation malgré l’intrusion en ce moment même ? » (Bluke)

« Une intrusion ? Bluke, ses actions sont parfaitement conformes à la loi, car elle participe à l’enquête concernant une organisation soupçonnée de se livrer à des actions criminelles. » (Rhodas)

« Quoi ? Père !? Pour quelle raison êtes-vous ici…? » (Bluke)

« Ce serait une question que je voudrais te poser aussi. Bluke, pour quelle raison te livres-tu à des activités criminelles ? » (Rhodas)

« Que dites-vous, mon père ? » (Bluke)

Bluke a commencé à chercher une excuse, mais je m’en foutais vraiment. Mon attention a été dirigée ailleurs, plus précisément sur le fait qu’il était affligé des deux mêmes conditions de statut que tout le monde dans l’immeuble.

Sérieusement ? A-t-il bu l’eau infusée de magie qu’il a préparée ? Ça n’a aucun sens. Je veux dire, pourquoi le ferait-il ? Et les Enragés ont-ils quelque chose à voir avec le Coeur Perverti ? Ou les statuts sont indépendants ?

Un soldat est entré dans la pièce pendant que je réfléchissais.

« Nous avons terminé notre mission monsieur. Le manoir entier est maintenant sous notre contrôle. Nous avons trouvé quelques criminels recherchés à l’intérieur, mais nous avons réussi à les arrêter tous. Nous avons également rencontré plusieurs jeunes filles soupçonnées d’être victimes du marché clandestin des esclaves. Nous les avons placés en détention pour des raisons de protection. » (Garde)

Les criminels recherchés et les esclaves illégaux ont tous deux fourni des preuves indiscutables et incriminantes. Bluke ne pouvait absolument pas s’en tirer en disant simplement qu’il n’en savait rien.

« J’écouterais tout ce que tu auras à dire une fois que nous serons arrivés au quartier général des Chevaliers. Cependant, sache que je ne veux pas écouter tes simples excuses. » (Rhodas)

« Impossible…! C’est impossible ! Impossible je dis ! Comment avez-vous eu vent de mes activités !? » (Bluke)

Est-ce qu’il s’attendait sérieusement à ce que quelqu’un ne le remarque pas ? Se croyait-il d’un haut niveau intellectuel et que son plan était très solide ? Ne s’est-il pas rendu compte que son plan avait été construit au sommet d’une erreur logique pour commencer ?

Comme, pourquoi pensait-il qu’il pourrait devenir le Seigneur de Barbra en obligeant son père à se retirer de son poste ? Si le calvaire était si grave qu’il leur fallait arrêter le Seigneur pour cela, le pays n’aurait certainement pas laissé sa famille conserver aucun pouvoir. Toute la maison de Rhodas serait tombée avec lui.

Oh bien, de toute façon, nous avons réussi à arrêter le coup d’État, ce qui était bien. Il ne nous restait plus qu’à réduire le nombre de victimes en arrêtant Waint et en l’empêchant de vendre ses plats demain.

Nous pourrions remédier aux conditions anormales en fournissant notre eau de récupération. Alors oui, tout est bien qui finit bien.

Ou, c’est ce qui était censé arriver, mais Bluke a soudainement commencé à crier.

« Guhguahhhhh ! » (Bluke)

« B-Bluke ? Que se passe-t-il ? » (Rhodas)s

« Gugugaugagaguaguaguaaaaaaaaaaah ! » (Bluke)

Le corps de Bluke a commencé à émettre une aura noire. Ok, ouais ça n’a pas l’air tout à fait bien.

« Fran, fais-lui boire l’eau de récupération. »

« Nn. Urushi, retiens-le. » (Fran)

« Oarf ! » (Urushi)

Urushi tenait Bluke en position avec ses pattes avant alors que l’homme se convulsait et continuait de crier. Fran s’approcha de lui et essaya de lui faire boire l’eau de récupération, mais il continua de bouger et refusa de boire même une seule goutte.

« Urushi, à l’envers. » (Fran)

« Ooof. » (Urushi)

Urushi fit comme il lui avait été dit et retourna Bluke pour qu’il soit dos au sol. Fran a ensuite finalement réussi à ouvrir sa bouche et à lui faire avaler plusieurs gorgées d’eau de récupération.

« Merde, nous ne sommes pas arrivés à temps ! »

J’avais pensé que nous avions finalement réussi à résoudre la situation, mais j’avais tort. L’Analyse n’a pas donné les résultats escomptés.

Nom : Être maléfique
Race : Humain maléfique
Statut : Niv.1
Etat : Folie, Déchaîner
HP: 61 MP: 70 STR: 26 VIT: 31 AGI: 18 INT: 33 MGC: 36 DEX: 24

Compétences :
Intimidation (Niv.2), Arts Martiaux (Niv.1), Arts du Mal (Niv.1)

Titres :
Esclave du Mal

Description: Inconnu

Son statut était exactement celui d’une Bête démoniaque, et sa race disait qu’il est devenu un humain maléfique. La façon dont son niveau est revenu au Niv.1 donnait presque l’impression qu’il avait subi une sorte d’évolution. Cela dit, ses statistiques étaient élevées pour un Niv.1. De toute évidence, il n’était pas aussi fort que nous, mais il avait probablement assez de force pour tenir tête à un garde.

C’est une bonne chose qu’il ne soit pas un aventurier ou qu’il soit vraiment fort de base ou quelque chose du genre. Si c’était le cas, nous aurions probablement été foutus.

« Giggagagagagagagaaaaa ! »

« Gugagagagagaaa ! »

Et puis, c’est arrivé. Une série de cris similaires a retenti de l’extérieur des limites du manoir.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *