J’étais Une Épée Quand Je Me Suis Réincarné – Chapitre 141

Il nous a fallu quatre jours pour aller de Barbra à Ulmutt.

Rien ne s’est vraiment passé en cours de route. Le seul événement qui mérite d’être mentionné a été que nous sommes tomber sur un nid de gobelins contenant une vingtaine d’individus, mais le nettoyage nous a pris moins d’une demi-heure, alors, honnêtement, c’était plutôt insignifiant.

Il s’est avéré qu’Ulmutt est une ville beaucoup plus petite que ce à quoi je m’attendais. Je veux dire, je savais pertinemment qu’elle serait plus petite que Barbra, mais il s’est avéré qu’elle était en fait beaucoup plus petite qu’Aressa. En fait, elle faisait moins de la moitié de la taille d’Aressa.

Cela dit, elle m’aura quand même laissé une forte impression, même à partir du moment où je l’ai aperçu pour la première fois. Notre voyage incluait Urushi qui nous portait sur le dos alors qu’il courait dans le ciel, comme d’habitude. J’ai donc fini par avoir une vue plongeante sur la ville. Cette vue m’a permis de bien comprendre à quel point la disposition d’Ulmutt était étrange.
La plupart des étrangetés provenaient des deux grandes constructions qui avaient immédiatement attiré mon attention. La première était le mur massif qui courait tout autour des frontières de la ville. Il était aussi grand que celui de Barbra, mais beaucoup plus large. Honnêtement, cela semblait extrêmement déplacé et presque entièrement inutile.

La seconde était l’énorme structure cylindrique qui semblait presque dominer la ville dans son ensemble. Je veux dire, j’aurais totalement pu le rationaliser comme une forteresse destinée à protéger si elle avait été située à l’extérieur du périmètre de la ville, mais ce n’était pas le cas. Par conséquent, je ne pouvais que supposer que c’était une sorte d’abri ou d’installation.

« Oh, eh bien, nous allons déterminer ce que c’est si nous nous y allons plus tard. »

« Nn. » (Fran)

« Woof. » (Urushi)

Le seul problème dans ma suggestion, c’est qu’entrer dans la ville semblait être une énorme douleur dans le cul en soi.

Il y avait environ un millier de personnes alignées devant les portes d’Ulmutt. Il semblait que l’entrée principale de la ville fût envahie d’aventuriers, de spectateurs et de marchands à l’annonce du prochain tournoi d’arts martiaux.

Honnêtement, je pensais que la foule était justifiée, vu que le tournoi était considéré comme l’un des plus grands événements du royaume.

Nous sommes descendus du dos d’Urushi à un endroit un peu éloigné de la foule avant de nous diriger vers la file et de la rejoindre – seulement pour découvrir que la ligne ne bougeait pas du tout.
J’ai entendu les marchands devant nous dire qu’il était difficile d’être admis dans la ville si c’était votre première visite à moins que vous ne soyez un aventurier. Ulmutt contenait deux donjons différents, alors ils interrogeaient quasiment tous ceux qui souhaitaient entrer au sujet de leurs intentions à la porte des admissions.

Toute personne admise une fois se verrait alors octroyer un laissez-passer lui permettant d’entrer et de sortir librement de la ville au cours du prochain semestre. Cela permettait également d’utiliser les entrées les moins fréquentées pour les non-admissions. La compétition d’arts martiaux étant un événement annuel, les personnes venues uniquement pour leur intérêt finissaient par devoir s’asseoir à travers la file d’attente chaque année.

Les personnes venant chaque année considérées que ça faisait partie de la tradition annuelle. Certains marchands les plus agressifs cibleraient intentionnellement ceux qui faisaient la queue pour vendre des rafraîchissements. Certains de ces rafraîchissements sont sous la forme d’alcool ; plusieurs groupes de personnes s’étaient déjà assises pour pouvoir participer à des concours de boissons alcoolisées, etc…

En voyant ces images, je me suis rappelé le comiket et les autres conventions que nous avions au Japon. En conséquence, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que l’événement commencerait avant que nous ayons réellement réussi à nous faire admettre.

Il me semblait que je n’étais pas le seul à ressentir cela, car certains des autres individus en ligne semblaient tout simplement incapables d’attendre plus longtemps. La plupart de ces individus étaient des roturiers ou des aventuriers comme nous qui visitaient la ville pour la première fois.

Le groupe le plus agité était composé spécifiquement d’aventuriers à l’aspect moins raffiné. Ils se disputaient ici et là. Il n’y avait pas encore de violence, mais j’avais l’impression qu’une bagarre pouvait éclater à tout moment.

Nom de Dieu. Ces idiots, ne réalisent-ils pas qu’ils ne font que déplacer toute cette ligne encore plus lentement qu’elle ne l’ait ?

Nos regards se sont refroidis alors que nous continuions à les observer en attendant patiemment notre tour.

« Lutin. »

(Ogre.) (Fran)

« Hmmn .. Dragon. »

(Kobold.) (Fran)

« Uhhh une seconde… Uhhhhhh, démon. »

(Chimère.) (Fran)

« Hmmmm »

Fran et moi étions en train de tuer le temps en nous engageant dans des jeux auxquels on pouvait jouer n’importe où, n’importe quand. Plus précisément, nous écrivions à tour de rôle des monstres tout en essayant d’être le dernier à pouvoir en nommer un.
Cependant, notre jeu a finalement été brusquement arrêté. Et assez ennuyeux, pas parce que c’était finalement notre tour.

« Salut gamine. Viens ici. » (??)

Un Aventurier barbu nous a appelé sur un ton arrogant. J’ai jeté un coup d’œil à ses statistiques, seulement pour constater qu’elles étaient catastrophiques. Il était probablement au mieux un Rang E. «

« … » (Fran)

« Oi ! Écoute-moi, putain de gamine ! » (Aventurier)

« … » (Fran)

« Bâtarde, tu penses que tu peux m’ignorer, hein ? » (Aventurier)

« … » (Fran)

Fran ne répondit pas du tout à l’aventurière, trop occupée à imaginer un monstre pour le nommer. En conséquence, le visage de l’homme avait rapidement rougi.

(Hmmmm…) (Fran)

« Eh, Fran. »

(Nn ? Professeur, abandonner ?) (Fran)

« Nah, c’est juste qu’il y a quelqu’un qui essaie d’attirer ton attention. »

« Nn ? » (Fran)

L’aventurier a immédiatement commencé à crier sur Fran comme pour l’intimider au moment où elle se tournait vers lui.

« Je pensais te permettre de me payer un verre d’alcool une fois que nous aurions traversé le mur, mais il n’y a pas moyen que je te pardonne maintenant, gamine ! » (Aventurier)

« Tais-toi. » (Fran)

« Putain !? Tu essayes de te moquer de moi !? » (Aventurier)

Fran avait aplati ses oreilles et murmuré dans un souffle à cause de la douleur dans le cul que le gars était, mais cela semblait seulement alimenter sa colère davantage.

« Je vais te faire payer pour ça ! » (Aventurier)

Le barbu a immédiatement jeté un coup-de-poing dans notre direction. Est-il stupide ? Regarde combien de témoins il y a. Attends, a-t-il la capacité de faire taire tout le monde ou quelque chose ? Peut-il être lié à l’une des personnalités les plus influentes d’Ulmutt ?

« Nn. » (Fran)

J’étais un peu préoccupé par l’identité de cet homme, mais honnêtement, Fran s’en moquait.

Elle a glissé juste devant son attaque et a fracassé son propre poing directement dans son plexus solaire. Les spectateurs avaient probablement au départ pensé que c’était une action plutôt insignifiante. En fait, beaucoup semblaient soupçonner que l’homme ne subissait pas le moindre dommage, mais ils se sont immédiatement trompés et ont été forcés de douter de leurs propres yeux.

« Guah ! » (Aventurier)

L’homme a volé cinq mètres avant de finalement atterrir. La force de l’impact l’avait amené à continuer à rouler même après.

« Tu ne t’es pas retenu ? »

(Ennemi trop faible, je n’ai donc pas utilisé Professeur.) (Fran)

« Guueeeeee…. » (Aventurier)

L’homme était traversé de contractions alors que son sang et le contenu de son dernier repas s’échappaient de sa gorge. Je veux dire, il le méritait plutôt puisqu’il avait juste essayé de frapper une petite fille. Il a de la chance de ne pas avoir tout tranché à la place.
Mais naturellement, il existait des opinions différentes des nôtres.

« Hé, Brulace, tu vas bien !? » (Aventurier)

« Bon sang, qu’est-ce que tu lui as fait putain de gamine !? » (Aventurier)

« Yo, c’était trop. Putain mec !? » (Aventurier)

Les compagnons de Brulace ont crié sur Fran avec colère. Il semblait qu’ils voulaient aussi y aller.
Leurs visages rougis ont fait place au fait qu’ils étaient tous ivres. Brulace était le même, d’où son tempérament excessivement rapide. Cela dit, ce n’était pas comme si nous avions l’intention de nous montrer aimables et pardonner simplement parce qu’ils se trouvaient sous influence d’alcool.
Fran les a immédiatement désarmés et les a envoyés voler exactement de la même manière que Brulace.

« Ugeehh » (Aventurier)

« Uuuueeeeee » (Aventurier)

Je veux dire, nous étions en quelque sorte la raison pour laquelle ils ont fini par se battre, mais je ne pouvais m’empêcher de penser que les quatre hommes avaient l’air trop dégoûtants. Les autres personnes en ligne semblaient ressentir la même chose, alors qu’elles regardaient les hommes avec des yeux remplis de dégoût tout en s’éloignant de quelques pas.

Whooops. En fait, nous avons été les premiers à recourir à la violence.

Hmm, peut-être qu’on devrait nettoyer tout ça ?

Un homme plus âgé nous a approchés alors que nous réfléchissions à la meilleure façon de régler le problème.

« Waouh, c’était impressionnant. Vous semblez assez forte. » (Vieil homme)

Il était plutôt dandy et probablement noble. Les vêtements qu’il portait étaient criards ; ils étaient lourdement brodés et semblaient luxueux même d’un coup d’œil. Ses cheveux blanchis étaient disposés en arrière. Sa barbe, qui était bien sûr de la même couleur, avait été taillée pour ressembler à quelque chose ressemblant à une barbiche. Bien qu’il semblait avoir au moins soixante ans, son corps était toujours si bien équilibré qu’il était presque anormal. En somme, il semblait dégager l’air d’un guerrier expérimenté.

J’ai trouvé ça un peu bizarre pour lui de sourire joyeusement et de nous parler vu le statu quo. J’imaginais qu’il avait des boules d’acier ou ne pouvait tout simplement pas lire l’ambiance.

« Je m’appelle Dias. Et toi ? » (Dias) (ndt : kono Dias da !)

« Fran. » (Fran)

« Es-tu une aventurière ? » (Dias)

« Nn. » (Fran)

« Je vois. Tu sembles très prometteuse compte tenu de ta force. J’ai hâte de voir comment tu évolueras. » (Dias)

Hmmm, juste qui est ce vieil homme ? Il ne semble pas être hostile et il ne semble pas non plus essayer d’analyser Fran.

Je veux dire, en premier abord, il était probablement une sorte de noble, mais il n’a pas donné le nom de sa famille quand il s’est présenté, donc il ne devait probablement pas ou appartenait à une famille trop célèbre pour qu’il veuille se nommer.

Je voulais bien plus en savoir, mais non. Au lieu de cela, j’ai été distrait par le fait qu’un groupe de gades s’approcher de nous.

« Hey, toi, gamine. » (Garde)

Le ton de la garde était plutôt menaçant. Il semblait que nous ne soyons pas en mesure de nous sortir de cette situation simplement en affirmant la légitime défense. Cela pourrait marcher si les gens autour de nous aident à témoigner…

Cela dit, personne ne semblait vouloir nous donner un coup de main. Tout de suite, ils détournèrent les yeux au moment où Fran les regarda, comme pour signifier qu’ils voulaient rester en dehors de la situation, étant donné que c’était pénible.

« Bon sang, pourquoi as-tu dû créer des problèmes comme ça ? » (Garde)

« Nous sommes déjà assez occupés comme ça. » (Garde)

« Dans la chambre du gardien avec nous. Nous écouterons ce que tu auras à dire une fois que nous y serons arrivés. » (Garde)

« Allons-y. » (Garde)

Nous avions déjà passé une heure dans la queue. Ce serait vraiment nul s’ils nous renvoyaient à l’arrière par la suite.

Les gardes semblaient toutefois être de mauvaise humeur. Les regards qu’ils lançaient dans la direction de Fran étaient totalement froids. Je ne serais pas surpris s’ils finissaient par nous enfermer sans nous écouter.

Ce que je n’ai pas compris, c’est la raison pour laquelle ils nous ont emmenés nous et non les personnes que Fran a frappées.

Je ne voulais vraiment pas m’occuper de tout cela, mais ce n’était pas comme si nous pouvions simplement leurs dire de partir. Heureusement, Dias a arrêté les gardes à droite alors que Fran se résignait à les suivre.

« Attendez. Rien de ce qui s’était passé n’était en fait sa faute. » (Dias)

« D’accord et ? Qui diable êtes-vous ? » (Garde)

L’un des gardes a regardé Dias avec un air plutôt collé.

Il semble que cela puisse causer encore plus de problèmes.

Mais apparemment pas.

« M-Maître Dias ! » (Garde)

« Qu’est-ce que vous pouvais bien faire dans un endroit comme celui-ci ? » (Garde)

« Oh, tu sais, je suis juste passé par là. » (Dias)

Euh, on aurait dit que ce vieil homme avait beaucoup d’influence. On dirait qu’il pourrait vraiment être un noble après tout.

« Compris monsieur. » (Garde)

« Comme je le disais, elle n’était pas du tout en faute. Toute la faute repose sur les hommes qui se sont effondrés là-bas, alors si vous voulez emmener quelqu’un, ça devrait être eux. Je sais qu’ils sont sales, et je me sens mal pour vous à cause de ça, mais vous les prendrez quand même, non ? » (Dias)

« O-Oui Monsieur ! » (tous les gardes)

Ah, je vois maintenant. Les gardes n’avaient pas voulu emmener quatre hommes au cul sale, ils avaient donc décidé de prendre pour cible Fran. Ils ont peut-être même fini par lui faire du tort, alors je me sens plutôt reconnaissant pour les actions de Dias.

Les paroles de Dias avaient inspiré les gardes à immédiatement mettre les quatre hommes debout et à les emmener avec sérieux.

« Merci. » (Fran)

« Ne t’en fais pas. Voir une aventurière prometteuse vient de me donner envie de te garder à l’abri des ennuis, c’est tout. » (Dias)

« Pourquoi ? » (Fran)

« Hahaha. En tout cas, je vais partir maintenant. À un de ces quatre. » (Dias)

Dias a plongé après nous avoir laissé avec quelques mots qui semblaient faire allusion à quelque chose. Juste qui diable était-il ? Je suppose que nous finirons probablement par le savoir quand nous serons dans la ville.

« M’ennuie. » (Fran)

« Moi aussi. »

Il semblait que nous devions encore attendre un certain temps avant d’être finalement autorisés à pénétrer dans les murs de la ville.

« Oups. Je viens de me rendre compte que j’ai totalement oublié de l’analyser. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *