Kujibiki Tokushou: Musou Hāremu ken – Chapitre 295

Sur le terrain d’entraînement de la résidence Goshaku, Caroline observait attentivement les soldates esclaves s’entraîner.

Soudain, elle s’exclama « ah ! ».

« Qu’est-ce qu’il y a, Caroline ? »

« Cette personne, sa lumière est devenue un peu plus brillante. »

« Hm ? C’est… Nikki. »

« Ça scintille. »

« Ça scintille…, hmm. »

Caroline hocha la tête en silence.

J’avais regardé Nikki.

Nikki, la capitaine du premier peloton des esclaves, balançait son épée pendant qu’elle entraînait ses subordonnées.

Les plus hautes gradées affrontaient les plus basses gradées. Pour cette raison, Nikki n’avait pas cessé de balancer son épée pendant que ses subordonnées continuaient à l’attaquer les unes à côté des autres.

Chaque fois que son adversaire changeait, Nikki faisait un certain geste.

Elle faisait ce geste chaque fois durant l’entraînement… la bataille fictive commençait.

« Une routine, hein ? »

« Une routine ? »

Caroline inclina la tête.

« Ahh, une habitude… devrais-je dire. En faisant une répétition d’actions préparatoires, cela augmente la performance pendant le combat réel. »

« … ?? »

Caroline inclina la tête.

Elle ne comprenait pas bien, hein. Il vaudrait peut-être mieux que je lui donne un exemple.

Après avoir réfléchi un moment.

« Caroline, tu pries Dieu, n’est-ce pas ? »

« Oui, je prie Dieu »

« Le contenu de tes prières est-il différent chaque jour ? »

« … Oui, c’est un peu différent. »

« Mais chaque jour, tu places tes mains ensemble. »

« … Bien sûr. »

« Cette action de placer tes mains ensemble est une routine. En plaçant tes mains l’une contre l’autre, tu te prépares à dire à ton corps : “Je vais offrir mes prières à Dieu.”. »

« En priant avec mes mains jointes, la lumière deviendrait plus forte. »

C’est un peu faux, mais… peu importe, pensais-je.

J’avais encore regardé Nikki.

Chaque fois que les matchs simulés commençaient, elle faisait un geste, comme pour prier quelque chose.

Pendant qu’elle faisait cette gestuelle, je l’avais regardée. Quand soudainement mes yeux avaient croisé ceux de Nikki au milieu de son mouvement.

« Ah ! Sa lumière est devenue plus forte. »

« C’est vrai, hein ? »

« Hmm… Dieu. »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je veux retourner à Ainon. »

Caroline m’avait regardé droit dans les yeux.

Une requête venant d’elle était une chose inhabituelle.

J’avais sorti ma plume de téléportation et j’avais amené Caroline à Ainon.

Je m’étais enveloppé de mon aura de camouflage, me rendant invisible.

Caroline s’approcha d’un croyant qui était toujours là dans l’église et lui dit quelque chose.

Cette personne était surprise, il avait dit « quelle est cette lumière ! ».

On dirait que Caroline avait utilisé sa capacité éveillée pour montrer à cette personne sa propre lumière.

« C’est ta lumière. »

« Ma lumière ? »

« La lumière de ton âme. »

« … HAA. »

« Prie. »

« Prie… ? voulez-vous dire maintenant ? »

« Oui… prie Dieu. »

« Cela me convient, mais… »

Le croyant n’avait pas continué, mais il avait fait une expression, qui voulait dire « de quoi s’agit-il ? »

Même ainsi, ce croyant avait perdu face à l’empressement de Caroline, de sorte que cette personne avait prié en joignant ces mains.

Après un certain temps…

« Wa ! La lumière est devenue plus forte. »

« Hein. »

« C’est… ? »

« En priant Dieu, la lumière devient plus forte. »

Quand Caroline répondit ainsi, les autres croyants qui regardaient de loin furent émus.

{Hmm ? Ça devient plus fort, hein ?}

« C’est ce qu’ils appellent “ceux qui croient seront sauvés”. »

{Kukukuku, c’est une phrase intéressante.}

Pendant qu’Éléanore avait émis un rire vif, les croyants qui regardaient s’approchaient.

« C’est… mon âme ? »

« Ahh ! J’étais, après tout, une personne si petite… »

« Mais, c’est devenu plus fort quand j’ai prié. »

Cela avait été le sujet de discussions animées.

Leurs émotions avaient commencé à tourbillonner, l’énergie avait progressivement augmenté.

Le mouvement de ces émotions désordonnées avait commencé à tourbillonner.

« Puisqu’on y est, donnons-leur un coup de pouce. »

{Comment vas-tu faire ça ?}

« Laisse-moi voir… »

Je m’étais approché de Caroline alors que j’étais enveloppé par mon aura de camouflage et je l’avais appelée.

« Caroline. »

« Dieu. »

Quand Caroline avait dit cela, des mouvements d’agitations se produisirent dans les environs.

L’Enfant de Dieu recevait un oracle, c’était quelque chose qui était arrivé plusieurs fois maintenant.

Certains croyants s’étaient agenouillés aussi vite qu’ils le pouvaient, en plaçant leurs mains l’une contre l’autre.

Bien, voici l’heure du spectacle.

J’avais ajusté mon aura de camouflage… en lui faisant conserver sa divinité.

« Le pouvoir que je t’ai donné, utilise-le. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« J’entends une voix. »

« Cette voix, c’est Dieu !? »

J’avais fait en sorte que non seulement Caroline, mais tout le monde dans cet endroit puisse m’entendre, tout en cachant mon apparence.

Alors que tout le monde était confus, Caroline avait répondu comme d’habitude.

« Oui, je ferais voir à chacun la lumière de son âme. »

« Vous devez continuer à le leur montrer. Ce pouvoir… le miroir de la vérité. »

Les croyants s’agitèrent.

Je pouvais entendre les mots « miroir de la vérité » être dits ici et là.

Je pouvais voir des yeux pleins d’attentes et de respect.

Ces regards de plus en plus ardents étaient dirigés vers Caroline.

Les mots étaient importants.

La différence entre posséder un pouvoir « inconnu » et posséder le « Miroir de la Vérité » annoncée dans les paroles de Dieu était très importante.

Face à la lumière que Caroline avait montrée, il y avait eu des changements clairs.

C’était devenu une fondation, soutenant le pouvoir des mots « Miroir de la Vérité ».

En conséquence, leur révérence… s’était fortifiée presque à l’infini, et tout était dirigé vers Caroline.

Le miroir de la vérité de l’enfant de Dieu.

La rumeur s’était vite répandue, ce qui avait permis à Caroline d’accroître encore plus sa notoriété.

Elle ne se limitait pas à Ainon. Des croyants du monde entier étaient venus rendre visite à Caroline pour prier devant elle.

Alors que l’élection pour le poste de Pape se rapprochait, la renommée de Caroline devint aussi solide qu’un roc.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *