Kujibiki Tokushou: Musou Hāremu ken – Chapitre 297

Sur le chemin menant au village de Patras près d’Ainon.

Caroline y marchait avec les croyants de l’église de Solon qu’elle avait amenés avec elle. Je la suivais alors que j’étais caché par mon aura de camouflage.

« Haa… haa… »

« Allez-vous bien, Lady Caroline ? »

« Souhaitez-vous faire une pause ? »

Les croyants qui suivaient Caroline le demandèrent avec inquiétude.

« Je vais bien ! Mais plus important encore, dépêchons-nous d’arriver au village. »

« Nous n’avons pas besoin de nous dépêcher, ce n’est pas comme si Patras disparaissait. »

« C’est vrai. Ou plutôt, il y a dans Ainon une école d’église faite pour Patras, on aurait à la place pu donc les laisser venir. »

Caroline secoua lentement la tête après avoir entendu les paroles des croyants.

« Je veux voir l’âme de tout le monde telle qu’elle est habituellement. C’est pour ça que j’y vais. »

En entendant les paroles de Caroline, les croyants furent surpris un instant, puis impressionnés.

« Compris. Si c’est le cas, buvez au moins un peu d’eau ».

« Vous pouvez le faire en marchant. S’il vous plaît. »

« Oui, merci. »

Le groupe s’était dirigé vers Patras tout en soutenant Caroline.

{Kukukuku, elle a enfin un charisme qui attire les autres.}

« Oui, ce n’est pas seulement dû au fait qu’elle soit l’enfant de Dieu. Ils la suivent à cause de son propre charisme. »

Bien que je sois enveloppé par mon aura de camouflage, Caroline pouvait encore entendre ma voix.

Je l’avais donc observée de loin, sans qu’elle entende ma voix, tout en bavardant avec Éléanore.

Avec ça, il ne devrait pas y avoir de problèmes pour qu’elle devienne le pape.

« Au lieu de cela, je me demande si le fait de lui confier ce rôle est acceptable. »

{Hmm. Après tout, en premier lieu, c’était quelque chose que la Sainte Immortelle ne voulait pas faire.}

« Si Caroline ne s’était pas réveillée, je le lui aurais donné le poste sans que cela me pose problème. »

{Depuis que c’est arrivé, tu veux respecter sa volonté, hein ? Kukukuku, tu es vraiment trop tendre avec tes femmes capables.}

Éléanore m’avait taquiné, alors je l’avais frappé sur sa lame avec un doigt, créant un beau son.

Soudainement… un groupe était apparu devant le groupe de Caroline.

C’était un groupe d’hommes armés, on dirait des bandits.

Je les avais comptées d’un seul coup d’œil et j’en avais vu une centaine… il y en avait pas mal.

« He, he, he… »

« Aujourd’hui est un bon jour. Je ne pensais pas qu’on rencontrerait une proie d’un aussi haut rang dans cet endroit merdique ».

Les deux hommes de devant s’approchèrent de Caroline avec des expressions vulgaires.

Les visages des croyants avaient changé.

« Lady Caroline. »

« S’il vous plaît, fuyez. »

Bien que leur visage soit pâle, ils avaient tous fait preuve d’assez de courage pour donner la priorité à l’évasion de Caroline.

{Face à ce nombre d’ennemis, tu devrais les vaincre rapidement.}

« … Non, attends. »

{Hein ? Quel est le problème ?}

« Caroline a l’air un peu étrange. »

J’avais regardé Caroline en disant ça.

En comparaison avec les gens autour d’elle qui étaient effrayés et sans énergie, Caroline n’avait pas peur.

Elle regarda droit dans les yeux le groupe de bandits avec des yeux clairs.

« Qu’est-ce qu’il y a, Lady Caroline ? »

« Je vais jeter un coup d’œil. »

« Regarder… ? Vous voulez dire… hein ? »

« Voulez-vous dire la lumière de l’âme de ces bandits ? »

Les croyants avaient été remués.

La plupart d’entre eux pensaient ce genre de chose « pourquoi à un moment comme celui-ci ».

« Ah… ! C’est si sombre… »

L’instant d’après, Caroline montrait une expression déçue.

« C’est la vérité. Oh attendez ! Ce n’est pas le moment pour ça. »

« Maintenant que vous avez jeté un coup d’œil, dépêche-vous de vous enfuir. »

Comme d’habitude, Caroline montra aux croyants la lumière de leur âme, mais les bandits semblaient s’en moquer, ils n’étaient pas surpris.

Et pendant ce temps, les quelque 100 bandits s’étaient rapprochés, ils étaient enfin devant Caroline.

{Faisons-le.}

« Oui. »

J’avais hoché la tête et fait un sprint en direction de la tête du groupe en dégainant Éléanore.

D’une distance où ma voix ne pouvait pas être entendue… Je m’étais immédiatement approché des bandits et j’avais frappé avec Éléanore.

Des rivières de sang jaillirent. Si on ajoutait le fait que j’étais invisible, les bandits avaient été tailladés sans résistance.

« Guhaa ! »

« Qu’est-ce qui s’est passé… ? UGYAAAAAA ! »

« Qu’est-ce que… GOFHUHUHU ! »

Les bandits paniquèrent. Personne n’avait compris ce qui se passait, mourant sans même savoir comment contre-attaquer ou résister.

J’avais jeté un coup d’œil à Caroline et j’avais aussi vu les autres croyants.

La plupart d’entre eux semblaient stupéfaits, comme s’ils ne pouvaient pas comprendre la situation.

« Allons-y, Éléanore ! »

{Hum ? Ahh, cela doit être la punition divine, hein.}

Du fait de notre longue relation, Éléanore avait bien compris mon intention.

J’avais lâché les pouvoirs d’Éléanore, j’avais fait tomber un éclair noir.

J’avais lâché un éclair noir à la fois dans chacun des bandits massacrés.

« C’est Dieu. »

« C’est la punition divine ! J’ai déjà vu ça avant. »

Les croyants s’agitèrent.

Je l’avais déjà fait et certains d’entre eux en avaient été témoins.

C’était le châtiment divin envers ceux qui manquaient de respect, en essayant d’attaquer l’Enfant de Dieu.

Cette histoire s’était répandue parmi les croyants.

… et.

« Hmph ! »

J’avais frappé avec Éléanore, libérant ainsi une attaque volante.

L’énorme rocher qui se trouvait à plusieurs dizaines de mètres de distance avait été réduit en poussière.

Les croyants semblaient confus, ils ne savaient pas ce qui s’était passé.

Une femme était apparue de l’autre côté du rocher qui s’effritait.

C’était une femme qui portait des vêtements cléricaux de grand prêtre de l’église de Solon.

C’était une femme que j’avais déjà rencontrée, si je me trompais… c’était Eudora ?

{Tu es vraiment tendre avec les femmes.}

« Haaa ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

J’avais demandé à Éléanore de me répondre, mais la réponse vit d’une autre direction.

« Prêtre en chef… hein ? Pas possible. »

« C’est sombre… non, c’est la noirceur même. »

« Ehhhhhhhhhhh !? Cette personne est comme… ça ? … Ha ! Ne me dites pas que ce groupe de bandits était… »

La capacité activée par Caroline avait également été utilisée sur Eudora, permettant aux croyants de voir la lumière de son âme.

{Kukukuku, bien que tu oublies complètement les hommes, tu te souviens encore parfaitement des femmes, peu importe à quel point ils sont mauvais.}

« Hmm ! »

D’habitude, j’étais capable de répondre aux plaisanteries habituelles d’Éléanore, mais cette fois, je m’étais senti un peu gêné.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *