Kujibiki Tokushou: Musou Hāremu ken – Chapitre 316

Je m’étais réveillé le matin après un sommeil réparateur, et après m’être préparé, j’avais quitté la chambre.

La talentueuse bonne Miyu m’attendait, et celle-ci s’inclina quand elle me vit.

« Bonjour, maître. »

« Oh, bonjour. »

« Le repas a été préparé à la cafétéria. »

« Hmm, ah, au cas où tu en aurais besoin, Althea est retenue, donc ce sera calme jusqu’au soir. »

« Compris. »

Miyu déclara ça et me conduisit à la cafétéria.

« — ♪ »

Miyu me conduisit alors qu’elle fredonnait et semblait être de bonne humeur.

« Quoi de neuf, Miyu, comment vas-tu ? »

« Eh ? »

« Tu fredonnes, quelque chose de bien est-il arrivé ? »

« Non, je suis heureuse tous les jours parce que je suis la bonne de mon époux… »

Miyu remarqua quelque chose et rougit.

Elle devint toute rouge en un clin d’œil.

Un grand étonnement était visible sur son visage. Celui-ci était si rouge qu’on dirait que son visage était en feu. On dirait que la chose qu’elle avait remarquée était embarrassante.

« … »

« Hmm ? »

« Je suis désolée ! »

Miyu se mit à courir pour s’enfuir.

J’étais resté stupéfait pendant un moment devant ça.

{Oh, cette fille est bouleversée}, déclara Éléanore avec joie.

C’était comme elle le dit.

Miyu était la bonne la plus capable du monde.

Elle était vraiment humble, et ça faisait un moment qu’elle n’avait pas été sérieusement bouleversée.

{Vas-tu la poursuivre ?}, demanda Éléanore

« Je le ferai. »

J’étais revenu à moi.

Je me précipitai dehors, je rattrapai Miyu et je l’attrapai par-derrière, l’enlaçant.

« Oh mon mari… »

J’avais rattrapé une Miyu en pleurs.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Je suis désolée, mon mari »

« Je ne sais pas si je me suis excusé auprès de toi, mais je suis désolé. Dis pourquoi. »

« Mais… »

« Je suis généreux, donc je pardonnerai la plupart des choses. Hmm, as-tu tué quelqu’un ? »

« Ce n’est pas le cas ! »

« Hmm, qu’est-ce donc ? »

Après avoir blagué et abaissé l’obstacle, j’avais poussé Miyu à répondre.

Miyu me répondit d’une petite voix.

« Oh, mon maître a libéré les esclaves… »

« Oh, c’est pour avoir Dunamis. »

Il s’agissait de la bonne qui m’avait servi depuis que j’étais arrivé dans ce monde.

J’en venais au fait avec Miyu, qui me faisait confiance.

« Alors… si… si tu libérais les esclaves. »

Miyu s’était arrêtée là, puis dit avec un visage prêt à passer à l’attaque.

« Mon mari n’a qu’une seule femme de chambre ! Voilà ce que j’ai pensé… »

Le dernier mot était presque silencieux, et cette petite voix ne pouvait pas être entendue par une personne ordinaire.

Mais comme j’avais une audition x777, je ne pouvais pas manquer ça.

« En d’autres termes, si je libère les esclaves, tu seras la seule bonne. »

« Oui… Je suis désolée… »

« Pas de problème. »

« Hein ? »

« Tu es vraiment mignonne, Miyu. »

« Eh, eh ? »

« OK, je vais te récompenser pour cette attitude mignonne, Miyu ! »

Je déplaçais mes mains vers les genoux de Miyu et la portais comme on portait une princesse.

Je fis demi-tour et l’amenais dans une chambre libre.

« Oh mon mari. »

« Il est plutôt temps de manger, Miyu. »

« Ah… »

Les joues de Miyu se teignirent.

Elles étaient devenues rouges comme avant, mais contrairement à avant, cette fois-ci elle avait l’air heureuse.

{Ça sent le vieux.}

Saleté d’épée démoniaque bruyante.

« Mais, je dois faire du riz pour Hikari. »

« Laisse la poupée le faire. »

Je reculais un peu et je la regardais droit dans les yeux.

« Oui. »

« Oui ! »

Miyu était ma bonne et voulait travailler pour moi.

Miyu sera heureuse si tu la commandes fermement.

Un peu comme maintenant, quand je venais de la commander.

« — ♪ »

Miyu semblait heureuse quand elle réalisa qu’elle pouvait monopoliser son statut de bonne.

J’avais amené Miyu dans une chambre vide et je l’avais poussée sur le lit jusqu’au plus fort de la journée.

La libération des esclaves de Dunamis.

Après mes soldates esclaves, Miyu me montra aussi un côté mignon.

C’était une erreur de calcul inattendue.

***

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *