Maou-sama no Machizukuri! – Tome 10 Chapitre 12

J’avais sous-estimé les séquelles de l’Éveil, et je m’étais effondré juste devant Rorono.

À cause de ça…

« Père, cette viande, si délicieuse. » (Kuina)

« Père, caresse-moi encore plus la tête » (Rorono)

Pour cette raison, mes bras étaient devenus les oreillers de mes 2 filles endormies.

Pour donner un peu plus d’explications, jusqu’à ce que j’aille mieux, Kuina et Rorono devaient me surveiller de très près pour s’assurer que je ne travaille pas.

Non pas que je me plaignais.

De plus, je suis sûr que je serai assez bien pour travailler demain. J’espère que même March verra ça quand elle viendra demain. Pour l’instant, je devrais moi aussi fermer les yeux. Comme on dit, le repos est le raccourci vers la récupération.

*

J’avais ouvert les yeux.

Tout comme avant, Kuina et Rorono étaient toujours accrochées fermement à mes bras.

Eh bien, je ne peux pas aller travailler pendant qu’elles sont comme ça. Je suppose que je devrais juste me rendormir et réessayer plus tard.

Je le pensais, mais alors…

La porte s’ouvrit et une femme à la peau brune avec une queue et des oreilles de loup blanc entra.

C’était March. Et juste derrière elle était Aura.

« J’étais tellement inquiète que j’ai tout fait pour prendre le temps de venir te voir, et pourtant tu es ici, flirtant avec désinvolture. N’es-tu pas en meilleure santé que jamais, Lolicell ? » (March)

« March, bienvenue. Merci d’être venue. » (Procell)

Le Seigneur-Démon Bête était ma gardienne, mais grâce à la Renaissance, le pouvoir que j’avais reçu du Créateur, elle était devenue mon démon.

« Je suppose que Lolicell sera toujours Lolicell. » (March)

« Peux-tu arrêter avec le Lolicell ? Il n’y a rien de mal à ce qu’il se passe ici. Elles ont dit qu’elles voulaient s’assurer que je me repose, et c’est juste que la meilleure façon de le faire est de toujours être à mes côtés. » (Procell)

Depuis le début, March m’appelle Lolicell, même si je n’étais absolument pas un lolicon.

« Bien sûr, quoi que tu dises. Quoi qu’il en soit, tu es vraiment téméraire, n’est-ce pas ? Tu as vu de première main à quel point l’Éveil m’a presque poussée à la mort, et pourtant tu as quand même fait une chose si absurde. » (March)

En raison des plans du Seigneur-Démon Noir, plusieurs Seigneurs-Démons avaient attaqué March. Pour se défendre et défendre son donjon, March avait utilisé l’Éveil plusieurs fois. Pour cela cependant, sa durée de vie était devenue encore plus courte. En fait, elle était sur le point de disparaître quand j’avais offert d’utiliser la Renaissance sur elle et elle avait l’acceptée.

« Je pensais que tant que je limiterais l’utilisation à une fois par jour, ce serait bien si je l’utilisais pendant une longue période. » (Procell)

« Oh, Procell, tu es trop naïf. À moins que ton âme ne soit en parfait état, tu ne dois pas utiliser l’Éveil. Cela varie d’un Seigneur-Démon à l’autre, mais en moyenne, on doit limiter son utilisation à une fois par mois. Même en cas d’urgence, tu ne dois essayer de l’utiliser qu’une fois tous les trois jours. … Souviens-toi juste que l’Éveil est une épée à double tranchant. » (March)

Voilà donc le laps de temps pour une utilisation sûre de l’Éveil. Mais comme cela varie de Seigneur-Démon à Seigneur-Démon, peut-être que le temps d’arrêt est beaucoup plus court pour moi… ?

« Puisqu’Aura peut voir l’état de ton âme, laissez-la vérifier la tienne chaque matin. À moins qu’elle ne dise que ton âme est en parfait état, évite d’utiliser l’Éveil. Tu n’as pas de problème avec ça, n’est-ce pas ? » (March)

« Eh bien, je n’aurai qu’à m’abstenir de l’utiliser pendant quelques jours ; ce n’est pas comme si c’était pour toujours. Donc, oui, je suis d’accord avec ce que tu as dit. » (Procell)

Je comptais faire preuve de plus de prudence à partir de maintenant, mais j’allais toujours utiliser l’Éveil autant que possible. Dès qu’Aura aura déterminé que l’état de mon âme était assez bon, je l’utiliserai.

Après tout, rassembler plus de joyaux d’Avalon était très important pour Avalon en ce moment.

« Très bien, comme nous en avons convenu, je vais faire un examen médical tous les matins. Soit dit en passant, maître, l’état de ton âme aujourd’hui est absolument horrible. » (Aura)

« Compris. Je ferai tout ce que tu me diras de faire. Je veux dire, je ne veux pas mourir, après tout. » (Procell)

Si je mourais, cela signifierait que mes filles seraient laissées seules. Pour cette raison, je ne pouvais absolument pas mourir.

« En voyant à quel point les choses se sont arrangées facilement, je suppose qu’il n’y avait aucune raison pour moi de venir ici, n’est-ce pas ? » (March)

« Je ne suis pas d’accord, March-sama. Juste le fait de dire que l’Éveil ne devrait être utilisé que lorsque l’âme du Seigneur-Démon est en parfait état est déjà un gros problème. Merci pour l’aide. » (Aura)

« Tu es une si bonne fille, Aura. Eh bien, les deux dorment là-bas aussi. Procell est vraiment béni de vous avoir comme démons du pacte démoniaque. Il y a ceux qui pourraient tromper ou même causer la mort de leurs Seigneurs-Démons, mais vous, les filles, vous vous contentez d’être juste près de lui. Mais avant que je ne pense à autre chose, à quel point son âme est-elle en mauvaise état en ce moment ? Est-ce que même se lever ou marcher sera trop pour lui ? » (March)

« Pas du tout. Grâce à ma potion de pomme dorée, il ne devrait avoir aucun problème à effectuer des tâches simples et quotidiennes. Cela étant dit, l’utilisation de tout pouvoir du Seigneur-Démon, y compris sa Création, est complètement interdite. » (Aura)

Si on m’interdisait d’utiliser tous mes pouvoirs de Seigneur-Démon, alors même le test du démon qui était deux rangs en dessous de Raphaël devrait être reporté.

« Voilà, Procell. Assure-toi d’écouter ce qu’elle dit, d’accord ? Mais s’il ne le fait pas, contacte-moi, Aura. Je vais venir ici tout de suite pour lui donner un certain sens des réalités. » (March)

« Tu ne me fais pas confiance ? » (Procell)

« Je le fais, mais c’est contrebalancé par mon inquiétude pour toi. Je veux dire, tu es généralement calme et prudent, mais de temps en temps, tu fais ces choses folles ! » (March)

Je n’avais pas su quoi répondre

« Je continue, eh bien, puisque je suis venue ici, et puisqu’Aura a dit que ce serait bien pour toi de faire des activités légères, allons à un rendez-vous. » (March)

« Bien sûr. Allons d’abord prendre le petit déjeuner. » (Procell)

Pour aujourd’hui au moins, je devrais me détendre.

De toute façon, il ne devrait y avoir aucune question urgente à régler. De plus, je me sentais un peu redevable envers elle pour avoir fait tout ce chemin malgré son emploi du temps chargé.

Mais surtout, je voulais juste sortir avec elle.

*

Après avoir changé mes vêtements et déjeuné avec March, nous étions allés tous les deux en ville.

Kuina et Rorono voulaient que je reste au lit, mais après qu’Aura ait expliqué qu’il n’y avait rien à craindre tant que je suivais ses instructions de ne pas utiliser la Création ou aucun de mes pouvoirs de Seigneur-Démon, les deux concédèrent.

« Comme toujours, ton donjon est si animé. » (March)

« Oui, mais nous ne faisons que commencer. » (Procell)

La vente des habitations dans le quartier résidentiel nouvellement achevé se passait bien.

Tous les appartements des immeubles avaient déjà été vendus aux commerçants qui vendraient ensuite chaque appartement à des citoyens ordinaires. En outre, environ la moitié des maisons classiques avaient été vendues au public.

Quant aux terrains vides, ils se vendaient aussi très bien, ce qui à son tour signifiait de grandes affaires pour les charpentiers.

Beaucoup d’acheteurs de ces propriétés venaient de l’extérieur de la ville. En d’autres termes, le nombre de citoyens d’Avalon devrait augmenter assez rapidement.

Si Avalon avait plus de citoyens, j’aurais plus d’émotions pour me nourrir ainsi que de DP, ce qui se traduisait avec encore plus de puissance.

« Tu sais, quand j’ai entendu pour la première fois que tu allais construire une ville, j’ai honnêtement pensé qu’elle échouerait. Je veux dire, il y a eu un tas d’autres Seigneurs-Démons qui ont essayé de faire la même chose, mais la plupart d’entre eux ont échoué. Il y a juste toi et Noir qui avez réussi. » (March)

Juste parce que l’on avait construit une ville, cela ne signifiait pas automatiquement que les humains viendraient se rassembler.

Avoir un certain pouvoir financier aiderait, mais avoir quelque chose d’unique à la ville pour attirer les humains était beaucoup plus important. Sans aucun moyen ni démon pour faire une telle chose, une ville était hors de question. J’avais Rorono et Aura, mais d’autres Seigneurs-Démons n’aurait pas autant de chance.

« Eh bien, laisse-moi te donner un avant-goût des charmes d’Avalon actuellement. Y a-t-il un endroit en particulier où tu aimerais aller ? » (Procell)

« Voyons voir. Je n’ai pas beaucoup joué la dernière fois, alors le casino ? Je te laisse le choix de la suite. » (March)

« D’accord. Au casino, alors. » (Procell)

Nous avions amélioré un peu le casino depuis la dernière fois qu’elle y était. J’espère qu’elle l’aimerait encore plus.

*

Après un moment de marche en discutant tranquillement, nous étions arrivés au casino.

Il semblait que c’était occupé depuis son ouverture.

À notre arrivée, nous avions rencontré quelqu’un que je connaissais. Celle qui se faisait sortir du casino par deux Renardes mythologiques à oreilles de lapin.

« Chère invitée, sachez que vous êtes par la présente banni de cet établissement. » (Renarde Mythologique)

« Veuillez ne jamais revenir ici. » (Renarde Mythologique)

« Quooooi ? Mais je ne trichais pas ou quoi que ce soit. … vous savez. » (Raphael)

Un seul de mes démons parlait d’une manière si particulière : l’Ange Déchue Raphael.

« … qu’est-ce que tu as fait pour être bannie, Raph ? » (Procell)

Ahh, ma tête me fait déjà mal.

Dans notre casino, nous essayons de nous abstenir autant que possible d’interdire des visiteurs. Donc, pour être interdite, elle avait dû faire quelque chose qui avait vraiment franchi la ligne.

« Votre Majesté, elles sont tellement horribles. Je jouais juste normalement, puis j’ai gagné et gagné et j’ai continué à gagner. Mais ensuite, ils m’ont empêché de jouer, m’ont donné mes gains jusqu’à présent et m’ont dit de ne plus jamais revenir. » (Raphael)

Les larmes coulant, Raph s’accrocha à moi.

« Attends, combien as-tu gagné ? » (Procell)

« Hmm, ça » (Raphael)

Quand Raph avait montré combien elle avait gagné, mon mal de tête s’était aggravé.

C’était autant qu’une semaine de revenus pour le casino, voir plus.

Ce n’était donc pas une surprise pour elle d’être bannie. S’ils lui permettaient de jouer ainsi, le casino serait ruiné en un rien de temps.

« Comment as-tu réussi à gagner autant ? » (Procell)

Notre casino employait des croupiers de premier ordre dont les sens étaient extrêmement aiguisés. Pour ceux qui allaient tricher par magie, nous avions installé des capteurs de puissance magiques développés par Rorono.

Bien sûr, d’autres mesures étaient également en place pour s’assurer que des victoires stupidement importantes ne se produisent pas souvent.

« Je viens de jouer normalement ? J’ai commencé à jouer à des jeux de cartes et à parier sur les courses de dragons. J’ai gagné avec ça et j’ai gagné plus d’argent. J’ai ensuite joué à la roulette. Cela disait que je pouvais gagner 36 fois ce que je misais, donc j’ai parié tout ce que j’ai gagné. Et puis, j’ai gagné et je l’ai fait encore et encore et encore ! » (Raphael)

Alors, c’était juste de la chance ?

Comme on pouvait s’y attendre de la chance S + d’un démon de rang S, il n’y avait rien à redire.

« Owww, mais maintenant, mon coin détente est parti… » (Raphael)

Raph avait l’air découragé.

Je voulais l’aider, mais ce serait désastreux pour le casino si je la laissais continuer à errer librement là-bas.

Mais là encore, je ne voulais pas arracher ce que mon démon aimait faire.

« Si tu promets de jouer uniquement sur les machines à sous à faible taux et les courses de dragons, et aussi de miser un maximum de 3 jetons à la fois, je les convaincrai de te laisser rentrer. » (Procell)

« Je promets ! Oh, votre majesté, je vous aime tellement ! » (Raphael)

Dans son excitation, Raph m’avait pris dans ses bras.

Pour quelqu’un de sa petite taille, elle avait un buste assez impressionnant. J’essayais autant que je pouvais, ma conscience continuait d’être attirée par la pression qu’ils exerçaient.

« Ohh, je vois, Lolicell a fait une nouvelle fille. Et wôw, en dépit d’être Lolicell, tu as aussi ce genre de goût, hmm » (March)

« Je continue de te le dire, s’il te plaît, arrête avec Lolicell. » (Procell)

March l’avait dit avec un air dédaigneux, mais j’avais décidé de me concentrer d’abord sur les problèmes de Raph.

Tant qu’elle respecte mes conditions, il ne devrait pas y avoir de problèmes importants.

Et donc, après m’être libéré de l’étreinte de Raph, j’avais parlé à un responsable et expliqué le nouvel arrangement.

Quand je l’avais informée que tout était maintenant réglé, Raph m’avait de nouveau remercié puis est retournée avec enthousiasme au casino.

Heureuse de savoir qu’elle peut à nouveau profiter de ses heures de repos autant qu’elle le souhaite.

« Dis, c’était quoi ce truc de machines à sous que tu as mentionné plus tôt ? Je ne pense pas avoir déjà entendu parler de ce jeu auparavant. Cela semble amusant. » (March)

« Je pense qu’il vaut mieux te le montrer directement. »

Je l’avais dit, puis je l’avais conduite par la main vers la nouvelle pièce maîtresse d’Avalon.

*

L’endroit était rempli d’un zèle bizarre.

Les invités regardaient fixement les multiples armoires installées.

La musique jouait en arrière-plan, accompagnée par le bruit des rouleaux qui tournaient continuellement.

« Alors, je gagne si trois fois les mêmes symboles s’alignent ? » (March)

« Fondamentalement, oui. Le nombre de jetons que tu gagnes dépend du type de symbole qui s’aligne. Par exemple : si trois pommes apparaissent sur une ligne, tu gagnes 30 fois ce que tu as misé ; les gemmes donnent 100 fois ; et les pommes d’or donnent 300 fois le pari. » (Procell)

Nous avions trois types de machines à sous. La principale différence de chaque type était le montant qu’un client parierait.

Le plus cher nécessitait une puce qui valait 1 pièce d’or. Pour référence, une pièce d’or était suffisante pour soutenir un ménage moyen pendant un mois entier. À cause de cela, c’était presque uniquement les véritables riches qui pariaient sur ces machines sans aucune hésitation.

D’un autre côté, comme presque tout le monde pouvait se permettre de jouer avec les machines les moins chères, il y avait une grande variété de personnes qui voulaient l’utiliser.

Les machines à sous étaient très pratiques.

Notre casino avait un énorme succès. Tant et si bien que beaucoup de gens devaient attendre pour avoir une chance d’entrer. Donc, pour continuer à grandir, nous avions essayé de résoudre le problème à maintes reprises. Quoi que nous ayons essayé, ce qui nous retenait le plus, c’était le nombre de nos croupiers de premier ordre. Malheureusement, en obtenir plus était assez difficile.

D’un autre côté, les machines à sous pouvaient divertir un grand nombre de personnes sans avoir besoin d’un croupier, de premier ordre ou autre.

Lorsque j’avais eu l’idée d’utiliser des machines à sous, j’avais demandé aux Naines forgeronnes de les développer, mais ce qu’elles avaient fait avait dépassé ce que j’imaginais.

Comme nous n’utilisions pas d’électricité, du moins pas au casino, les machines à sous étaient alimentées par des noyaux de golem. Un cœur de golem alimentait une dizaine d’armoires. En tant que telles, ces armoires pourraient être appelées techniquement des golems.

March était allée plus loin et elle avait échangé son argent contre des jetons.

Et puis, sans aucun signe d’hésitation, elle s’était dirigée vers les armoires les plus chères.

« Es-tu sûre ? Si tu n’as pas de chance, tu pourrais perdre 300 pièces d’or en seulement une heure. » (Procell)

Ce montant pourrait soutenir un ménage moyen pendant deux à trois ans.

« C’est bon, j’ai économisé beaucoup d’argent humain. De plus, ce n’est pas amusant si le risque est trop faible. » (March)

Tout en souriant, March regarda les rouleaux tourner.

Se pourrait-il qu’elle soit du genre à être ruinée par le jeu ?

*

Après les machines à sous, nous avions apprécié les courses, jouées à des jeux de cartes, puis nous nous étions détendus en buvant dans un bar. Quand nous en avions eu assez, nous avions quitté le casino.

En sortant, nous avions acheté des gâteaux en forme de grenouille.

Voyant March, autrement connu comme l’un des trois grands Seigneur-Démon, le commerçant, Ronove, sauta au plafond et se frappa la tête.

Et quand March avait dit que les gâteaux en forme de grenouille étaient délicieux, il avait baissé la tête à plusieurs reprises.

« Ouais, c’était amusant ! Oh, j’ai une bonne idée. Envoie-moi certaines de ces machines à sous dans mon donjon. Je veux que mes démons l’apprécient aussi. » (March)

« D’accord. J’en parlerai aux Naines forgeronnes. Mais en es-tu sûre ? Ces choses viennent par lots de dix, afin qu’elles puissent occuper tout l’espace. » (Procell)

March aimait évidemment les machines à sous.

« Ouais, ça va. Plus c’est mieux, en fait. » (March)

Puisqu’il restait encore un peu d’espace, et comme l’espace était tout ce dont les machines à sous avaient besoin, les Naines forgeronnes continuaient toujours à construire plus de machines chaque jour.

Soit dit en passant, parce que les machines à sous avaient une unité de traitement sous la forme de noyaux de golem, aucun délai pour arrêter les rouleaux ne pouvait aider le joueur. Seule la chance comptait. De plus, les noyaux de golems avaient été programmés pour faire gagner, au fil du temps, 90 % des revenus des machines. Cela signifiait qu’il devrait y avoir beaucoup de gagnants.

En parlant ainsi, nous nous étions promenés dans la ville sans but particulier en tête. Si elle voit quelque chose qu’elle aime bien, je lui achèterai en cadeau.

« Procell, je pense que tu comprends vraiment maintenant après cette expérience douloureuse, mais tu ne devrais pas trop sous-estimer les effets négatifs de l’Éveil sur toi. Comme je l’ai dit, c’est une épée à double tranchant. » (March)

« … Ouais, je ne le ferai plus. Les larmes qui coulent des yeux de ma fille sont suffisantes pour me faire apprendre ma leçon. Je ne veux plus jamais revoir ça. » (Procell)

« Bien. N’oublie pas ce sentiment. Maintenant, si tu laisses également Aura regarder ton âme tous les jours, je serais soulagée. » (March)

Un démon qui pouvait prendre soin de son bien-être, même de son âme, était extrêmement rare. Je lui en dois vraiment une.

« D’ailleurs, mon réseau de renseignement soupçonne que tes ennemis agissent bientôt. Es-tu préparé ? » (March)

« Certainement. Nous sommes prêts pour eux à tout moment. » (Procell)

Avant mon état actuel, j’avais continuellement utilisé Création pour produire les métaux rares nécessaires à la fabrication d’explosifs de grande puissance.

Nous avions déjà retrouvé le montant que nous avions utilisé pendant la guerre de sauvetage de March, y compris l’arme de destruction massive la MOAB.

Pour être honnête, je voulais utiliser Créer sur la MOAB pour la faire évoluer comme je l’avais fait à l’époque, mais cela devrait attendre jusqu’à ce que je récupère.

Quoi qu’il en soit, avec le nombre d’explosifs que nous avions, nous pourrions attaquer même un pays entier.

« C’est la bonne attitude. Tu ne peux pas te permettre de faire preuve d’insouciance lorsque tes prochains ennemis essaieront jusqu’à ce qu’ils t’abattent enfin. Sur cette note, tu envisages peut-être de ne plus compter sur mes pouvoirs, mais au moins cette fois, permets-moi de donner un coup de main. Les chances sont trop élevées contre toi. » (March)

Au début de chacune de mes Guerres depuis qu’elle était devenue mon démon, un choix de rejoindre ou non lui avait été présenté.

Cependant, chaque fois, je lui avais demandé de refuser.

J’avais deux raisons :

La première était pour que nous puissions acquérir de l’expérience. Avoir accepté son aide nous empêcherait d’acquérir cette précieuse expérience.

La seconde était pour que nous puissions garder le secret qu’elle était maintenant sous mon contrôle un peu plus longtemps. L’existence de March en tant que mon démon était un atout en soi. Juste la surprise de son apparition dans l’espace blanc à côté de moi était suffisante pour retourner la table contre des ennemis qui pourraient définitivement me tuer. Pour cette raison, elle n’était pas vraiment une carte à jouer contre quelqu’un du calibre du Seigneur-Démon Porc.

« March, à ce sujet. Désolé, mais j’aimerais que tu refuses également l’option de me rejoindre cette fois. Tu vois… » (Procell)

Je lui avais alors expliqué mon plan.

Je ne serais pas dépendant d’elle, mais cela ne me dérangerait pas non plus de l’aide de sa part.

« Ohh. Intéressant. D’accord, je l’approuve. Tu agis de plus en plus comme un Seigneur-Démon, tu sais. » (March)

« Merci de ta compréhension. Pour la prochaine Guerre, ce n’est pas seulement le Seigneur-Démon du Vent, Stolas qui va me prêter main-forte, mais aussi le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial. Pour cette raison, ton rôle est vraiment vital. » (Procell)

Je dois savoir si Belial est un vrai allié ou non.

« D’accord, c’est tout pour les discussions sérieuses. Allons tout de suite dans une auberge. Tes filles vont rentrer à la maison à ce moment, non ? À moins, bien sûr, que tu prennes ton pied en les regardant? » (March)

« Comment diable cela a-t-il pu être le cas ?! » (Procell)

March rit.

Comme d’habitude, c’était elle qui avait le dessus.

Et donc, nous étions allés dans une auberge et avions fait l’amour.

Le côté ennemi est en mouvement, hein ? Même si mon âme guérit encore, je suis prêt pour eux.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *