Maou-sama no Machizukuri! – Tome 10 Chapitre 15

Pour sauver Belial, j’avais fait s’équiper dix dragons des ténèbres d’autant d’explosifs de grande puissance qu’ils pouvaient raisonnablement en transporter. Grâce à Duke qui les supervisait, les Dragons des Ténèbres étaient prêts presque immédiatement et étaient maintenant dans mon Stockage.

Ils faisaient partie de mon potentiel de guerre pour sauver Belial, mais ils serviraient également de moyen de savoir si Belial avait une mauvaise intention envers moi ou non.

S’il avait la moindre intention de nous viser, ce combat révélerait sa vraie nature.

… Non, je vais m’assurer que cela soit réglé une fois pour toutes.

Je voulais faire confiance à Belial.

Cependant, j’étais d’avis que « faire confiance » et « ne pas douter » étaient des choses complètement différentes.

Faire confiance aveuglément à quelqu’un revenait à perdre toutes ses pensées.

La confiance doit résulter du fait de douter de quelqu’un encore et encore jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à douter.

Ainsi, j’ai pris des contre-mesures en supposant que Belial était un ennemi.

Et l’un des scénarios possibles que j’attendais était : Belial étant attaqué par l’alliance anti-Procell, alors je vais l’aider, mais je perds ensuite la protection qui m’a été accordée par le délai de grâce d’un an. Maintenant libre de m’attaquer, les ennemis le font et m’occupent assez longtemps pour que leurs autres troupes écrasent Avalon.

« Montre-moi que je peux te faire confiance, Belial » (Procell)

Chuchotai-je pour moi tout en effleurant les têtes des Dragons des Ténèbres qui ne se trouvaient pas dans mon stockage.

Mes préparatifs étaient terminés. Une fois que mes démons en auront fini avec les leurs et seront venus ici, nous allions partir.

« Père, nous sommes toutes prêtes maintenant ! » (Kuina)

« Moi aussi, maître » (Aura)

« Gaugau! » (Tiro)

Cette fois-ci, j’étais accompagné de Kuina, Aura et Tiro.

Tiro allait nous laisser glisser à travers l’autre dimension.

Rorono était venue avec elles, mais elle ne venait pas avec nous dans le donjon de Belial. Son but en venant était de livrer notre piège.

« Maître, j’ai amené les trois chevaliers évolués. » (Rorono)

Les trois chevaliers, le plus grand chef-d’œuvre de Rorono, avait évolué par ma compétence Créer et étaient maintenant plus fort que jamais.

Un Chevalier d’Avalon était comparable à un démon de rang A et à un démon de rang S de bas niveau pendant une courte période pendant laquelle Burst Drive pouvait être activé.

Pendant ce temps, parce que les trois chevaliers étaient essentiellement améliorés et spécialisés, leurs niveaux de puissance étaient évidemment plus élevés que ce dernier. Et maintenant qu’ils avaient évolué, leur mode standard était comparable à un Chevalier d’Avalon en mode Burst Drive, tandis que leur mode Burst était désormais comparable à un démon de rang S de haut niveau.

Juste ces trois chevaliers devraient suffire à anéantir les troupes d’un Seigneur-Démon moyen.

De plus, ils devraient s’avérer être un bon piège pour Belial et les autres.

« Rorono, désolé pour la demande soudaine. Je vais prendre Kuina, Aura, Tiro cette fois, mais ceux sur lesquels je vais compter cette fois-ci seront les trois chevaliers. » (Procell)

« Mhm, je comprends. Je les ai ajustées en fonction de ce que tu as dit, ils ne devraient donc avoir aucun problème à atteindre tes objectifs. Tu as donné aux chevaliers leurs noms, c’est donc un plaisir de les utiliser comme bon te semble. » (Rorono)

À la demande de Rorono, j’avais nommé les trois chevaliers.

Le chevalier rouge qui avait une armure lourde, une puissance de propulsion folle et une puissance de feu s’appelait Rote Lanze.

Le chevalier blanc qui avait de grandes capacités de vol, une armure légère et des capacités de tir à longue portée s’appelait Weiss Bogen.

Le chevalier noir qui possédait une polyvalence, une maniabilité et un cerveau artificiel extrêmement performants s’appelait Schwarz Panzer.

La lance rouge, l’arc blanc et l’armure noire. Le nom de chacun était une combinaison de la couleur qui leur était attribuée et d’un type d’équipement.

Les Chevaliers d’Avalon normaux avaient été transportés à l’aide de conteneurs qui avaient ensuite été transportés par les Dragons des Ténèbres.

Étant donné que le chevalier blanc, ou Weiss Bogen comme je devrais m’habituer à l’appeler, pouvait voler plus vite que même les dragons des ténèbres, il était parfaitement correct de le laisser voyager seul. Quant aux deux autres, ils pourraient simplement être portés par lui. En d’autres termes, peu importe le champ de bataille, les trois chevaliers pouvaient y arriver en un rien de temps.

« D’accord, allons-y. » (Procell)

« Kay! » (Kuina)

« Je suis toujours prête. » (Aura)

« Gaugau » (Tiro)

Parce que je m’attendais à une attaque contre Avalon pendant que nous combattions dans le donjon de Belial, il n’y avait tout simplement aucun moyen pour Duke, qui était en charge pendant mon absence, ainsi que Ruhe, qui était vitale pour protéger Avalon des attaques dans l’autre dimension, puissent nous accompagner.

Les seuls qui m’accompagnaient étaient Kuina, Aura, Tiro, les trois chevaliers et quelques dragons des ténèbres. Avec autant de protection, me tuer était presque impossible.

De plus, selon la situation, je pourrais demander à Tiro de créer un cercle de transfert dans le donjon de Belial. Si cela se produit, ce nouveau cercle ferait une paire avec celui que Tiro avait fait auparavant à Avalon. En d’autres termes, nous pourrions alors changer presque librement de troupes.

Le Dragon des Ténèbres qui allait nous porter avait commencé à battre des ailes.

Pendant ce temps, le chevalier blanc avait accéléré. En conséquence, la lueur rouge du Joyau d’Avalon s’était échappée des interstices de son armure.

Le Joyau Avalon faisait partie de son armure, mais il servait également de source d’alimentation secondaire au chevalier blanc. Grâce à cela, sa puissance de sortie était incomparable à tout golem avant. En combinant cela et le fait que le Joyau Avalon n’avait qu’un quart du poids du fer — le rendant ainsi extrêmement léger pour sa taille — il n’était pas surprenant qu’il vole plus vite que les Dragons des Ténèbres, même quand il transportait les deux autres chevaliers.

Au moment où nous avions décollé, Rorono avait crié quelque chose.

« Père, tu dois revenir en toute sécurité ! » (Rorono)

« Ouais, c’est une promesse. Quoi qu’il en soit, je reviendrai à Avalon ! » (Procell)

Je lui avais crié ça.

Nous suivions l’oiseau blanc qui avait livré la lettre de Belial, et peu de temps après, Rorono n’était plus visible.

*

Cela fait environ deux heures que nous avions décollé.

Enfin, nous étions enfin arrivés au donjon de Belial.

C’était un donjon de type tour où les aventuriers montaient.

Il n’y avait personne dehors et quand nous étions entrés dans la première salle du donjon, il n’y avait que quelques cadavres qui se transformaient lentement en particules bleues. Nous n’avions vu personne en vie, ce qui me fit penser que le champ de bataille s’était déplacé quelque part beaucoup plus profondément dans le donjon de Belial.

Nous pourrions les attaquer par-derrière, mais je pense que nous devrions d’abord rencontrer Belial.

Alors que je pensais à cela, un démon était apparu devant nous via Transfert.

« Salutations. Je suis une Demi Lilith. Mon maître vous attend. Permettez-moi de vous amener à lui tout de suite. » (Demi Lilith)

Naturellement, ils surveillaient le donjon depuis la salle de cristal. Quand il avait remarqué notre arrivée, il avait envoyé quelqu’un pour nous saluer tout de suite.

Lorsque j’avais accepté la proposition de Demi Lilith, elle nous avait transférés du côté de Belial.

*

L’endroit où nous avions été envoyés était la salle de cristal de Belial.

S’il était un traître, cet endroit, le cœur de son donjon, n’était pas le meilleur endroit pour m’amener, pour le moins. Pour cette raison, je lui avais fait un peu plus confiance. Pour l’instant.

« Procell-sama! Par ici ! Ahh, je croyais tellement que vous qui aviez un cœur si gentil et un sens aigu de la justice viendriez tout de suite au secours d’un ami, peu importe dans quoi je me mettrais. Oh, je vois que vous avez même amené deux de vos démons du pacte démoniaque. Non seulement eux, mais aussi un chien démon de rang S ainsi que ces splendides golems. Cela me gêne de ne pas trouver les mots pour exprimer cette joie que je ressens à votre arrivée ! » (Belial)

« … Je suis heureux que nous vous ayons rendu heureux, mais ce n’est pas vraiment le moment de discuter au ralenti. » (Procell)

Pendant que nous parlions, les forces ennemies se frayaient un chemin à travers son donjon.

« Oui bien sûr. Nous allons passer aux choses sérieuses. En ce moment, je bloque les envahisseurs en utilisant les salles de piège que j’ai préparé juste pour des urgences comme celle-ci, et aussi l’Échange de Salle pour réutiliser ces salles. » (Belial)

J’avais entendu parler d’une telle tactique de March.

Selon elle, une fois qu’un Seigneur-Démon avait vécu assez longtemps, les DP commençaient à ne plus être dépensés. Pas économisé, juste pas dépensé pour rien.

S’ils choisissaient de dépenser ces DP pour ajouter de nouveaux démons à leur potentiel de guerre déjà assez fort, ils devraient alors trouver suffisamment d’espace pour abriter ces nouveaux démons. Souvent, ils devaient acheter de nouvelles salles de donjon et de nouveaux étages de donjon, ce qui était assez coûteux. Cela pourrait facilement devenir incontrôlable s’ils avaient plusieurs Maelstroms en place.

Une alternative présentant un meilleur rapport coût/performances du point de vue de la défense serait d’acheter des salles réservées aux pièges. En cas de besoin urgent, ces pièces peuvent être utilisées pour intercepter les ennemis via l’Échange de Salle, reconstituées après le départ des ennemis, puis le cycle recommence. En plus de ralentir, cette méthode permettait de réduire les rangs ennemis sans perdre ni même fatiguer aucun de leurs propres démons.

Bien sûr, l’Échange de Salle ne pouvait pas être utilisé pendant qu’il y avait un être vivant qui n’appartenait pas à l’armée du Seigneur-Démon dans la pièce, mais c’était toujours très utile.

« Je pense que je comprends la situation. J’espère alors que vous avez pu réduire au minimum les blessures de vos démons ? » (Procell)

« En fait non. J’ai perdu un nombre assez considérable de mes démons au début de l’attaque. Après cela, cependant, nous avons utilisé les pièges et avons réussi à maintenir nos pertes en nombre bas. Tant que j’ai des DP, je peux réarmer les pièges encore et encore. … Mais la méthode elle-même a des limites et elle approche bientôt de ces limites. Je serai de nouveau obligé d’utiliser mes démons comme mur. » (Belial)

« Quelle est la pièce après les salles des pièges ? » (Procell)

« … sans le changer, c’est une prairie ouverte qui sert d’aire de repos pour mes démons. » (Belial)

Belial avait changé ce que son cristal affichait afin de montrer la prairie dégagée.

Tout comme il l’avait dit, c’était ouvert et luxuriant. Il n’y avait ni obstacles ni plafonds.

Génial. Les dragons des ténèbres pourraient utiliser leur plein potentiel ici.

« Très bien, contre-attaquons là-bas. Placez-y des démons dotés de capacités défensives élevées pour les rassembler. Une fois qu’ils seront tous réunis, nous les éliminerons d’un seul coup avec les dix dragons des ténèbres que j’ai apportés. Vous en avez peut-être déjà entendu parler lorsque vous m’avez vu, mais ces dragons peuvent faire une attaque qui ressemble à une magie d’explosion très puissante. » (Procell)

« Bien sûr, j’en ai entendu parler. C’est une de vos tactiques sûres, après tout. Si tout se passe comme prévu, le cours de la guerre changera ! Alors, s’il vous plaît, faites en sorte que cela se produise. » (Belial)

Belial l’a dit, puis a vivement incliné la tête.

« Oui, mais cette fois, je vais vous céder la propriété des dix Dragons des Ténèbres. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour qu’ils fassent quoi que ce soit, nous ne voulons pas que les ennemis sachent que nous allons utiliser l’attaque des Dragons des Ténèbres. Donc, mon plan est de vous les transférer pour les libérer de votre stockage lorsque nous pourrons éliminer le plus grand nombre d’ennemis dans la prairie. » (Procell)

« Mais plutôt que de le faire, je pense que ce sera mieux de vous le faire. Nous pouvons simplement en utiliser un que mes démons utilisent Transfert pour vous déplacer. » (Belial)

« Non, c’est presque un fait donné à ce stade que la plupart des Seigneurs-Démons connaissent ma tactique. Dès qu’ils me verront, ils sauront ce qui se passe, et soit ils s’échapperont, soit ils renforceront leurs défenses. Si c’est vous, même si vous sortez les dragons de votre Stockage, ils n’y penseront pas. Même s’ils le font, cela leur prendra quelques secondes. Et ces quelques secondes sont cruciales. » (Procell)

Ce que j’avais dit était logique, mais ce n’était qu’une excuse.

Ma véritable raison de vouloir remettre les dragons était pour que leur bombardement ne compte pas comme mon attaque. Tant que je n’attaque pas les anciens Seigneurs-Démons, la règle spéciale me protégerait toujours.

Un mouvement similaire m’avait été fait pendant ma Guerre avec Acier, Mal et Viscosité. Le Créateur avait depuis interdit à tous les Seigneurs-Démons plus âgés de nous prêter des démons sans une juste compensation, mais l’inverse n’était pas en vigueur. Du moins pas encore.

« C’est certainement comme vous le dites. Alors, j’accepte volontiers. Bien sûr, une fois que tout sera terminé, je vous les rendrai. Oooh, quel honneur c’est de commander les démons de Procell-sama. » (Belial)

Pendant tout cet échange, j’avais prêté une attention particulière à la réaction de Belial. Si son objectif était de me faire du mal, il y avait de fortes chances qu’il soit irrité de devoir s’écarter de son plan initial.

Je n’avais cependant observé aucun changement notable dans ses expressions faciales.

Après que je lui ai donné la propriété des dragons, il avait ensuite procédé à leur mise dans son Stockage.

Comme ça, nous étions prêts.

Pendant ce temps, son cristal montrait que de plus en plus de démons ennemis arrivaient dans la prairie.

Assez rapidement, les démons ennemis avaient combattu avec les démons de Belial axés sur la défense.

… Attends, il y a quelque chose d’étrange avec cette scène.

Il y avait beaucoup de démons ennemis, mais la plupart d’entre eux étaient juste de rang C.

Les démons de rang C pouvaient être produits via Maelstroms, donc même si un Seigneur-Démon en avait perdu beaucoup, ce n’était pas la fin du monde.

Dans une tentative sérieuse de conquérir un autre donjon, il était tout à fait normal de voir des démons de rang C constituer la majorité de son potentiel de guerre. Même ainsi, il devrait y avoir quelques démons de rang A qui agiraient comme commandants ou comme unités pour abattre les élites ennemies.

Un potentiel de guerre composé uniquement de démons de rang C et inférieurs n’était rien de plus qu’une racaille.

« Oh non, Procell-sama, mes démons ne peuvent pas tenir la ligne beaucoup plus longtemps ! » (Belial)

S’écria Belial.

Ses démons commençaient à être repoussés.

En parlant de ses démons, une dizaine d’entre eux étaient de rang B tandis que les autres étaient de rang C et D.

« Ne déployez-vous pas vos démons de Rang A ? » (Procell)

« Je les avais déployés plus tôt, mais ils ont subi de graves blessures et récupèrent maintenant. » (Belial)

« Et les ennemis ? Est-ce aussi la raison pour laquelle ils n’ont que des démons de rang C ? » (Procell)

« Oui, exactement. Les combats au début ont été extrêmement intenses. Le résultat est que les élites des deux parties sont désormais hors du combat. » (Belial)

Je n’avais aucun moyen de vérifier si cette histoire était la vérité ou non.

Eh bien, cela était dans l’attente. C’est pourquoi j’avais préparé autre chose que les Dragons des Ténèbres. Il était temps d’utiliser le vrai piège.

« Je vois. Utilisons donc mes trois chevaliers. Peu importe le nombre de démons de rang C, ils ne seront pas à la hauteur de mes chevaliers. Les voir me révélera que je suis ici pour soutenir, mais on ne peut rien y faire maintenant. » (Procell)

En m’entendant, mes trois chevaliers s’étaient réveillés. Il semblait qu’ils étaient excités pour leur première bataille depuis leur évolution.

Leur intelligence artificielle avait évolué au point de ressentir de vraies émotions. En fait, c’est grâce à cela qu’ils avaient pu utiliser la fonction des Joyaux d’Avalon de produire un pouvoir magique basé sur les émotions. Ce n’était plus seulement des outils, ils étaient des êtres vivants maintenant.

« Je suis vraiment, vraiment désolé. Et merci beaucoup, Procell-sama. Je vous promets, je vous rembourserai un jour pour tout ça. Je vous le promets ! Maintenant, je vais envoyer les trois chevaliers en première ligne. » (Belial)

Belial avait ensuite fait signe au Demi Lilith qui avait ensuite transféré les chevaliers.

Dès leur arrivée, ils s’étaient déchaînés.

Comme prévu, les démons de rang C ne pouvaient rien faire contre eux. C’était un génocide.

Comme ça, les Dragons des Ténèbres pourraient même ne pas avoir leur chance.

Du point de vue de Belial, il devrait sembler que j’avais finalement attaqué l’alliance anti-Procell.

OK, voyons quel est votre prochain coup.

S’il était en quelque sorte lié à l’ennemi, il était très probable qu’il agirait maintenant.

Cela dit, j’espérais sincèrement que le piège que j’avais préparé était pour rien.

Telles étaient mes pensées en regardant les trois chevaliers se déchaîner.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *