Maou-sama no Machizukuri! – Tome 10 Chapitre 5

Une réponse à la lettre que j’avais envoyée au Seigneur-Démon du Désespoir était arrivée. Il avait accepté de venir à une réunion qui devait se tenir trois jours plus tard ici à Avalon. Encore une fois, c’est lui qui venait me rendre visite.

Juste en écoutant les voix des gens, Ruhe pouvait lire avec précision leurs sentiments au point qu’elle pouvait dire quand quelqu’un mentait. Cela étant le cas, j’avais décidé de la faire participer également à la réunion. Cela signifiait cependant que nous devions faire des ajustements à son calendrier de visites à l’église.

En tout cas, c’était l’heure du petit déjeuner.

Mes démons du Pacte s’étaient réunis autour de notre table à manger. Pendant ce temps, Tiro grignotait déjà la nourriture servie dans son bol.

« Tout le monde, le petit déjeuner est prêt ! J’ai pu obtenir des œufs frais, alors j’ai pensé qu’aujourd’hui nous pourrions avoir du bacon et des œufs. » (Aura)

Aura l’avait annoncé et avait ensuite servi la nourriture qu’elle avait faite sur la table.

Il y avait de la salade fraîche, du bacon, des œufs et de la soupe. Le menu pourrait être qualifié de simple, mais il était absolument appétissant.

« Yay ♪ Kuina aime ça. » (Kuina)

« … Bien qu’avec le bacon et les œufs, le dilemme de les associer avec du pain ou du riz reste présent. » (Rorono)

La nourriture de base à Avalon était généralement du pain, mais une fois le riz importé, de plus en plus de gens préféraient le riz.

Dans notre foyer, nous mangions selon notre humeur du moment.

« Aura-chan, Kuina veut du riz ! » (Kuina)

« Et je vais prendre du pain. » (Rorono)

Kuina et Rorono l’avaient ainsi demandé.

« Et vous, maître ? » (Aura)

« Je pense que j’aurai du riz aujourd’hui. » (Procell)

« Alors, je vais en chercher. » (Aura)

Dès qu’Aura l’avait dit, elle avait habilement servi du riz dans des bols pour moi et Kuina, ainsi que du pain grillé pour elle et Rorono.

Quand la table avait été dressée, nous avions tous pris place.

« Eh bien, mangeons. » (Procell)

« Yay ♪ » (Kuina)

« Mhm, j’avais faim. » (Rorono)

« Il y en a encore, alors mange beaucoup, d’accord ? » (Aura)

Notre repas avait donc commencé.

Kuina avait immédiatement attrapé un œuf et du bacon et l’avait mis dans son bol plein de riz. Elle avait ensuite cassé le jaune d’œuf et l’avait étendu sur le bacon et les blancs d’œufs. Après en avoir trempé une partie dans la sauce, elle avait donc commencé à le manger avec le riz. Cela pourrait être considéré comme inélégant, mais son bol semblait vraiment délicieux.

Pendant ce temps, Rorono étalait du beurre sur son pain, du bacon, des œufs et de la salade, puis plié le pain en deux. Son sandwich avait également l’air délicieux.

Quant à Aura, elle avait soigneusement placé un jaune d’œuf sur son pain tranché.

Tout comme la différence de personnalité de chacun, chacun avait sa propre façon de prendre son petit-déjeuner. J’avais trouvé cela assez intéressant.

Après cela, Aura avait sorti des tranches de pêche en dessert.

« Oh, c’est vrai, Père, nous avons visité la maison de Duke l’autre jour. » (Kuina)

« Oh, toi aussi ? » (Procell)

« Aura et moi aussi. Duke nous a invités. » (Rorono)

Apparemment, quand j’avais parlé du repas que la femme de Duke avait préparé pour moi, Kuina avait aussi voulu l’essayer. Duke, peut-être après mûre réflexion, céda et invita les filles à venir.

Le fait que je me vante de leur maison aurait pu faire plus de désagréments à la famille de Duke que de bien.

« Et puis, nous avons vu le bébé. Il était tellement mignon ! » (Kuina)

« Tout à fait d’accord. Il est si petit et spongieux, il me donne juste envie de le protéger. » (Rorono)

« Ouais, mes instincts maternels sont aussi intervenus ». (Aura)

Lorsque la conversation s’était tournée vers César, l’enfant de Duke, Kuina et Rorono étaient devenues excitées.

César… c’était non seulement le titre donné aux grands empereurs d’une civilisation ancienne, mais aussi le nom d’un précédent Empereur Dragon.

L’enfant de Duke pourrait être petit, faible et ne pouvait émettre que des sons inintelligibles pour le moment, mais s’il devenait comme Duke, il pourrait un jour devenir aussi un Empereur Dragon.

« Ouais, César est vraiment mignon. À l’avenir, je pense que ce sera un bel homme. » (Procell)

Ses traits ressemblaient à ceux de Duke, donc devenir un bel homme à l’avenir était à peu près garanti.

« Père, j’ai une demande ! » (Kuina)

Kuina l’avait dit en me regardant avec des yeux brillants.

J’ai un mauvais pressentiment à propos de ça…

« Kuina veut aussi un bébé ! Le bébé de la naine-forgeronne lui donne tellement de joie et Kuina en veut aussi ! » (Kuina)

« Kuina, pas juste, tu me doubles de nouveau. Je veux aussi un bébé… En fait, maître, j’ai toujours une récompense non réclamée. Je veux l’utiliser pour avoir un bébé. » (Rorono)

Je m’étais retrouvé en sueur froide.

Les deux semblaient sérieuses.

Kuina ne savait peut-être pas complètement ce que signifiait avoir un bébé, mais il n’y avait aucun doute que Rorono savait.

Et si je faisais comme si je ne pouvais pas faire de bébés ?

Permettez-moi de changer rapidement de sujet. En détruisant un cristal de Seigneur-Démon, on pourrait obtenir la compétence unique de ce Seigneur-Démon. Malheureusement, on ne pouvait garder que trois compétences uniques en plus de la sienne.

Voici les trois que j’avais décidé de garder. Tous les autres avaient été jetés.

Viscosité : confère la capacité de produire un liquide visqueux qui détient diverses propriétés. Il est possible de durcir le liquide.

Mal : accorde la capacité de concevoir un enfant avec une femelle de n’importe quelle race. La force de l’enfant sera conforme à celle de la mère. Cependant, de la conception à l’accouchement, un lourd fardeau pèse sur le corps de la mère.

Porc : permets de renforcer en continu la force physique et l’endurance de l’utilisateur. Il est possible d’augmenter davantage le physique, mais seulement pour un instant. En outre, cette compétence unique permet à l’utilisateur d’acquérir le droit de contrôle d’un démon féminin par le biais de rapports sexuels avec ledit démon.

Un Seigneur-Démon, par défaut, ne pouvait pas avoir d’enfants. Nous pouvions sans réserve traiter les démons que nous produisions via la synthèse des médailles comme s’ils étaient nos enfants, mais si nous voulions une définition plus orthodoxe d’une progéniture, nous devions compter sur une autre manière.

Par conséquent, j’avais décidé de garder Mal au lieu d’une autre compétence unique.

Bien sûr, cela imposait un fardeau incroyable à la mère, mais un tel inconvénient était quelque chose qui pouvait être résolu. Par exemple, en effectuant des bilans de santé appropriés pour s’assurer que la mère soit en parfait état pendant la grossesse. Et pendant le travail, nous pourrions préparer de puissantes potions ainsi que des démons capables d’utiliser la magie de guérison.

… Tout cela étant dit, je n’avais aucune intention d’utiliser cette compétence ou quelque chose du genre sur mes précieuses filles.

« Désolé, les filles. Je suis un Seigneur-Démon, je ne peux pas l’accorder. Je peux faire des démons avec des médailles, mais pas de bébés. » (Procell)

« Awww. Kuina voulait vraiment un bébé. » (Kuina)

« Si ce n’est pas possible, ce n’est pas possible. Je ne pousserai plus pour ça comme récompense. Quel dommage ! » (Rorono)

Kuina et Rorono avaient toutes deux baissé la tête.

Pendant ce temps, je sentais le regard d’Aura sur moi. Un sourire pouvait toujours être trouvé sur son visage, mais son sourire cette fois était plein de sens.

« Allez maintenant, il est presque temps de travailler. Kuina-chan, Rorono-chan, pouvez-vous aider à nettoyer ? » (Aura)

« Laisse-le à Kuina ! » (Kuina)

« Mhm, je vais tout donner. » (Rorono)

Kuina et Rorono l’avaient dit et elles avaient ensuite lavé la vaisselle.

Faire la nourriture aurait pu être le travail d’Aura, mais le nettoyage par la suite était laissé à Kuina et Rorono.

Pendant que les deux étaient absentes, Aura s’approcha de moi et me chuchota à l’oreille.

« Maître, vous êtes doué avec les mots, n’est-ce pas ? Vous pouvez en avoir, non ? … J’attends avec impatience ce moment. » (Aura)

En entendant cela, je m’étais étouffé.

De temps en temps, Aura aimait montrer sa perception effrayante.

« Je n’ai aucune intention de faire ce genre de chose à l’une de mes filles. » (Procell)

« Fufufu, mais contrairement à Kuina-chan et Rorono-chan qui vous appellent Père depuis le début, je vous ai toujours appelé maître. Et c’est le genre de relation que je pense que nous avons, pas celle de vous décrivez. » (Aura)

Aura souriait de manière taquine puis elle annonça soudain qu’elle partait travailler.

Je lui avais demandé de replanter un pommier doré dans la salle du donjon de récupération. Selon elle, la tâche devrait être effectuée deux jours plus tard, à prendre ou à laisser.

Mes filles avaient certainement grandi. Elles étaient devenues plus fortes non seulement au combat, mais aussi émotionnellement.

Sans oublier, elles étaient devenues très habiles pour le taquiner.

« Eh bien, je pars aussi travailler ! » (Procell)

Après l’avoir déclaré aux deux qui faisaient encore la vaisselle, j’étais sorti.

Ma destination était le casino. Là-bas, j’avais l’intention d’avoir une conversation très importante avec quelqu’un.

*

Je ne savais pas quand ni si la popularité du casino cesserait.

Mais pour le moment, il était si populaire que même si nous réglementions le nombre d’invités à la fois, nous étions toujours dépassés.

Nous avions essayé d’augmenter le nombre de dealers, ce qui s’était traduit par une augmentation du nombre de clients que nous pouvions recevoir. De plus, j’avais approuvé la construction de différents types de magasins autour du casino, espérant que cela réduise le mécontentement de ceux qui attendaient d’être hébergés par le casino.

En marchant, j’avais vu un papier passer. Je l’avais ramassé et l’avais regardé.

« N’est-ce pas le journal de Ruhe ? » (Procell)

Cela avait commencé comme une blague, mais l’analyse assez précise de Ruhe sur les races de dragons volants avait fait imprimer son journal à mille exemplaires à chaque numéro. Toutes les ventes lui revenaient, mais d’une manière ou d’une autre, elle était toujours aussi fauchée.

Eh bien, étant donné que ses revenus étaient tous consacrés aux jeux de hasard et à l’alcool, ce qui signifie que tout cela revenait au trésor d’Avalon, je ne pouvais vraiment pas me plaindre. Pourtant, je me sentais un peu désolé pour elle.

En pensant à ça, j’étais entré dans le casino.

Là, une renarde mythologique aux oreilles de lapin m’avait guidé vers une salle d’attente. La présence à la fois d’oreilles de lapin et d’oreilles de renard sur elle était pour le moins déconcertant.

J’avais confié à Conanna le recrutement des employés du casino. Il avait accepté, mais il m’avait également demandé d’envoyer quelques renardes mythologiques. Comme on me l’avait dit, le charme mature d’une belle fille aux oreilles de renard portant des oreilles de lapin sur la tête allait aider à augmenter le nombre de clients du casino.

En tout cas, il y avait déjà quelqu’un dans la pièce où la renarde mythologique m’avait guidé.

« Désolé de vous avoir fait attendre. » (Procell)

« Non, pas du tout. Je viens juste d’arriver ici. » (Ronove)

La personne qui m’attendait était Seigneur-Démon de la Viscosité, Ronove. C’était un Seigneur-Démon dont l’apparence était similaire à celle d’une grenouille bipède.

Les gâteaux en forme de grenouille qu’il avait fabriqués étaient si populaires à Avalon qu’on pouvait désormais les appeler l’un des produits spécialisés d’Avalon. Son magasin principal et sa succursale dans le casino étaient en plein essor.

« D-de quoi vouliez-vous parler ? P-Procell, il ne s’agit pas de révoquer la licence d’exploitation de mon magasin, non ? » (Ronove)

Inquiet et tremblant, Ronove me l’avait demandé.

Mon invitation était plutôt à l’improviste, donc je ne pouvais vraiment pas lui reprocher d’imaginer le pire.

« Rien de la sorte. Je n’ai aucune raison ni envie de te chasser d’Avalon. Tes gâteaux en forme de grenouille ont encouragé de nombreux humains à venir dans ma ville, et pour cela, je suis très reconnaissant. » (Procell)

« Dieu merci. Je ne sais pas où aller si vous me chassiez d’Avalon. » (Ronove)

Les gâteaux en forme de grenouille de Ronove étaient en effet délicieux, mais cela ne suffisait pas pour que les humains ignorent son apparence. Ce n’est que parce qu’Avalon était un endroit où les humains et les demi-humains pouvaient vivre côte à côte qu’il avait pu trouver le succès.

« … Je t’ai invité ici aujourd’hui pour parler de tes plans au retour de ton cristal. » (Procell)

Dans une Guerre passée, une contre moi, le cristal de Ronove avait été brisé.

À l’origine, une fois qu’un cristal était brisé, il disparaissait à jamais avec nos capacités de seigneurs démoniaques, nos donjons et nos démons.

Cependant, nous et seulement nous, les nouveaux Seigneurs-Démons, étions une exception dans la mesure où nous allions recevoir un cristal de remplacement un an après notre naissance. Ce jour n’était pas loin, donc même Ronove devait y réfléchir à partir de maintenant.

« Je veux continuer à cuisiner et vendre mes gâteaux en forme de grenouille… même si je dois briser mon nouveau cristal moi-même, je ne veux plus vivre en tant que Seigneur-Démon. » (Ronove)

Sans cristal, on ne pourrait pas utiliser ses capacités et autres, mais aussi mauvais que ce soit, cela ne signifiait pas nécessairement la mort.

Tant qu’il pouvait se nourrir des émotions heureuses de ceux qui mangeaient ses gâteaux en forme de grenouille, il pouvait en quelque sorte survivre.

« En es-tu sûr ? Je ne t’arrêterais pas, mais que faire si je perds contre quelqu’un et qu’Avalon disparaît ? Pourrais-tu dire avec confiance que tu pourras encore survivre à ce moment-là ? » (Procell)

Les yeux de Ronove s’ouvrirent grand.

C’était le visage de quelqu’un qui n’avait pas envisagé de telles choses.

Avalon était mon donjon. Si mon cristal était en quelque sorte brisé, Avalon disparaîtrait également.

« C’est… c’est troublant à coup sûr. Je suis tellement heureux ici, je ne veux pas qu’Avalon disparaisse. » (Ronove)

Il semblerait qu’il s’était attaché à Avalon plus que ce à quoi je m’attendais.

Il devait s’être attaché aux personnes qu’il avait embauchées et vice versa.

« Ce qui nous amène à ma proposition. J’aimerais que tu m’aides à faire en sorte qu’Avalon ne disparaisse pas. Tu peux construire ton donjon quelque part près d’ici, le faire fonctionner comme un donjon orthodoxe et développer un potentiel de guerre. » (Procell)

J’avais déjà demandé au Seigneur-Démon du Temps, Dantalian et il avait donné son approbation.

« C-cette vie encore ? Mais même si je suis d’accord, partir de zéro serait difficile. Cela pourrait même être impossible » (Ronove)

« Ne t’inquiète pas, je te soutiendrai jusqu’à ce que tu sois sur la bonne voie. Je ne propose pas seulement mes conseils, mais aussi mes DP et mes médailles. » (Procell)

« Êtes-vous prêt à aller aussi loin pour moi ? Pourquoi ? Qu’en retirez-vous ? » (Ronove)

Demanda Ronove après avoir supprimé un sourire.

Il semblerait qu’il ait appris à douter des gens. Comparé au moment où il avait été trompé par le Seigneur-Démon Acier, c’était une croissance incroyable.

« Comme je l’ai dit, je veux que tu m’aides à protéger Avalon. Si tu acceptes d’entrer dans ma faction et qu’une guerre se produit, nous nous battrons ensemble. » (Procell)

« Mais je suis faible. Et parce que je vais repartir de zéro, il me faudra beaucoup de temps pour être aussi fort que toi. » (Ronove)

« C’est pourquoi je vais te soutenir. Permets-moi d’énumérer quelques-unes de mes idées. Tout d’abord, je te permettrai de poursuivre ton activité ici à Avalon. Ensuite, comme je l’ai dit plus tôt, je vais te donner des médailles. Cela comprend ma propre médaille Création. Ainsi qu’une centaine d’imitations de médailles de rang A. Je te prêterai également les DP nécessaires pour commencer la construction de ton donjon. Je pense que 50 000 devraient suffire pour le moment. Je pourrais aussi te prêter des Chevaliers d’Avalon pour agir en tant que gardes, si tu le souhaites. » (Procell)

C’était une offre extrêmement favorable.

50 000 DP suffisait pour construire un donjon correct.

Et avec ma médaille de Création, il pourrait créer un démon extrêmement puissant. De plus, ce démon débloquerait d’autres démons de haut rang qui pourrait être produit en masse via un Maelstrom.

Les médailles d’imitation avaient une valeur de puissance inférieure à la médaille d’origine, mais l’imitation d’une médaille de rang A était toujours aussi puissant qu’une médaille de rang B. S’il en avait une centaine, il pourrait produire environ 30 démons de rang B et 20 démons de rang C, en donner ou en prendre quelques-uns selon sa chance.

Enfin et surtout, les Chevaliers d’Avalon pourraient être déployés dans les parties les plus profondes de son donjon pendant que le reste de son potentiel de guerre rattrapait son retard. Il n’y en avait pas beaucoup qui pouvaient les dépasser.

Après avoir expliqué les détails de ma médaille de Création à Ronove, il était resté sans voix.

Le simple fait de donner cette explication comportait des risques importants pour moi, mais si je voulais vraiment gagner un allié, je devais risquer au moins autant.

« … Votre offre, c’est trop beau pour être vrai. » (Ronove)

« Cela montre à quel point je te veux comme allié. Une fois que tu auras créé un démon de rang S avec ma médaille de Création, puis que tu auras créée des Maelstroms pour le démon de rang B correspondant, les Seigneurs-Démons moyens ne seront bientôt plus à ta hauteur. Pour ma part, je suis impatient que tu sois comme ça. Pense au moins à mon offre. Eh bien, j’ai dit ce que je suis venu de dire. Je vais te presser un peu… J’espère que tu auras pris ta décision dans les trois jours. » (Procell)

Je n’avais délibérément pas abordé le scénario où il refuse mon offre.

J’aurais pu dire quelque chose comme l’expulser immédiatement d’Avalon et il n’aurait d’autre choix que de s’allier avec moi. Cependant, le menacer ainsi détruirait en un instant le lien que nous avons déjà formé.

La raison pour laquelle cela ne me dérangeait pas de lui offrir autant, c’est que je savais qu’il n’était pas le genre de Seigneur-Démon qui en trahirait un autre sur un simple caprice. Mais si je le menaçais, il me trahirait certainement un jour.

Cela ne servait à rien de le forcer. S’il allait être d’accord, ce devait être de son plein gré.

Alors que je me levais pour partir, le visage de Ronove était sérieux comme s’il était plongé dans ses pensées.

« Procell, ce n’est pas la peine d’attendre trois jours. Je suis prêt à donner une réponse dès maintenant. Votre offre, je l’accepte. » (Ronove)

« Es-tu sûr de ne pas vouloir plus de temps pour y réfléchir ? » (Procell)

« Pour moi, compter sur vous est mon meilleur pari. Je veux dire, une fois que j’aurai récupéré mon cristal, il est certain que d’autres Seigneurs-Démons vont me cibler. Entre cela et vous être redevable, je choisirai certainement ce dernier. D’ailleurs, je veux continuer à vendre mes gâteaux en forme de grenouille à Avalon ! Oh, la joie qu’on me dise que mes gâteaux sont délicieux ! » (Ronove)

Ronove avait des yeux si purs quand il le dit.

Contrairement à Ruhe, je n’avais aucune capacité spéciale qui me permettait de dire si une personne mentait, mais je ne doutais pas que ses paroles étaient sincères.

Et donc, les coins de ma bouche se sont détendus.

« Ronove, je compte sur toi. » (Procell)

« De même. » (Ronove)

Nous l’avions dit, puis nous nous étions serré la main.

Comme ça, Ronove faisait officiellement partie de ma faction.

Avoir un allié en plus de Stolas était en effet rassurant.

Mais soudain, Ronove était devenu agité.

« Ah, eh bien, en fait, j’ai une demande. » (Ronove)

« Qu’est-ce que c’est ? » (Procell)

« … En plus de votre médaille de Création, ça ne vous dérangerait de me donner une médaille originale de rang A ? Ma Viscosité n’est qu’une médaille de rang B, donc une synthèse de cela, votre Création, et une médaille d’imitation de toute sorte ne pourraient produire qu’un démon de rang A. De plus, ceux que je pourrais produire en masse avec Maelstroms ne seraient que jusqu’au démon de rang C de cette lignée. » (Ronove)

D’un autre côté, maintenant je savais que ce n’était pas un idiot.

« D’accord, mais je vais te faire payer avec un dur labeur, tu entends ? » (Procell)

« Oui, je vous rembourserai avec intérêt ! » (Ronove)

C’était un investissement colossal, mais si quelqu’un entre nous deux devait recevoir un démon de rang S, il était objectivement préférable pour toute notre faction qu’il soit celui le recevant.

La question suivante était de savoir quelle médaille de rang A se marierait bien avec ma Création et sa Viscosité. Sa médaille pourrait produire des démons de type visqueux qui détenaient un énorme potentiel, en particulier dans les rangs supérieurs des démons. À mon avis, c’est le genre de démon qu’il devrait faire.

J’étais en fait un peu curieux de savoir ce que serait un slime de rang S. À tel point que j’allais faire en sorte que Ronove me le montre dès sa naissance.

En pensant à de telles choses, je serrai de nouveau la main de Ronove.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *