Maou-sama no Machizukuri! – Tome 10 Prologue

Le lendemain du jour où nous avons vaincu le Seigneur-Démon Porc et organisé une fête pour célébrer cette victoire, un visiteur était venu. C’était le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial. Il voulait soi-disant que nous formions une alliance.

J’aimais beaucoup la perspective d’une alliance.

Maintenant plus que jamais, le combat seul avait ses limites. À moins d’utiliser moi-même des alliances, il serait très difficile, voire impossible, de vaincre des ennemis qui se seraient alliés avec d’autres. Si, lors de la guerre précédente, j’avais combattu seul contre trois Seigneurs-Démons du même niveau que le Seigneur-Démon Porc, j’aurais peut-être perdu.

Je n’avais qu’un petit cercle d’amis, alors même si j’avais toujours voulu un allié, c’était vraiment difficile. J’envisagerais même de trouver une aubaine à ce stade.

Cela étant dit, il n’y avait aucune raison d’assister à cette réunion joyeuse. Pour autant que je sache, cela pourrait être un piège.

Pour faire connaître les intentions de l’autre partie, j’avais décidé de le rencontrer.

*

Apparemment, les Chanteurs des Profondeurs avaient guidé le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial vers mon domaine et lui avaient demandé d’attendre là-bas.

Juste pour être en sécurité, Ruhe et les Hurleurs des abysses se tenaient dans l’autre dimension tandis que les Chevaliers d’Avalon étaient juste à l’extérieur de ma propriété.

C’était de bonne préparation. Cela montrait que nous étions prudemment intéressés. Nous ne le chasserions pas sans en avoir parlé au préalable, mais nous n’étions pas si excités que nous en serions négligents. De plus, si quelque chose se passait pendant la réunion, nous pourrions nous en occuper immédiatement.

Je devrais les féliciter pour cela plus tard.

« Mais Belial, hein ? C’est un nom impressionnant. » (Procell)

Je ne savais pas à quel point il était puissant comme Seigneur-Démon, mais si je lui appliquais mes connaissances sur les 72 démons de Salomon, il était fort probable qu’il soit un Seigneur-Démon assez spécial. Le démon Bélial était un roi de l’enfer. On disait que le démon Bélial était très puissant, même parmi les 72 démons.

Mais il ne semblait pas que ma connaissance des 72 démons de Salomon s’applique à nous, Seigneur-Démon.

Le Seigneur-Démon du Temps, Dantalian et le Seigneur-Démon Dragon, Astaroth était supposé être des ducs, alors que la Seigneur-Démon de la Bête, Marchosias était censé n’être qu’un marquis. Et pourtant, ils étaient les trois plus puissants des Seigneurs-Démons.

Honnêtement, cependant, que cela s’applique à nous ou non pourrait aller dans un sens ou dans l’autre. Le Créateur était impliqué, il était donc difficile de dire que les deux choses étaient complètement indépendantes.

À propos, Procell était aussi le nom d’un des 72 démons de Salomon. Procell était un démon qui avait la forme d’un ange. Plus précisément, il était un ange déchu. Une fois convoqué, il donnait à l’invocateur des connaissances sur la géométrie et les autres sciences libérales. Il avait également excellé dans la recherche de sources thermales.

Il avait des capacités extrêmement simples et pacifiques.

Peut-être que parce que je voulais construire une ville, ce nom m’avait été donné.

« Père, tu n’as pas à faire ce visage sérieux. Ça va aller, Kuina est ici ! Même si ce Seigneur-Démon est effrayant, Kuina ne le laissera pas faire de mal à Père ! » (Père)

« Merci. Tu as raison, je n’ai rien à craindre en ta présence. J’ai pleinement confiance en toi, Kuina. » (Procell)

Il n’y avait pratiquement aucun démon capable de vaincre Kuina. En tant que tel, je pourrais tranquillement procéder à la réunion.

« Mais même dans ce cas, je dois dire qu’il a du courage sur le territoire d’un autre Seigneur-Démon. » (Procell)

« Ouais. Peut-être qu’il a l’intention de déclarer une guerre ? » (Kuina)

Il va sans dire que rencontrer un autre Seigneur-Démon comportait de graves risques.

Pour cette raison, les Seigneur-Démon inconnus utilisaient généralement des formes de communication indirectes, telles que l’utilisation de démons en tant qu’intermédiaires ou l’envoi de lettres. Cependant, si une forme indirecte de communication était utilisée pour déclarer la guerre, il était nécessaire que les deux parties se mettent d’accord au préalable.

Ce ne serait pas le cas si les deux parties se rencontraient face à face. Le simple acte de déclaration de guerre d’un côté était nécessaire, ce qui rendait les réunions en face à face un moyen plus fiable de déclarer une guerre.

Heureusement, cette méthode ne pourrait pas être utilisée pour nous intimider, les nouveaux Seigneur-Démon. Même si nous étions libres de faire la guerre à qui nous voulions, une règle était en place pour nous protéger des anciens Seigneurs-Démons. Cela étant dit, il y avait des moyens de contourner cette règle. Par exemple, si le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial avait inséré l’un de ses démons parmi les démons que nous avions tués pendant la guerre contre le Seigneur-Démon Porc ou même lors de l’attaque de March, il en aurait une excuse pour m’attaquer. C’était en fait la tactique utilisée par le Seigneur-Démon Noir pour avoir une raison de lancer une guerre contre moi.

« Eh bien, s’il fait cela, il ne quittera pas Avalon en vie. » (Procell)

Si une guerre était déclarée directement, celui qui avait reçu la déclaration pourrait choisir la date à laquelle la guerre aurait lieu. Elle pourrait être tenue immédiatement ou jusqu’à trois jours plus tard. Dans tous les cas, les deux parties ne seraient pas transportées dans l’espace vide avant que le temps déclaré ne soit écoulé.

En d’autres termes, si le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial me déclarait la guerre, j’avais un laps de temps pour le tuer et mettre ainsi fin à la guerre avant même qu’elle ne commence.

Bien sûr, ce serait pour rien s’il s’échappait. Transfert serait particulièrement utile, mais comme il devait d’abord créer un cercle de transfert pour pouvoir l’utiliser en dehors de son propre donjon, nous devrions nous en sortir, à condition de rester vigilants et de ne pas lui laisser le temps de le faire.

En tout cas, j’avais finalement atteint mon domaine.

Très bien, essayons de découvrir quelles sont les véritables intentions du Seigneur-Démon du Désespoir, Belial.

*

Je m’étais dirigé vers la salle de réception.

Il y avait un homme. Il avait l’air assez jeune pour être au milieu de son adolescence. Peut-être était-ce à cause de sa petite taille, de ses cheveux crépus et brun clair et de ses traits plutôt mignons, mais il ressemblait un peu à un chiot.

Son apparence n’était pas du tout ce à quoi on pourrait s’attendre en entendant le nom Seigneur-Démon du Désespoir, Belial. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais, du moins.

En ce moment, il buvait le thé noir et mangeait les biscuits apportés par une Renarde mythologique servante.

« Tellement bon ! C’est la première fois que je goûte un biscuit aussi délicieux ! Mais à part les biscuits, je n’aurais jamais pensé qu’une démone servante puisse être aussi mignonne ! Incroyable, alors c’est une femme de ménage, hein. Procell-sama est plutôt coquin, n’est-ce pas ? Avoir une si belle fille aux oreilles de renard s’occuper de lui. » (Belial)

« N’e-n’est-ce pas ? » (renarde mythologique)

« Peu importe, je suis impressionné. J’ai entendu dire qu’Avalon était incroyable, mais si ces friandises sont des amuse-bouches, je vois maintenant que c’est un euphémisme. Plus tard, je devrais aller au casino. Aussi, aller faire du shopping, puis essayer la nourriture dans ces étals et restaurants, puis visiter la source thermale. C’est impossible de faire tout cela en une journée, n’est-ce pas ? Devinez, je devrais aller et rester dans une auberge. Hé, hé, le saviez-vous ? Saviez-vous que depuis qu’Avalon est devenu célèbre, même parmi les Seigneurs-Démons, bon nombre de Seigneur-Démon ont caché leur identité et sont restés ici ? » (Belial)

La Renard Mythologique auquel il parlait était perplexe.

Pendant ce temps, une sorte de démone restait silencieuse près de Belial. Contrairement à son maître, cette démone semblait être du type calme et recueilli.

Parce qu’elle était une démone de Rang A qui pouvait monter de niveau, il était probable qu’elle était ici en tant que garde.

… Attends, attends, n’a-t-il pas dit nonchalamment quelque chose de vraiment scandaleux ?

Même si Avalon était ouvert et charmant, il était ridicule que des Seigneurs-Démons inconnus s’y promènent.

Je veux dire, n’ont-ils pas peur de moi ? Ce sont des Seigneurs-Démons. Ils doivent donc savoir quels sont les risques de se rendre dans le donjon d’un autre Seigneur-Démon. N’ont-ils pas peur de moi ??? Argh, ça me fait mal à la tête.

Au cas où un individu qui ressemblait à un démon se présente dans la ville de mon donjon, notre plan pour maintenir l’ordre public consistait à utiliser les Hautes-Elfes comme protection anti-vent ainsi que leur perception de la puissance magique, les Chevaliers d’Avalon pour remplir le rôle des avant-gardes, et les Hurleurs des abysses pour soutenir de l’arrière tout en marquant l’intrus. Même si l’intrus était un Seigneur-Démon, nous serions toujours en mesure de réagir immédiatement en utilisant ce plan. Et pourtant… Argh, ça me fait mal à la tête.

En choisissant de me concentrer sur la tâche à accomplir, je m’étais ressaisi. Tout d’abord, une salutation.

« Désolé de vous avoir fait attendre. Je suis le Seigneur-Démon de la Création, Procell, le dirigeant d’Avalon. » (Procell)

Dès que j’étais entré dans la pièce, je l’avais salué comme ça.

À ce moment-là, Belial se leva immédiatement, puis toussa, car le biscuit qu’il mangeait était resté coincé dans sa gorge.

… Qu’est-ce que c’est, un sketch ?

En le regardant tel qu’il était, j’étais abasourdi.

« Ravi de vous rencontrer. Je suis le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial ! Wouah, c’est la vraie affaire. C’est vraiment Procell. Gah, je suis si heureux. J’ai toujours voulu vous rencontrer. Ah, une poignée de main ! S’il vous plaît, me ferez-vous l’honneur de me serrer la main !? » (Belial)

Il le déclara presque dans un souffle puis tendit la main.

Quand je l’avais attrapée, son autre main s’était jointe. Ainsi, il m’avait serré la main d’une manière exagérée.

« Wouah, je suis si heureux. Je ne vais plus jamais me laver les mains. » (Belial)

« Non, ce serait dégoûtant. S’il vous plaît, lavez-les. Aussi, pourriez-vous vous me lâcher la main maintenant ? » (Procell)

« Ah ! Désolé. J’étais tellement heureux. » (Belial)

Belial lâcha prise et fit quelques pas en arrière.

Peu importe comment je le vois, il est trop agité.

« Asseyez-vous, s’il vous plaît. Maintenant, discutons. » (Procell)

« Oui ! Parlons beaucoup. Mais je dois dire, je ne pensais même pas pouvoir passer la porte d’entrée. Dieu merci. » (Belial)

« Je n’oserais pas. Renarde mythologique, pourrais-tu s’il te plaît apporter du thé et des collations pour Kuina et moi ? En fait, apportes-en aussi pour Belial. » (Procell)

« Tout de suite, Procell-sama. » (Renarde mythologique)

Étonnamment, Belial avait déjà fini ses cookies.

Pour venir chez un Seigneur-Démon inconnu, puis engloutir la nourriture servie par l’autre partie, il semblerait que Belial avait une personnalité assez audacieuse. Cela, ou une imprudence stupide.

Il ne fallut pas longtemps avant que la Renard Mythologique revienne avec le thé et des gâteaux.

Dès que sa deuxième série de collations est arrivée, Belial avait sauté dessus et avait immédiatement recouvert sa bouche avec la crème du gâteau.

… Et Kuina qui était à côté de moi aussi.

Je suppose que ces deux ont le même âge mental.

« Ahem. Bien alors, Seigneur-Démon du Désespoir, Belial, à quoi dois-je le plaisir de votre visite ? » (Procell)

J’avais déjà entendu dire à l’avance que son intention était de former une alliance, mais j’avais quand même demandé à voir ses expressions faciales et à entendre son ton pendant qu’il répondait. J’espère que je pourrais comprendre ses véritables intentions à partir de celles-là.

« Procell-sama, je vous admire et je souhaite me battre à vos côtés ! Vous n’êtes que dans votre première année et pourtant vous êtes déjà le cœur de nombreuses légendes. Et récemment, vous avez même écrasé dans une confrontation directe le Seigneur-Démon Porc qui pourrait être considéré comme le deuxième plus puissant des jeunes Seigneurs-Démons ! Je suis excité de voir à quel point vous allez devenir plus fort, Procell-sama ! Je suis sûr que vous deviendrez un jour le plus puissant des Seigneurs-Démons. Imaginant juste que je sois là à côté, je, je… » (Belial)

Il était extrêmement excité.

Il sembla l’avoir compris lui-même, puis essaya de se calmer.

« Mais vous êtes plus vieux que moi, n’est-ce pas ? Ne craignez-vous pas d’avoir une personne plus jeune que vous pour jouer le rôle principal ? » (Procell)

« Pas du tout. Parce que c’est vous, je suis enthousiasmé par ce que l’avenir pourrait me réserver. Par ailleurs, même si j’ai déjà un peu plus de cent ans, je me considère toujours jeune comme vous, vous savez. Cent ans ne sont rien. Alors, gardant cela à l’esprit, je pense que je suis un candidat légitime à faire partie de votre faction ! » (Belial)

Il l’avait dit avec un sourire dénué de malice. Je n’en avais pas remarqué, du moins.

« Je vois. Laissez-moi y réfléchir. » (Procell)

C’était dur.

S’il avait dit quelque chose qui semblait calculateur et égoïste, j’aurais pu accepter sa proposition. Au lieu de cela, il avait cité la raison pour laquelle il avait proposé cette alliance comme étant son admiration pour moi. Comment suis-je supposé décider en fonction de ça !?

« Uhm, Procell-sama, vous n’avez pas à conclure aujourd’hui. Je pense que je ne serais pas capable de donner une réponse immédiate sur un sujet aussi important tel que celui-ci. Je serai heureux de venir à nouveau et à demander autant de fois que cela prendront. De plus, si vous pensez que cela vous aidera à me faire confiance, je serais heureux de vous accueillir dans mon donjon. Je vais vous divertir au mieux de mes capacités ! » (Belial)

« … Je vais y penser. » (Procell)

« Oui s’il vous plaît. En attendant, je vais travailler dur pour gagner votre confiance. Aussi, voici un gage de mon admiration pour vous, Procell-sama. » (Belial)

En disant cela, il avait glissé une médaille dans ma main.

Bien sûr, j’avais immédiatement vérifié ce que c’était.

« C’est ma médaille Désespoir. Eh bien, une imitation de celle-ci. Attendez-vous à recevoir une originale une fois que nous aurons officiellement formé une alliance. Ma médaille est une médaille de Rang A, alors même une imitation devrait s’avérer utile. » (Belial)

« Êtes-vous sûr de ça ? » (Procell)

Donner une imitation de médaille n’était pas un problème, mais le coût en DP restait présent pour lui, c’était plutôt le fait que cela donnait aussi des informations sur la médaille originale et le Seigneur-Démon même.

Et cela ne tenait même pas compte de ma médaille Création. Lors d’une synthèse utilisant ma médaille, avant de choisir le démon, je pouvais consulter des données sur tous les démons possibles pouvant naître des médailles utilisées. Je savais non seulement ce que les médailles faisaient, mais aussi les forces et les faiblesses de certains des démons qui pourraient en naître. En bref, j’avais plus d’informations que la normale et pouvais donc faire des choix plus efficaces.

« Absolument. Que ce soit un signe de ma bonne foi. Dans ce cas, je ne veux pas rester plus longtemps que prévu, alors je vais partir maintenant. » (Belial)

Le Seigneur-Démon du Désespoir, Belial l’avait dit, avait souri, puis s’était levé.

J’étais reconnaissant que notre réunion se termine pacifiquement, mais c’était aussi complètement inattendu.

« Merci pour votre visite aujourd’hui. »

« Tout le plaisir est pour moi. Je suis impatient de vous revoir. Oh, aussi, si vous voulez me contacter, peut-être pour une autre réunion, envoyez simplement une lettre à cette ville humaine et elle me parviendra. » (Belial)

« Je vois. Je vous contacterai dès que possible. Moi aussi, j’espère avoir une autre réunion avec vous. » (Procell)

Nous nous étions ensuite souri.

À partir de là, j’avais escorté Belial jusqu’à la sortie.

Attendez une minute, n’a-t-il pas mentionné plus tôt à la Renarde mythologique qu’il souhaitait faire le tour d’Avalon ? Bah, peu importe. S’il veut vraiment devenir mon allié, il aura beaucoup de chances de le faire plus tard.

Quand il ne fut plus à la vue, Kuina parla.

En attendant, j’étais épuisé. Ce gars était comme une tempête.

« Père, il a l’air d’un bon gars. » (Kuina)

« Ouais. Il n’est pas comme ce que j’imaginais. » (Procell)

« … Mais Kuina ne l’aime pas. Quelque chose d’étrange chez lui. Kuina n’arrive pas à mettre le doigt dessus, mais à propos de lui, ça me donne des frissons. » (Kuina)

Elle l’avait dit en inclinant la tête.

Quelque chose à propos de lui lui donne des frissons ? Je ferais mieux de prendre note de cela.

En ce qui concerne la suite, je m’étais dit que je devrais d’abord visiter le donjon de la Bête et demander à March des informations à son sujet.

Après cela, j’allais rendre visite à la maison de Duke. Je devais encore le récompenser pour son rôle dans la guerre et le féliciter d’être devenu un véritable Empereur Dragon. J’avais un cadeau préparé pour lui et j’étais sûr qu’il l’aimerait.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *