Maou-sama no Machizukuri! – Tome 7 Chapitre 10

Mes négociations avec le Prince Léonard étaient terminées pour la journée.

Après notre réunion, il était retourné à l’auberge avec ses chevaliers.

Pour ceux qui voulaient participer, nous avions offert les services des meilleures maisons closes de la ville.

Étonnamment, même le prince voulait profiter de la compagnie d’une professionnelle. Cependant, en raison de sa position, il était hors de question pour lui de se rendre dans un bordel. Comme solution, nous lui avions envoyé directement de la visite dans sa chambre à la place.

Afin qu’ils aiment davantage la ville d’Avalon, nous avions préparé des aphrodisiaques basés sur la vase rose utilisée par le défunt Seigneur-Démon du Mal lorsqu’il avait capturé Aura. En outre, les professionnelles dépêchées cette fois-ci étaient en fait d’excellents démons de type succube qui profitait du plaisir des hommes.

J’avais demandé à ces démons de March de veiller à la qualité et heureusement, elles étaient obligées de le faire.

En raison de la récente attaque sur son donjon par d’autres Seigneurs-Démons, il semblerait que le nombre d’aventuriers allant dans son donjon avait diminué, provoquant une sorte de famine chez ce genre de monstres.

Nous avions également envoyé des démons de type succube aux autres humains de haut rang. Nous les avions empêchés de nous faire quoi que ce soit en les faisant se sentir bien.

« Je suis heureux que ça se déroule bien. » (Procell)

En ce moment, les préparatifs étaient en place. Les prochains objectifs étaient de construire une église dans la capitale d’Axera et d’autres choses.

On pourrait dire que la vraie valeur de l’Oracle Divin serait déterminée dans les efforts à venir.

Étant donné que nous entrerions sur son territoire, nous ne devrions pas nous attendre à ce que le Seigneur-Démon Noir soit aussi docile qu’il l’était pour le moment. En fait, nous devrions nous attendre à ce qu’il établisse un contact sous peu… Je vais attendre.

« Père, Kuina a fait de son mieux ! » (Kuina)

« Oui, tu as été très bien. Tu étais vraiment une bonne dame aujourd’hui. » (Procell)

« Youpis~ ! » (Kuina)

J’étais retourné à la voiture garée près du premier arbre. Alors que j’étais sur le lit, je réfléchissais aux choses à faire par la suite.

Et aussi, couchée à côté de moi se trouvait Kuina.

Elle avait enlevé sa robe formelle et s’était déjà mise en pyjama. C’était son pyjama pingouin préféré. Inutile de dire qu’elle avait l’air incroyablement adorable.

Cela étant dit, ce n’était pas exactement celui qu’elle portait toujours. Depuis que son apparence était devenue plus vieille, son ancienne tenue ne correspondait plus et elle en avait acheté un nouveau au design similaire. En dépit de son âge, cette tenue mignonne lui convenait tout autant.

« Père, par quoi étais-tu préoccupé plus tôt ? » (Kuina)

« Hmm, je suppose que c’est afin de limiter autant que possible le nombre de pertes en vies humaines. Si nous nous étions battus directement avec le Seigneur-Démon Noir, il utiliserait les humains pour mener une guerre contre nous. Si cela arrivait, ce serait un génocide. Pour éviter cela, certaines étapes sont nécessaires. En outre, nous avons gagné beaucoup de choses de cet accord. Plus qu’eux, à mon avis. » (Procell)

Selon la façon dont les choses évoluaient, nous pouvions également finir par nous battre contre les trois grandes nations en même temps.

Ce serait sanglant, mais nous devions quand même gagner.

Franchement, si c’était seulement en matière de destruction de nations humaines, alors simplement envoyer des Dragons des Ténèbres bombarder leur ville — plutôt que des combats effectivement dans le champ de bataille — était la voie la plus facile, si les choses arrivaient à ce point.

J’avais gagné des DP beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais, donc j’avais acheté un nouveau Malestorm pour le Graphross. Le nombre de mes Dragons des Ténèbres pouvait maintenant augmenter de deux chaque jour.

De plus, depuis que ma Création était revenue, j’avais été une fois de plus capable de produire des matériaux pour nos explosifs. Et puisque j’avais plusieurs fois monté de niveau, cela signifiait une augmentation de la production de ces matières. En raison de ces facteurs, nos stocks d’explosifs, fabriqués dans l’usine par les squelettes était élevés.

En d’autres termes, nous étions bien préparés pour une guerre contre les humains.

« Nous devrions juste tuer les humains ! » (Kuina)

« Non, nous ne devons pas le faire. Si nous choisissons ce chemin, ça ne mènerait qu’à la ruine. Après tout, les humains arrêteraient de venir à Avalon. Si cela arrive, tu ne serais plus en mesure d’apprécier les desserts et les robes mignonnes faites par les humains. Aimes-tu cet endroit ? Quant à moi, j’aime les humains et les choses qu’ils font. Et parce que je les aime, j’essaie de les rendre heureux. C’est pourquoi nous avons Avalon. » (Procell)

Nous ne devions pas perdre cela de vue.

Nous devrions éviter de tuer les humains autant que possible. En outre, même si j’étais prêt à aller aussi loin que d’instiller les enseignements de notre foi chez les humains, nous ne devions pas franchir la ligne qu’est le lavage de cerveau.

Je n’avais pas le désir de les transformer en poupées. Quoi que ce soit leur permettant de devenir des poupées était nuisible pour nous, car ils perdraient la possibilité de faire des choses étonnantes. Il était vital que nous nous retenions. Car si nous ne nous retenions pas constamment, nous nous serions rapidement éloignés de notre objectif.

« Oh, Kuina veut manger cette délicieuse nourriture et porter ces vêtements mignons ! Donc, je suppose que Kuina protégera les humains vivants dans Avalon ! Les humains sont faibles, donc ils ont besoin de nous pour les protéger afin de ne pas mourir ! » (Kuina)

« Oui, les humains sont faibles et ont besoin de notre protection. Nous allons faire de notre mieux pour rassembler plus d’eux. Plus nombreux ils sont, et plus les choses étonnantes viendront avec. » (Procell)

« Si nous rassemblons plus d’humains, Kuina sera capable de manger de la nourriture encore meilleure ? » (Kuina)

« Oui, bien sûr. » (Procell)

« Les humains sont incroyables ! » (Kuina)

Kuina la gloutonne l’avait dit en salivant.

J’avais souri à la vue de cela et lui avais ensuite essuyé la bouche. Kuina était aussi mignonne que d’habitude.

Peut-être était-elle vraiment fatiguée d’agir différemment que d’habitude, mais après avoir parlé pendant un certain temps, elle s’était endormie tout en enlaçant mon bras. Sa gentillesse débordait.

Les humains étaient importants, mais mes démons l’étaient aussi. Je voulais non seulement que les humains soient heureux, mais aussi mes démons ;

Je vais faire de mon mieux demain aussi. notai-je.

 

☆☆☆

 

Le lendemain matin, je m’étais réveillé tôt et me préparai.

Dans l’après-midi, le Prince Léonard et son groupe se préparaient à repartir vers la capitale.

J’allais avoir une réunion avec eux une dernière fois avant leur départ.

Hier, j’avais discuté avec lui et ses principaux conseillers les détails de mon plan les concernant.

En réponse, le prince avait dit qu’ils voulaient prendre un certain temps pour y réfléchir.

Et donc, j’avais fait mon chemin vers le lieu de notre rencontre.

L’idée était de tenir la réunion tout en ayant un rapide déjeuner.

J’étais arrivé une demi-heure plus tôt que l’heure prévue, mais l’autre partie était déjà là.

« Procell-dono, vous êtes arrivés tôt. » (Prince)

« Je pourrai vous dire la même chose. Avez-vous apprécié votre nuit ? » (Procell)

« Oui. Tellement que si l’amitié entre notre pays et Avalon est confirmée, je reviendrai. » (Prince)

« Ce sera notre plaisir de vous voir revenir. Prince Léonard, vous serez toujours bienvenu ici à Avalon. » (Procell)

J’avais écouté les rapports de mes démons hier soir.

Selon les rapports, le prince avait décidé de lâcher du leste et de s’amuser autant que possible la nuit dernière. Apparemment, il avait vécu une vie très abritée dans le château. En considérant cela, il était compréhensible qu’il ait fait usage de cette opportunité pour s’amuser un peu.

Eh bien, c’était après tout un aphrodisiaque amélioré combiné avec des succubes.

Le seul inconvénient était qu’il n’était très probablement pas satisfait des rapports réguliers.

« Alors, permettez-moi de rendre la pareille. Procell-dono, je voudrais vous inviter dans la capitale de notre nation. » (Prince)

« Cela semble merveilleux. Après que votre nation ait accepté notre foi du Saint Graal, ce serait mon plaisir de visiter votre capitale. » (Procell)

Il était inutile de gaspiller l’invitation. En outre, je pouvais l’utiliser comme un moyen d’observation.

« S’il vous plaît, je me réjouis à cette idée. Je ferai de mon mieux pour vous divertir, mon nouvel ami… en tout cas, après la discussion d’hier, j’ai beaucoup réfléchi, et je voudrais vous poser deux questions. Tout d’abord, je veux voir la foi du Saint Graal de mes propres yeux. Je veux obtenir une grande quantité de richesse, une chance pour un cessez-le-feu, des golems pour le transport et tout ce que vous acceptez de nous donner, mais je ne peux pas, en bonne conscience, laisser votre religion se propager dans mon peuple sans d’abord vérifier que ses enseignements sont appropriés. J’espère que vous comprenez mon point de vue. » (Prince)

Après avoir entendu sa première demande, j’avais un peu souri.

C’est un prince au grand cœur.

Il s’inquiétait vraiment beaucoup pour son peuple. Sans mentionner que sa proposition nous était commode.

« Alors, avant votre départ, voulez-vous participer à une réunion du culte ? Je suis certain qu’une fois que vous aurez vu cela, vous approuverez. » (Procell)

« Oui, s’il vous plaît. » (Prince)

C’était soudain, mais comme cela nous arrangeait, c’était une économie de temps. En vérité, je me demandais hier si je devais le proposer ou non au prince.

« L’autre demande que je voudrais ajouter, c’est que je veux rencontrer le Seigneur-Démon Dragon. » (Prince)

« Puis-je entendre la raison ? » (Procell)

« Mon pays a en effet beaucoup souffert dans cette guerre, mais pour le Seigneur-Démon Dragon, il a juste riposté dans une guerre que nous avons entreprise d’une manière unilatérale. En tant que représentant de ma nation, je dois m’excuser. » (Prince)

Je devenais de plus en plus étonné du prince.

Je n’aurais jamais imaginé qu’un tel train de pensée viendrait d’un membre de la royauté.

Pour cela, je l’appréciais un peu plus.

« Je suis heureux de vous entendre dire cela, mais ces excuses ne devraient-elles pas plutôt venir du roi, le Premier Prince, ou même le Second Prince et non le Troisième ? » (Procell)

« Mon père et mes frères plus âgés sont tout aussi têtus. » (Prince)

Il avait dit cela avec un froncement de sourcils. En le voyant comme ça, je commençai à l’inquiéter.

« Il ne faut pas s’inquiéter, Procell-dono. Je vous garantis que je saurai persuader mon père et mes frères. Heureusement, ils vont m’écouter, surtout compte tenu de mes réalisations jusqu’à présent et ma popularité auprès du peuple. Par ailleurs, je suis dans le droit de le faire. Je vais me contenter de leur faire comprendre que c’est la seule façon de sauver le royaume d’Axera. » (Prince)

… Alors, qu’est-ce que je devrais faire ?

Malgré ce que le prince avait dit, je ne pouvais m’arrêter de me sentir inquiet.

Je doutais du fait qu’il puisse les convaincre, mais plus que ça, il pourrait se faire tuer. C’était certainement plus simple pour nous d’agir tant que le Prince Léonard était en vie et dans sa position. Pour cela, nous devions garder un œil sur lui, le protéger, et — dans le pire des cas — nous occuper du roi et des autres princes.

{Ruru, peux-tu m’entendre ?} (Procell)

J’avais envoyé mes pensées à la boucle d’oreille contenant de l’eau.

Par le biais de l’eau, je pouvais communiquer avec Ruru qui était dans l’autre dimension.

{Bien et clairement, chef.} (Ruru)

{J’ai un travail pour toi. Je veux que tu protèges le prince Léonard le plus possible jusqu’à ce que l’église soit ouverte à Axera. Je pense que cette tâche va prendre environ deux semaines. J’ai une totale confiance en toi.} (Procell)

{Attendez une minute ! Me donnez-vous un travail de longue durée 24 h sur 24 !? Boo ! Je demande des fonds de déplacements, des heures supplémentaires payées !} (Ruru)

D’où connaît-elle ces termes ?

{Eh bien, c’est d’accord, tu auras tout cela. De plus, lorsque tu reviendras, je te nommerais. Donc, s’il te plaît fais-le. Le sort d’Avalon risque de se jouer sur ça. Bien sûr, ne le fais pas seule. Prends deux chanteurs des profondeurs avec toi comme aide. Aussi, équipe-toi du fusil d’assaut que Rorono vient de terminer. Il y en a maintenant assez pour toute le corps de renseignement.} (Procell)

{Oh. Rorono-chan est toujours aussi impressionnante. Elle travaille rapidement. Mais avec qui est cet ennemi, est-ce que ça sera suffisant ?} (Ruru)

{Peut-être pas, et c’est pour ça que je vais aussi déployer cinq Chevaliers d’Avalon réparés. Ils seront en attente à la limite de la capitale. Si le besoin s’en fait sentir, utilise le transmetteur développé par Rorono et les Chevaliers d’Avalon te rejoindront.} (Procell)

Rorono avait travaillé sans pause pour cela.

Grâce à ça, nous avions le nombre de fusils d’assaut que Ruru voulait.

De plus, elle avait fini de réparer dix des Chevaliers d’Avalon. Cinq d’entre eux seraient déployés aux alentours de la capitale comme force de secours.

Même si cela signifiait moins de force de défense pour Avalon, protéger le prince valait la diminution de notre défense.

{Compris. Eh bien, avec les chanteurs de profondeurs, je pense que nous pourrons au minimum tenir jusqu’à ce que les Chevaliers d’Avalon arrivent. Je doute qu’une situation arrive où les Chevaliers d’Avalon avec le Burst ne pourront gérer. De plus, je suis aussi inquiète à propos des rencontres de religieux, mais je pense que mes subordonnés pourront s’en sortir. Compris ! Ruru-chan va aller pour un travail de longue durée !}

{Désolé de toujours te donner des travaux peu intéressants. Je te le promets, la prochaine médaille Création sera utilisée pour créer un démon pouvant t’aider. Je suis aussi désolé pour le retard pour ta dénomination.} (Procell)

{C’est bon. Je serai plus inquiète que vous me nommiez malgré la situation. Je ne pense pas que vous soyez idiot ou quoi que ce soit. De toute façon, allez-vous participer à la réunion de la foi du Saint Graal aujourd’hui ?} (Ruru)

{Oui.} (Procell)

{Alors, je ferai bien de faire de mon mieux. Vous rendre triste de ne pas pouvoir entendre mes chansons pendant que je ne serai pas là.} (Ruru)

Notre conversation s’arrêta là.

Je déteste le fait de toujours devoir compter sur elle, donc, je devrais lui donner une récompense appropriée.

« Procell-dono, est-ce qu’il y a un problème ? » (Prince)

« Non, ce n’est rien. Je pensais juste à quelque chose. De toute façon, dirigeons-nous vers la réunion du culte. » (Procell)

« Oui, s’il vous plaît. » (Prince)

Nous étions levés avant de nous diriger vers l’église.

Là, les procédures pour une réunion avaient été suivies.

Les participants buvaient de notre eau bénite — qui était en fait le Sourire de Dieu d’Aura — et ensuite Ruru ainsi que les Chanteurs des Profondeurs chantaient sur l’amour, la coopération et aussi les idées de vouer un culte au Dieu Procell.

Après ça, j’avais prêché la bonne parole de la foi du Saint Graal.

Une fois cela fini, des larmes étaient apparues dans les yeux du prince.

« C’était vraiment des enseignements incroyables ! Amour, paix, et coopération malgré les races, je veux propager ces valeurs dans ma nation à tout prix. Procell-dono, excusez-moi d’avoir douté de vous ! Je voudrais devenir un croyant tout de suite, comme ça, je pourrai propager vos idéaux ! » (Prince)

« Je suis heureux que vous compreniez. Alors, pour propager ces idéaux, pour promouvoir la croissance du royaume d’Axera ainsi qu’Avalon, et plus que cela, approfondir la relation entre nous, joignons nos mains afin de pouvoir avancer. » (Procell)

« Oui ! » (Prince)

Ce n’était pas seulement le prince qui était d’accord, mais ses subordonnés étaient ainsi devenus de fervents croyant de la foi du Saint Graal.

Au moment où j’avais réalisé que j’avais gagné mes premiers disciples dans Axera, j’ai inconsciemment souri.

 

☆☆☆

 

Nous avions encore un peu parlé avant qu’ils ne partent.

Je considérais ces négociations comme un gros succès. Non seulement j’avais pu accomplir mes objectifs, de plus j’avais obtenu l’amitié de ce prince.

Comme prévu, Ruru et les autres suivaient le prince tout en étant dans l’autre dimension.

Ruru ne serait pas capable de faire des apparitions lors des réunions du culte, donc c’était quelque peu inquiétant, mais ses subordonnés étaient encore là et devraient pouvoir se débrouiller. Elle les avait entraînés durement.

Pour le moment, je voulais augmenter notre potentiel de guerre.

Le Seigneur-Démon Noir allait sûrement essayer de s’y opposer et chercher des problèmes.

Malheureusement, la production d’une seconde MOAB — l’un de nos atouts — ne serait probablement pas achevée à temps.

Si je ne peux compter sur ça pour augmenter notre potentiel de guerre… Oh, pourquoi n’irais-je pas voir la nouvelle technique spéciale de Kuina ? Je veux voir à quel point elle est devenue forte.

Kuina et Fel s’étaient entraînées dans l’arène du Seigneur-Démon du Temps. Apparemment, Kuina avait obtenu une technique spéciale qui lui permettait d’ignorer le pouvoir Temps de Fel.

Je voulais voir cette technique de mes propres yeux.

« Eh bien, c’est Kuina. Je suis sûr qu’elle a développé quelque chose d’incroyable. » (Procell)

Et ainsi, je m’étais dirigé vers le chariot dans le verger d’Aura, excité à l’idée de parler avec Kuina.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *