Maou-sama no Machizukuri! – Tome 7 Chapitre 15

J’avais voyagé vers la capitale royale d’Axera.

Après avoir atterri, j’avais envoyé les Dragons des Ténèbres dans mon Stockage, puis j’avais fait un tour plutôt cahoteux dans le chariot fourni par le royaume.

Mon seul compagnon était Kuina. C’était sa première fois dans la capitale royale, alors elle se penchait par la fenêtre et regardait le paysage extérieur.

« Père, il y a beaucoup de chevaux ici ! » (Kuina)

Depuis la banlieue de la ville jusqu’à l’entrée principale, un grand nombre de chariots qui étaient tirés par des chevaux s’y trouvaient alignés.

Les chariots tirés par des golems étaient déjà devenus la norme à Avalon, alors il n’était donc pas fréquent de voir autant de chevaux au même endroit.

« Aimes-tu les chevaux ? » (Procell)

« Oui ! Ils sont vraiment délicieux ! Contrairement aux cochons, ils peuvent être consommés crus en sashimi ! » (Kuina)

Je vois, pensais-je en souriant.

Les plats à base de viande de cheval avaient été l’une des dernières tendances à Avalon. Et comme l’avait dit Kuina, le manger en tant que sashimi était vraiment délicieux.

« Quoi qu’il en soit, je compte sur toi pour tout ce qui se passe aujourd’hui, Kuina. » (Procell)

« Ouais~ ! Laisse ça à Kuina ! » (Kuina)

J’avais pris des précautions contre les pires scénarios.

J’avais trois atouts pour cette occasion :

Premièrement, les capacités de Stolas.

Deuxièmement, la montre en argent que j’avais reçue du Seigneur-Démon du Temps.

Et troisièmement, la récompense que j’avais reçue du Créateur pour avoir remporté ma guerre contre Viscosité, Mal et Acier.

« … Alors, le temps de l’utiliser est enfin venu, hein ? » (Procell)

Mon dernier atout que j’avais énuméré comportait de grands risques, alors j’avais essayé d’éviter de l’utiliser le plus possible. Cependant, si les choses empiraient, je n’hésiterais pas à l’utiliser cette fois-ci.

En tout cas, le chariot dans lequel nous étions était entré dans la capitale.

J’ai l’impression d’entrer dans le ventre d’une bête mystérieuse.

 

***

 

C’était assez animé dans la capitale.

Si je devais les comparer au niveau de la vitalité des activités, Avalon était bien meilleure. Cependant, la capitale avait une certaine beauté organisée et systématique que n’avait pas une Avalon encore en développement.

« Père, c’est une si belle ville ! » (Kuina)

« Ouais. Les rues sont disposées selon un quadrillage parfait et les bâtiments sont également parfaitement régulés. C’est une vue que l’on ne peut pas voir dans Avalon. » (Procell)

Il était très probable que les bâtiments ici avaient été réglementés pour se conformer à des spécifications assez strictes afin de ne pas perturber la beauté déjà établie de la ville. Après tout, une capitale royale devait être belle.

En parlant comme ça, nous étions arrivés à notre destination.

Par destination, je ne parlais pas du château royal. Nous devions nous arrêter devant une installation qui devait d’abord accueillir les invités de pays étrangers.

Nous y étions restés quelques instants avant d’être guidés dans une chambre.

« Woah ! Cette chambre est si grande ! Le lit est si doux ! » (Kuina)

Kuina avait immédiatement plongé dans le lit.

C’était une belle chambre. Au moins pour le moment, il semblait que nous étions traités comme des invités d’honneur.

Un serviteur était alors apparu et nous avait informés que si nous avions besoin de quoi que ce soit, tout ce que nous devions faire était de sonner et il viendrait à toute heure du jour — ou de la nuit — pour répondre à ce besoin. Il nous avait également informés que le prince Léonard arriverait bientôt.

Selon le programme d’aujourd’hui, après une brève conversation avec le prince Léonard, nous devions rencontrer le roi et les autres princes afin d’inspecter notre église nouvellement construite dans laquelle nous tiendrions une réunion. Après cela, le prince Léonard devait nous accueillir chaleureusement.

Pour le lendemain, avec le prince, nous devions aller au donjon du Seigneur-Démon de Dragon.

J’espérais que tout ce voyage se terminerait sans incident, mais je savais que c’était impossible.

{Yoohoo, chef. Peux-tu m’entendre ?} (Ruru)

La voix de Ruru était alors venue de ma boucle d’oreille contenant de l’eau.

Étant une R’lyeh, elle pouvait utiliser l’eau comme moyen de communication à partir de l’autre dimension.

« Ouais, clairement même. » (Procell)

{Bien. Eh bien ! Vois-tu, il y a des types suspects qui vous surveillent tous les deux.} (R’lyeh)

« Comme nous le soupçonnions. Kuina l’a aussi sentie. Et Aura ? As-tu pu la contacter ? » (Procell)

{Je l’ai fait. Elle dit qu’elle est en position de tireuse d’élite et qu’elle surveille le terrain avec son vent. Elle dit également que, comme certains ennemis peuvent espionner les messages qu’elle envoie par le vent, elle me confie les tâches de communication.} (R’lyeh)

Oh, intéressant. Tout d’abord, Kuina a dit qu’elle seule pourrait ne pas suffire face aux ennemis, et maintenant, elle est plus prudente.

La question était maintenant de savoir d’où et quand ils allaient frapper.

Il était difficile d’imaginer que l’attaque contre nous se produirait pendant les négociations avec la famille royale. Le Seigneur-Démon Noir traitait la famille royale comme des pions commodes. Il ne devrait donc pas vouloir les prendre dans le feu croisé.

Si c’est le cas, l’attaque pourrait avoir lieu en prenant une pause après la négociation. Ou peut-être…

 

***

 

Un serviteur nous avait ensuite invités à une salle de réception. Nous l’avions suivi là-bas et nous étions assis sur un canapé confortable pendant notre attente.

À propos, Kuina et moi avions déjà revêtu notre tenue de soirée. De plus, elle était passée en mode « Demoiselle ».

« Procell-dono, bienvenue ! J’avais tellement hâte de vous revoir ! » (Léonard)

Le prince, les yeux pleins d’enthousiasme, se précipita dans la pièce et déclara une telle chose.

« Je devrais être celui disant cela, prince. Grâce à vous, expliquant les bénéfices de la foi du Saint Graal, elle a commencé à se répandre même à Axera. » (Procell)

« Mais c’est naturel ! En fait, j’ai fait de la diffusion de votre enseignement — que les humains et demi humains sont égaux — la mission de ma vie. À mes yeux, la doctrine qui dit que les humains sont les êtres supérieurs est tout simplement fausse. Pour que notre nation se développe, nous devons employer des individus talentueux, quelle que soit leur race. Alors, voyez-vous, je l’ai fait plus pour ma nation que pour vous rendre service. Il n’y a pas besoin de me remercier. » (Léonard)

Face à cela, j’avais souri avec ironie. Il semblait que je l’avais influencé plus que prévu.

{Chef, j’ai reçu des informations d’Aura. De ce qu’elle peut en dire, le prince Léonard n’est pas manipulé par le Seigneur-Démon Noir.}

Ruru m’avait contacté à nouveau et me l’avait annoncé ainsi.

Lorsque le prince était arrivé pour la première fois à Avalon, il était sous l’effet de la magie du Seigneur-Démon Noir. Nous l’avions dissipée, mais il y avait une chance qu’elle lui soit réappliquée.

Quoi qu’il en soit, comme prévu, le prince et moi avions parlé pendant un moment. J’ai demandé comment il avait persuadé le roi et les autres personnes importantes. J’avais aussi demandé comment il avait fait en sorte que tout le monde assiste à la réunion que nous aurions plus tard.

Nous avions discuté un moment, sans incident.

Une fois que nous avions fini, le prince m’avait guidé à l’extérieur. Nous étions montés dans un des chariots puis nous nous étions dirigés vers l’église. Au moment où nous étions arrivés, j’avais vu un carrosse remarquablement ouvragé qui était entourée d’un groupe de chevaliers.

Il n’y avait que quelques personnes pouvant avoir autant de gardes.

Lorsque nous étions sortis de notre carrosse, l’autre groupe en était également sorti.

« C’est un plaisir de vous rencontrer enfin, Procell-dono. Je vous remercie pour l’énorme richesse que vous nous avez apportée. Bien sûr, je suis également profondément reconnaissant pour le traitement médical de nos soldats blessés et de la médiation entre nous et le Seigneur-Démon Dragon. Vous avez été d’une aide précieuse. » (Roi)

Bien que l’homme d’âge moyen qui en était sorti n’ait pas baissé la tête, il avait adressé des mots de remerciement.

Pour le dirigeant d’un pays qui avait tenu ces propos au dirigeant d’une simple ville dans une région éloignée, c’était sans précédent. Cela montre à quel point le royaume d’Axera était dans un état désastreux.

« Oh non, je devrais être celui vous remerciant. Je vous suis très reconnaissant de nous avoir permis de construire notre église et de mener nos rites religieux. » (Procell)

« … Juste pour clarifier les choses, je vous ai seulement donné la permission. Moi et le royaume ne sommes liés en aucun cas au support de votre religion. » (Roi)

Dans ce dernier cas, le roi faisait probablement allusion à la protection contre les troubles causés par les croyants de la religion du Seigneur-Démon Noir.

Selon les rapports de Ruru, nous avions déjà reçu une sorte de harcèlement de leur part. Maintenant que notre église avait finalement été construite et que nos activités étaient sur le point de se développer, leur harcèlement ne ferait que s’aggraver.

« Oui, nous sommes clairs à ce sujet. Si je peux être franc, nous n’avons pas besoin de croyants sans conviction devenue des fidèles uniquement parce que le royaume le leur a demandé. Notre désir n’est pas simplement d’avoir plus d’adeptes, mais plutôt d’avoir plus d’adeptes qui croient et pratiquent mes enseignements. » (Procell)

Face à ma réponse, le roi laissa échapper un « Ooh ».

Je n’avais pas besoin de dons ni de croyants superficiels. Ce que je voulais vraiment, c’était de la dévotion.

« Je pense qu’il est préférable de voir par vous-même ce que sont mes enseignements. » (Procell)

Selon Ruru, les préparatifs étaient bientôt terminés. Bientôt, elle sortirait de l’autre dimension pour participer à la messe.

Aura était également en position. Si une ombre lui paraissait suspecte, elle était prête à l’abattre.

L’ancien escroc devenu prêtre semblait lui aussi prêt, en semblant vraiment en être un.

Et ainsi, j’avais guidé le roi et les princes à notre église.

 

***

 

La messe était alors terminée.

J’avais été surpris de voir à quel point l’escroc conseillé par Conanna était génial. Il était capable de raconter mes enseignements mieux que quiconque, en l’embellissant avec des récits étoffés. Ses modèles de discours, ses intonations et l’application des émotions étaient tous très habiles. Impressionnant. Il ne faut pas prendre à la légère une personne professionnelle n’utilisant pas la magie, mais simplement l’art de la persuasion. Néanmoins, nous avions toujours le chant de Ruru et le sourire de Dieu pour avoir une réussite de 100 %.

« … Merveilleux, Procell-dono. » (Roi)

« Père, tu vois maintenant que tout ce que j’ai dit était vrai, n’est-ce pas ? » (Léonard)

« Hmm, comment le dire ? Franchement, j’ai un peu de préjugés contre les nouvelles religions qui sont trop belles pour être vrais. En tant que dirigeant de mon pays, je ne peux toujours pas vous aider, mais à titre personnel, je pense que je prendrai vos enseignements à cœur et que je les respecterai pour le restant de mes jours. Léonard dit que vous avez des livres saints. Voudriez-vous bien m’en donner un ? » (Roi)

« Ce sera pour moi un plaisir. » (Prêtre)

Le prêtre était descendu de la scène et avait remis des exemplaires du livre saint. Il le passa aux frères du roi et du prince Léonard. Avoir le roi comme partisan — sinon un croyant — était énorme.

À ce rythme, la prochaine réunion se passera bien… Maintenant, utilisons cette assurance ici. Je me sentais un peu maladroit, mais cela pourrait décider de la victoire ou de la défaite.

 

***

 

Nous avions quitté l’église et étions revenus à l’établissement. Grâce en partie aux effets de la masse, l’atmosphère de la réunion était plutôt calme.

Tout se passait bien. Nous avions rapidement déterminé le nombre de soldats blessés qu’Avalon allait prendre en charge et à quel moment.

Au moment où nous allions clore la réunion, l’atmosphère avait soudainement changé.

J’avais eu un frisson dans le dos. Tous mes instincts rugissaient sauvagement, me disant de m’échapper.

« Procell-dono »

« Procell-dono »

« Procell-dono »

Le roi, les princes et les autres hommes d’État s’étaient alors immédiatement levés et avaient sauté sur moi. Étant donné ce qu’ils étaient, je ne pouvais pas les repousser négligemment.

Et à cause de mon ordre de ne pas nuire à la famille royale, la réponse de Kuina fut un peu retardée.

« Qu’est-ce qui vous a pris ? » (Procell)

J’avais essayé de demander ainsi, mais aucune réponse n’était venue.

Leurs yeux étaient flous. Il était clair qu’ils étaient contrôlés même si j’étais sûr que nous avions éliminé toutes les possibilités que cela se produise.

Cependant, plutôt que de savoir comment, la question était de savoir pourquoi ils étaient contrôlés à ce moment.

Il n’y avait simplement aucun sens à me restreindre comme ça.

Pour le meilleur ou pour le pire, la réponse était arrivée tout de suite.

« Père, un énorme pouvoir magique vient du ciel. C’est une magie cérémonielle faite par des centaines de personnes ! » (Kuina)

Kuina avait dit cela alors qu’elle concentrait tout son pouvoir magique dans ses mains qu’elle avait dirigées vers le ciel.

« Cela ne peut pas être. A-t-il l’intention de détruire ce bâtiment même alors que la famille royale est ici aussi !? » (Procell)

Nous nous attendions à ce qu’il y ait une attaque, mais pas à une telle extrémité où tout le monde dans le même bâtiment — y compris la famille royale — serait anéanti.

Néanmoins, l’attaque arrivait. C’était un pilier de lumière qui possédait l’attribut sacré.

Il avait percé le plafond comme si de rien n’était.

« Je ne vais pas vous laisser tuer, Père ! » (Kuina)

Kuina avait érigé une barrière de flammes. Cependant, les flammes n’étaient à l’origine pas conçues pour la défense. En outre, l’attaque en question était une magie cérémonielle qui devait être préparée par plusieurs centaines d’individus. Il était impossible que sa barrière tienne.

Elle avait ensuite utilisé ses flammes rouge-or et s’en était revêtue. Même avec cela cependant, il était impossible que la colonne de lumière soit repoussée. Mais alors, comme conscient de cela, Kuina me regarda et me sourit avec un visage plein de détermination. Elle avait ensuite sauté sur moi, avait repoussé les membres de la famille royale qui me retenaient et m’avait poussé elle-même.

« Même si Kuina meurt, Kuina protégera Père. Père, désolé, je ne pense pas que Kuina puisse rester avec toi pour toujours. » (Kuina)

Après qu’elle l’ait dit, elle s’était transformée en une renarde géante qui me couvrait de toutes part. Utilisant le pouvoir magique qui lui restait, elle avait durci sa fourrure dorée.

Peu après, le pilier de lumière l’avait touché de plein fouet.

maou sama no machizukuri tome 7 chapitre 15 partie 2

La magie cérémonielle s’était finalement arrêtée et la colonne de lumière était partie.

Le ciel, il est visible même si je suis à l’intérieur d’un bâtiment. Non, attends… je dois d’abord vérifier quelque chose.

« Kuina, est-ce que ça va ? » (Procell)

Il n’y avait pas eu de réponse.

Inconsciente et de retour sous forme humaine, elle était étendue sur moi. Son corps était couvert de plaies et son visage était pâle.

« Kuina, réponds-moi s’il te plaît, Kuina. » (Procell)

Peu importe à quel point, j’avais supplié, il n’y avait pas eu de réponse. Pas même une réaction. À ce moment, une pensée grave me traversa l’esprit. Non, non, non, je ne vais pas accepter ça.

L’accepter ou non, des particules de lumières s’échappaient du corps de Kuina. Peu de temps après, les particules et Kuina elle-même avaient disparu.

« Kuinaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! » (Procell)

J’avais crié aussi fort que possible. J’avais essayé d’atteindre une particule de matière, mais tout ce que j’avais saisi était de l’air.

Kuina était mon premier démon ainsi que ma plus aimée.

Nous étions supposés être toujours ensemble, mais maintenant, elle était partie.

« Misérable, c’est le seul mot pour te décrire en ce moment, n’es-tu pas d’accord, Seigneur-Démon de la Création ? » (Noir)

Au moment où j’avais entendu cette voix, deux démons de type ange m’étaient tombés dessus et ils m’avaient ligoté. Peu de temps après, le Seigneur-Démon Noir lui-même était apparu.

« Toi ! Pourquoi, tu as même impliqué la famille royale !? » (Procell)

En raison de la situation, j’avais tardé à réaliser que les membres de la famille royale présents avaient tous péri.

« Haha. Comment devrais-je dire ? Ce n’est rien de plus que de simples pions. Ils sont facilement remplaçables. Mais n’est-il pas normal de faire tout ce qui est nécessaire pour prendre son adversaire au dépourvu ? » (Noir)

« Malgré tout, ne ressens-tu rien pour tes croyants ? Aussi imparfait que tu sois, ils te vénèrent. Est-ce que ta poitrine ne te fait pas du tout mal en tuant tes croyants !? » (Procell)

« Tu dis des choses plus qu’étranges. Attends, ne me dis pas que tu crois réellement en ce que tu viens de dire. Ces prétendus croyants ne sont rien d’autre que du bétail. Du bétail consommable qui croira tout ce que je dirai. Alors, non, ma poitrine ne me fait pas mal. Bien que, utiliser du bétail royal est un peu inutile, je l’admets, mais tu sais quoi ? Les humains sont étonnamment intelligents, j’aurai bientôt un remplaçant. » (Noir)

Le Seigneur-Démon Noir l’avait dit ainsi, puis avait ri de bon cœur.

En examinant une nouvelle fois le terrain, j’avais finalement accepté ma défaite. Il me faudrait beaucoup moins de temps pour me tuer que pour Aura et Ruru de détruire le groupe de démons de type ange.

C’était fini. Il n’y avait aucune utilité à résister.

« Tue-moi, Seigneur-Démon Noir. » (Procell)

Au moins de cette façon, je mourrai avec honneur, quelle qu’en soit sa valeur.

« Maintenant, pourquoi devrais-je faire un tel gaspillage ? Tu es un imbécile, certes, mais tu as une excellente capacité. Avec mes capacités, je pourrais teindre ton cœur en Noir et te rendre utile. » (Noir)

Selon le Seigneur-Démon du Temps, en échange d’une énorme quantité de pouvoir magique, le Seigneur-Démon Noir pouvait teindre le cœur de sa cible et le contrôler. Cela fonctionnait même si la cible était un Seigneur-Démon. Cela signifiait que peu importe la guerre pour lui, il pouvait toujours inverser la tendance. Pire encore, il n’y avait pas de défense directe contre lui.

Considérant que c’était un destin pire que la mort, j’avais essayé de me libérer, mais la prise des démons de types anges était trop forte. En outre, ils avaient attrapé la montre en argent suspendue à ma poitrine et l’avaient enlevée.

Cette montre était une récompense du Seigneur-Démon du Temps. Si je l’utilisais pour arrêter mon temps, les capacités du Seigneur-Démon Noir pourraient être bloquées et, en raison de la consommation de puissance magique élevée de ses capacités, il était peu probable qu’il puisse l’utiliser de nouveau si tôt. Hélas, avec la montre loin de moi, ce n’était plus possible.

« Maintenant, deviens mien, Seigneur-Démon de la Création. » (Noir)

« Va te faire foutre. Pour oser faire ça à Kuina, il n’y a pas moyen… pas possible… » (Procell)

Je n’avais pas pu continuer ma phrase. Mon cœur était devenu de plus en plus sombre. Et puis, j’avais disparu.

Qui suis-je ? C’est vrai, je suis…

« À vos ordres, mon Seigneur Noir. » (Procell)

Je suis le serviteur loyal du Seigneur-Démon Noir.

« Fuhahahahah! J’ai obtenu le pouvoir ultime ! Je devrais pouvoir gagner contre Dragon et Temps ! » (Noir)

Le Seigneur-Démon Noir se mit à rire de tout son cœur.

« Premier ordre. Je veux que tous tes démons me jurent fidélité. Tu en as probablement déployé à proximité. Commence par les invoquer. Invoque-les et fais-les me jurer fidélité. » (Noir)

« Comme vous le souhaitez, Votre Altesse Seigneur-Démon Noir. » (Procell)

Comme ordonnée, Procell avait appelé Aura et Ruru.

Arrivant par le vent, la première arrivée fut Aura. Avec un coup, elle avait atterri à côté de Procell.

« Donc, c’est l’Elfe antique de la rumeur. Je vois, un si beau démon. J’ai toujours voulu avoir un démon avec autant de talent et une telle beauté. Voyons, pourquoi ne me démontres-tu pas ton talent ? À l’aide de ton arme, tires sur la tour de l’horloge à deux kilomètres dans cette direction. Si quelqu’un peut le faire, c’est toi, n’est-ce pas ? » (Noir)

Le Seigneur-Démon Noir avait ordonné ça à Aura. Procell lui avait ordonné d’obéir au Seigneur-Démon Noir.

Alors, elle prépara son précieux fusil et le dirigea vers la tour de l’horloge.

« Alors, s’il vous plaît, regardez mon tir. » (Aura)

Aura l’avait dit et appuya trois fois sur la gâchette. Cependant, plutôt que la tour de l’horloge, ses cibles réelles étaient les têtes de Procell et les deux démons de type ange qui limitaient ses mouvements.

À la vue de ce qui aurait dû être une chose impossible — un démon attaquant leur propre Seigneur-Démon —, le Seigneur-Démon Noir avait les yeux écarquillés.

« Pfff. Même si c’est un faux, ça me dérange toujours de tirer sur le maître. » (Aura)

Après avoir dit cela, Aura avait ensuite regardé le Seigneur-Démon Noir avec des yeux froids pleins de dédain.

« Qu-qu-qu’est-ce que tu fais !? » (Noir)

« Quoi, tu demandes ? J’élimine l’ennemi, hein ? » (Aura)

Face à cette réponse, le Seigneur-Démon Noir était confus.

Avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit, l’eau sous ses pieds avait formé la forme d’une cage. Juste après, R’lyeh. La belle chanteuse de l’autre monde aux cheveux bleus était apparue.

« Aura, tout va bien de mon côté aussi. La capture est terminée en toute sécurité. » (Ruru)

Ruru le déclara et puis elle sourit gracieusement.

« Toi ! Comment oses-tu ! Libère-moi ! » (Noir)

« Eh. Même si tu dis cela, je n’ai aucune obligation d’obéir. » (Ruru)

« Ouaip. Moi non plus. Notre maître est le seul que nous écouterons. » (Aura)

Les deux filles avaient répondu ainsi et avaient ensuite souri.

À ce moment-là, on pouvait entendre des bruits de pas et chacun se retournait pour voir à qui il appartenait.

« As-tu fait un bon rêve ? Franchement, ta lâcheté et ton arrogance t’ont rendu facilement prévisible. Mais je suppose que je doive te remercier pour ce discours intéressant. Tu as révélé la vérité à beaucoup de personnes. » (Procell)

Celui qui avait parlé n’était autre que le Seigneur-Démon de la Création, Procell. À ses côtés se trouvaient la famille royale supposée avoir péri et Kuina, la renarde céleste.

À ce moment-là, le Seigneur-Démon Noir se rendit enfin compte de qui s’était fait piéger.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *