Maou-sama no Machizukuri! – Tome 7 Chapitre 3

Après le bain, je m’étais dirigé vers l’atelier de Rorono.

Afin de surmonter les stratagèmes du Seigneur-Démon Noir, les talents de Rorono étaient absolument nécessaires.

Dès que j’étais arrivé, je lui avais remis un plan. Cependant, ce n’était pas pour une arme.

J’avais essayé de le faire moi-même avec ma Création, mais le résultat n’avait pas été aussi bon que souhaité. Il était clair que l’aide de Rorono était nécessaire.

En examinant le plan que je lui avais donné, elle avait hoché.

« C’est intéressant. Cette chose peut simultanément transmettre la voix et la forme de la personne partout dans la ville. Si le Maître veut devenir un dieu, cette chose transformera votre message en un message d’oracle. » (Rorono)

Comme attendu d’elle, elle était capable de voir ce que je voulais faire tout de suite.

« Rorono, désolée de te donner encore plus de travail. » (Procell)

« Mhm, ça va. Je suis après tout votre fille et une démone du pacte démoniaque. Tant que Père aura des attentes pour moi, je m’efforcerai de continuellement y répondre. » (Rorono)

En l’entendant volontairement m’appeler Père plutôt que maître, j’ai pu comprendre la profondeur de sa résolution.

Et puis, quand j’avais soudainement regardé le mur, j’avais vu que les horaires de ses projets y étaient posés.

Priorité maximum : Réparer et augmenter la production des Chevaliers d’Avalon

Priorité maximum : Développer de nouvelles armes pour Kuina

Priorité maximum : Augmenter la production de fusils d’assaut pour le groupe de R’lyeh

Priorité maximum : Produire à nouveau une MOAB

Priorité maximum : Développer de nouvelles bombes pour le corps aérien

Priorité : Augmenter la puissance de l’armure mécanique

Priorité : Développer l’arme exclusive de Duke

Priorité : Développer l’arme exclusive de March

Priorité : Résolution des problèmes et amélioration de l’arme des chevaliers d’Avalon

Priorité : Création de contre-mesures contre la défaillance des infrastructures provoquée par une augmentation soudaine de la population. Création de plans de reconstruction

Priorité : Améliorer à nouveau les golems de mithril

Priorité : améliorer les chariots spéciaux des Hippogriffes.

Priorité : Entraînement des nouvelles Naines forgeronnes

Le simple fait de regarder la liste de ses priorités était vertigineux.

Et ce n’étaient que les plus urgents. Elle devait encore faire son travail régulier, comme ses fonctions de chef de l’unité de golems.

Il n’était pas exagéré de dire qu’elle portait le poids de l’avenir d’Avalon sur ses petites épaules.

Pour être honnête, l’accabler de plus de travail me faisait souffrir. Mais c’était nécessaire.

« Rorono, désolé je ne peux pas réduire ta charge de travail. Cependant, si cela t’aide, j’écouterai n’importe laquelle de tes requêtes et j’essaierai de te l’accorder… de plus, je veux que tu exprimes d’avantages ton égoïsme. » (Procell)

Dans le cas de Kuina, je n’avais pas à m’inquiéter, car si elle voulait quelque chose, elle le dirait. Rorono, cependant, elle était toujours réservée, et ça m’inquiétait de temps en temps.

« Mhm. Alors, faites-moi un câlin, Père. Juste votre étreinte me suffit pour être heureuse et me sentir bien. » (Rorono)

« Je vois. » (Procell)

Quand je l’avais enlacée par-derrière, elle s’était collée contre moi.

Après un moment, elle s’était relevée.

« La recharge de la chaleur de Père est complète. Je vais retourner travailler. Père, attendez-vous à quelque chose de bien. Je vais faire du mieux que je puisse faire. » (Rorono)

Après avoir dit cela, elle avait commencé à utiliser plusieurs PC à la fois et avait travaillé sur le plan.

Elle était vraiment fiable.

Et s’il y en avait deux comme elle ?

Une fois que Stolas sera réveillée, je pourrais lui demander d’utiliser sa compétence sur Rorono pendant une courte période pour améliorer sa productivité. Si ma demande était acceptée, cela réduirait la charge de travail de Rorono, même si c’était faible.

Pour aider Rorono, j’avais fait du café.

C’était une boisson des pays du Sud qui avait commencé à circuler dans la ville.

Après lui avoir donné le café, j’avais pensé partir. Quoi que ce soit d’autre risquerait de la gêner dans son travail. Pendant que je le pensais, la porte s’ouvrit.

« Rorono-chan, Kuina a fait quelques sucreries ! Tu pourras les manger plus tard, si tu le souhaites ! » (Kuina)

Avait crié Kuina avant de repartir.

Quand j’étais parti, un panier était à l’entrée. À l’intérieur, il y avait une tarte aux fruits.

Je l’avais ramassé et m’étais dirigé vers Rorono.

En pensant que la tarte irait bien avec le café, j’en avais coupé une part et l’avais servi à Rorono avec le café.

« Merci, Père. » (Rorono)

« Est-ce que Kuina vient souvent ici ? » (Procell)

« Oui. Récemment, elle a apporté des sucreries maison. Afin de ne pas déranger mon travail, elle les laisse devant la porte. Au début, ce qu’elle faisait était affreux, mais au fil du temps, ils sont de mieux en mieux. Aura est très douée pour enseigner. » (Rorono)

Il semblerait que Kuina s’inquiétait aussi pour Rorono et faisait son possible pour l’aider.

« Vous aussi, mangez, Maître. » (Rorono)

Rorono m’avait offert de la tarte tout en tenant sa tasse de café et regardant un PC.

J’avais pris une bouchée. La texture n’était pas superbe, mais c’était délicieux. C’était surprenant que Kuina l’ait fait. En mordant dans la tarte, la confiture de fruit aigre-doux avait éclaté et s’était mélangée avec la couche de croûte.

« Je suis vraiment surpris. C’est vraiment bon. » (Procell)

« Chaque fois que je fais du travail mental pendant une longue période, j’ai tendance à vouloir du sucre. Considérant que c’est Kuina, c’est très bien pensé. » (Rorono)

Les coins de sa bouche étaient relevés quand elle le disait.

Le fait que Kuina ait fait cette tarte spécialement pour elle la ravissait probablement plus que le goût.

Les voir si proches était superbe.

Après lui avoir dit qu’elle pouvait le faire une dernière fois, j’étais parti de son atelier.

J’avais décidé que tout comme Kuina, je devais soutenir autant que je le pouvais Rorono.

*

Enfin, c’était le jour de ma rencontre avec le Seigneur-Démon Noir.

Alors qu’en surface, il pourrait sembler que mes seules escortes aujourd’hui soient Kuina et Ruru. J’avais placé mes autres démons dans mon Stockage comme assurance.

En outre, la réunion d’aujourd’hui devait être une discussion et non une bataille, c’était ce à quoi je m’attendais.

Surtout que le Seigneur-Démon Noir était celui choisissant l’endroit de la réunion.

J’avais envoyé Ruru en avance pour examiner l’endroit, et bien qu’elle ait confirmé qu’il n’y avait pas de pièges, je devais toujours rester sur mes gardes.

De toute façon, Aura était venue pour me voir partir.

Elle allait protéger la maison en mon absence cette fois.

« Prenez soin de vous, maître. » (Aura)

« Je le ferai. Prends soin de Stolas, s’il te plaît. » (Procell)

« Oui. Son état pourrait s’améliorer, mais cela ne veut pas dire qu’après tout, nous pouvons nous détendre tout de suite. » (Aura)

Comme Aura l’avait dit, la condition de Stolas s’était améliorée. Elle devrait bientôt pouvoir se réveiller.

Juste quand j’étais sur le point de monter sur un Dragon des Ténèbres et de partir, j’avais entendu des pas pressé venir vers moi.

Quand je m’étais retourné, j’avais vu une silhouette de la taille de Rorono portant une grande sacoche.

Il s’était avéré que c’était Rorono, mais comme elle avait couru pour venir, sa respiration était laborieuse.

« Maître, je l’ai terminé, la chose que vous m’aviez demandé de faire, “Dispositif de Multiplexage Audio Stéréophonique et à Affichage d’Images Spatiales”… l’oracle divin. » (Rorono)

Rorono avait sorti de sa sacoche un appareil séparé en trois unités.

Je n’aurais jamais imaginé qu’elle serait capable de le compléter si rapidement, et pourtant c’était le cas.

Si nous l’utilisions, nous serions en mesure d’envoyer mon image et ma voix à tous les humains de la ville en même temps.

Comme un oracle divin le ferait.

C’était tellement ridicule que je ne pouvais m’empêcher de rire. Après tout, avoir une voix plus forte dans une discussion augmentait les chances d’être entendu.

Surtout dans ce monde où les méthodes de diffusion de l’information à plusieurs personnes en même temps étaient rares voir inexistantes.

Dans une petite ville compacte, cet appareil aurait non seulement un plus grand impact sur les gens, mais la rapidité et l’exactitude du transfert d’information qu’il apporterait étaient bien plus grandes.

En outre, il était plausible pour les gens de ce monde de voir une telle chose comme une œuvre de dieu.

L’invention de Rorono révolutionnerait sans aucun doute le monde.

« Excellent travail, Rorono. » (Procell)

J’avais inconsciemment serré Rorono.

Bien qu’elle parut surprise au début, elle n’avait pas résisté et m’avait rendu l’étreinte.

Elle avait vraiment répondu à mes attentes.

Si nous utilisions cet appareil, je serai sur l’attaque. Quand on l’utilisait avec un autre outil, non seulement on pouvait y arriver, mais on pouvait aussi aller à l’encontre de ce type jusqu’à sa chute.

« Tu mérites vraiment une récompense une fois de retour. Essaye d’y penser. Tu devrais demander quelque chose de plus incroyable que la fois précédente. » (Procell)

« … Mhm. Je vais y réfléchir. » (Rorono)

Nous nous enlacions toujours, donc je ne voyais pas son visage, mais je pouvais voir ses oreilles rougir.

Bien que c’était amusant de penser à la façon dont je pourrais utiliser cet appareil pour harceler ce gars, il n’y avait plus de temps. Je devais partir immédiatement pour ne pas être en retard.

Et ainsi, le Dragon des Ténèbres que je montais avait battu des ailes. Nous étions maintenant sur le chemin pour la réunion. Dès le début, ni le Seigneur-Démon Noir ni moi n’attendions que l’autre soit sincère. Tout ce à quoi nous pensions, c’était des façons de battre l’autre sans en arriver au combat physique.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *