Maou-sama no Machizukuri! – Tome 7 Chapitre 4

J’étais monté sur le dos du Dragon des Ténèbres et étais parti d’Avalon.

Les filles étant avec moi étaient Kuina et Ruru.

Si c’était le duo Kuina et Ruru pour me protéger, j’étais sûr d’être à l’abri de la plupart des menaces, à la fois dans le monde normal et l’autre dimension.

En guise d’assurance, j’avais placé certains monstres fiables dans mon Stockage.

« Père, nous ne sommes pas censés nous battre aujourd’hui, n’est-ce pas ? » (Kuina)

« Oui, c’est vrai. Il vaut mieux ne pas se battre. Mais si jamais l’autre côté commence, je compterai sur vous. » (Procell)

« Nous ferons de notre mieux ! » (Kuina)

Kuina serra le poing et déclara cela.

J’étais content pour ça et tout le reste, mais je préférerais qu’il n’y ait pas de situation pour qu’elle fasse de son mieux en premier lieu.

« Patron, je me demande depuis un moment maintenant, mais pourquoi n’as-tu pas appelé March-sama et ses démons à Avalon ? S’ils étaient là, Avalon serait beaucoup plus sûre. » (R’lyeh)

Ruru appréciait le paysage et chantonnait en pensant à cette question.

March était retournée dans son donjon. Le démon qu’elle m’avait prêté était également reparti.

Dès le début, elle était occupée à reconstruire son donjon et ne faisait que venir pour m’apprendre comment utiliser correctement l’Éveil.

« Peut-être, mais tu vois, ils sont occupés à reconstruire leur donjon. De plus, si nous les invitons pour ça, je ne pense pas que nous pourrons grandir. Les affaires d’Avalon sont celles d’Avalon, et les affaires du donjon de March sont celles de son donjon. Je voudrais séparer nos affaires autant que possible. Bien sûr, quand une crise arrivera, nous coopérerons. » (Procell)

Avalon était finalement ma propre marque. Si je devais amener un tas de démons de March, cela ne serait plus vraiment Avalon.

« Oui, je suppose. Je veux dire, que se passerait-il si un démon inconnu apparaissait soudainement et agissait comme s’il possédait l’endroit ? » (R’lyeh)

« Kuina est d’accord ! » (Kuina)

J’étais content que les deux soient d’accord, mais là encore, pour motiver et stimuler nos forces, échanger des démons entre donjons pourrait être intéressant.

Je pensais à cela quand le Dragon des Ténèbres avait commencé à décélérer.

Le temps de réflexion était terminé. Notre destination était proche.

Le Seigneur-Démon Noir avait choisi notre lieu de rencontre dans le Nord, une ville d’un grand pays. Apparemment, il avait choisi cette ville parce que c’était un endroit que nos deux influences n’atteignaient pas.

Maintenant, qu’est-ce qu’il va essayer de faire ?

*

Environ trente minutes plus tôt que l’heure fixée, nous avions atteint le lieu désigné. C’était le genre de magasin pouvant être appelé un bar élégant. L’éclairage donnait une atmosphère particulière.

À l’intérieur, il y avait un homme portant une mince robe noire.

« Bienvenue, junior. Je suis tellement content que tu sois venu. » (Noir)

L’homme m’avait alors appelé d’une voix amicale. Bien sûr, c’était le Seigneur-Démon Noir. Pour une raison inconnue, il ressemblait au Seigneur-Démon du Temps.

Cependant, son narcissisme, son dédain et son mépris envers l’autre étaient évidents au premier regard.

Tout aussi évident, c’était l’entêtement dans ses yeux.

En un seul regard, je savais qu’il était le type de personne que je n’aimais pas.

« Quand tu me menaces comme ça, peu importe à quel point je ne voulais pas venir, je n’avais pas le choix. » (Procell)

Je parlais humblement comme on le ferait à un senior, mais ce type agaçant ne méritait même pas un tel traitement.

Derrière lui se tenaient deux chevaliers vêtus d’une armure noire.

Comme j’étais actuellement, je pouvais voir la force de ces deux démons. Ils étaient de Rang A ayant été entraîné au maximum.

Ils étaient forts, mais pas absurdement forts. Ils n’étaient pas comme les filles, Duke, ou Enlil qui étaient bien au-delà de la norme.

Si un combat devait commencer, Kuina pourrait probablement les détruire en un instant.

Cela dit, mes instincts m’avertissaient que ces deux n’étaient que là pour décorer, et que les vrais gardes étaient cachés ailleurs. Selon moi, commencer un combat ici pourrait être fatal.

« Désolé de t’avoir menacé. Eh bien, c’était juste que je voulais vraiment te parler, Procell, à tout prix même. Je doute que tu sois venu si je n’avais pas fait quelque chose comme ça. Et il semble qu’il y ait des malentendus à mon sujet. Laisse-moi d’abord aborder quelques-uns de ces points. Je pense que tu le sais, mais cette menace n’était qu’une blague. Je n’avais aucune intention d’attaquer la Seigneur-Démon du Vent. » (Noir)

Il déclara cela avec un sourire vicieux.

Très probablement, il agissait ainsi pour m’énerver. Je ne peux pas le laisser diriger la conversation. Je dois me calmer.

« Était-ce juste une blague ? » (Procell)

« Avant cela, au lieu de rester ici, asseyons-nous. Les cocktails du barman sont superbes. Surtout le Seigneur-Démon Noir que j’ai commandé. C’est tellement bon, ça pourrait t’envoyer au paradis. Donc, barman, deux Seigneurs-Démons Noirs. » (Noir)

« … arrête de parler pour ne rien dire. Tu es mon ennemi. Qu’est-ce qu’il y a avec cette attitude trop amicale ? » (Procell)

Je m’étais assis, mais je n’avais pu retenir mon irritation plus longtemps.

« Ennemi ? Quelle blague ! Procell, je suis un camarade qui te comprend, qui a suivi le même chemin que toi. Nous sommes tous les deux intelligents. Nous ne sommes pas comme les autres Seigneurs-Démons idiots qui aiment tuer les humains. » (Noir)

« Ne me mets pas dans le même panier que toi. » (Procell)

« Haha, ça fait mal d’être aussi détesté… Mais d’abord, laisse-moi me présenter officiellement. Je suis le Seigneur-Démon Noir, Balam. D’accord pour gagner ta confiance, je vais te parler de ma capacité. À l’origine, comme tu peux l’imaginer, je ne partage pas cela avec d’autres personnes, mais puisque c’est toi, je ferai une exception. Ma capacité est Noir. Fondamentalement, je peux utiliser n’importe quel pouvoir associé à la couleur Noir. Aussi, comme toi, j’ai une médaille de Rang A. En d’autres termes, je suis l’un des rares élus. » (Balam)

Il y avait beaucoup de Seigneurs-Démons qui considéraient que le fait d’avoir des médailles de Rang A était quelque chose de très spécial. Il semblerait qu’il était l’un d’entre eux.

J’avais connu de vieux Seigneurs-Démons qui avaient des médailles de Rang A, à savoir Bête, Temps et Dragon, et ils avaient tous un charisme. Cependant, je ne pouvais pas sentir des choses de ce type.

« … Je suis le Seigneur-Démon de la Création, Procell. » (Procell)

« Devrais-je t’appeler Procchi ? » (Balam)

« Arrête de jouer. Je me répète. Pour avoir blessé March et tenté de tuer Stolas, tu es mon ennemi. » (Procell)

Quand j’avais dit ça, le Seigneur-Démon Noir avait un peu ri.

Il avait ensuite pris une gorgée du Seigneur-Démon Noir que le barman a amené.

« Tu te méprends, Procell. Regarde, j’ai essayé de vaincre, le Seigneur-Démon de la Bête en raison de mes propres raisons. Je ne l’ai pas fait pour te contrarier. Au contraire, parce que tu es intervenu arbitrairement, je devais être la victime. » (Balam)

« Il est naturel d’aider son parent. » (Procell)

« Pas vraiment. En fait, je dirais que vouloir tuer son parent est la norme pour les Seigneurs-Démons et que tu es juste une exception. » (Balam)

« Alors, qu’as-tu à dire par rapport à Stolas ? Tu sais que Stolas et moi sommes en bons termes et tu m’as menacé en disant que tu l’anéantirais ainsi que son donjon. Tu as pratiquement manipulé le Seigneur-Démon de la Lame et l’as utilisé pour la tuer ! » (Procell)

Je craignais de penser à quel point Stolas aurait souffert si nous n’étions pas intervenus. Après tout, si Duke n’avait pas aidé, la renaissance d’Enlil n’aurait pas eu lieu.

« Je n’ai aucune idée de quoi tu parles. Je t’ai menacé, oui, mais c’était juste un moyen de te faire venir, Procchi. Je n’ai vraiment rien fait. » (Balam)

« Comme si c’était vrai ! Quelques instants avant sa mort, le Seigneur-Démon de la Lame m’a dit qui le soutenait. Et c’était toi ! » (Procell)

Après avoir été utilisé et manipulé, le Seigneur-Démon de la Lame avait été tué par une malédiction placée sur lui pour le faire taire. Quelques instants avant sa mort, dans un effort pour se racheter, il avait utilisé son propre sang pour écrire le nom de celui dirigeant depuis l’ombre. D’après lui, c’était le Seigneur-Démon Noir.

« Hmm, même si tu me dis ça, je n’en ai aucune idée. Tu peux sûrement imaginer qu’il y a d’autres Seigneurs-Démons qui veulent me renverser. Malheureusement, ce sont les mêmes Seigneurs-Démons qui ont très, très peur de nous voir tous les deux nous joindre parce que ça nous rendra plus forts. Je veux dire, si nous faisons équipe et que les trois pays que j’ai sous mes ordres recevaient le soutien technique d’Avalon, que se passerait-il? » (Balam)

J’y avais réfléchi pendant un moment, mais seule une scène sortant toute droite d’un cauchemar m’avait traversé l’esprit.

À travers ma Création, j’avais accès à la Mémoire de la planète, et je savais ce qui se passerait si les humains obtenaient des outils outrageusement dangereux.

« La réponse, tu vois, c’est que nous aurions l’empire le plus puissant et le plus grand. Un empire qui dévorerait rapidement tous les autres pays. Penses-y, nous pourrions unifier tous les pays en un seul. Et avec une seule nation, il n’y aurait qu’une religion d’État. Une conquête mondiale complète ! Je serais le dieu de cet empire, et tu seras l’empereur. Personne ne serait capable de nous défier. Nous serions capables de rassembler des émotions et des DP, un million de fois plus que ce que nous avons actuellement ! Incroyable, tu ne penses pas ? » (Balam)

Le Seigneur-Démon Noir aimait visiblement parler de ses ambitions.

« Tu sembles apprécier les humains au pouvoir, n’est-ce pas ? Tu as un complexe ou quelque chose du genre ? » (Procell)

Quand je l’avais dit, une fissure était apparue dans son sourire.

Il semblait que ce soit un sujet qu’il n’aime pas.

« Ouais, eh bien, plutôt que de parler d’un complexe, je dirais que je suis juste en train de m’opposer au sort nous étant imposé. Y as-tu déjà pensé ? Nous, les Seigneurs-Démons, sommes tellement supérieurs aux humains, et pourtant, nous ne pouvons pas vivre sans eux. Plus tu y penses, plus tu réaliseras que nous sommes nés dans le seul but d’aider le développement des humains. Nous ne sommes que de simples outils faits pour le bien des humains. » (Balam)

« J’ai entendu quelque chose de similaire du Créateur. » (Procell)

Apparemment, le sens de notre existence était de guider progressivement l’humanité au niveau d’une civilisation ancienne et perdue.

Nous étions là pour faire avancer la planète. Par conséquent, pourquoi le Créateur faisait-il référence aux Seigneurs-Démons en tant qu’enfant de la planète ?

« Et quelle responsabilité c’est ! Nous sommes des êtres fantastiques appelés Seigneur-Démon et nous ne sommes pas les jouets des humains. Je ne vais pas souffrir en silence !! Et donc, mon objectif est de faire en sorte que tous les humains soient rassemblés comme les porcs qu’ils sont. Je ne les laisserai pas grandir et développer plus loin. Je les garderai indolents. Alors que je les garderai de tout mal, c’est seulement pour que je puisse m’en nourrir. Je vais remettre les choses en place. » (Balam)

Ses émotions étaient claires dans sa voix.

Il était obsédé par l’utilisation et la manipulation des humains. C’était une sorte de credo.

« Je n’ai aucun intérêt pour ce genre de choses. Que nos actions profitent ou non aux humains ne m’importe pas. Tant que je peux vivre la vie que j’ai choisi, ça va. » (Procell)

Tant que toutes les parties — humains, Seigneurs-Démons et démons — étaient heureuses, il n’y avait rien d’autre à dire.

Personnellement, même si j’étais fait au bénéfice des humains et que chacune de mes actions améliorait leur vie d’une manière ou d’une autre, tant que je pouvais agir purement de ma propre volonté, je ne pensais pas que je dansais dans la paume d’un dieu.

« … Tsk, tu parles comme le Seigneur-Démon Dragon. » (Balam)

« Eh bien, je respecte cette personne. » (Procell)

Son irritation grandissait. En se calmant un peu, il m’avait regardé et avait continué à parler.

« Je pensais que Procchi se joindrait à moi. » (Balam)

« Comme je l’ai dit au début, tu es mon ennemi. Fais ce que tu veux, mais cette guerre injuste contre Stolas et maintenant les membres de la famille royale qui viennent à Avalon, je suis sûr que ce sont tous des actes hostiles que tu as commis. » (Procell)

Ce n’était pas un argument d’une discussion, mais des faits.

« Alors, Seigneur-Démon de la Création, Procell, vas-tu me faire la guerre ? Dans l’attaque contre le Seigneur-Démon de la Bête, Marchosias, la plupart de mes forces sont restées intactes. Toi, d’un autre côté, tu as utilisé ton atout et ne devrais pas avoir assez de temps ou de ressources pour le remplacer. Oh oui ! Je suis conscient que tu n’as actuellement pas de Pouvoir Magique. » (Balam)

Face à cela, j’avais ri intérieurement.

Donc, c’est comme je le pensais ? Il ne sait toujours pas que mon Pouvoir Magique est revenu ?

Bien que j’avais utilisé mon Stockage dans le donjon de Stolas, c’était seulement dans sa salle de cristal. Pour lui, il devrait encore apparaître que mon Pouvoir Magique avait disparu.

Aussi, il semblait que l’information que March soit devenue ma démone ne l’ait pas encore atteinte.

« Si tu commences, je riposterais. Je n’aime pas me battre, mais je le ferai au besoin. Aussi, ne pense pas que la MOAB est le seul atout que j’aie dans ma manche. Si quelque chose devait être utilisé contre toi, j’aurais du mal à choisir. » (Procell)

Je l’avais dit de cette manière puis l’avais regardé de façon menaçante.

Je bluffais tout simplement. Si c’était limité au champ de bataille, je n’avais pas d’autre atout que la MOAB.

« Oh, je suis tellement effrayé. Mais Procchi, tu me sous-estimes trop. Si je le voulais vraiment, les trois royaumes sous mon commandement peuvent facilement détruire ta ville. En d’autres termes, je peux te tuer sans même devoir me battre. » (Balam)

« C’est effrayant aussi. Mais si je te vois faire quelque chose comme ça, je vais écraser ta base de toutes mes forces avant de me faire tuer. Je suppose que je peux aussi obtenir l’aide des trois Seigneurs-Démons les plus puissants que tu détestes tellement. » (Procell)

Nous nous étions tous les deux regardés. Au bout d’un moment, Balam leva les mains comme pour dire qu’il abandonnait.

« J’ai perdu. Quel junior désagréable, Procchi ! Si nous finissons par nous battre, il semblerait que nous mourrions tous deux. Je ne sais pas pour toi, je voudrais éviter cela. Donc, j’ai une proposition. Faisons un pacte. Ne t’inquiète pas, c’est juste un pacte de non-agression. » (Balam)

« … ça me paraît bien. Je préfère laisser passer l’opportunité de te détruire que de me battre en premier lieu. » (Procell)

Après avoir dit cela, Balam prit un morceau de parchemin dans un sac et y écrivit quelque chose. Une fois cela fait, il mordit son doigt et le pressa sur le papier.

Après avoir lu son contenu, j’avais fait de même.

Fait intéressant, il y avait beaucoup d’échappatoires dans ce contrat. Ces failles nous justifieraient d’ignorer le contrat et d’attaquer l’autre à peu près quand nous le voulions.

« Et donc, cette réunion est terminée. Dommage que tu n’as même pas goûté le Seigneur-Démon Noir, Procchi. C’est délicieux, tu sais. » (Balam)

« Même ainsi, je tiens à ma santé. » (Procell)

J’avais répondu, m’étais levé et étais parti.

Ce pacte n’était qu’une pause. J’étais sûr qu’il ferait des choses dans les coulisses lui permettant de m’écraser.

Gagner du temps était la seule raison de ce pacte.

Ce qui me convenait parce que je voulais aussi gagner du temps.

Comme ça, une fois nos préparatifs terminés, nous serions à la gorge de l’autre.

Je suppose que celui qui termine ses préparatifs en premier gagne.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *