Maou-sama no Machizukuri! – Tome 8 Chapitre 4

Après que Tiro ait monté de niveau, nous étions retournés dans mon donjon.

La force de Tiro était bien supérieure à ce à quoi je m’attendais, ce qui m’avait intéressé quant à sa croissance.

Cela étant dit, ses combats n’avaient montré que peu de ses points faibles.

Chaque fois que Tiro quittait l’autre dimension et apparaissait, elle n’avait pas de vitesse de base. C’était bien quand elle apparaissait au sol, mais pour qu’elle apparaisse dans les airs et attaque, elle devait d’abord accélérer pour atteindre sa cible. Et même si elle pouvait déjà l’atteindre, sans vitesse, son attaque n’aurait pas tant de puissance.

Par exemple, si jamais elle choisissait un angle aigu dans le fusil de Kuina comme point de sortie, elle pourrait apparaître suspendue dans les airs, et c’était la pire situation parce qu’elle devrait d’abord toucher le sol pour attaquer. Si quelqu’un comme Kuina était l’ennemi, une contre attaque était sûre.

J’avais l’intention de discuter de telles choses avec Rorono. Espérons qu’elle pourrait trouver un moyen de l’aider même en vol.

Cela ferait sans aucun doute que Tiro deviendrait encore plus forte.

« Les filles, rentrez d’abord. Je vais commander quelque chose ici à livrer. Nous allons manger luxueusement aujourd’hui. » (Procell)

« Youpi~ ! J’attends cela avec impatience ! » (Kuina)

« Gaugau! » (Tiro)

« Chef, n’oublie pas l’alcool ! » (Ruhe)

Kuina, Tiro et Ruhe semblaient tout heureuses et j’en étais heureux.

Cela allait être la fête de bienvenue pour Tiro, donc faire une fête dans le luxe était vraiment la bonne voie à suivre.

Cela étant dit, même si je connaissais les goûts de Kuina et des autres, je ne savais pas ce que pouvait aimer Tiro.

Pour le moment, allons chercher de la viande. C’est un chien, alors peut-être du rôti avec un os.

 

***

Après avoir commandé dans l’un de nos magasins préférés, je m’étais dirigé vers la maison.

En attendant, Rorono et moi visionnions minutieusement les combats de Tiro.

Ces séquences avaient été enregistrées précédemment via l’appareil photo numérique créé par ma Création.

Pour le moment, il n’y avait que moi et Rorono dans la pièce. Pour que Rorono puisse se concentrer plus facilement, il avait été demandé aux autres d’aller dans une autre pièce.

Après un moment, nous avions traversé tous les combats enregistrés.

« Alors, après avoir regardé ces combats, de quoi penses-tu que Tiro ait besoin, Rorono ? » (Procell)

« Hmm. Je veux lui donner un moyen d’accélérer même en plein vol, ou peut-être une arme qui fera preuve d’une puissance incroyable, même de près sans le moindre recul. » (Rorono)

« Exactement ce que je pensais ! » (Procell)

Comme je le pensais, Rorono avait également trouvé troublant de constater que, chaque fois que Tiro quittait l’autre dimension, sa vitesse était nulle.

« Cependant, les restrictions sont cette fois assez sévères. Tout d’abord, Tiro ne peut pas utiliser de mains au combat. Deuxièmement, elle utilise sa vitesse comme une arme. Par conséquent, dans la mesure du possible, je ne veux pas lui donner d’équipement lourd. En outre, ses compétences utilisent déjà à elles seules une grande partie de son pouvoir magique. Je dois donc éviter tout ce qui pourrait lui faire perdre plus de pouvoir magique. C’est assez difficile. » (Rorono)

Rorono le déclara et sortit son ordinateur portable. Voyant qu’elle ouvrait et parcourait de nombreuses notes conceptuelles, j’avais supposé qu’elle définissait l’arme pour Tiro.

Comme elle était actuellement, elle n’avait pas besoin de conseils de ma part. On pourrait croire qu’elle me consultait, mais en réalité, elle exprimait simplement ses pensées et les organisait.

J’avais toute confiance en elle pour trouver la meilleure réponse possible. Elle était la meilleure alchimiste du monde, après tout.

« Utiliser à la fois de la poudre à canon et une source d’énergie magique fournira une puissance de feu sans consommer la magie de Tiro. Un générateur qui utilise des noyaux de golem n’est pas bon en raison de la limitation de poids. La batterie de fourrure de Kuina pourrait fonctionner… cela ne sera pas très utile lors de batailles prolongées, mais au moins, les critères de puissance magique et de poids ont été résolus. » (Rorono)

Rorono bavarda alors que ses deux mains bougeaient rapidement pour taper sur le clavier et faire des diagrammes sur son ordinateur portable.

« Les fondations seront des armes à feu, mais comme elles sont conçues pour être utilisées à courte distance, la portée peut être ignorée en toute sécurité. Pourquoi ne pas raccourcir le canon ? Cela pourrait conduire à pas assez de temps pour la combustion. Ensuite, en n’utilisant que de la poudre à canon… si au lieu de cela je le change en un mélange de poudre de mithril et de poudre à canon, cela pourrait fonctionner. Mais en premier lieu, faut-il que ce soit une arme à feu ? Une arme à pieux ? Hmm… intéressant. Si les pieux métalliques tirés peuvent être réutilisés, enchanter les pieux eux-mêmes pourrait augmenter les performances. Utilisons donc des pieux enchantés dans une arme type revolver et les tirer avec de la poudre de mithril et une magie explosive. Tiro n’a pas de mains, alors l’attacher à son ventre et mettre en place une méthode d’activation… » (Rorono)

Rorono était plongée dans ses pensées.

Elle étudiait chaque idée qu’elle avait, tout en continuant d’explorer d’autres approches.

Après environ 30 minutes passées à regarder l’écran de son ordinateur portable, Rorono releva la tête.

« Maître, j’ai terminé un brouillon. Il me faudra peut-être une semaine pour créer un prototype. Si Tiro est satisfaite avec, j’estime qu’il faudra encore une semaine pour en faire une version améliorée, espérons-le, parfaite. » (Rorono)

« Ce processus de développement sera-t-il nouveau et à partir de zéro ? Sinon, une semaine ne serait pas trop courte pour un prototype ? Est-ce que ça ira ? » (Procell)

« Mhm. Grâce à toutes les attentions que j’ai eues de vous, les projets prioritaires sont déjà terminés. La nouvelle arme de Kuina est terminée. L’augmentation des contre-mesures démographiques, les plans de développement des infrastructures et d’autres plans de base ont également été achevés. J’ai confié le reste aux Naines-forgeronnes. Tous les Chevaliers d’Avalon ont également été réparés. Alors, c’est bien, vous pouvez me laisser ça. » (Rorono)

Rorono avait fait beaucoup de travail en si peu de temps.

Elle était fiable comme toujours. J’étais vraiment fier de la compter comme l’un de mes démons du Pacte démoniaque.

« Désolé pour mes demandes difficiles, Rorono. » (Procell)

« C’est bon. Ça ne me dérange pas. Je les apprécie réellement. Comme avec le nouvel équipement de Tiro cette fois. Il semble que ce sera un projet intéressant. Préparez-vous pour cela, Maître. » (Rorono)

« Je le serai. » (Procell)

Son visage était devenu rouge quand je lui avais caressé la tête, alors elle avait essayé de le couvrir.

Un instant plus tard, elle décida de s’appuyer sur moi.

« Père, je pense que je suis un peu fatiguée, après tout. Laissez-moi me reposer comme ça pendant un moment. » (Rorono)

« Repose-toi autant que tu le souhaites. » (Procell)

« Merci. » (Rorono)

Je lui avais répondu comme ça, puis j’avais enroulé mes bras autour de ses épaules.

Si cela signifiait que la fatigue de Rorono disparaissait, cela ne me dérangeait pas de rester comme ça aussi longtemps qu’elle le souhaitait.

 

***

Après avoir regardé les vidéos et à la fin du repos de Rorono, nous nous étions dirigés au salon.

En entrant dans la salle, j’avais remarqué la grande quantité de plats préparée.

C’était les repas livrés à domicile que j’avais commandés plus tôt.

Kuina et Tiro qui étaient en train de regarder la nourriture étaient naturellement de bonne humeur.

« Wooaaahhhh, cette viande avec un os est plus grosse que la tête de Kuina ! Et il y en a un pour chacun d’entre nous ! » (Kuina)

« Gaugau! » (Tiro)

Kuina regardait les côtes du rôti d’un gigantesque sanglier appelé Sanglier Tyran.

La taille de chacun était si ridicule que cela pourrait être une blague, mais leur saveur était la vraie affaire. Il était cuit dans une poêle en pierre, donc humide, juteuse et délicieuse.

À l’origine, l’une de ces créatures suffisait à nourrir toute une famille, mais à cause de l’appétit plutôt grand des filles, j’en avais commandé un pour chaque fille.

« Il y a aussi de grosses crevettes. Tu t’en es souvenu que j’avais dit que je les aimais bien, maître ? » (Rorono)

« Oui, tu étais heureuse en en mangeant avant, non ? Elles sont sautées avec la sauce chili qui est un assaisonnement populaire dans le sud. » (Procell)

Les crevettes étaient aussi grosses que mon bras. Le plat avait été préparé en retirant la coquille, en la découpant en tranches, en la cuisant avec une sauce chili, puis en la replaçant dans la coque pelée.

« Merci maître. C’est mon préféré. » (Rorono)

Rorono l’avait dit complètement heureuse.

« Chef, wôw, je suis impressionnée, vous avez choisi un vin cher. Quand c’est mon propre argent, j’ai tendance à hésiter à acheter quelque chose comme ça. Mais quand je ne suis pas celle qui paye, il n’est pas nécessaire de se retenir, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, nous boirons jusqu’à tomber ! » (Ruhe)

« Eh bien, tu te serais plainte avec du vin bon marché, non ? » (Procell)

En regardant Ruhe alors qu’elle frottait ses joues contre une bouteille de vin, je ne pouvais pas m’empêcher de sourire avec ironie.

J’avais commandé les bouteilles de vin spécialement pour Ruhe qui était une grande buveuse. De plus, j’avais également commandé une grande variété d’autres plats à servir comme hors d’œuvres.

« Maintenant, pourquoi ne pas mettre la table ? » (Procell)

« Youpi~ ! Kuina va aider. » (Kuina)

« Je vais vous montrer mon bon goût, chef. L’impression de la nourriture peut complètement changer en fonction de la façon dont elle est présentée, après tout. » (Ruhe)

Kuina et Ruhe prirent en charge et organisèrent la nourriture pour la rendre plus délicieuse qu’elle ne l’était déjà.

Pendant qu’elles faisaient cela, un doux arôme avait commencé à dériver dans la pièce.

Curieux, j’avais cherché la source et avais trouvé Aura. Dans sa main, il y avait une grande tarte aux pommes.

« Et voilà ! La journée d’aujourd’hui est une fête spéciale pour souhaiter la bienvenue à Tiro-chan. J’ai donc cuit une tarte aux pommes avec des pommes dorées ! En outre, les pommes dorées utilisées provenant du nouvel arbre ! Appréciez ! » (Aura)

Oh, nous avons enfin un second arbre pouvant être appelé un arbre monde. Je suis impatient de voir ça.

Après avoir posé la tarte sur la table, Aura avait également participé à l’organisation.

Et puis, la table était plus belle et appétissante qu’avant, nous nous étions tous assis à table. Seule Tiro, qui était encore en forme de chien, était assise par terre.

Comme ça, l’attention de tout le monde était attirée sur moi.

« Nous sommes réunis aujourd’hui ici pour accueillir Tiro en tant que nouvelles recrues dans nos rangs. À cette fin, mangeons et buvons beaucoup. » (Procell)

Je l’avais dit ainsi et elles avaient répondu avec enthousiasme.

Ce sont de si bonnes filles, acceptant volontiers comme ça.

« Santé ! »

Kuina et Rorono avaient du jus, Aura, Ruhe et moi avions du vin, et Tiro avait du lait de première classe versé dans son bol.

Comme cela, nous — autre que Tiro bien sûr — levions nos verres.

« « Santé ! » »

Nous avions crié ainsi avant de cogner nos verres ensemble.

Après cela, nous nous étions approchés l’un après l’autre, accroupis devant elle, puis nous avions frappé nos verres contre le bol de Tiro.

Et alors, la fête avait commencé.

« Ces côtes sont les meilleures ! » (Kuina)

« Garuu!! » (Tiro)

Les mangeuses de viande, Kuina et Tiro avaient mordu dans leur gigantesque viande avec os.

« Ils sont tellement juteux et délicieux. Comme je le pensais, les crevettes sont excellentes. » (Rorono)

« En ce qui me concerne, j’aime vraiment ce carpaccio de saumon. Il est si léger, alors je peux en manger autant que je veux. » (Aura)

« C’est génial, mais c’est de l’alcool pour moi. Haaah, ça tombe bien. Je sens que je suis née pour boire cela. Un autre ! » (Ruhe)

Il semblait que Rorono, Aura et Ruhe appréciaient la fête.

La fête s’était poursuivie.

Kuina et Rorono avaient échangé leur jus contre de l’alcool. Kuina préférait les jus, mais était généralement capable de boire et d’apprécier l’alcool. Rorono en revanche adorait l’alcool, mais avait choisi de boire du jus pour ne pas laisser Kuina seule.

L’âge légal de la consommation d’alcool dans ce pays était de 12 ans. De toute façon, ce n’était pas important, car c’était des démons, alors il n’y avait aucune raison pour eux d’éviter de boire.

Entre temps, le nombre de bols devant Tiro avait augmenté d’un : plein de vin.

Quand j’avais regardé Ruhe, elle s’était détournée et avait commencé à siffler.

Ses actions suspectes avaient scellé le marché : elle était certainement coupable.

À propos, Tiro ignorait maintenant le bol rempli de lait et ne buvait que du vin. Elle avait même roté de satisfaction.

Alors, même si elle est une chienne, elle boit du vin, hein…

Et avant que je le sache, la nourriture avait disparu. De toute évidence, le fait d’en commander plus était le bon choix.

« Maintenant, tout le monde, le dessert ! Savourez ces nouvelles pommes dorées, d’accord ? » (Aura)

Les plats principaux étaient partis, alors Aura avait pris l’initiative et coupa la tarte aux pommes.

La tarte, tout en étant coupée en tranches, faisait un bruit croustillant. L’arôme émanant de l’intérieur m’était parvenu et rien que par cela, je pouvais dire que c’était délicieux.

Évidemment, j’avais tout de suite pris une bouchée. Son croquant et son goût étaient délicieux. Manger cette délicieuse tarte était un privilège que seuls nous pouvons avoir.

Nous avions tous été captivés par la tarte aux pommes. Eh bien, tout le monde sauf…

« Guruu… » (Tiro)

Regardant la part de tarte aux pommes placée devant elle, Tiro poussa un petit cri triste.

Les chiens n’aiment pas les tartes aux pommes ? Au contraire, les chiens peuvent-ils même manger des tartes aux pommes ?

Quand cette inquiétude m’avait traversé l’esprit…

« Guruu! » (Tiro)

Tiro aboya joyeusement.

Elle s’était ensuite transformée en jeune fille, avait attrapé la tranche avec ses mains, puis l’avait fourrée dans sa bouche. Tout en continuant à mâcher, son visage se détendait dans une joie pure.

Aura avait souri avec ironie, puis elle plaça ensuite une seconde part devant Tiro. Quand Tiro vit cela, elle l’avait immédiatement saisie et la mangea.

« Gururuu~ ! » (Tiro)

Tiro, qui n’avait maintenant plus faim, fit un son satisfait. Elle était ensuite revenue à sa forme de chien, s’était roulée en boule et avait commencé à dormir.

Quel compagnon insouciant !

Quand Tiro avait fait cela, Kuina, pour s’amuser, s’était accroupie et caressa la tête de Tiro. Et quand les autres filles l’avaient vue faire, elles avaient fait de même.

Bien. Il semble que mes démons aient vraiment accepté Tiro comme l’une des leurs. Dors bien, Tiro. La fête sera toujours là à ton réveil. Nous ferons la fête de toutes nos forces ce soir, car demain nous retournons travailler dur pour nous rendre plus forts.

En pensant ainsi, j’avais bu mon verre de vin.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *