Maou-sama no Machizukuri! – Tome 8 Chapitre 8

Environ une semaine s’était écoulée depuis le début de la construction du casino.

J’étais actuellement dans la salle Plaine du donjon pour faire une inspection.

Avec un élan formidable, la construction avançait bien.

La scène des naines-forgeronnes commandant aux golems de construire le grand casino était sans aucun doute un spectacle à voir, mais les marchands ne devaient pas être négligés aussi facilement.

Juste après avoir reçu ma permission pour construire dans les plaines — plus précisément dans le casino —, ils travaillaient d’arrache-pied pour achever les nouvelles auberges et nouveaux restaurants juste à temps pour l’ouverture du casino. Pour les aider à gagner du temps, je leur avais prêté des hippogriffes.

Un de ces hippogriffes avait atterri. Au lieu de matériaux, il portait une multitude de personnes dans son chariot.

Ça a dû être inconfortable dans ce chariot, sachant que ce n’était pas fait pour les personnes. Y a-t-il même un endroit où ils pouvaient s’asseoir ?

Les naines-forgeronnes étaient plus concentrées sur l’achèvement du casino pour le moment. Ainsi, même avec leur nombre croissant, la production de chariots pour le transport humain n’était toujours pas terminée.

Quant aux chariots existants, ils avaient été fabriqués avec des pièces créées par la Matérialisation de Rorono.

C’était la capacité de Rorono pour produire, à partir de rien d’autre que du pouvoir magique, un matériau possédant un sort qu’elle-même devait utiliser. Et dans la plupart des chariots, la fonction était l’anti-gravité, compétence qu’elle utilisait aussi dans son armure de combat.

Les hippogriffes avaient cependant très peu de pouvoir magique. Ainsi, au lieu du pouvoir des hippogriffes, les chariots utilisaient le mana environnant pour activer le sort.

Pour cette raison, les performances des matériaux anti-gravité avaient chuté de manière drastique. Pourtant, il suffisait de transporter une centaine de personnes.

Certes, Rorono avait été un peu trop sollicitée pour la fabrication des pièces, mais comparée au travail que la naine-forgeronne lui avait évité, ce n’était rien.

Quoi qu’il en soit, Conanna était avec moi lors de mon inspection. Son entreprise, Curtrude, était pleinement engagée dans la construction du casino.

« Conanna, vous n’avez pas essayé d’obtenir un monopole ? Cela ne vous rapporterait-il pas beaucoup plus de profits ? » (Procell)

« Hahaha, même avec mon entreprise, il y a trop de travail à faire. Nous avons les mains pleines juste avec le casino. Si nous ajoutons les auberges, magasins, restaurants, nous n’aurions pas assez de main d’œuvre. Un marchand est gourmand et c’est bien, mais il faut toujours pouvoir discerner ce qu’il peut gérer de ce qu’il ne peut pas. Sinon, il ne pourra jamais être plus que de troisième ordre. En plus de cela, même si j’essayais d’avoir un monopole, cela ne ferait qu’attirer la jalousie et la colère des autres. Ils pourraient saboter le fonctionnement du casino. Donc, plutôt que d’être aveuglé par la cupidité et risquer le casino, je préfère faire de mon mieux et l’aider à grandir. » (Conanna)

Ce que Conanna avait dit était correct.

Construire toutes les installations qui permettaient d’accueillir et de servir les clients du casino était un énorme effort. S’il essayait de monopoliser les choses, cela causerait sans aucun doute de l’agitation, ce que nous ne pourrions pas nous permettre.

Honnêtement, les autres compagnies se débrouillaient bien.

Parce que les ouvriers des villes voisines avaient pour la plupart déjà été recrutés par d’autres, chaque entreprise devait utiliser leurs relations, recruter des personnes de villes plus éloignées et les amener ici avec les hippogriffes.

Grâce à cela, ils avaient pu obtenir une mine de travailleur talentueux à moindre coût rapidement.

C’était inattendu, mais parce que les nombreux ouvriers engagés pour la construction ainsi que les employés travaillant dans ces installations allaient travailler loin de chez eux, beaucoup avaient déjà décidé d’immigrer à Avalon, augmentant ainsi notre population par milliers.

Le casino n’avait même pas encore été construit, encore moins ouvert, et pourtant mes revenus en DP avaient déjà explosé. C’était une heureuse erreur de calcul.

De plus, avec l’augmentation de la population, le marché était naturellement plus animé. Les attentes et les espoirs de l’ouverture prochaine du casino, augmentant encore le résultat, et donnant de meilleures émotions.

Pour encourager cette tendance, j’avais fourni aux entreprises une aide financière qui serait utilisée pour embaucher des travailleurs.

« Procell-sama, vous êtes vraiment incroyable. Le casino attirera des visiteurs, mais sa construction même attire déjà beaucoup de monde et stimule l’économie de la ville. » (Conanna)

« Eh bien, vous savez, les touristes sont formidables, mais les immigrants sont vraiment nécessaires à la croissance de la ville. » (Procell)

Je lui avais dit un mensonge par réflexe. Après tout, je ne pouvais pas lui dire que ce n’était pas intentionnel et qu’il s’agissait simplement d’une erreur de calcul.

En tout cas, j’étais vraiment content d’avoir décidé de demander de l’aide aux humains. Je n’avais pas assez insisté là-dessus. Si c’était moi et mes démons, toute cette entreprise aurait pu aboutir à un échec ou, pire, à un désastre. Si ce n’était que nous, nous n’aurions peut-être pas engagé suffisamment de personnel, ce qui aurait fait de la course de dragons notre seul véritable atout. Les invités s’ennuieraient alors immédiatement et décideraient de ne jamais revenir.

« Conanna, le recrutement du personnel du casino se passe-t-il bien ? » (Procell)

« Oui. J’ai engagé 30 gérants de tables célèbres et 60 de second ordre pour assurer le soutient du premier groupe. Nous avons également 50 membres du personnel pour diriger les 200 qui vont faire le travail physique. » (Conanna)

Ce n’était rien de surprenant.

En une semaine, il avait réuni autant de gérants célèbres et talentueux.

Selon lui, ceux-ci connaissaient bien les caractéristiques populaires des autres casinos, ce qui signifie que nous pourrions en implémenter certaines ici chez nous. En plus de l’endroit pour voir la course de dragons, les gens allaient maintenant profiter de toutes les activités populaires telles que les jeux de hasard et d’argent des casinos du monde entier, ici même. Évidemment, nous allions en éviter certains, en particulier les plus notoires.

En fait, les Naines-forgeronnes modifiaient déjà leurs plans pour le bâtiment du casino afin d’incorporer les idées des gérants précédemment recrutés.

De plus, avec plus de 300 employés, il était possible de faire fonctionner correctement le casino.

« Impressionnant. Vous êtes vraiment le plus grand marchand d’Avalon. » (Procell)

« Je suis honoré de ces éloges. Mais si je suis le plus grand marchand d’Avalon, alors vous êtes certainement le plus grand seigneur au monde. » (Conanna)

Sans se vanter, Conanna avait gracieusement accepté le titre. C’était sa confiance en soi, pas de la vanité.

J’avais alors levé les yeux pour voir deux Dragons des Ténèbres portant chacun un conteneur.

Bientôt, ces dragons s’étaient suffisamment approchés pour déposer les conteneurs, puis étaient repartis.

Après cela, une Naine-forgeronne était venue et avait fait une annonce via un mégaphone.

« Tout le monde, le matériel supplémentaire est arrivé ! S’il vous plaît ! Venez faire la queue ! » (Naine-forgeronne)

En entendant cela, des chariots s’étaient précipités vers le conteneur.

En attendant que cela se termine, la Naine-forgeronne avait défait les nombreux verrous du conteneur puis l’ouvrit. Parmi les articles à l’intérieur se trouvait du bois, des matériaux en pierre et en acier.

Le bois venait de la salle Forêt. L’acier de la Mine une fois traité par les Naines-forgeronnes sur place pour faciliter l’utilisation.

Peu importe l’effectif, un bâtiment ne sera pas construit sans suffisamment de matériaux.

Certaines entreprises marchandes avaient réussi à acheter des matériaux dans les villes voisines, mais cela prendrait du temps avant qu’ils ne soient livrés. Pour les autres, ils ne pouvaient simplement pas faire face à l’augmentation de la demande.

Alors, j’avais décidé de les soutenir en fournissant les ressources produites via Avalon.

Tandis que cette Naine-forgeronne distribuait la majeure partie du contenu du conteneur, une autre acceptait les demandes des ouvriers de modifier la forme du fer pour en faire des choses comme des clous.

Pendant ce temps, un autre transformait diligemment le ciment en béton. Les ouvriers ne connaissaient pas le béton auparavant, mais après l’avoir utilisé, il était instantanément devenu populaire et était maintenant activement intégré dans le processus de construction, notamment en raison du temps gagné.

« Procell-sama, pour fournir autant de ressources gratuitement, vous êtes vraiment généreux. Je me demande parfois à quel point vos poches sont profondes. » (Conanna)

« Eh bien, c’est pour la construction du casino, donc c’est une exception. » (Procell)

Comment on pouvait s’y attendre, en faire autant était trop. Il y avait un risque réel de faire en sorte que les humains aient l’impression de ne pas avoir à gagner leur vie.

Dans ce cas cependant, pour être sûr que le casino et toutes les installations soient construits dans un délai de deux semaines, je n’avais pas le choix de le faire.

« Procell-sama, une fois le casino ouvert, partagerez-vous ces informations au grand public ? Ces clous par exemple, c’est incroyable de voir à quel point ils sont de la même taille et qualité. Les matériaux en acier sont aussi d’une haute qualité. Et puis, le béton… pour être honnête, je pense que c’est une invention révolutionnaire. » (Conanna)

Avait dit Conanna, souriant jusqu’aux oreilles.

Tous ceux ayant vu les matériaux ici reconnaîtraient sûrement qu’ils étaient de grandes qualités.

« Comme vous êtes habile, je vais y penser. J’ai l’intention de rendre la recette du béton public. Ce ne sera pas difficile à partir de là, mais je vous laisserai le choix de quoi faire avec celle-ci. » (Procell)

« Nous sommes tellement chanceux de vivre ici à Avalon, où les arbres d’argent poussent les uns après les autres. Il n’y a jamais un moment d’ennui autour de vous, Procell-sama. » (Conanna)

En riant un peu, il remarqua ça.

Juste comme ça, les matériaux livrés par les Dragons des Ténèbres avaient été distribués.

Ce n’était pas un problème cependant. Les ressources d’Avalon étaient illimitées, en particulier celles de la Forêt et de la Mine qui n’avaient besoin que de peu de temps pour se reconstituer.

En fait, la prochaine livraison était déjà prévue.

Une fois encore, je m’étais rappelé à quel point la construction d’une ville et d’un donjon était compatible.

Cela étant dit, nous soutenions les marchands non seulement à travers ce matériau.

Ah, en parlant de ça.

Presque au même moment, les Renardes mythologiques conduisant des chariots tirés par des golems venaient de la ville vers nous.

« Tout le monde, les provisions sont là ! Obtenez votre délicieux repas et des boissons rafraîchissantes ! Continuez à faire de votre mieux ! » (Renarde mythologique)

« « Wooooooo ! » »

Dans le chariot, il y avait un grand nombre de sandwichs à base de pain blanc, de saucisses salées et de tomates. Ce pain blanc de luxe était fabriqué à partir de blé de haute qualité cultivé sur les terres bénies par les elfes. Juste en intercalant une saucisse salée et des tomates dans le pain, c’était déjà délicieux.

De plus, nous proposions également un fût rempli de jus de pomme froid.

C’était fait uniquement avec les pommes ordinaires, mais malgré cela, il était assez efficace pour éliminer la fatigue des ouvriers. Ces pommes ordinaires étaient le premier produit spécial d’Avalon et qui continuait de soutenir la ville, même maintenant.

Les ouvriers s’étaient alignés et avaient reçu — tout en ayant des regards d’amoureux fou — le sandwich et le jus de pomme des Renardes mythologiques.

J’avais demandé aux Renardes mythologiques de distribuer des provisions trois fois par jour. Le matin et le midi, des sandwichs et du jus. Le soir cependant, le jus de pommes devait être remplacé par de la bière.

Juste en offrant un délicieux repas et une boisson fraîche pour remédier à la fatigue, l’efficacité des ouvriers avait complètement changé.

« Les Renardes mythologiques sont vraiment populaires, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Pourquoi agir en étant si surpris, Procell-sama ? Ne leur avez-vous pas demandé de distribuer ces provisions, car ce sont les idoles d’Avalon ? Il n’y a vraiment rien de mieux pour motiver un homme qu’une belle femme. Impressionnant comme toujours, Procell-sama. » (Conanna)

La plupart des Renardes mythologiques travaillaient dans les boutiques appartenant à Avalon.

Comme elles étaient bien élevées, belles, élégantes et peut-être avant tout proches des citoyens, chacune des Renardes mythologiques avait son groupe de fan. Un sourire suffisait à faire disparaître les inquiétudes de leurs admirateurs.

Selon Kuina, les Renardes mythologiques étaient courtisées par les humains, mais elles trouvaient cela inquiétant et n’étaient pas du tout intéressées, Kuina avait dit :

« Les humains sont un non catégorique. Ils sont faibles et n’ont pas de queue. Cela va sans dire, le gars doit avoir une queue moelleuse… ah, mais ça n’a aucune importance si c’est Procell-sama. Kyaa ! Kuina-sama, ow, ow ! »

Néanmoins, en regardant les humains et les Renardes mythologiques interagir, je pensais que cela ne serait pas si surprenant de voir une relation naître.

« Tout semble en ordre, alors je vais rentrer. » (Procell)

« Je vais rester regarder un peu plus. C’est une bonne occasion de vérifier les capacités de chaque entreprise. Procell-sama, je vous jure, nous allons faire de ce casino un succès. » (Conanna)

« J’y compte bien. » (Procell)

J’avais investi une quantité importante de DP dans ce projet, il n’y avait pas moyen que je le laisse échouer. Non pas que les DP soient la seule chose qui m’inquiète. C’était important, mais la croissance d’Avalon l’était encore plus. Donc, si ce casino améliorait au moins un des deux, ce serait un succès.

Mais assez de ça pour l’instant.

J’avais reçu un message de Rorono disant qu’elle venait de terminer son prototype d’arme pour Tiro.

Dans un timing parfait, Tiro aurait bientôt fini sa séance d’XP avec Kuina.

Je veux absolument que Tiro teste sa nouvelle arme.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *