Maou-sama no Machizukuri! – Tome 9 Chapitre 17

Nous avions brisé le cristal et ainsi mis fin à la guerre.

Immédiatement après, j’avais été transféré.

Qu’est-ce que ça va être ? Suis-je renvoyé ou convoqué ?

*

J’avais lentement ouvert les yeux.

Je m’étais retrouvé assis à une table ronde.

Dans tous les cas, on dirait que je n’étais plus dans le donjon du Seigneur-Démon Porc.

« Je connais cet endroit. Je suis déjà venu ici… » (Procell)

C’était le même endroit où j’avais été amené après ma guerre contre trois Seigneurs-Démons.

Soudain, à ce qui semblait être la place désignée du chef de la table ronde, une lumière brilla avant de former le contour d’une personne. Au bout d’un moment, la lumière s’estompa et révéla un vieil homme calme.

Le Créateur n’avait pas de forme fixe, prenant simplement la forme de ce que l’observateur aurait imaginé. Dans mon cas, il était comme ça, un vieil homme.

« Seigneur-Démon de la Création, Procell, tu m’as diverti aujourd’hui aussi. Je n’ai jamais vu un enfant de la planète aussi fort et aussi brillant que toi. Au lieu de naître ainsi, tu as pu le devenir par toi-même. » (Créateur)

Le Créateur, qui avait une voix grave et avait l’air de bonne humeur, m’avait loué de la sorte.

Même si je lui demandais ce qu’il voulait dire par devenir un enfant de la planète, il pourrait peut-être esquiver la question. Si quelque chose se passait, voir comment je réagirais pourrait bien être la raison pour laquelle il en avait parlé et l’avait fait paraître important. Il était le genre de personne à apprécier de telles choses, après tout.

Donc, j’avais décidé de simplement l’ignorer.

« C’est un honneur de vous avoir diverti. Est-il prudent de supposer que la raison pour laquelle j’ai été convoqué ici est pour recevoir vos aimables paroles ? » (Procell)

J’avais choisi d’être respectueux. C’est l’être qui m’avait créé, après tout.

« En effet, mais ce serait avare de ma part de ne te donner que cela. Donc, comme tous les enfants de la planète qui ont réussi à me divertir, je vais te récompenser. Mais avant cela, il semble que tu n’as toujours pas utilisé la récompense que je t’ai donnée auparavant. Cela m’attriste, tu sais. » (Créateur)

Le Créateur parlait de la récompense qu’il m’avait donnée lorsque j’avais gagné contre trois Seigneurs-Démons.

En fait, grâce aux conseils de March, je faisais de mon mieux pour ne pas utiliser la récompense qu’il m’avait donnée. Selon elle et ma propre expérience jusqu’à présent, le Créateur était quelqu’un qui profitait de la souffrance des Seigneurs-Démons.

Son pouvoir était fascinant et puissant, mais en même temps, il venait toujours avec une sorte de piège.

Si la récompense était purement préjudiciable, nous le ressentirions plus profondément et nous serions plongés dans une pure agonie, ce qui, apparemment, n’était pas divertissant pour le Créateur.

Ainsi, le système en place était un système où nous pouvions potentiellement éviter le piège de la récompense, à condition de porter des jugements corrects. Si toutefois nous commettions la moindre erreur, nous en souffririons profondément, peut-être même pour le reste de nos vies.

Et pourtant, même en sachant cela, j’avais utilisé Renaissance deux fois. Car si je ne l’avais pas fait, j’aurais perdu Duke et March. Je préférerais en subir le coût pour le reste de ma vie que de les perdre.

Heureusement, je n’avais pas été mis dans une situation critique où l’utilisation de l’autre récompense que j’avais reçue était nécessaire.

« Je veux juste éviter de trop compter sur vos pouvoirs. Au lieu de cela, je veux gagner en utilisant ma propre force autant que possible. » (Procell)

Ce n’était pas comme si je pouvais dire que je ne voulais pas utiliser sa soi-disant récompense autant que possible parce qu’elle avait une mine intégrée.

« Comme c’est admirable. Malheureusement, c’est aussi ennuyant. Alors, que dis-tu de cela pour te donner une raison d’utiliser la Montée de rang : si tu ne l’utilises pas dans les deux mois, à partir de maintenant, quelque chose de désagréable se produira. » (Créateur)

Le Créateur avait dit une chose aussi déraisonnable. Pire encore, il n’avait pas précisé ce qu’il voulait dire par quelque chose de désagréable.

Monter de rang était la récompense susmentionnée que j’avais obtenue de ma guerre contre trois Seigneurs-Démons.

Comme son nom le laissait supposer, cette capacité avait notamment pour effet de monter le rang d’un démon de un. C’était assez puissant, mais cela avait également pour effet de soigner les blessures du démon cible et de restaurer son pouvoir magique.

À cause de cela, j’avais décidé de le réserver pour un de mes démons au seuil de la mort. Dans ces situations, en plus de retrouver un état parfait, ils deviendraient également plus forts, ce qui leur permettrait de combattre plus efficacement un ennemi auparavant imbattable.

C’était une capacité qui méritait d’être qualifiée d’atout. Cependant, cela ne fait que me rendre encore plus vigilant face au piège qu’il y avait.

« Compris. Je vais l’utiliser dans les deux mois. » (Procell)

Je ne voulais pas l’utiliser, mais la menace de ne pas l’utiliser me donnait peu de choix.

La question suivante était alors de savoir sur qui l’utiliser. J’étais curieux de savoir ce qui se passerait s’il était utilisé sur un démon de rang S, mais je n’avais aucune envie de l’utiliser sur Kuina et les autres. C’était mes précieuses filles et je n’étais pas disposé à les mettre en danger.

« Umu, choix prudent. Maintenant, pour te féliciter cette fois, je vais te donner une nouvelle récompense. » (Créateur)

L’un des doigts du Créateur brilla d’une lumière. Cette lumière avait ensuite lentement flotté vers moi jusqu’à ce qu’elle frappe mon front.

Et ainsi, j’avais reçu une nouvelle capacité. En un coup d’œil, cela semblait très utile, mais…

« Merci beaucoup. » (Procell)

« Umu, je suis content que ça te plaise. Assure-toi simplement de ne pas la garder en stock. Je n’ai pas imposé de limite de temps, mais si tu prends encore trop de temps, je le ferai. » (Créateur)

« Oui. Je vais en profiter dès qu’une opportunité se présentera. » (Procell)

Cela semblait très utile, mais comme toutes les récompenses du Créateur, je devais d’abord y réfléchir.

Jusqu’à présent, j’avais le luxe de ne pas utiliser les récompenses. Pour cette raison, j’avais l’intention d’en acquérir autant que je le pouvais, en les gardant de côté en cas de problème. Il y avait des pièges dont il fallait être conscient, bien sûr, mais le fait de savoir que j’avais une assurance me permettait de me sentir mieux.

Cependant, maintenant que j’étais obligé de les utiliser, il serait peut-être nécessaire de gagner de telle sorte que cela ne divertisse pas le Créateur.

« Alors, Seigneur-Démon de la Création, Procell, qui brille de la façon la plus brillante parmi les nouveaux Enfants de la planète, tu peux maintenant repartir. Je m’attends à ce que tu brilles encore plus fort. » (Créateur)

Mon corps était alors envahi par la sensation du flottement provoqué par le Transfert.

En un sens, cette rencontre avec le Créateur m’avait fatigué plus que la guerre.

Je veux juste retourner à Avalon et me reposer.

*

Le Transfert était terminé et je me suis retrouvé dans une plaine.

C’est là que le donjon du Seigneur-Démon Porc aurait été si son cristal était toujours intact.

En me voyant, mes subordonnés s’étaient rassemblés autour de moi.

« Je suis désolé d’avoir fait attendre tout le monde. Retournons à Avalon. » (Procell)

« Bienvenue, Père. De retour à la maison, organisons une fête ! » (Kuina)

« Mhm. Les golems aideront à la préparation. » (Rorono)

« Comptez-moi aussi ! Après m’être reposée sous le pommier doré, j’ai beaucoup récupéré ! » (Aura)

Mes démons du pacte démoniaque — Kuina, Rorono et Aura — avaient été parmi les premières à se précipiter vers moi.

Aura était revenue à Avalon au milieu de la guerre, mais avait été transférée à l’endroit où elle se trouvait avant le début de la guerre qui était ici.

« Une fête, hein ? Pas une mauvaise idée. Oui, bien sûr, organisons une fête de victoire. »

« Yay! La fête d’aujourd’hui sera aussi un festin ! » (Kuina)

La guerre avait été si abrupte que l’idée de telles choses ne m’avait pas traversé l’esprit.

Mais comme nous organisions une fête après chaque victoire aux points que cela soit devenu une sorte de tradition, ne pas en tenir une décevrait un peu tout le monde.

« Très bien, faisons grands cette fois. Ruhe, tu m’entends ? Rentre avant nous via les Hurleurs des Abysses, puis coopère avec ceux d’Avalon pour préparer la fête. » (Procell)

Une flaque d’eau à proximité se mit à trembler et, à l’instant suivant, une belle fille aux cheveux bleus apparut.

C’était Ruhe.

« Eeeeeeh, j’ai déjà déjà travaillé si dur. Et maintenant, tu me donnes encore plus de travail. Tu es vraiment un esclavagiste, patron. » (Ruhe)

« … Je suppose que je devrais mentionner que le ciel est la limite du budget pour cette fête. Je pensais aussi à te laisser responsable du choix des boissons à servir. » (Procell)

Le visage de Ruhe avait ensuite fait un changement complet depuis son mécontentement jusqu’à afficher son exubérance.

L’appât avait fonctionné.

« Oui, cher client, j’aimerais revenir tout de suite à Avalon ! Tout le monde, allez vite. Gufufufufu, je me demande lesquels je devrais choisir. Il y a le vin millésimé que j’ai toujours voulu boire, il y a aussi ça, et ça… Oh, il y a aussi ces eaux-de-vie de luxe et ces whiskies qui font le tour d’Avalon récemment. J’ai toujours voulu en boire, mais ils étaient trop chers pour acheter avec mon propre argent. Oh, oh, oh, les bonnes boissons ont besoin de bons accompagnements ! Je dois être prudente dans la sélection de chaque article ! » (Ruhe)

Avec un sourire suspect, Ruhe revint à Avalon avec quelques Hurleurs des Abysses.

En lui confiant cette tâche, je pouvais m’attendre à ce que les meilleurs boissons et accompagnements soient servis. Il y avait beaucoup de choses à redire à son sujet, mais son palais et son sens esthétique ne figuraient pas parmi eux.

De plus, Duke était présent à Avalon pour aider.

« Bon, il est temps de rentrer à la maison. Tout le monde, entrez dans les conteneurs ! » (Procell)

Mes démons avaient tous commencé à bouger.

Pendant qu’ils faisaient la queue, ils réfléchissaient aux conséquences de la guerre, et étaient excités à l’idée de la fête et riaient généralement les uns avec les autres.

Quand je les avais regardés, une sensation de chaleur s’était propagée en moi.

« Je suis tellement content que nous ayons encore gagné. Sinon… je les aurais tous perdus. » (Procell)

En regardant le terrain plat qui était le donjon du porc Seigneur-Démon, je ressentais une douleur à la poitrine.

Une fois que le cristal du Seigneur-Démon avait été brisé, son donjon ainsi que ses démons disparaissaient.

Pas même la ville qui se rapprochait peu à peu de devenir ma ville idéale, ni mes démons importants qui riaient avec moi, non, il n’en resterait rien si cela devait arriver.

Cette réalisation m’avait frappé une fois de plus.

Et ainsi, j’avais renouvelé mon souhait de ne jamais perdre. À cette fin, je devais devenir plus fort.

Ce qui m’avait rappelé que lorsque j’avais brisé le cristal du Seigneur-Démon Porc, j’avais débloqué ses compétences de Porc, ainsi que la possibilité de choisir sa médaille comme médaille à produire chaque mois.

Être capable de produire un autre type de médaille de grade comptait pour moi et pour ma médaille Création.

Son talent de Porc était également extrêmement utile. Je n’aimais pas sa fonction de contrôler des démons féminins en les violant, mais sa fonction de renforcer mon corps était la bienvenue. Après tout, si un Seigneur-Démon meurt, tout était fini.

Pendant que j’y étais, je m’étais souvenu que j’avais acquis les compétences de trois autres Seigneurs-Démons en brisant les cristaux respectifs de ce dernier.

Acier : Permets à l’utilisateur d’invoquer et de façonner librement de l’acier. La génération d’armes est également possible.

Le pouvoir de fabriquer des armes en acier était extrêmement inutile pour moi. Je n’avais pas besoin de fabriquer des armes avec des matériaux de qualité inférieure.

Viscosité : Produis librement du mucus. Permets également à l’utilisateur de durcir le mucus.

Outre ses propriétés d’absorption des chocs et de résistance à la magie, ce mucus pourrait également être utilisé à la place d’antigel et de matériaux inhibant la propagation du feu. C’est une capacité étonnamment utile qui pourrait même aider à guérir les plaies. S’il est durci, il peut devenir aussi résistant que de l’acier et peut donc être utilisé comme arme. Cela étant dit, je n’ai pas trouvé la possibilité d’utiliser cette capacité.

Mal : Peut imprégner les femmes. La force du démon né est relative à la force de la mère. Le fardeau que la compétence impose à la mère est grave.

… Comment dois-je l’utiliser ? L’utilisation de ceci sur mes filles est hors de question. Je ne voulais pas l’utiliser sur d’autres démons des Seigneurs-Démons. Et comme je voulais coexister avec les êtres humains, je ne voulais pas non plus les utiliser sur eux. Celle-ci restera inutilisée pour le reste de ma vie.

Avec l’arrivée de la compétence Porc, j’avais finalement gagné quelque chose que je pourrais utiliser.

Après avoir passé en revue toutes les compétences, j’avais une fois de plus réalisé à quel point ma Création était absurde.

« Père ! Nous sommes prêts à partir ! » (Kuina)

Kuina m’avait fait signe.

Il est temps de partir, hein ? Mieux vaut ne pas les faire attendre.

Alors que je le pensais, je m’étais promis une fois de plus de ne jamais perdre, de ne jamais me séparer de ma ville ou de mes démons.

Je deviendrais si fort que ce serait la dernière fois que nous nous disputerions de si près.

Maintenant, il est temps de rentrer à la maison. À Avalon.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *