Maou-sama no Machizukuri! – Tome 9 Chapitre 3

Dès la fin du procès du dragon, les pouvoirs du Temps avaient été activés.

Compte tenu de la taille de l’arène, Dan avait dû solliciter l’aide de sa force d’élite, les Chevaliers de Chronos.

Et ainsi, un grand cercle magique brillait et bourdonnait dans la zone.

J’avais déjà vu un tel spectacle.

C’était à l’époque lorsque Stolas et moi avions eu une guerre dans le cadre d’un spectacle lors de la soirée du créateur. À ce moment-là, Dan avait reçu le soutien du Créateur et avait été en mesure de revenir en arrière pour les donjons temporaires que Stolas et moi avions réalisés.

Cette fois, Dan avait dû remonter le temps pour un total de 6 salles de donjon et une superficie de plus de 20 kilomètres carrés.

Inutile de dire que c’était incroyable.

Je me demande, si jamais je suis aidé par le Créateur, que pourrais-je faire avec ma Création?

Tout en jouant avec cette idée dans ma tête, les parties détruites du ring étaient en train d’être réparées grâce aux pouvoirs de Temps. De plus, César qui avait péri après avoir été empalé par Duke fut ramené à la vie et guérissait aux côtés de Duke et Enlil, qui étaient sur le point de mourir.

Quand tout fut clair, Stolas et moi nous étions précipités vers nos dragons.

« Duke ! » (Procell)

« Enlil ! » (Stolas)

Nous avions chacun appelé nos dragons respectifs.

Duke était maintenant dans sa forme de dragonewt et Enlil avait actuellement la taille d’un chaton.

« Mon Seigneur, nous avons réussi à remporter la victoire. » (Duke)

« Gaugau! » (Enlil)

Les deux étaient assez fatigués.

Il semblait que même si le pouvoir du Temps pansait leurs blessures, leur état mental restait tel qu’il était.

Et ce fut un combat intense. Cela ne dura que quelques minutes, mais j’étais aussi épuisé mentalement.

Un peu plus tard, Astaroth apparut également.

Il regarda César, sourit et échangea deux à trois mots avec son dragon.

Après cela, il avait ri.

César avait toujours une présence plutôt intimidante, mais son visage devint un peu plus doux. Les deux partageaient une amitié cultivée sur une très longue période.

Et ensuite, Astaroth était venu vers nous.

« Je voulais que vous triomphiez de César, mais pour être honnête, je ne pensais pas du tout que nous allions perdre. Bien joué, vous nous avez vaincu César et moi. Grâce à cela, je peux être tranquille en sachant que mes dragons auront une place après mon départ. » (Astaroth)

Après qu’Astaroth l’ait dit, il m’avait tendu la main.

Je l’avais fermement saisi et secoué.

Astaroth avait ensuite serré la main de Stolas.

Maintenant que j’y pense, j’avais oublié quelque chose d’important.

« Finalement, lequel entre Duke et Enlil est devenu un véritable Empereur dragon ? » (Procell)

En vainquant César, l’un de nos dragons aurait dû hériter de son empereur-dragon renforcé après avoir absorbé la force de dizaines de milliers d’âmes.

Quand j’avais posé la question, Duke et Enlil avaient fait une expression compliquée sur le visage.

… Vu l’immense pouvoir que les deux individus avaient après le combat, j’avais pu le deviner, mais j’avais pensé qu’il était infiniment mieux de demander et de confirmer.

Celui qui avait répondu à ma question était Astaroth.

« C’est la première fois que je rencontre un cas comme celui-ci. Il semble que l’Empereur-dragon de César ait été divisé en deux parties. Apparemment, César a accumulé tellement de pouvoir que même divisé en deux, chaque moitié serait suffisante pour former un véritable Empereur dragon. J’imagine que c’est parce que César pense qu’il n’a pas perdu contre Duke ou Enlil, mais contre Duke et Enlil. » (Astaroth)

À cela, j’avais involontairement souri.

Penser que le chef suprême des dragons était pédant sur de telles choses.

« César n’aime pas perdre, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Moi non plus. Je veux dire, je suis heureux que vous ayez pu vaincre César, mais être du côté des perdants me laisse un goût amer dans la bouche. Si bien que je veux une revanche en ce moment. » (Astaroth)

… S’il te plaît, arrête de rire.

Notre tactique composée d’attaques-surprises avait fonctionné cette fois, mais étant donné que nous avions déjà exposé une bonne partie de notre main, nous ne gagnerions probablement pas une autre fois.

Pendant que je réfléchissais à la façon de refuser, l’aide était venue d’un endroit inattendu.

« Épargnez-moi et mes chevaliers de Chronos, Ast. Nous venons de faire un retour en arrière absurde. Nous sommes beaucoup trop fatigués pour un autre. » (Dantalian)

« Je suis à peu près dans le même état. Si vous vous battez à nouveau si tôt, je ne serais peut-être pas capable de maintenir la barrière. » (March)

Les deux héros fatigués et méconnus de cette bataille s’étaient approchés et l’avaient dit.

Sans Dan, César serait resté mort tandis que Duke et Enlil seraient blessés au-delà de tout espoir de guérison.

De même, si ce n’était pas March, les démons du public et les Seigneurs-Démons auraient été blessés par les attaques des dragons.

« Ne vous inquiétez pas, je plaisantais. Je ne ferais rien pour souiller cette grande bataille. Bon, passons à autre chose, maintenant que nous avons deux dragons capables de diriger mon escouade de dragon… une moitié peut aller à Stolas et l’autre à Procell. Qu’en dites-vous ? » (Astaroth)

Le plan initial était que celui qui hériterait de César de l’Empereur-dragon soit celui qui s’occupe de la plus puissante armée de dragons qui soit.

Cependant, Duke et Enlil étant tous deux qualifiés pour cela, la question de savoir quel dragon diriger l’escadron avait été soulevée.

Heureusement, j’avais une solution à cela.

« Je pense que Stolas devrait tout hériter. Elle est la successeur d’Ast, après tout. » (Procell)

J’avais décidé qu’il devrait être comme il aurait dû l’être depuis le début.

Je mentirais si je disais que je ne veux pas de cette escouade de dragons, mais malgré cela, je croyais fermement que c’était le bon choix.

« Attends une minute. Ne serait-ce pas trop injuste pour toi, Procell ? » (Stolas)

« C’est bien. Le fait que Duke soit devenu un véritable Empereur-dragon me suffit amplement. De plus, si je les accepte, j’ai le sentiment qu’Avalon serait trop différente, trop rapidement. C’est comme si ce ne serait même plus Avalon. » (Procell)

« Malgré tout, es-tu sûr que ça va ? » (Stolas)

« Absolument. » (Procell)

« Très bien alors. Mais ce ne sera qu’un emprunt. Je les rendrai un jour. » (Stolas)

« Et quand ce jour viendra, viens passer un moment à Avalon, d’accord ? » (Procell)

Comme ça, Stolas et moi avions ri.

En tant que successeur d’Astaroth, je ne doutais pas qu’elle utiliserait cette escouade avec brio.

Je ne l’avais pas dit à haute voix, mais ma décision était un peu plus calculée.

Lorsque la règle nous protégeant des nouveaux Seigneurs-Démons aura expiré, j’avais estimé qu’il serait préférable pour nous, en tant que faction, de disposer d’une force égale de notre puissance plutôt que de disposer d’un pouvoir incroyable.

Avec l’escouade de dragon, Stolas ne serait pas vaincue aussi facilement par la plupart des menaces, éliminant ainsi la nécessité pour moi de la seconder dans de nombreuses situations.

Et puis, quelqu’un m’avait étreint par-derrière.

« C’était vraiment étonnant, Procell. C’est la première fois que je vois César d’Ast être battu. Comme prévu de mon pupille ! » (March)

C’était March.

Sa poitrine appuyée contre mon dos, je me sentais étrange.

« Arrête de me prendre dans tes bras, s’il te plaît. » (Procell)

« Woah, comment c’est méchant ? Tu es si froid avec moi et pourtant si heureux quand Stolas te prend dans ses bras. » (March)

March l’avait dit pour me taquiner.

Pendant ce temps, le visage de Stolas devint rouge vif.

« Ce n’était qu’un coup de tête. » (Procell)

« Fufufu. Stolas et toi êtes vraiment obstinés, hein. C’est courant pour les Seigneurs-Démons de pratiquer le concubinage ou la bigamie, vous savez. C’est juste ma propre opinion, mais je pense que faire du bonheur d’un seul homme est un crime. Si vous pouvez rendre beaucoup de gens heureux, alors vous devriez en rendre beaucoup. » (March)

« … Quelle opinion absolument absurde ! » (Procell)

Je ne comprenais pas à quoi pensait March.

En tout cas, je m’étais libéré de l’étreinte de March.

Pour le moment, il y avait quelque chose de plus important. En tant que tels, Duke et moi nous étions tenus l’un en face de l’autre.

« Tu as fait du bon travail Duke, mon précieux démon. » (Procell)

« Cela me fait plaisir d’entendre que je me suis battu à la hauteur d’un démon sous votre commandement. » (Duke)

« J’espère que tu continueras à nous soutenir, moi et Avalon. » (Procell)

Duke sourit et s’agenouilla.

« Tant que vous aurez besoin de moi, je vous suivrai n’importe où, mon seigneur. J’espère que mon nouveau pouvoir vous aidera à être encore plus fort. » (Duke)

Les gestes et mots élégants de Duke lui convenaient vraiment.

Nous n’avions peut-être pas gagné l’escouade de dragon, mais son Empereur-Dragon mûri de la sorte était déjà un avantage considérable.

En fait, ce ne serait pas une si mauvaise idée de mélanger ma prochaine médaille Création avec une autre médaille de rang A et une imitation de la médaille Dragon. Le démon résultant n’aurait pas Berserk, mais les effets de renforcement de l’Empereur de Dragon de Duke étaient amplement suffisants.

De plus, nous ajouterions un autre type de dragon de rang B à notre potentiel de guerre.

Ainsi, le rôle de Duke serait plus important que jamais.

Pendant ce temps, Stolas s’occupait beaucoup d’Enlil. Il en ronronnait.

Mais alors, pour une raison quelconque, il m’avait regardé et avait donné l’impression d’être hautain.

« Alors, il est temps de déclarer officiellement le procès du dragon terminé. Stolas et Enlil, je vous présenterai chacun des membres de mon escouade de dragons plus tard. Leurs forces, leurs personnalités, tout ça. Je n’ai aucun doute sur le fait que vous employiez ces enfants correctement. » (Astaroth)

« Oui, Astaroth-sama. » (Stolas)

Après tout, il semblait qu’Astaroth soit vraiment heureux que celui à qui il confierait ses dragons fût Stolas, sa fille.

C’était la preuve que j’avais pris la bonne décision.

« Hmm, on se sent un peu seul si on rentre tous à la maison maintenant, non ? Alors, Dan, prépare une autre de tes soirées. » (Astaroth)

« Comme toujours, tu dis la plus ridicule des choses. J’ai épuisé mon pouvoir magique et je suis fatigué. Même rester éveillé est un effort maintenant. Je veux aller me coucher et dormir le plus tôt possible. Sans parler de la priorité accordée aux préparatifs du procès du dragon, c’est aussi tout le travail qui s’inquiète. » (Dantalian)

« Ne sois pas si coincé. Allez, viens le préparer. » (Astaroth)

« … Décidément, quel têtu ! D’accord d’accord. Je vais le faire si je le dois. » (Dantalian)

Tout en ayant l’air exaspéré, Dan répondit toujours avec une voix pleine d’affection.

Il pouvait sembler distant, mais au fond de lui, c’était vraiment un gars compatissant. En tout cas, je pourrais peut-être faire quelque chose pour aider.

Pendant que je pensais cela, un hurleur des abysses était apparu de mon ombre.

Un hurleur des abysses était un démon qui ressemblait à un chien bleu et géant qui pouvait utiliser Transfert et voyager dans l’autre dimension.

En cas d’urgence, je lui avais demandé de me contacter à l’aide du Transfert. À l’origine, sans cercle de transfert à un emplacement cible situé en dehors du donjon, il n’était pas possible d’utiliser Transfert pour se rendre à cet emplacement. Cependant, le collier — ou plus précisément le bijou dans le collier — que Rorono avait créé avait joué le rôle d’un cercle de transfert. Grâce à cela, les Hurleurs des abysses pouvaient me contacter ou faire venir quelqu’un à tout moment, peu importe où je me trouvais.

Une fois utilisé, le bijou se briserait, mais c’était sans aucun doute un appareil extrêmement utile.

Sur le collier, Les Hurleurs des abysses portaient un joyau bleu capable de projeter des images animées contenant du son dans les airs. Celle projetée en ce moment était Kuina.

« Père, Avalon a été attaqué, Rorono-chan est en danger ! Reviens vite ! » (Kuina)

Rorono est en danger ? Au point que Kuina panique ? Pas possible, peut-elle avoir été kidnappée ?

« Désolé, tout le monde, il est possible qu’un de mes démons ait été kidnappé. Je dois retourner immédiatement à Avalon. » (Procell)

Tout le monde avait accepté mon départ anticipé.

Ils avaient tous compris à quel point un problème avec un démon du Pacte démoniaque était grave.

Ont-ils vraiment franchi nos défenses serrées ? Non, je ne veux pas y croire. Mais cela semble être le cas. Quoi qu’il en soit, nous devons sauver Rorono. Peu importe ce que c’est.

J’étais sûr que mes démons voulaient faire la même chose.

Des sécurités avaient également été préparées, mais le retour immédiat était toujours la meilleure solution pour protéger ma fille bien-aimée.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *