Maou-sama no Machizukuri! – Tome 9 Chapitre 6

Après l’enlèvement de la poupée Rorono, Rorono nous avait montré les autres poupées qu’elle avait fabriquées.

À ce moment, Kuina piqua la poupée qui lui ressemblait. Après un moment de fouille, Kuina glissa sa main sous les vêtements de la poupée et effectua une série de mouvements particuliers.

« Incroyable. Même cet endroit est pareil ! » (Kuina)

Je comprends qu’elle soit curieuse, mais j’aimerais bien qu’elle ne le fasse pas devant moi.

Peu de temps après, une transmission de la poupée Rorono était arrivée.

Rorono avait alors immédiatement envoyé son chevalier blanc, un Chevalier d’Avalon amélioré spécialisé dans le combat aérien et le bombardement. Ajoutons à ça le fait que le chevalier blanc était également capable de recevoir les signaux électromagnétiques envoyés par la poupée, nous serions toujours en mesure de localiser le donjon de l’ennemi même s’il était trop éloigné de sa portée.

Et alors…

« Maître, il semblerait que le chevalier blanc soit sur le point de revenir. » (Rorono)

« A-t-il trouvé le donjon de l’ennemi ? » (Procell)

« Mhm, probablement. » (Rorono)

C’était de bonnes nouvelles. Avec cette information, nous pouvions partir en guerre.

Plusieurs Seigneurs-Démons avaient décidé de former une alliance dans le but de me vaincre.

J’avais voulu éviter un combat de front avec eux, mais plus maintenant. Cette fois, je voulais me venger. Et si je devais me venger, attaquer maintenant alors que l’ennemi était seul était le meilleur moment.

En attendant le retour du chevalier blanc, j’avais soudainement pensé à quelque chose.

« Par curiosité, comment communiques-tu avec des choses extérieures à Avalon ? Je veux dire, une fois que le chevalier blanc est sorti, les ondes radio qu’il envoie ne devraient plus pouvoir nous atteindre, non ? » (Procell)

Les donjons étaient dans une dimension différente de celle du monde principal. En tant que tels, ils étaient isolés des signaux radio provenant de l’extérieur.

Même si Avalon était aussi une ville, c’était quand même un donjon.

« J’ai résolu ce problème par une méthode très simple. Un golem qui transporte du matériel de télécommunication se trouve juste à l’extérieur des plaines. Toutes les cinq minutes, cet enfant entre dans les Plaines et transmet ensuite les données qu’il a recueillies au golem situé juste à l’extérieur de la ville. Le golem qui vient de recevoir les données entre ensuite dans la ville et me les transmet. » (Rorono)

« … C’est complètement comme une chaîne de seaux. » (Procell)

« Parfois, les méthodes les plus simples sont les meilleures. » (Rorono)

Avec cette méthode, nous ne nous limitions pas à recevoir des données de l’extérieur, nous devrions également pouvoir les transmettre.

« Si nous utilisons ce système, envoyons des golems dotés du matériel de télécommunication adéquat au donjon de Stolas et de March, puis établissons plusieurs stations relais en cours de route, nous pourrons communiquer à tout moment avec eux, n’est-ce pas ? Nous devons protéger nos informations, ce qui signifie également ne plus compter sur les oiseaux bleus. Alors, Rorono, puis-je te demander ça ? » (Procell)

« Je pense que ça ne sera pas pratique. Le bâtiment dans lequel nous nous trouvons se trouve maintenant à deux salles du donjon de l’entrée, ce qui signifie que nous avons besoin que de deux golems. Cela ne serait probablement pas le cas pour leurs donjons. Nous aurions besoin de déployer plusieurs golems, ce qui sera un lourd fardeau. Il y a aussi le risque que des aventuriers détruisent les golems. » (Rorono)

« Je vois. Oui, ce n’est pas pratique. Mais que se passe-t-il si nous ne nous installons que jusqu’à l’entrée de leur donjon ? De cette façon, nous ne pourrons peut-être pas amorcer de communication, mais ce sera possible. C’est toujours mieux que d’envoyer une lettre. » (Procell)

« C’est… gérable. Une fois que tu leur en auras parlé, je me chargerai du reste. » (Rorono)

« Je compte sur toi quand ce moment sera venu. » (Procell)

March avait l’air un peu seule récemment.

Je ne pouvais toujours pas prendre assez de temps pour la rencontrer, mais j’espère que trouver un moyen facile et rapide d’entrer en contact les uns avec les autres réduirait en quelque sorte la distance qui nous sépare.

« Ah. Maître, le chevalier blanc est revenu. » (Rorono)

« Oui, c’est assez difficile de ne pas remarquer. » (Procell)

Le son de l’atterrissage était assez fort.

Ainsi, j’étais sorti avec Rorono.

« Il y a quelque chose d’assez étrange avec un golem sans membre, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Peut-être, mais cet enfant a été conçu pour avoir la supériorité aérienne. S’il en venait à utiliser d’autres armes, son objectif aurait échoué. Ainsi, j’ai décidé de placer ses armes au centre de son corps pour une meilleure précision. Avoir des membres là-bas ne servirait que de poids mort. » (Rorono)

Rorono fièrement expliquée ainsi.

Le soi-disant chevalier blanc était un avion blanc doté d’une gigantesque arme au centre de son corps.

J’avais entendu dire qu’il s’agirait d’un golem volant spécialisé dans les bombardements et les combats à distance, mais je n’imaginais pas qu’elle ferait quelque chose d’aussi ridicule.

« Maître, le chevalier blanc a pu prendre des photos du donjon de l’ennemi. » (Rorono)

Après avoir dit cela et quelques manipulations de sa tablette, Rorono m’avait montré des photographies du donjon de l’ennemi.

Une fois le potentiel de guerre de ce Seigneur-Démon découvert, déterminé que nous n’aurions pas de problèmes, nous commencerions immédiatement les préparatifs en vue d’une sortie. Si nous n’avions pas beaucoup d’avantages, nous élaborerions d’abord une stratégie.

Autant que possible, je voulais que notre attaque se produise alors que l’ennemi était encore sous le choc de l’attaque que la poupée Rorono était sur le point de leur porter.

Pour le moment, je devrais retourner au donjon de Dan. Étant donné les Seigneurs-Démons rassemblés à cet endroit, il devrait y en avoir au moins un sachant à qui appartient le donjon des images.

« Rorono, je vais aller vers le donjon du Seigneur-Démon du Temps pour collecter des informations sur notre ennemi. Imprime ces photos et une carte. » (Procell)

« Mmh, d’accord. » (Rorono)

Rorono hocha la tête et s’éloigna, mais s’arrêta immédiatement.

Pensant qu’elle devait avoir vu quelque chose, je m’étais retourné.

« Ce ne sera pas nécessaire. Je suis ici ! » (March)

Une belle femme à la peau brune, aux oreilles de loup blanches et à la queue de loup, se tenait là imposante.

Cette femme était March, à la fois ma tutrice et mon démon.

« Pourquoi es-tu ici ? » (Procell)

« Aller, ne sois pas si froid. Si ma précieuse petite sœur avait des problèmes, pourquoi ne viendrais-je pas ? En plus, je suis toujours ton démon, non ? Attends, c’est quoi ça, Rorono ? Regarde ça ? Hmhmhm, oui, je reconnais ce donjon. Cela appartient à un enfant né il y a cinquante ans. Le Seigneur-Démon Porc, je crois qu’il s’appelle comme ça. Il est plutôt médiocre. Cependant, il y a une chose à son sujet qui m’a beaucoup impressionnée : l’histoire qui a circulé à l’époque, qui mettait en garde contre sa capacité à cocufier d’autres Seigneurs-Démons. » (March)

Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire avec ironie à la vitesse à laquelle nous avions pu identifier l’ennemi grâce à March.

« Que veux-tu dire par cocufier d’autres Seigneurs-Démons ? » (Procell)

« Hm ? C’est comme ça. Tu vois, après que ce gars ait violé une démone, il obtient le droit de contrôle sur celle-ci. Une capacité assez dangereuse, n’est-ce pas ? S’il avait envie d’un démon, il l’enlèverait, la paralyserait, puis la violerait. Il peut sembler stupide, mais il est en fait sournois. D’après ce que j’ai entendu, il enverrait même les démons qu’il domine à leurs précédents Seigneurs-Démons afin que ces démons puissent tromper leurs anciens alliés et lui faire dominer de nouveaux démons. Naturellement, il est méprisé par certains. » (March)

C’est méchant.

En entendant l’histoire de March, Rorono commença à trembler.

Si l’ennemi réussissait à l’enlever, non seulement elle aurait été violée, mais elle aurait également été utilisée pour enlever Kuina et Aura.

Ils auraient peut-être échoué, mais cette intention à elle seule était digne de la peine de mort.

« Je vais demander franchement qui est le plus fort : moi ou ce Seigneur-Démon ? » (Procell)

Quand j’avais demandé ça à March, elle avait ri.

« Toi, sans aucun doute. Il n’y a aucun moyen pour toi qui m’a même sauvée alors que je me battais contre des Seigneurs-Démons de perdre contre lui. » (March)

« Très bien, alors nous allons commencer les préparatifs pour un déploiement immédiat. Kuina, dis à Duke de rassembler la force offensive dans les 30 minutes. Dis aussi aux Naines-Forgeronnes de préparer nos défenses. » (Procell)

« Compris ! » (Kuina)

Et ainsi, Kuina s’éloigna.

« Rorono, prépare les Chevaliers d’Avalon et les conteneurs que nous allons utiliser. » (Procell)

« Mhm. Maître, puis-je avoir la permission de déployer également les trois nouveaux chevaliers ? Pour être honnête, j’ai déjà fait assez de tests pratiques, mais une chance de disposer de données de combat réelles est tout simplement trop belle pour la laisser passer. » (Rorono)

« Si tu peux affirmer avec certitude qu’ils sont exempts de défauts, tu as ma permission. Dans ce cas, je ferais davantage confiance à ton jugement en tant que développeur qu’au mien. » (Procell)

« Je peux vous assurer que cela ne causera pas d’accident et ne gênera pas ses alliés. » (Rorono)

« Ok, alors déploie-les aussi. » (Procell)

« Mhm, tout devrait être prêt dans les 30 minutes, y compris l’équipement approprié des chevaliers. » (Rorono)

Après avoir dit cela, Rorono s’était également éloignée.

Maintenant que nous les déployions, les trois chevaliers joueraient probablement un rôle énorme dans ce combat.

Pour être honnête, une guerre à ce moment était idéale.

Nous avions effectivement du mal à faire monter de niveaux Tiro. Comme on pouvait s’y attendre, sans guerre, il était difficile d’acquérir une énorme quantité d’expérience.

En tant que tel, j’avais placé Tiro dans le même groupe que Rorono. Les trois chevaliers et les Chevaliers d’Avalon étaient considérés comme l’équipement de Rorono, c’est-à-dire que tous les points d’expérience des démons que ces golems tuaient iraient à Rorono et à son groupe.

Le niveau de Tiro allait monter en flèche.

Cette guerre allait consister à tester de manière approfondie les performances des trois chevaliers et à faire monter de niveau Tiro.

*

D’habitude, nous rassemblions nos troupes dans les Plaines, mais comme le casino et les infrastructures environnantes étaient maintenant là, ce n’était évidemment plus une option.

Pour cette raison, nous étions rassemblés dans la salle du donjon qui était autrefois la mine. Comme la ville d’Avalon commençait à être encombrée chaque jour, j’avais décidé d’utiliser la seconde salle Mine du donjon proprement dit comme pièce principale et de remplacer celle de l’étage de la ville par une autre Plaine.

Et ainsi, les Dragons des Ténèbres étaient parfaitement alignés. Derrière eux se trouvaient les conteneurs dans lesquels se trouvaient les Chevaliers d’Avalon et leurs munitions.

En utilisant les Dragons des Ténèbres pour le transport aérien, nous arriverions à notre destination en un rien de temps.

Le temps était compté cette fois. Si nous prenons trop de temps, le Seigneur-Démon ennemi pourrait peut-être demander l’aide d’autres Seigneurs-Démons. Dans ce cas, il était très probable qu’Avalon soit attaquée en l’absence de notre force principale.

« Tout le monde, écoutez. Comme vous le savez peut-être déjà, Avalon a été attaquéé. Le but de l’ennemi était Rorono. Il avait l’intention de l’enlever puis de la violer ! » (Procell)

Ceux qui ne l’avaient jamais entendu auparavant avaient été choqués par les informations que j’avais données et avaient donc crié de colère.

« Je ne dois en aucun cas pardonner une telle atrocité. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous ont eu leur vie sauvée grâce aux armes de Rorono. Venez ! Faites tomber le châtiment sur ce Seigneur-Démon ! Allons lui enseigner ce que signifie le fait de nous attaquer ! » (Procell)

Mes démons avaient crié et avaient rugi en réponse.

Leur moral était à leur plus haut niveau. Ce qui n’était pas surprenant, étant donné que beaucoup d’entre eux, sinon tous, considéraient Rorono comme une précieuse camarade.

« Maintenant, tout le monde, à vos positions ! Nous partons immédiatement ! » (Procell)

Mes démons s’étaient ensuite dépêchés, mais toujours en ordre, dans le conteneur dans lequel ils avaient été assignés.

Une fois que tout était prêt, les Dragons des Ténèbres avaient rugi et s’étaient envolés tout en portant les conteneurs.

Je ne lui pardonnerai jamais sa tentative de nuire à ma précieuse fille.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *