Mon Voisin D’en Face – Chapitre 3

Depuis lors, Chen Xiao commença à solliciter l’aide de Gu MengYang très souvent et ils s’étaient ainsi beaucoup rapprochée. Gu MengYang était plutôt du genre passif, ou peut-être qu’il était juste timide. De ce fait, si Chen Xiao ne l’appelait pas, il ne prendrait pas l’initiative d’aller chez Chen Xiao pour manger ou pour profiter de l’air conditionné. Il achèterait seulement deux pastèques tous les deux ou trois jours et en apporterait une qu’il partagerait ensuite avec Chen Xiao chez lui.

Chen Xiao aimait et détestait ça en même temps. Il aimait le regard timide de Gu MengYang et le haïssait tout autant pour sa susceptibilité. Toutes ces tentatives, ne sont-elles pas évidentes?! Même s’il paraissait complètement insensible, il serait inévitable à Chen Xiao de se demander à la fin s’il se montrait peut-être beaucoup trop persistant, et s’il était-il juste en train de déranger Gu MengYang? Ou bien, cet homme n’avait en fait aucune intention d’avoir une telle relation avec lui et il ne faisait que prendre ses désirs pour des réalités? En y pensant, le cœur de Chen Xiao fut instantanément pris de panique, il voulut vraiment le lui demander en personne. Deux jours passèrent ainsi où il fut tellement énervé qu’il n’alla pas voir Gu MengYang. Cependant, au bout de quelques jours, il ne pouvait plus s’empêcher de rêver du visage rougissant de Gu MengYang alors qu’ils s’embrassaient et batifolaient sous les draps.

Heureusement, Gu MengYang a fini par prendre l’initiative de lui rendre visite. Les deux se relayèrent pour cuisiner et, après le dîner, ils se nichèrent ensemble sur le petit canapé, regardant la télévision, se partageant une pastèque. Chen Xiao s’était penché plusieurs fois sur Gu MengYang pour moquer de l’intrique de la série télévisée. De toute évidence, la température à l’intérieur était très basse, donc à chaque contact entre leur deux peaux, l’endroit était si chaud qu’il semblait lui réchauffer le cœur directement. Il tourna légèrement son visage pour regarder Gu MengYang mais l’autre ne remarqua pas, son regard resta toujours fixé sur l’écran de la télévision, laissant échapper un rire léger de temps en temps. Chen Xiao poussa un soupir de soulagement. Il résista à l’impulsion d’appuyer sa tête contre ses larges épaules, se faisant la remarque que ce gars était plutôt musclé.

Bien sûr, Chen Xiao s’était rendu au domicile de Gu MengYang à l’occasion, afin de partager un dîner. Il reprit les mots de l’autre qui disait, « ma propre maison n’est plus très active, rendons-la aussi plus vivante ». Mais Chen Xiao savait que Gu MengYang avait peur que sa facture de gaz soit trop chère, aussi il ne lui fit pas de chichis. Il se précipita vers la maison de l’autre avec un bruit de pas sourd et, enlevant ses chaussures, il courut partout dans l’appartement. S’il n’était pas question d’étiquette, il aurait voulu sauter directement dans le lit de Gu MengYang, attraper la couette sur laquelle il dormait et s’y rouler deux fois.

« Mets des pantoufles, il fait froid, tes empreintes de pas sont partout sur le sol. » Gu MengYang lança un regard amusé à Chen Xiao tout lui sortant des chaussons de l’armoire à chaussures.

Chen Xiao regarda derrière lui. Il avait effectivement laissé une série d’empreintes de pas sur le sol là où il avait couru. Il sourit aussitôt avec embarras. Après avoir chaussé des pantoufles, il posa une main sur l’épaule de Gu MengYang et plaisanta en disant: « Comme ce jeune homme est vertueux (chaste). »

Effectivement, les oreilles de Gu MengYang rougirent à nouveau. Après avoir commencé à connaître Chen Xiao, Gu MengYang savait pertinemment que l’autre était très tactile. Ce qui ne l’empêchait pas pourtant de rougir encore à chaque fois qu’il était « taquiné » par l’autre personne. Il n’était toujours pas à la hauteur pour pouvoir rivaliser avec lui.

« Hey, Gu MengYang, regarde-moi quand je te parle. »

« Oh….. » Gu MengYang jeta un rapide coup d’œil à Chen Xiao pendant à peine deux secondes avant que le détourner aussitôt.

« … Tu rougis toujours quand tu regardes les gens? »

Gu MengYang hocha timidement la tête.

Chen Xiao pensa, c’était bien que tu ais ce genre de problème sinon combien de filles aurais-tu fait devenir accro à toi!

« Alors essayaie de me regarder. Tu sais, c’est impoli de parler aux gens sans les regarder dans les yeux. »

Gu MengYang acquiesça de nouveau. Comme s’il venait de prendre une importante décision, il releva la tête et regarda directement Chen Xiao dans les yeux, mais avant même que cinq secondes ne se soient écoulées, ce dernier éclata soudainement de rire avec un «pfft» très bruyant.

« … Hé, qu’est-ce qui te fait rire autant?! » C’était difficile pour lui d’avoir une chance de le séduire sans planifier son coup à l’avance, comment pouvait-il éclater de rire et tout gâcher à ce stade?! Il avait même utilisé son ultime réplique mortelle, allez!

« Oh…… tes yeux sont ronds comme ceux de l’hamster que j’avait eu une fois…… haha….. »

« ….. »

« Hé, hé, Chen Xiao, ne pars pas, c’est moi qui me suis trompé, d’accord?…… tu es beaucoup plus mignon qu’un hamster! Allez, reviens, le repas est déjà prêt –

Quelle petite ordure repoussante! pensa Chen Xiao avec un visage tout rouge.

Après le dîner, les deux hommes prirent tous les deux place sur la chaise en bambou et se mirent à regarder la télévision. Gu MengYang n’avait pas de canapé dans son appartement, il n’y avait qu’un fauteuil en bambou et quelques autres chaises simples. La télévision était aussi un modèle à tube cathodique. Le ventilateur électrique vibrait sur un côté et ne leur soufflait que de l’air chaud.

Chen Xiao sortit sa langue et commença à haleter et à ‘siffler bruyamment’ quelques fois tellement il fut à bout de souffle. Son t-shirt était relevé à quelques endroits, révélant un ventre blanc neige.

« Pourquoi ne rentres-tu pas chez toi, il fait trop chaud ici. » Gu MengYang prit une moitié de pastèque et la tendit vers Chen Xiao.

« Transpiration ainsi est bon pour la santé. En plus, cet épisode vient juste de commencer, c’est fou comment ça peut devenir addictif. » Chen Xiao prit quelques bouchées de son morceau de pastèque, souhaitant pouvoir enterrer tout son visage dans cette pastèque qui était agrablement froide. Il avait tellement chaud qu’il ne pouvait plus se concentrer en regardant la télévision, il voulait juste rester encore un peu avec Gu MengYang.

« D’accord….. » Gu MengYang hocha la tête, puis tendit sa main et passa le ventilateur en mode alternatif avant d’ajouter: « Ne le laisse pas te souffler sur le visage, tu auras mal à la tête après. »

Le cœur de Chen Xiao se réchauffa aussitôt jusqu’à presque fondre de joie, cette phrase qui le rendit si heureux qu’il pouvait même se mettre à souffler des bulles.

Après avoir attendu la fin de l’émission, Chen Xiao pouvait à peine supporter la chaleur. Il retourna dans sa propre maison, couvert de sueur comme s’il était complètement trempé. Ses vêtements laisseraient probablement couler de l’eau si on les tordais.

Ce n’est pas possible, il faut que Gu MengYang achète un climatiseur au plus tôt. Ces jours-ci, il n’est pas bon de se réchauffer autant.

Après avoir allumé la climatisation et s’être allongé sur son lit, Chen Xiao put finalement pousser un soupir de soulagement. Mais il ne s’était pas couché depuis très longtemps avant d’entendre quelqu’un frapper à la porte. Quand il tendit l’oreille, le son était déjà parti et il se sentit soudainement nerveux.

Chen Xiao resta au lit pendant quelques secondes, puis il pensa soudain à quelque chose. Alors il se leva et courut jusqu’à la porte pour l’ouvrir. Effectivement, Gu MengYang se tenait devant la porte de chez lui et était sur le point de rentrer.

« Hey! Pourquoi es-tu retourné comme ça ?! » Ayant peur de gêner les autres habitants de l’immeuble, Chen Xiao baissa la voix et demanda avec une pointe de colère.

« Ah?! Je… je ne voulais pas te réveiller…… » répondit Gu MengYang, également à voix basse.

Les deux hommes se tenaient tous deux à leur porte comme des voleurs et continuaient de se regarder dans le noir.

« Comment ça, me réveiller! Je ne m’était même pas encore couché! Qu’est-ce que tu voulais? »

« Je me suis dis qu’il il fait trop chaud et je ne pouvait pas dormir de toute la nuit. »

« Alors tu viens ici! Et pourquoi es-tu retourné chez toi ?! »

« Je-j’avais peur que tu soit déjà endormi et que je dérange! »

« Dormir mon cul! Je ne m’était même pas encore couché – attends, j’ai l’impression que je me répète… Hey, pourquoi ne viendrais-tu pas ici pour me parler?! »

« …… Oh… tu ne peux pas venir ici? »

« ….. »

Chen Xiao se moquait bien du fait qu’il avait encore ses pantoufles de maison aux pieds. Il fit quelques pas vers Gu MengYang et lui donna un coup de coude: « Idiot! Va apporter tes draps! Puis viens dormir chez moi! »

Lorsque les deux personnes se sont finalement rallongées, elles étaient déjà recouvertes de sueur mais elle s’évapora rapidement sous l’effet de la brise fraîche provenant de la climatisation. Chen Xiao était resté étendu sur son lit, alors que Gu MengYang avait insisté pour dormir par terre.

Chen Xiao ne pouvait pas calmer l’excitation dans son cœur, espérant que son mauvais jeu d’acteur n’était pas trop évident. Il écouta Gu MengYang parler de choses aléatoires sans dire un mot. Et lorsque Gu MengYang s’était enfin endormi, il était resté encore très lucide et utilisa son imagination pour réaliser toutes sortes de fantasmes sexuels.

Il avait peur de réveiller Gu MengYang, alors il n’osait pas trop s’agiter. Il écoutait le son de sa respiration. Il ne pouvait entendre que le « boum boum » qui provenait de sa poitrine qui lui semblait très bruyant dans le silence de la pièce. Ah, que devrait-il faire? Il était clair qu’il s’était déjà senti aigre et amer par le passé, mais qu’en était-il donc de ce sentiment de douceur qui débordait de son cœur? Il n’était plus un garçon de 17 ou 18 ans qui n’avait encore jamais été amoureux!

Chen Xiao vit son membre se redresser très haut dans l’obscurité, il lui était impossible de dormir après tout!

Il ne savait pas s’il pouvait s’endormir ou pas. Chaque fois qu’il ouvrait les yeux dans un état semi-éveillé, il jetait inconsciemment un coup d’œil à Gu MengYang. Il voyait en bas son profil très prononcé et fermait les yeux de soulagement.

Quand il se réveilla le lendemain, il regarda le téléphone à côté de son oreiller. La nuit avait été longue. Il se leva et se dirigea vers la salle de bain. Quand il revint et découvrit la silhouette allongée sur le sol, son esprit s’éclaircit soudainement.

Quoi, qu’est ce que je fais? Est-ce que je vais vraiment rester les bras croisés?!

Chen Xiao déglutit difficilement. Dans son esprit, deux petits personnages, l’un pervers et l’autre pur, avaient commencé à se battre, un combat acharné entre vertus et passion.

  • Le petit homme perverti dit: « Trouillard! Veux-tu vraiment laisser passer une aussi belle chance?! On peut au moins lui faire ça. Si tu manques cette opportunité, il n’y en aura plus d’autre. Dépêche-toi, il est temps. Dépêche-toi! attaque-le et profite bien de lui. Allez, sois puis courageux, dépêche-toi, * tousse *, ça n’a rien de mal…… Quoi qu’il en soit, saute vite sur lui! »
  • Le petit homme pur répliqua: « Non, non, Chen Xiao! C’est honteux pour un gentleman de tirer parti de la vulnérabilité des autres et d’utiliser des attaques sournoises! N’aie pas peur, vie ta vie de manière juste et honorable !! »

Finalement, le petit homme pur eut le dessus sur le petit homme pervers. Chen Xiao prit une profonde inspiration et s’accroupit doucement à côté de Gu MengYang.

Juste un simple baiser, et ça ira…

Gu MengYang était allongé sur le dos. Chen Xiao se pencha sur lui et mit ses deux mains de chaque côté de sa tête. Puis il baissa lentement la tête tout en retenant son souffle. Les battements de son cœur s’emballèrent, il effleura légèrement les lèvres légèrement sèches de l’homme.

C’est ma veine… Je ne peux plus m’arrêter…

Le parfum de savon sur l’homme amplifiait son charme masculin, ce qui énerva encore plus Chen Xiao. Au lieu de se retirer immédiatement, il sortit sa langue, léchant les lèvres sèches qui s’offraient à lui jusqu’à ce qu’elles deviennent complètement humides, puis les écarta lentement.

La bouche de Gu MengYang était légèrement entrouverte et ses dents n’étaient pas serrées, donc Chen Xiao pouvait facilement y glisser le bout de sa langue. Le contact de cette chair humide lui fit presque perdre le contrôle. Il voulait mettre sa langue dedans et la faire tourner tout autour.

Dans la nuit moire et silencieuse, faire des choses honteuses en ayant peur d’être découvert pouvait rendre les gens encore plus excités. Bien que la température était manifestement très basse, tout son corps était si brûlant qu’il était sur le point de prendre feu. Une si bonne occasion, cela ne se répéterait probablement plus dans le futur, non?

Chen Xiao enfouit son visage dans le cou de Gu MengYang et prit une profonde inspiration de l’odeur de cet homme.

Il semble que je l’aime vraiment.

Juste au moment où il était sur le point de se redresser, l’homme au dessous lui de bougea soudainement, il leva la main pour se frotter les yeux.

« Mmm… qui… Chen Xiao……? »

Je. Suis. Fini.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *