Posséder ou Déposséder – Chapitre 170

Les aventuriers de la ville de Comer étaient des mercenaires ou des aventuriers reçevant habituellemnt des quêtes de la part de la guilde. Actuellement, les individus se rendant rarement aux terrains d’entrainement y étaient tous réunis et admiraient le combat y faisant rage.

« Hya ! »

L’épée de Joseph,  [Flamme Sacrée], entra en contact avec l’Epée de Dragon Noir de Yu, le [Cri Aqueux], formant de nombreuses étincelles.

« Facile ! »

Yu fut repoussé et tenta de corriger sa posture en regardant Joseph tenter de le rattraper. Il planta l’Epée de Dragon Noir dans le sol, reprenant ainsi son équilibre, puis plaça son épée devant lui, mais Joseph sauta dans les airs.

Une ombre recouvrit le visage de Yu lorsque celui-ci vit Joseph dans les airs, mais il attaqua en biais sans même regarder. L’épée de Joseph frappa celle de Yu, et les armes s’entrechoquèrent de nouveau. Collet ne put s’empécher de laisser échapper un petit cri et se boucha les oreilles tandis qu’un violent bruit fut émit lorsque les deux métaux se rencontrèrent. Suite à cette collision, tout le monde pensait que Yu serait repoussé, mais il parvint à résister et roula sur le côté.

Plutôt amusant… On dirait vraiment un gorille. Pensa silencieusement Yu.

Plutôt que de se soumettre à la puissance de Joseph, Yu tentait maintenant de le repousser en utilisant ses compétences passives afin d’augmenter sa propre force physique. Toutefois, au final, cela permettait à Yu de dominer largement Joseph.

« Joseph… Tu dois te battre de toutes tes forces si tu ne veux pas que la fatigue entre en jeu. »

Joseph haussa juste les épaules en souriant.

« Yu, ne penses pas que tu es fort. Puis-je me permettre de perdre ? Je n’utilise pas toute ma force contre toi. Je ne dois être qu’à 70% environ. »

La statistique de [Force] de Joseph lorsque Yu l’avait rencontré pour la première fois était de 931. Maintenant, sa [Force] avait augmenté pour atteindre 1108. Joseph repoussa le sol, causant une large explosion et soulevant des nuages de poussière et de sable, et en un clin d’œil, arrive devant Yu.

« Je n’ai pas de temps à perdre. »

Cette fois-ci, Yu qui était auparavent dominant fut repoussé. Même si la force de Joseph avait augmentée, le niveau de sa [Maitrise de l’Epée] était toujours de 8. Mais il y avait une raison à la différence de force entre Yu et Joseph. Les compétences à l’épée de Yu étaient entièrement autodidactiques. Joseph quant à lui était naturellement plus expérimenté à l’épée que Yu. Joseph possédait son propre style, tandis que Yu n’avait commencé à utiliser une épée que très récemment.

Mais ce n’était pas tout. Joseph possédait la compétence passive [Intuition Combative], en plus de son importante expérience de combat. Ainsi, il pouvait partiellement prédire les mouvements de Yu. Cette compétence lui permettait de prédire les mouvements, contrôler l’ennemi et le piéger pour ensuite asséner des attaques avec un timing parfait. De plus, son autre compétence passive [Doubles Epées] s’avérait utile elle aussi. La maitrise de deux épées de Yu ne faisait pas le poids face à celle de Joseph. Sans oublier que Joseph était un homme capable d’asséner des coups critiques lorsqu’il le souhaitait.

Même si Yu avait volé la compétence [Œil Draconique] de Zero et l’utilisait actuellement, il pouvait seulement discerner des mouvements possibles, et non les mouvements certains de Joseph. Pour être plus précis, de nombreuses prédictions et résultats étaient transmises à Yu, ce qui avait un effet inverse et ralentissait son jugement et ses mouvements.

Même si ce ralentissement n’était que d’une fraction de seconde, il s’agissait d’une immense faiblesse face à quelqu’un du niveau de Joseph. En conséquence, Yu était petit à petit repoussé, tandis que Joseph augmentait son nombre d’attaques.

Les attaques de Joseph devenaient de plus en plus nombreuses et rapides, forçant l’épée de Yu à devenir plus rapide elle aussi. Collet ne pouvait maintenant plus voir la forme exacte des épées dans les mains de Yu et Joseph. Mais elle n’était pas la seule, même les aventuriers et mercenaires de rang C n’y parvenaient pas. Les seules personnes y arrivant étaient la [Princesse à l’Epée] Claudia Balling, la [Princesse à l’Epée Magique] Lara Tombler et quelques aventuriers de rang B et au-delà.

Derrid, se tenant sur le bord du terrain, observait avec audace la vitesse à laquelle se déplaçaient les épées de Yu et Joseph.

« Ce sont des monstres… »

Murmura-t-il sans que personne ne l’entende.

« Oraa ! »

Joseph délivra une nouvelle attaque qui fut parée par Yu. Malgré ça, Yu pouvait sentir une profonde douleur assaillir ses deux bras.

« Plutôt intéressant n’est-ce pas ? Hey, où vas-tu ? »

Joseph trouvait le combat contre Yu de plus en plus amusant mais tout à coup, Yu arrêta et se dirigea vers la porte de la guilde des aventuriers.

« Puisque je l’ai confirmé, j’en ai terminé. »

Yu, ayant récemment obtenu son 3ème job, s’était grâce à ce combat rendu compte de ses nouvelles capacités. Il avait donc mit fin au combat contre Joseph, puisque celui-ci n’avait plus la moindre utilité.

« Toi ! Tu as fait exprès de me provoquer juste pour ça !? »

« Et bien, je comprends ton tempérament. »

« Attends ! »

« Qu’y a-t-il ? » »

« Tu n’as pas quelque chose à me dire ? »

« Ah ? Je ne pense pas. »

« Hey, il n’y a pas un problème ou quelque chose du genre dont tu aimerais me faire part ? »

« Eh, es-tu mon père ? »

« Attends ! Hey ! »

Ignorant les cris de Joseph, Yu quitta les terrains d’entrainement.

Les spectateurs paraissaient déçus, n’ayant pas pu voir d’issue à ce combat.

« De ce que j’ai pu voir, est-il vraiment possible d’être aussi puissant sans compétences ou magie ? »

« Oh, je me souviens avoir vu le combat entre Yu et ‘Météore Pourpre’, et Yu avait clairement utilisé des sorts, pas seulement son épée. En utilisant la magie, je suis sûr que Yu peut vaincre Joseph. »

« Peut-être, mais Joseph possède aussi les techniques de son [Epée Sombre] et de son [Epée Sacrée]. »

Un homme situé parmi les spectateurs affirma que Joseph risquait de perdre en cas d’utilisation de magie. Toutefois, Joseph, considéré comme le pinnacle des combattants au corps à corps, ne pouvait pas se faire pardonner s’il se faisait vaincre à distance par un magicien.

« Idiot ! C’était un combat à l’épée ! Même en rajoutant des compétences magiques, qu’est-ce que ça pourrait changer ? »

« Quoi ? Tu penses comprendre la situation mieux que moi ? »

« Si tu penses vraiment ça, alors tu devrais pouvoir me vaincre dans un combat à l’épée ! Viens, combattons ! »

Les personnes ayant assistées au combat entre Yu et Joseph se rendirent de nouveau aux terrains d’entrainements, parvenant difficilement à taire leur excitation suite au combat mémorable.

« Joseph, pourquoi fais-tu une tête aussi effrayante ? Tu es mon…mon…mon futur mari. Tu ne fais quand même pas un tel visage à cause d’un enfant, n’est-ce pas ? »

« Claudia, tu fais partie de la famille royale elfe. Ne dois-tu pas obtenir la bénédiction et l’accord de l’Arbre Monde avant tout mariage possible ? »

« Haha, la forêt dans laquelle je vis et la forêt dans laquelle réside l’Arbre Monde sont extrèmement éloignées. Il n’y a pas de relation entre ma famille royale et cet arbre, alors tu n’as pas besoin de t’en inquiéter. De plus, je n’ai jamais vu l’Arbre Monde. Pourquoi mentionnes-tu cela tout à coup ? »

« La couleur des yeux de Yu est passée de noir à marron. Cette renarde… »

« Allons, ne fais pas un visage aussi effrayant. Joseph, je t’ai déjà expliqué ma maladie oculaire, et elle n’implique aucun risque de mort. »

« Il n’y a aucune connexion entre cette maladie et la famille royale elfe. Je ne comprends pas vraiment cette maladie oculaire dont tu parles Joseph, mais si Claudia, une elfe, ne sait pas de quoi il s’agit, alors il n’y a rien d’autre à dire. »

Lara, qui écoutait la discussion de Joseph et Claudia, donna son avis, forçant Joseph à laisser échapper un large soupir.

« Oui, c’est vrai. Ah, je me souviens maintenant ! Je suis encore en colère contre toi ! »

« Claudia, ne t’énerve pas. Ton sang risque de te monter à la tête et de faire rétrécir ta poitrine. »

« Idiote ! Stupide ! Hey, ne t’enfuies pas ! »

Lara échappa à l’emprise de Claudia et les deux femmes sortirent du terrain d’entrainement en courant.

« S’agit-il vraiment d’une maladie ? Ses yeux ont changé de couleur… »

Joseph fut laissé seul, et son monologue fut enterré sous les nombreux cris des combattants.

 

« Ah… je m’ennuie. Collet et Rebecca sont vraiment méchantes. Moi aussi je voulais voir Yu-chan et peut-être… flirter un peu. »

Tout le monde était parti du rez-de-chaussée de la Guilde des Aventuriers, laissant Fifi seule, à grommeler derrière le comptoir.

« Fifi Nee-chan ! »

« Eh, quelqu’un m’appelle… »

Fifi regarda devant elle mais ne vit personne. Etait-ce son imagination ?

« C’est moi Fifi Nee-chan. Par ici. »

Fifi se pencha par-dessus le comptoir et vit enfin Namari qui portait l’ancien casque de vol de Yu ainsi que des vêtements similaires. Momo était assise sur la tête de Namari et regardait surprise Fifi. Fifi ne put s’empécher de sourire en voyant l’adorable couple.

« Fifi Nee-chan ! Est-ce qu’Odono-san est là ? »

« Oh, Namari-chan, je suis vraiment désolée, je ne t’avais pas vu. Yu-chan est au terrain d’entrainement. Il combat… un gorille. »

« Eh ! Un gorille !? Je veux voir ! »

Momo sauta de la tête de Namari et vola directement en direction des terrains d’entrainement. Namari voulut la suivre mais Fifi attrapa sa main.

« Fifi Nee-chan, qu’y a-t-il ? Moi aussi je veux voir Odono-san combattre le gorille. »

Namari secoua sa main pour se libérer puis regarda surpris le visage de Fifi.

« Namari-chan…. Ne me laisse pas seule… »

Le visage de Fifi paraissait pitoyable tandis qu’elle suppliait Namari, un enfant, de lui tenir compagnie.

« Ah ! J’abandonne ! Tiens, prends-ça et ne sois pas triste ! »

Namari sortit un pancake de son Sac à Objets. Une odeur sucrée en émana immédiatement comme s’il avait été préparé à l’instant, et Fifi prit rapidement le pancake des mains de Namari. Sans que personne ne puisse savoir comment, une fourchette et un couteau apparurent dans les mains de Fifi, prête à manger le pancake.

« Fifi Nee-chan, attends ! En rajoutant ça, ce sera encore meilleur ! »

Namari sortit ensuite une bouteille en verre remplie de liquide doré. Il s’agissait de miel de Fourmi Géante, que Namari versa légèrement sur le pancake en raison de son prix élevé. Une fois le miel versé, Fifi attint la limite de sa patience. Ses joues se soulevèrent et elle ouvrit la bouche. Une fois le plat goûté, la douceur du miel glissa sur sa langue et un large sourire apparut sur son visage.

« Namari-chan, merci. Eh, où es-tu passé ? »

Fifi voulait remercier Namari, mais celui-ci avait disparu. Fifi pensa un instant qu’il l’avait probablement laissée seule pour se diriger vers les terrains d’entrainement, mais en regardant autour d’elle, elle vit que Namari discutait avec une aventurière assise à une table. L’aventurière regardait quant à elle Fifi, puis le pancake.

« Excuse-moi Nee-chan, es-tu une aventurière ? »

L’aventurière fut surprise en voyant un enfant demi-humain lui parler, mais elle se détendit immédiatement en voyant le sourire amical sur le visage de Namari.

« Oui, pourquoi ? Est-ce si rare de voir une femme aventurière ? »

« Non, pas vraiment. Nina Nee-chan, Marifa Nee-chan et Lena sont toutes des aventurières. »

« Tu… connais-tu Yu ? »

« Oui, Odono-sama est fort, super fort ! »

« Odono-sama ? Mais moi aussi je suis forte tu sais. »

La femme portait des équipements légers et possédait des cheveux blonds et courts. Elle leva son bras droit pour tenter de montrer ses muscles à Namari, et un brillant biceps capable de rendre jaloux la plupart des hommes apparut. D’après cela, elle paraissait effectivement forte.

Un aventurier qui passait par là ne put s’empécher de commenter,

« Hey, de ce que je vois elle fait partie des Amazones. »

Les Amazones vivaient au sud du royaume Houdon. Il s’agissait d’une tribu entièrement constituée de femmes et vivant dans les forêts tropicales. Les Amazones étaient toutes caractérisées par leur profession de guerrières et leurs corps couverts de muscles saillants.

« Oh ? »

La femme foudroya l’aventurier du regard et bloqua les yeux et oreilles de Namari. Craignant pour sa vie, l’homme prit ses jambes à son cou.

« Incroyable ! Nee-chan, est-ce que moi aussi je pourrais devenir comme ça ? »

Namari regardait l’aventurière d’un regard pur et innocent. Celle-ci n’avait jamais été traitée ainsi par les autres aventuriers. Même si elle était quotidiennement entourée d’hommes, ceux-ci étaient tout sauf des gentlemens. Ainsi, même si le compliment venait d’un enfant, elle ne pouvait s’empécher d’être heureuse. Ses joues devinrent légèrement rouges et elle se mit à caresser la tête de Namari.

« Alors ? »

« Je suis sûre que tu en es capable. »

« Je vais travailler dur alors. »

« Oui. D’ailleurs, comment se comporte Yu Sato lorsqu’il est chez lui ? »

L’aventurière demanda tranquillement la question, mais paraissait clairement nerveuse.

« Odono-sama ? Hmmm, je sais ! Il aime bien préparer des choses délicieuses ! Et effectivement, tout ce qu’il prépare est délicieux ! »

« Oh, quel genre de choses ? »

« Quel genre de choses ? C’est difficile à expliquer. »

« Moi aussi je suis douée en cuisine. Je me demande si tu pourrais me présenter à Yu Sato plus tard. »

« Tu mens. »

« Non je ne mens pas. »

Maintenant, l’aventurière paraissait entièrement intéressée.

« Quel genre de choses ? Oh je sais ! Tiens ! »

Fifi, toujours au comptoir, se mit à paniquer.

« Namari-chan, non ! Si les gens l’apprennent, tout sera fini ! C’est notre secret, le secret des receptionnistes ! Quelqu’un ! Que quelqu’un arrête Namari-chan ! »

Mais il était déjà trop tard. Namari sortit des sucreries les unes après les autres de son Sac à Objets : pancakes, pain perdu, donuts, choux à la crème, cookies, laissant Fifi abasourdie. Comem s’ils sortaient du four, une délicieuse odeur en émanait. Le Sac à Objets de Namari était cousu sur le devant de ses vêtements, mais l’aventurière pouvait clairement deviner qu’il s’agissait d’un objet spécial. Rapidement, l’odeur des sucreries se propagea dans tout le hall.

« Essaye ça ! C’est délicieux, mais le pancake est encore meilleur avec du miel et de la crème. Ah, je n’ai pas la crème sur moi, désolé. Mais c’est encore chaud, alors fais attention en mangeant. »

Namari sortit une fourchette et un couteau créé par Yu à partir d’Acier Noir. Le couteau, fabriqué de façon à correspondre à la stature de Namari, coupa facilement le pancake. L’aventurière ne put s’empécher de sourir Namari en le voyant couper le pancake. Fifi quant à elle faisait des bruits bizarres derrière son comptoir. Plusieurs aventuriers étaient même inquiets et se demandaient si elle était malade.

« Oh, qu’est-ce que c’est ? Du miel de Fourmis Géantes ? Il est à la fois sucré et riche en goût. Vient-il du donjon [Enrio de Kusakai] ? »

« Cette chose ronde et remplie de crème est délicieuse ! »

« Ce pain aux œufs et au sucre est vraiment délicieux une fois trempé dans du lait. Ah, il est aussi parfait avec du beurre. »

L’aventurière, n’ayant jusqu’alors jamais goûtés aux desserts de Yu, mangeait avec un large sourire.

« Celui-là ! Essaye aussi celui-là ! »

Namari ne pouvait s’empécher d’être fier en entendant la nourriture de Yu être complimentée. Il continua donc à présenter les desserts tandis que Fifi au comptoir commençait à pleurer.

« Le secret a été découvert….. »

« Namari, que fais-tu ? »

Habituellement, Namari répondait avec énergie en entendant la voix de Yu, mais dans une telle situation…

« Oh, Odono-sama…c’est…ce…ce n’est pas ce que vous croyez. » Répondit Namari en contemplant toute la nourriture disséminée sur la table.

« Tu goûtes ? »

« Juste à 15h. »

« Il n’est pas 15h à ce que je sache. »

« Oh, mais le déjeuner n’est pas encore passé. »

Momo, assise sur la tête de Yu, laissa échapper un petit « Oh ».

Namari la regarda comme pour lui demander de l’aide, mais Momo détourna le regard.

« Je suis désolé ! Je suis vraiment désolé ! » (Namari)

Yu salua les personnes présentes, puis se dirigea vers la sortie de la guilde. Marifa, arrivant en retard, vit la dévastation sur la table et comprit instantanément la situation.

« Je me rends chez Mago. » (Yu)

« Oui Goshujin. » (Marifa)

« Whoa… Je uis vraiment désolé ! » (Namari)

Tout le monde regarda Yu partir, mais une lueur particulière était visible dans les yeux des femmes.

« Yu-chan est vraiment. Gentil. J’aimerai bien qu’il rejoigne notre clan. »

« S’il-vous-plait dites-moi quant il préparera d’autres plats. »

« Ah, je n’aurais jamais dû critiquer l’une de ses compagnons. Je devrais l’inviter à faire une quête pour me faire pardonner. »

L’aventurière venant de goûter aux confiseries de Yu était concentrée sur la table devant elle et s’exclama satisfaite,

« C’était délicieux. »

Ce jour-là, Fifi passa un interrogatoire mené par les réceptionnistes. Son crime était d’avoir laissé les aventuriers de la Ville de Comer découvrir leur plus important secret. Les seuls mots qu’elle prononça pour sa défense furent : « Ce n’est pas ma faute ! Yu-chan, à l’aide ! »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *