Sevens – Chapitre 132

Dans le Joyau.

Normalement, c’était une salle avec la table ronde, où les anciens chefs avaient leurs rendez-vous.

La table a été enlevée et un ring était installé à sa place.

Les armes du Premier et Second flottait autour des murs.

Les anciens chefs s’étaient enfermés dans les chambres. Avant même que je puisse leur dire quoi que ce soit.

« Hmm, nous aurions dû simplement régler cette affaire alors que nous avons l’occasion. Mais je crois que j’étais un peu trop direct. Pourtant… quel spectacle ! »

J’ai tourné sur moi-même pour observer mes environs, alors que l’armée de femmes s’avançait sur la scène, commençant par Novem.

Novem dit.

« L-Lyle-sama ? Euh, qu’est-ce que vous comptez faire ici… Non, je comprends ce que vous cherchez à accomplir, mais tout d’abord, où sommes-nous vraiment ? »

Je suis sûr qu’elle avait une montagne de question, mais je peux expliquer autant qu’elle veut tous les inutiles détails plus tard.

« Ne t’inquiète pas pour ces futilités. Pour l’instant, tu dois juste faire parler tes poings. Simple, non ? »

Avec une expression douteuse sur son visage, elle regarda autour.

Monica faisait quelques exercices d’échauffement.

« Pour quelle raison as-tu ramené ma conscience dans un tel endroit… Mais si tu me disais de le faire, plutôt que réticente, moi, Monica, va s’y joindre ! »

Elle semblait vanter pas mal de sa motivation, aussi réticente semblait-elle. Envers ma mignonne domestique, qui effectuait mes ordres avec tous ses efforts, j’ai envoyé un sourire.

« Bien, c’est l’esprit ! Vous toutes avez vos mécontentements, et des choses que vous souhaitez dire. Mais s’il y a des circonstances vous empêchant d’agir… Alors tout ce que vous devez faire est de combattre ! »

Avec son visage encore rouge, Clara tenait son bâton habituel près de son corps alors qu’elle me suppliait.

« Non, euh… Si je devais sérieusement me battre avec Novem-san et les autres, alors ça serait vraiment moche. »

Je lui dirige un sourire et après avoir levé ma main droite vers mon épaule, j’avais mon arme matérialisé dedans.

Novem l’analysa.

« C’est votre… J’avais entendu dire qu’il avait été détruit. »

« Cette espace est plutôt pratique. Par conséquent, vous n’aurez rien même si… »

Je découpe ma main gauche et du sang jailli hors de là. La douleur était moins que normalement.

Voyant ceci, Aria.

« Qu’est-ce que tu fais !? Et juste maintenant, tu… »

Elle a juste donné de la résistance dans son apparence, mais même maintenant, elle protestait le fait qu’elle ne puisse pas pardonner le baiser. Elle était dans un état chaotique, mais on dirait qu’elle a finalement récupéré.

« Ne t’en fais pas. Ça se soigne immédiatement. Regarde. »

La blessure disparait et le sang aussi. May regarda vers la porte du Cinquième alors qu’elle dit.

« Hmm~, alors tu peux faire ce genre de chose ici. Je suis sûre que c’est plutôt pratique. C’est juste que, tu nous as tous ramené ici et tu nous as demandé de nous battre. Pourquoi ? »

Elle ne semblait pas satisfaite.

Eva faisait une tête pour feindre l’ignorance, alors qu’elle vacillait de gauche à droite.

« Vous toutes avez besoin de vider tous vos rancœurs que vous avez accumulé jusque maintenant. Je veux dire, je suis moi-même incapable de punir soit Novem ou Miranda après qu’elles ont fait tant de choses pour moi. Si les deux de vous avez des mécontentements l’une vers l’autre, alors réglez-le ici. Pas de règles, affrontez-vous jusqu’à ce que vous vous sentez satisfaite. »

« Alors ça ne te dérange pas si moi et elle restions les mêmes qu’avant ? Je vais le dire clairement, je ne fais pas du tout confiance en Novem. J’ai plus de doutes sur elle que je n’ai jamais eus dans toute ma vie. »

Suite à ses mots, je souris.

« Et alors ? Il n’y a pas de problème tant que je vous fais toutes les deux confiance. Pas de souci, je vais faire confiance en Miranda, et je vais faire confiance en Novem. Alors ce n’est pas un problème si tu veux me croire, Miranda. Je te rendrais forcément heureuse. »

Quand j’ai dit que j’allais la rendre heureuse, peut-être que ça lui a cassé l’ambiance, alors que Miranda lâchait un soupir. Mais je n’ai pas raté le visage qui a un peu rougi.

(Incroyable… peu importe ce que je dis, je peux faire tomber n’importe qui amoureuse de moi. Je commence à me faire peur.)

Novem me demande un peu tristement.

« …Il devait avoir eu un message de la part d’Octō. Mon nom a été cité, n’est-ce pas ? Lyle-sama, vous allez me croire malgré ça ? Vous n’avez même pas rencontré Octō, et pourtant vous allez me faire confiance avec juste un mot ? »

C’est probablement vrai que Novem a rencontré son frère, mais pour moi, ce n’était rien d’autre qu’un rencontre entre frère et sœur. Pour commencer, il est impossible que Celes agisse de façon indirecte.

(Elle est capricieuse après tout. Elle ne peut pas s’occuper de tout avec autant de classe que moi. Et même sans y penser, si Novem voulait cacher quelque chose, alors soit.)

Mais il y avait quelque chose que je devais lui dire moi-même.

« Octō-san n’a rien à avoir. Je que moi, je te fais confiance. Et malheureusement, je n’ai pas l’intention de rencontrer Octō-san pour commencer. »

« …Eh ? E-Eh bien… »

Quand Novem a paniqué, j’ai poussé mes cheveux en arrière et j’ai regardé vers le plafond.

« Un Labyrinthe à une centaine de niveaux… Quelque chose comme ça ne peut être géré que par une grande ville. C’est-à-dire que si nous pénétrons dans la chambre la plus profonde, nous allons détruire leur économie et deviendrons des hommes recherchés. Pour ajouter à ça, mon objectif est de renverser le royaume de Bahnseim que Celes soulève. Je n’ai pas le temps, alors je n’ai pas envie de la rencontrer. C’est dommage. J’aurais bien voulu la voir une fois. »

Bon, bon, bon, je secoue ma tête. Novem posa sa main sur son visage et baissa un peu sa tête. On dirait qu’elle pensait que j’avais l’intention de rencontrer cet Octō-san.

Je ne vais pas appeler ça impossible, mais ça prendrait du temps.

Quand j’ai regardé autour, j’ai vu Shannon trembler. Jusqu’à la toute fin, elle m’a crié dessus pour l’embrasser, mais maintenant elle était en chao.

Miranda, légèrement rougie, regarda vers elle.

« Pourquoi est-ce que tu es si nerveuse ? Si tu ne vas pas te blesser, est-ce que tu veux t’y joindre aussi ? »

Fixant le visage de Miranda Shannon dit.

« …C’est la première fois que vois ton visage. Non, j’ai présumé que ça ressemblait un peu à ça. »

Miranda attrapé les deux épaules de Shannon, toute choquée, et ramena son visage tout près.

« Shannon, est-ce que tes yeux peuvent voir ?! »

« I-Ils peuvent, autrement dit, l’information visuelle qui entre est différente de d’habitude… Je veux dire, il y a des gens de l’autre côté des portes, tu sais. Qui peuvent-ils bien être… »

Je l’approche et pose ma main sur son épaule.

« C’est génial, Shannon. Tes yeux peuvent voir. Et… dans ce monde, tu ne crois pas qu’il y a des choses qu’il vaudrait mieux que tu ne sache pas ? Autrement, la prochaine ça pourrait être un baiser français que profond. »

Quand son visage devint rouge, je rigole et retourne vers le centre du ring. Miranda m’interpela.

« On dirait que tu caches aussi des choses. »

Je tourne seulement mon visage. »

« Tout le monde ses petits secrets. Quand le moment arrivera, je dirai ce que je voudrais sur le lit. Alors tiens-toi prête et fais-moi signe. »

Miranda me regarda, recula et tourna son visage de l’autre côté, et ferma sa bouche.

Alors je rigole et me tiens au centre, écartant mes bras et je déclare.

« Bon maintenant, avant que nous commençons, nous devons décider du temps. Disons jusqu’à midi. Alors combattez autant que vous voulez. Mais je dois surveiller vos corps hors du Joyau, alors c’est ici qu’on se sépare. Si je suis présent, je suis sûr que ça serait dur de le faire. Bon eh bien. »

Aria tendit sa main vers moi.

« A-Attends ! »

Je fais signe de la main et renvois ma conscience vers mon propre corps.

 

 

 

…Dans le Joyau. Dans la salle des souvenirs.

Le Troisième, Sleigh, regardait Lyle partir avant qui que ce soit puisse dire quelque chose.

『…M. Lyle… a fuis avec un sourire.』

Sa porte était verrouillée et il n’a pas essayé de l’ouvrir, mais il pouvait voir la situation de la salle de réunion, même depuis les confins  de son propre espace.

Mais plutôt qu’une salle de réunion, c’était probablement une arène à ce point.

Le Quatrième, Max, s’était aussi échappé dans la salle de Sleigh.

『S’il a fait tout ça en le sachant très bien, alors j’aimerais bien le féliciter, mais… Eh ? Se pourrait-il que nous devrons regarder Novem-chan et les autres se battre jusqu’au bout ?』

Le Quatrième en panique regardé vers l’arène chargée de tension, que Lyle a laissée derrière lui.

Il sentait un grincement dans son ventre, alors les combattantes se regardaient l’unes les autres à travers le ring.

La première à agir était Monica, une fois qu’elle avait fini son échauffement.

Le Troisième dit.

『Cette automate, elle a essayé de prendre Novem par surprise !』

Depuis les images qu’ils pouvaient voir, elle a produit un grand marteau depuis l’intérieur de sa jupe, l’a levé et l’a joyeusement baissé vers Novem.

« Premier arrivé, premier servi ! Ayant obtenu l’autorisation du Putain de Poulet, je n’ai plus de restrictions pour me retenir, sale renarde ! »

Novem tourna son corps vers Monica, leva sa main droite devant et manifesta son bâton dedans. C’était le bâton précieux des Forxuz. »

« Monica-san… Je me suis dit qu’il serait mieux de voir ta vraie force de près. »

Disant ceci, elle sourit, changea son bâton en forme d’un grand faux et lança de la magie.

« Gèle et protège. »

Invoquant cette magie avec juste ces mots, un mur de glace et terre se manifesta devant Monica.

Et Monica…

« Bien jouée. Mais t’es naïve ! Devant cette version de Monica Toutes Options, quelque chose comme ça n’est rien qu’une éponge ! »

Des flammes jaillissent derrière le grand marteau, augmentant l’élan et lâchant un fracassement à travers la glace et pierre. Elle continua son mouvement pour écraser le sol, mais Novem ne se tenait déjà plus là.

Le marteau n’a pas touché le sol, s’arrêtant en plein air.

« C’est quoi ça !? La bête est venue me gêner ! »

May a retenu le coup avec une seule main.

« Ne vise pas Novem. Personnellement, j’aime bien ta cuisine, mais Novem est toujours mon numéro un. »

Entendant ceci, Monica. »

« Revois ce classement. Pour moi, Monica, d’être derrière cette renarde… Mon dieu. »

Alors que May échangeait des coups avec Monica, Eva tira ne flèche vers elle. La flèche toucha le mur de l’arène, avant de changer en lumière et disparaissant.

« J’ai raté. Même quand j’ai visé pour un angle mort ! »

Voyant l’expression vexée d’Eva, Monica leva son marteau avec ses deux mains et se déplaça vers le bord du ring.

« Alors les dégâts n’auront aucun effet sur nos vrais corps. Alors je devrais pouvoir donner le meilleur de moi. »

Novem sourit alors qu’elle balaya avec son faux, juste pour trouver des ficelles entourées autour de son bras droit.

Suivant les fils d’araignées, les yeux de Novem tombèrent sur Miranda.

« Trois sur un c’est clairement de la lâcheté. Et s’il n’y a pas besoin de se retenir, alors… »

Observant la scène, le Troisième et Quatrième étaient bouches bée.

La scène dans l’arène n’était quelque chose d’aussi mignon pour appeler ça une querelle de fille…

 

 

 

Après avoir renvoyé le corps à la réalité, j’ai préparé un peu de thé pour moi-même pour la première fois depuis un moment et je l’ai siroté.

J’ai soulevé les huit sur le plateau de chargement de Porteur, pour les laisser s’allonger et se reposer.

Comme les gains de la dernières fois furent si élevés, même si nous ne faisions absolument rien, c’était plus que sûr que nous allons réaliser un profit, alors nous avons pu nous détendre.

« Pour les groupes qui avaient été officiellement sélectionné par la guilde, c’est embêtant à quel point tu ne peux pas t’échapper en plein milieu. Bon, je suis sûr que rien ne se passera pendant un moment, alors prenons notre temps. »

J’ai ramené une table et des chaises sur Porteur, sirotant le thé alors que je passais mon temps dans l’élégance.

Mais depuis le Joyau, je pouvais entendre les cris de mes ancêtres.

Le Troisième a abandonné son air réservé de d’habitude.

『Son braaaaas !! Attends une seconde, même pour moi, tant que ça… GYAAAAH !!』

Le Quatrième silencieusement.

『Le sang… son bras a volé… montée et battue de droite à gauche… Hé, une fille n’est vraiment pas  censé faire une telle chose… Meeerrrde…』

Le Cinquième était un peu excité.

『Qu’est-ce que tu crois faire à May, sale tas de ferraille… Je vais immédiatement sortir et t’arracher en morceau !』

Le Sixième s’était rappelé de quelque chose.

『Arrêtez déjà. Ces attaques sans merci… Eh meeerrde !! Milleia était si gentille, alors pourquoi est-ce que Miranda… !』

Le Septième lâcha un rire sec.

『Haha, ahaha… Cinquième, ne t’excite pas autant que ça. Quoi, parfois ce genre de combats sérieux sont aussi nécessaires. Probablement… Je suis sûr qu’ils le sont…』

La porte pour le port bagage était ouverte et je pouvais entendre les filles parler dans leurs sommeils.

La voix d’Aria était…

« Une fois suffit, alors laisse-moi éclater ce joli visage à toi… »

Clara.

« …Les supports ont leurs propres façon de se battre… »

Eva.

« Même à bout portant, j’ai ma dague… Tiens tes points vitaux… »

May.

« …Je vais tous vous brûler… jusqu’aux… »

Monica.

« …Même avec toutes les options n’étant pas capable de percer… Alors c’est l’heure de mon atout… »

Miranda.

« Ensuite part tes jambes… »

Novem.

« …Quelque chose de cette étendue… Je vais devenir sérieuse à partir de maintenant… »

Je les écoutais parler dans leurs sommeils, alors que je souriais et sirotais mon thé. J’ai tendu ma main vers l’un des amuse-gueules que j’ai ramené avec moi.

Quand j’ai regardé vers le ciel, le temps était magnifique.

« …Quel bon temps. »

Là, depuis le Joyau, j’ai entendu les mots de reproches de mes ancêtres. Dans l’ordre commençant par le Troisième.

『C’est quoi ce bordel avec le temps !? Il pleut du sang par ici !』
『Pourquoi tu as fuis !. Reviens, Lyle ! Non, s’il te plaît, M. Lyle !』
『Arrête ce tas de ferraille ! L’intérieur du Joyau devient… AAAAHH !!』
『Lyle, est-ce que tu savais peut-être que ceci allait arriver quand tu as fuis ?』
『Réponds-nous, Lyle ! Non, M. Lyle !』

J’ai écouté les cris d’aides bruyants, alors que je vidais ma tasse et sourirait. Il reste encore environ dix minutes, d’après mon estimation.

Les laisser s’affronter réellement m’a mis un peu à l’aise.

« Elle ont besoin que leurs intenses mécontentements s’affrontent au moins une fois. Peu importe ce qu’elles disent, elles vont quand même se sentir frustrée l’une vers l’autres. Bon, si j’étais présent, Novem et Miranda se seraient retenues. »

Et qui aurait envie de voir une scène avec les femmes qu’il aime se baignant dans le sang de l’autre ?

C’était simplement nécessaire, alors je l’ai mis en pratique.

« Bon, ceci devrait calmer un peu l’ambiance. Cette fois-ci, nous avons même pu découvrir un effet secondaire sur les yeux de Shannon ; Je n’ai pas à me plaindre. Et le plus grand trésor de tous, un baiser de toutes ces anges. »

Quand j’ai souri et dit ceci, le Troisième dans le joyau dit dans un ton comme s’il regardait quelque chose d’effrayant.

『Alors tu savais tout… A quel point est-ce que M. Lyle peut être effrayant… Si tu avais ne serait-ce une fraction de cette audace en mode Lyle… non, ce n’est pas bon ça. C’est cet écart qui rend les choses si intéressantes après tout. Mais cette fois-ci… AAAAHH, sa tête ensanglantée a juste ! Sa têêêêttte !!!』

J’ai passé une matinée élégante, alors que j’écoutais les vois du Joyau.

La voix de Shannon arriva depuis le plateau de bagages.

« …Rappelle-toi, Lyle… Pour m’avoir entrainé dans tout ceci et m’avoir fait vivre cet enfer… Je vais vraiment t’avoir… »

Elle me maudissait.

Mais je pouvais répliquer. Je savais qu’elle ne pouvait pas m’entendre, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’ouvrir ma bouche.

« Oui, je vais toujours m’en rappeler. En plus de comment tu as caché ton visage et que tu t’es mis sur la pointe de tes pieds avec tes yeux fermés pour m’embrasser. »

Pourquoi n’ai-je pas pensé à une telle solution aussi simple auparavant ? Je pouvais seulement regarder sur mon ancien moi avec merveille.

« Bon sang, pourquoi étais-je si indécis sur quelque chose comme un baiser. Ça commence à paraître stupide. »

Alors que je trouvais de la haine envers ma personnalité introvertie, j’étais déterminé d’avoir le nouveau moi tirer tout le monde de là à partir de maintenant.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *