Sevens – Chapitre 135

Subjugation de Labyrinthe de Beim.

Quand nous sommes retournés vers cette grande ville, l’air frisquet commençait à se réchauffait.

Ma respiration était encore blanche les matins, mais quand le soleil se levait plus haut, ceci n’était plis trop le cas.

Je sentais que le printemps approchait, alors que j’ouvrais la fenêtre de l’auberge où nous logions…

… Et l’ai immédiatement refermé.

« Il fait encore trop froid pour ça. »

La personne à regardait et se moquer de mes actions, était la personne qui résidait dans la même chambre que moi, l’automate Monica.

C’était une femme avec des couettes blondes et aujourd’hui aussi, elle opérait dans sa tenue de domestique, effectuant diverses tâches ménagères autour de moi.

Elle ne pouvait pas faire de compromis sur ce sujet.

Mais il n’y avait que sa bouche qui ne convenait pas.

« Tu as essayé d’avoir la scène d’une belle matinée, juste pour finir par te faire frapper par le froid… c’est bien digne de mon Putain de Poulet. J’aimerais bien aérer la chambre, alors tu ne vas pas la laisser ouverte ? Ah, lave ton visage d’abord. Je t’ai déjà préparé des habits. »

Comme toujours, son travail est parfait.

Je jette un coup d’œil aux habits qu’elle a préparé et étend ma main vers eux pour me changer.

« S’il te plaît, lave ton visage d’abord. »

Elle pointa vers la salle de bain et sourit vers moi.

C’était une auberge dans Beim et bien que coûteux, les installations étaient en ordres. Après tout, pas mal d’aventuriers l’utilisaient.

Mon groupe, moi y compris, se composait de neuf membres.

Moi.

La magicienne à la queue de cheval, Novem.

La guerrière à la lance, Aria.

Le spécialiste en support, avec des lunettes et petite, Clara.

Ayant récemment manifesté une Compétence, la spécialiste des pièges, Miranda.

Détentrice des yeux démoniques, mais sans autres aspects distinctifs, Shannon.

Une chanteuse elfe et douée à l’arc, Eva.

Bête divine prenant la forme d’un être humain, May.

Et finalement, une automate domestique toxique, Monica.

Avec tous ces membres étant des femmes, c’est un groupe totalement biaisé.

Quand je me dirigeais calmement vers la salle de bain, Monica dit.

« Tu es jeune, alors tu ne peux utiliser de l’eau chaude. L’eau froide te réveillera en un rien de temps. Parce qu’aujourd’hui tu vas aller à la guilde. »

J’éclabousse de l’eau sur mon visage. Ah, encore froid, j’ai pensé.

J’essuie mon visage avec une serviette et regarde à ce que le sommeil a fait à mes cheveux. Mes cheveux bleus étaient décoiffés et je devais les arranger.

(Mais ceci peut attendre.)

Enfin, c’est ce que je pensais, alors que je sortais pour trouver attendant avec une brosse en main. À part la brosse, elle tenait aussi ce qui semblait être un pistolet mal conçu.

« Q-Qu’est-ce que tu fais ? Et pourquoi est-ce que tu as une arme sur toi ? »

Quand j’ai reculé d’un pas, Monica était surprise.

« Arme ? C’est un sèche-cheveux. Tu n’en as jamais vu un auparavant ? Bon, nous sommes tout juste revenus et je n’ai pas la chance de l’utiliser. Je n’en avais pas en stocke, mais ayant monté à une Monica Toutes Options… il n’y a rien que je ne puisse faire, Putain de Poulet ! »

Elle me fit signe de m’asseoir, alors je me suis calmement assis. Le canon de l’arme lâcha de l’air chaud et Monica commença à faire mes cheveux.

« C’est comment ? C’est tout ce que ça prend pour cet outil de grande classe pour arranger les pires des cheveux en bataille ! »

Elle a dit ceci pleine de confiance.

« …Ça ne serait pas la même chose en prenant une douche et les séchant ? »

Quand j’ai dit ceci, Monica marmonna, « une fois de plus, cet homme ne comprends rien du tout », alors qu’elle secouait sa tête sur le côté.

La coiffure des cheveux se termina et je me suis changé avant de quitter la salle pour descendre au rez-de-chaussée. C’est là que se trouvait le réfectoire et où je pouvais prendre le petit déjeuner.

Quand j’ai descendu les escaliers, j’ai vu que j’étais arrivé pile au moment où Novem mangeait son petit déjeuner.

« Est-ce que tu viens d’arriver ? »

« Oui, Lyle-sama. Vous ne voulez pas vous joindre à moi ? »

La personne qui m’invitait, était un membre du même groupe, ainsi que mon ex-fiancée. J’ai accepté l’invitation de Novem et je l’ai rejoint pour le petit déjeuner.

Du pain et de la soupe et même des salades. Un sacré repas.

Il y avait même des petits morceaux de lardons, et l’endroit était plutôt sympa pour son prix.

J’ai mangé alors que je disais le programme du jour à Novem.

« Aujourd’hui, nous allons à la guilde pour vérifier quels genres de requêtes ils ont pour nous. Nous venons tout juste de revenir, alors j’espère qu’il reste un bon moment avant la prochaine. »

La guilde à laquelle nous étions affiliées était une pas très populaire appelée la Branche Est.

C’était une guilde qui s’occupait principalement des requêtes externes et c’était souvent le cas où elle déployait ses aventuriers vers d’autres terres.

Comme ceci était la ville des aventuriers, il y avait de nombreuses requêtes affluant depuis les terres étrangères. Les aventuriers souhaitant ce genre de requêtes s’inscrivaient là-bas.

Bien entendu, personne ne voulait accepter des boulots pénibles. Pour compenser à cela, la Branche Est avait son propre garantie spéciale.

La branche est de la guilde avait la priorité quand les requêtes à profits appelées 【Subjugations de Labyrinthes】 étaient envoyées.

Et pour gagner les droits dessus, les aventuriers de la branche est continuerait à traiter les requêtes envoyées vers eux.

Novem termina son repas et essuya proprement sa bouche avec une serviette de table avant de répondre.

« C’est important d’accepter les requêtes ordinaires aussi. Mais peut-être qu’un peu plus de repos serait mieux. La majorité du groupe venait tout juste de subir une Croissance, alors charger soudainement dans la bataille pourrait donner une plus grande chance d’erreur. »

Dans notre dernière Subjugation de Labyrinthe, la plupart des membres avait subi une Croissance. Une Croissance qui augmente les capacités physiques d’une personne… La raison pour laquelle c’était dangereux, c’était que les personnes concernées aient souvent tendance à s’efforcer bien plus que nécessaire.

Il y avait de nombreux aventuriers qui ont échoué après avoir tenté l’impossible de la poste-Croissance.

« Nous pouvons utiliser ceci comme raison pour tester un peu nos capacités autour de Beim. Ouais… peut-être que nous devrons défier le propre Labyrinthe de Beim. Même si nous ne plongeons pas très loin, ça pourrait être un bon entraînement. »

Ce n’est pas comme si les aventuriers de la Branche Est ne puissent pas aller défier le Labyrinthe géré par Beim.

Mais ils ont gentiment recommandé de ne pas se concentrer dessus.

Le nettoyer n’était pas permis. Le Labyrinthe géré était supposé atteindre une centaine de niveaux. Personne n’a pas pu confirmer ce point, mais atteignant ses profondeurs a été présumé être impossible.

Novem m’adressa.

« Je vous laisse vous occuper de ça. Vous comptez aller avec Aria-san aujourd’hui, n’est-ce pas ? »

Entendant le nom Aria, je lâche un soupir.

Ce n’est pas comme si je la déteste ou quoi. Mais quand ça implique ce genre de choses… Non, je n’irais pas jusque-là, mais quand ça implique confirmer les requêtes à la guilde, la prenant avec moi ne m’était d’aucun aide.

On pouvait compter sur elle en combat, mais ce n’était pas de sa spécialité pour utiliser sa tête.

(Bon, nous avons Novem, Miranda et Clara, et c’est elles qui s’occupent normalement des tâches qui demandent de penser.)

Mais bon, pourquoi avoir choisi de prendre Aria avec moi ?

C’était simple.

Depuis le Joyau accroché à mon cou, j’entendis une voix.

『Ne fais pas cette tête, Lyle. Tu dois apprendre à Aria à propos des tâches pareilles, ou elle aura vraiment des soucis un jour. Tu ne peux pas la laisser devenir une fille bête qui ne sait que combattre.』

Une fille bête était sa classification commune parmi les ancêtres enregistrés dans mon Joyau.

Elle était apte, mais à cause de l’environnement exceptionnel dans lequel elle a été jetée, on ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’elle n’était pas à la hauteur des autres.

Et là où les autres membres du groupe pouvaient facilement compléter les boulots, elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir une drôle de tête.

Le Troisième parla.

『Elle est motivée et elle a du talent. Je ne vais pas dire d’être patient, mais elle a vraiment besoin de s’entraîner. De diverses façons.』

Suite à son ton qui semblait avoir plusieurs implications cachées, j’ai résisté l’envie de répondre.

Je dis à Novem.

« Bon, je vais lui apprendre une chose ou deux. Et si je continue à prendre avec moi toutes les autres sauf elle, je suis plutôt sûr qu’elle va s’énerver. »

Novem rit à elle-même.

« Quelque chose ne va pas ? »

« Non, C’est juste que… Je suis juste soulagé que vous vous inquiétez pour le bien d’Aria-san. »

Entendant ceci d’elle…

(Je ne peux pas dire que je fais ça parce que les ancêtres m’ont dit de le faire.)

J’ai commencé à me sentir un peu coupable.

 

 

 

La branche est de la guilde de Beim.

Quand nous nous sommes amenés à la guilde que nous avons établi comme base, c’était plein de vie comme toujours.

Une file d’aventuriers qui affluaient de là, et malgré la largeur de l’entrée du hall, c’était bondé d’aventuriers attendant leur tour.

Des nombreux réceptionnistes étaient alignés aux comptoirs, traitant les demandes.

Peut-être qu’Aria était préoccupée par les bouts des cheveux bouclés, alors qu’elle caressait les bouts avec les pointes de ses doigts.

Nous nous sommes alignés et avions un peu de temps libre avant que notre tour arrive.

Les doigts d’Aria quittèrent les cheveux et elle regarda autour.

« Hah, il vraiment beaucoup de monde à cette heure de la journée. Si tu voulais venir ici pour le travail, tu aurais dû venir beaucoup plus tôt. Ça prend du temps une fois que ça se rempli. »

Dans ma tête.

(Il vaudrait que je me taise sur le fait que les préparatifs d’Aria nous ont retardé jusqu’aux heures de pointes. C’est quelque chose que j’ai compris dernièrement.)

Même si c’était de sa responsabilité pour s’être réveillée tard, ce n’est pas comme si nous sommes pressé ou quoi.

Nous étions juste venus ici pour confirmer quels genres de requêtes ils avaient.

Alors j’ai incliné mes oreilles vers mon entourage, pour choper une rumeur ou deux.

Des rumeurs parmi les aventuriers.

Ce n’était pas des sources d’informations crédibles, mais le fait de les écouter n’était pas une perte pour moi.

« Est-ce que les discussions sur le fait qu’Alette va se marier sont vraies ? »
« Haha, impossible. Elle va juste rentrer dans son pays plus tôt que prévu. »
« Flaminia-chan de la boutique de fleurs est vraiment jolie aujourd’hui. Je pense que je vais acheter un peu plus de fleur sur le chemin de retour. »
« …Vous n’avez pas entendu ? Flaminia-chan va se marier la semaine prochaine, apparemment. »
« …Mais… non… »
« Je l’ai juste entendu, mais on dirait que Zayin et Lorphys vont encore s’affronter. »
« Ils sont toujours hostiles entre eux de toute façon. Mais ils ont leurs propres sélection de mercenaires là-bas, alors ce n’est pas important ici. Même s’ils se font solliciter, il n’y a que la Branche Sud qui serait touché. »
« Vous n’avez pas des histoires de foutu Albano se blessant ou je ne sais quoi ? Ou peut-être échouant dans un Labyrinthe ? »
« Comme si cet Albano ferait une telle erreur pareille. S’il était vraiment blessé, alors combien de personne d’après toi serait aux bars en train de faire la fête en ce moment même ? »

C’était toutes des histoires dans aucun lien à moi.

Du moins, j’ai appris qu’il y avait des aventuriers qui désiraient que le mal arrive à Albano.

Depuis le Joyau, le Septième dit.

『Pff, ils sont juste capable de développer une action qui invite une telle haine envers eux-mêmes. C’est pour ça que je déteste les aventuriers et les mercenaires.』

J’ai décidé de laisser cet avis passer dans une oreille et sortir de l’autre. Ou plutôt, il déteste juste les aventuriers et mercenaires, et tous ces avis sur eux semble venir uniquement des émotions.

J’entendis une voix plus calme du Cinquième.

『Mais qu’importe la génération, les rumeurs ne changent pas énormément. L’amour et la guerre, ce n’est pas vraiment différent de mon temps.』

Le Quatrième rigola alors qu’il parle.

『Même si ça a l’air d’avoir changé, ça reste le même état d’esprit… C’est un peu intéressant. Est-ce que ce sentiment est un privilège spécial pour nous les âmes enregistrées ?』

J’écoutais les voix du Joyau et les voix autour alors que j’attendais mon tour.

Tandis que les aventuriers devant nous réduisaient, le comptoir s’approchait.

On dirait que la personne en charge de nous cette fois-ci serait Marianne-san.

(Oh ? Que c’est rare.)

Marianne-san était une réceptionniste de la guilde qui s’occupait des nouveaux aventuriers. J’ai trouvé cela un peu étrange de la voir occuper un comptoir normal.

 

 

 

Notre tour est venu et nous nous sommes assis en face de Marianne-san pour confirmer les requêtes.

Elle était déjà renseignée sur moi, il semblerait.

« Bon travail sur la Subjugation de Labyrinthe. Et voici les genres de requêtes nous aimerions que vous fassiez cette fois-ci. »

Elle me passa quelques documents, mais il y en avait plus que d’habitude.

Aria, qui est assise à côté de moi, dit.

« Hé, ça ne serait pas un peu trop ? Est-ce que tu vas toutes les accepter ? »

Je ramasse des feuilles et nie cette déclaration.

« Mais non. C’est ici que nous décidons les requêtes à accepter. Si la distance de voyage est courte, nous devrons en accepter plusieurs. Mais trop loin demandera un peu de temps. Alors j’aimerais bien consulter avec les autres une fois rentrés, mais… il y en a vraiment beaucoup cette fois-ci. »

Marianne-san haussa ses épaules. La raison pour laquelle sa grosse poitrine avait l’air de rebondir devrait être à cause de cet uniforme modifié qu’elle porte.

Quand mes yeux ont fini par s’aventurer là, Aria marcha sur mon pied.

« Aie ! Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Tu étais impoli, alors je t’ai averti. »

Dit Aria alors qu’elle détourne le regard. J’ai enduré la douleur au-dessus de mon pied alors que je tourne mes yeux vers les documents.

Marianne-san sourit un peu.

Ce qui m’était présenté était un ensemble de liste de requêtes disponibles, mais il y avait cinq pages au total. Quelques-unes avaient des croix pour indiquer qu’il y avait déjà un groupe qui les avaient acceptées.

(Elles ont été barrées en commençant par les plus favorables. Je crois que c’est tout à fait normal.)

Je vérifie la liste et redemande confirmation à Marianne-san.

« Ce n’est pas plus long que d’habitude ? »

« C’est juste après une Subjugation de Labyrinthe, et il y a quelques groupes qui n’ont pas de souci avec l’argent en ce moment. Et il y en a certains avec les compagnons subissant des Croissances, qui ne peuvent pas agir comme ils le souhaitent. En plus de ça, un nouveau corps de pionnier a été formé, alors ils cherchent de la main d’œuvre. Nous avons plus de requêtes que nous pouvons digérer. Il y a ceci et cela à la branche principale, et les réceptionnistes se font rappeler, alors même moi, j’ai été placé en service standard. Ah… »

Se rappelant de quelque chose, Marianne-san me demanda.

« Est-ce que le groupe d’Erhart-kun vous a importuné depuis ? Ce sont des enfants impulsifs, mais de bon cœur. Leur mentalité pour résoudre des choses avec la force est bien trop fréquente que je ne peux pas m’empêcher de m’en soucier. »

Aria, à côté de moi, entendit le nom de l’homme et fit une tête comme si elle se rappelait d’eux.

« Ce type à la grosse épée et le débardeur ? En y pensant, je ne l’ai pas croisé depuis. »

Même si Aria ne l’a pas rencontré, j’ai vu son visage quelques fois à la guilde.

A chaque fois que je le rencontrais, il faisait une expression mécontente, mais il s’en allait immédiatement.

« Pas vraiment. Quoiqu’il me déteste encore. »

Marianne-san fit n sourire amer.

« Je vois. Je l’averti de mon côté, mais….Bon, eh bien, qu’allez-vous faire ? Vous pouvez choisir une requête assez favorable maintenant. Ou est-ce que vous allez prendre ces documents avec vous et réfléchir ? »

Je lui ai dit que j’allais les prendre avec moi, et je quitte le comptoir.

 

 

 

…Quartier Général de la Guilde.

Les personnes réunis étaient le personnel de haut rang de chaque branche.

Le Sweeper, Tanya… Tahnia devait les accompagner en tant que garde.

La salle de réunion du quartier général était bien trop grande pour même se faire comparer à celles des branches.

L’un des gros bonnets informa le personnel réuni le contenu de la réunion.

« Pour vous rafraîchir la mémoire sur le problème actuel, des escarmouches ont déjà éclatées à la frontière de Zayin et Lorphys. Ceci arrive chaque année, et ce n’est rien d’inhabituel, mais c’est arrivé avec un mauvais timing, et les choses sont en train d’exploser. »

Les yeux de tout le monde se tournèrent vers les réceptionnistes de la Branche Est.

Ce qu’Alette Baillet… un chevalier de Lorphys a obtenu était un métal rare appelé mithril.

Et ceci allait être le déclencheur de la guerre.

Mais ceux présent ne se préoccupaient pas vraiment de la guerre-même.

Le problème était comment ça allait affecter la guilde.

Un homme de la Branche Sud leva sa main et déclara.

« A la Branche Sud,  plusieurs brigades de mercenaires ont déjà commencé à bouger. Equipement et provisions alimentaires, les dépenses vont aussi augmenter, certainement. »

Un membre du personnel féminin de la Branche Nord.

« Une guerre dans cette saison ? Que c’est embêtant. Comme nous ne l’avons pas anticipé, il y aura un sacré boucan sur le changement de plans. Alors est-ce que la guerre va vraiment éclater ? »

Un réceptionniste de la Branche Ouest rigola un peu.

« C’est vrai que c’est juste une rumeur. Mais la Sainte Vierge de cette génération semble aimer la guerre. Les prêtres supérieurs semblent être partants aussi. »

Le supérieur de Tahnia examina les documents dans ses mains avec mécontentement.

Dans une petite voix.

« Bon sang, même si nous venons tout juste de les acquérir du Labyrinthe, nous allons devoir utiliser notre stocke de pierres magiques. Même quand les aventuriers sont occupés avec la guerre, le prix des pierres magiques augmentent. »

Même si le prix des pierres magiques augmentait, chaque guilde serait obligée de les acheter malgré tout, se plaignait-il.

Le gros bonnet fit passer la politique de la guilde sur l’affaire.

« Comme nous l’avons toujours fait, la guilde va assister les deux camps. Nous allons accepter les deux requêtes, mais il y a quelque chose qui s’appelle l’équilibre. Sans aucune assistance excessive, nous allons agir pour ne pas faire de perte à la guilde. »

Tahnia pensa.

(Et c’est ça la partie difficile. Un faux geste et ça va devenir embêtant quand un pays se fait détruire.)

Un réceptionniste de la Branche Ouest leva sa main et demanda.

« Alors c’est quoi l’étendue prévue par la guilde ? »

Etendue.

Des deux côtés, juste les escarmouches des seigneurs locaux, avec une étendue de milliers ?

Ou est-ce que les pays vont essayer sérieusement de mobiliser leurs hommes, combattant avec des dizaines de milliers sur le champ de bataille ?

Si c’était juste quelques disputes avec quelques centaines de soldats, ceci existerait normalement partout sans l’intervention de la guilde.

Avec juste quelques dizaines s’affrontant, ils ne pouvaient même pas le dire.

Zayin et Lorphys n’étaient pas les seuls pays existant.

Le gros bonnet.

« Zayin a juste subi un changement de chef et ce nouveau chef est sûr de déployer quelque dizaines de milliers. D’après les marchands, ils ont déjà commencé à amasser des biens pour cette étendue. En revanche, les mouvements de Lorphys sont lents. Ils sont en arrière en termes puissance nationale. La terre de Lorphys va sûrement devenir un champ de bataille. »

La guilde a anticipé que Lorphys se batte sur la défensive.

Tahnia a anticipé que le pays soit ravagé.

Elle a discuté de nombreuses fois avec Alette au comptoir de la réception, et elle savait qu’elle n’était pas une mauvaise personne.

(…Alette-san va se dépêcher pour rentrer chez elle, n’est-ce pas ?)

Etant une connaissance, elle ne voulait pas qu’elle meurt, mais vu la réalité des choses, la guilde allait  se servir des conflits de son pays natal comme source de profit.

Sans que son expression ne change, Tahnia observa silencieusement la réunion.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *