Sevens – Chapitre 136

La personne qui m’attendait quand je suis retourné à l’auberge était Alette-san.

Elle appartenait à la brigade de chevaliers d’un petit pays appelé Lorphys, mais était le capitaine d’une force effectuant une tradition étrange de s’entraîner dans Beim.

J’ai même entendu des rumeurs qu’elle a été promise la place de vice commandant une fois rentré chez elle.

Et une telle personne était passée me rendre visite.

« …Je n’aurais jamais pensé qu’on se reverrait de sitôt. »

Quand j’ai dit ceci avec une expression perplexe, elle fit un sourire qui semblait avoir d’autres ombres cachés dedans, et laissa tomber ses épaules.

« Pareille pour moi. Je sais que nous avons besoin un peu plus de temps entre nous. Mais je dois te parler maintenant, impérativement. »

Alette-san était passée à l’auberge avec son adjudant de confiance.

Quand j’ai essayé de confirmer les détails, elle nous a invités pour un repas.

« …Bref. Est-ce que tu peux m’accorder un peu de ton temps ? J’ai me sens désolée pour ça, mais je suis malheureusement très occupée maintenant. Je vais tous vous inviter au dîner. »

La personne qui s’occupait d’elle était Miranda.

Elle s’était assise dans une chaise, les jambes croisées, me regarda et hocha la tête.

(Alors ma décision sur l’affaire ne pose pas de souci. Je ferais mieux de lui prévenir de la quantité que May mange.)

Si nous allions juste écouter à ce qu’elle a à dire, ça ne devrait pas vraiment poser de problème.

« Nous acceptons avec plaisir. Mais l’un de nos membres a un sacré appétit. Je recommande que vous vous prépariez pour l’addition. »

Alors que je disais que nous allions l’écouter, Alette-san semblait soulagée.

« Ca m’aide beaucoup. Bon, nous avons tous nos appétits, que ça soit des aventuriers ou des chevaliers. Il y a un restaurant que j’apprécie, alors je vais vous inviter là-bas. L’affaire en question est à propos des mêmes félicitations que je t’ai offertes avant. Mais nous ne sommes pas si pressé sur ça. Notre objectif principal est à propos d’une lettre d’introduction. Bon, eh bien, nous allons envoyer quelqu’un pour venir vous chercher ce soir. »

Une lettre d’introduction ? A qui ? J’ai réfléchi, mais il y avait une personne qui semblait remplir ces conditions.

Alette-san quitta l’auberge, et Miranda se leva de sa chaise pour venir vers moi.

Je me suis dirigé vers la guilde avec Aria, mais elle a remarqué je suis revenu seul.

« Je vais informer les autres membres à propos de l’affaire du dîner. D’ailleurs, tu n’étais pas avec Aria ? »

J’ai pris Aria avec moi à la guilde pour lui enseigner des choses dessus, mais sur le chemin de retour, elle est partie récupérer de l’équipement, alors elle allait rentrer un peu plus tard.

« Son équipement a été prévu d’être terminé aujourd’hui, alors elle est partie le chercher. Si elle était revenue avec moi à l’auberge, elle aurait été encore obligée de sortir. »

Après avoir entendu ceci, Miranda regarda vers la porte où Alette-san était sortie.

« Je pense que c’est à propos du professeur Damien. Si c’est une lettre d’introduction de toi, Lyle, alors peut-être qu’il pourrait montrer de l’intérêt. Est-ce que tu vas en écrire une ? »

Ma connaissance qui semblait intéresser Alette-san était un professeur dans l’Académie d’Arumsaas appelé Damien Valle.

C’était un type étrange connu comme étant l’un des grand sept de l’académie.

D’ailleurs, c’était lui qui a rendu Monica opérationnelle après l’avoir découverte dans le Labyrinthe.

Et à présent, c’était un savoir répandu qu’il utilisait sa magie golem pour développer le golem porte-bagage 【Porteur】.

Pour être plus précis, j’étais le développeur principal, mais Damien était la personne à m’apprendre la magie, et il m’a consulté sur l’affaire, alors c’était quelque chose comme un partenariat.

« Porteur est pratique après tout. Vu qu’elle est rattachée à la brigade de chevaliers, je crois qu’elle ne peut pas s’empêcher de vouloir une unité. J’ai bien refusé de lui enseigner, alors… »

Voyant mon expression devenir maussade, Miranda fit un sourire amer. Elle croisa ses bras et se pencha un peu de son poids sur la table devant elle.

« Hé, c’était la bonne décision, non ? Propager l’information pour devenir riche serait bien, mais je doute honnêtement de sa rentabilité à long terme. Alors est-ce que tu vas écrire une lettre ? »

Depuis le Joyau accroché à mon cou, j’entendis une voix réservée du Chef de la Troisième Génération.

『Pourquoi pas en écrire une pour qu’elle t’en dois une ? Et de lui faire passer l’affaire à Monica, et ce qui s’est passé jusque maintenant… C’est fort possible que cette Celes puisse être intéressé par Damien, alors il serait mieux de lui mettre en garde tant que tu peux.』

La deuxième partie de ceci était dit dans une voix sérieuse.

J’agrippe le Joyau pour montrer mon accord sur l’affaire.

« Je vais en écrire une. Je veux lui informer de ceci et cela. Etant son ancienne étudiante, est-ce qu’il y a quelque chose que tu souhaiterais transmettre ? »

Miranda rigola.

« Je doute qu’il se rappelle même de mon nom. C’est le genre d’homme qu’est le professeur. Bon maintenant, je vais aller informer les autres. Pour qu’elles gardent leur soirée libre. »

Je lui ai dit au revoir alors qu’elle se dirigeait vers les escaliers et j’ai commencé à réfléchir à ce que je voulais dire à Damien.

(Ecrire une lettre d’introduction, et… Ah oui, je ne peux pas oublier Celes dans ça. Et ce que j’ai appris dans le Labyrinthe. Peut-être qu’il pourra m’éclaircir ?)

Se rappelant des dires de l’automate qui s’était proclamée comme la sœur de Monica, j’ai commencé à écrire à Damien.

 

 

 

Le dîner qu’Alette-san nous a traité était de bonne qualité, et quantité.

Elle a réservée une salle, et peut-être pour remercier tout le monde pour le succès de la Subjugation de Labyrinthe, ses subordonnés étaient aussi présents.

Avec l’endroit réservé, nous pouvons parler de pas mal de choses.

J’ai aussi rencontré des chevaliers qui allaient partir pour Arumsaas.

Alors que nous revenions vers l’auberge, Monica portait une Shannon endormie sur son dos. Elle marchait à mon côté et fit une requête rare.

« Putain de Poulet, une fois rentrés, je vais te supplier sur quelque chose avec des yeux de chiots, alors je t’en prie, écoute ma requête. »

Alors qu’elle disait ceci, elle avait l’air réticent. Je regarde autour.

May avait l’air satisfaite alors qu’elle parlait avec Aria à propos du repas. Ce qui était le meilleur ? Ah, je n’ai pas eu l’occasion de goûter à ça ! J’entendais ce genre de conversation.

Eva demandait à Miranda à propos des événements dans Arumsaas et prenait des notes.

Clara parlait avec Novem.

La route de retour était encore froide une fois la nuit tombée, et je les ai regardées et je me suis dit.

(Elles ne s’entendraient pas mieux qu’avant ?)

Je retourne mes yeux vers Monica pour voir ce que je pouvais faire.

« Si c’est dans mes cordes. Bon, c’est quoi ta requête ? »

Monica supportait le corps de Shannon avec une main, alors qu’elle utilisait l’autre pour produire une fine petite plaque noire de la poche de son tablier.

« …C’est quoi ça ? »

« Une carte mémoire. Elle est chargée avec des données lisibles par les automates. Est-ce que tu peux l’ajouter dans la lettre, de façon à ce qu’il s’en rende compte ? »

Quand je l’ai pris, elle a bougé Shannon avec ses deux mains.

Ce que j’ai pris en mains ressemblait à une petite planche lisse.

« Il vaudrait mieux l’envoyer à travers une route différente. C’est de Damien dont on parle ici. Peut-être qu’il ne va même pas vérifier le contenu de la lettre d’introduction. Je vais écrire une autre lettre et le mettre dedans. »

Je vais le laisser aux chevaliers faisant route à Arumsaas, et leur demander de le livrer aussi.

Mais il y a quelque chose que je trouve un peu curieux.

« Un contenu que les automates peuvent lire… N’étais-tu pas en désaccord avec les trois unités chez Damien ? »

Est-ce qu’il y avait quelque chose que tu voulais dire aussi tard ? Quand j’ai pensé à ça, elle a fait une expression bien trop sérieuse de celle d’habitude.

« …De comment j’ai rencontré mes sœurs, et comment moi, Monica, ai pu atteindre ma forme parfaite, j’ai juste envie de m’en vanter. Bien entendu, ceci n’est pas n’importe quelle vantardise, je te préviens. J’ai enregistré ce qui s’était passé à ce moment en détail, alors ça coïncide avec tes intentions1. »

« Tu as été spécialement désagréable ces derniers temps. Mais d’accords, je vais l’ajouter dans la lettre. »

Même si c’est juste les vantardises d’une automate, il n’y avait rien à perdre en l’envoyant. Mais je me suis dit.

(Monica… ces trois chez Damien sont les seules de leur genre qui existent à être encore opérationnelle dans le monde, non ? Je me demande si elle se sent seule.)

J’ai soigneusement mit la planche noire dans ma poche et j’ai continué à marcher le long de la route.

 

 

 

Le lendemain.

J’ai réuni tout le monde et j’ai énoncé les requêtes que nous allions prendre. Et quand tout le monde s’est dispersé, Clara était restée dans ma chambre.

Clara Bulmer travaillait temporairement dans la bibliothèque d’Arumsaas. Qui plus est, elle possédait une Compétence bénéfique envers ce travail.

Novem et Miranda étaient toutes les deux présentes, et Monica a apporté un peu de thé.

Avec ses cheveux bleus foncés, Clara tenait son bâton comme si pour l’embrasser. Ses yeux endormis étaient habituellement à moitié fermés, mais elle faisait un regard vif, les écarquillant encore plus.

Envers le stade final de la Compétence 【Bibliothèque Marchante】 de Clara, je pose une question.

« Une question concernant l’infâme courtisane qui a mené le royaume de Sentras à sa perte il y a trois cents ans. »

« Oui. Il y a plusieurs théories, mais c’était une femme qui a fait son apparition dans les dernières années du Royaume de Sentras, et il a été écrit qu’elle était l’amante de plusieurs hommes. A présent, elle est considérée comme un produit unique de la décadence interne du royaume avant sa chute. »

Plus indifférente que d’habitude, Clara répondit dans une voix sans une trace d’émotion. Et sa volonté-même n’était pas présente.

Même quand c’était son propre Compétence, elle était incapable de l’utiliser efficacement par elle-même.

« La personne qui la vaincu était le premier roi de Bahnseim, n’est-ce pas ? »

Suite à ma question, de façon indifférente Clara…

« D’après les registres et les histoires, c’est ainsi que ça été enregistré. Mais une partie suggère que l’existence d’un autre parti soit liée à l’affaire. »

…Oui, tout ceci était le savoir commun. Le problème est ce qui suit.

« Comment est-ce que le roi de Bahnseim a vaincu la belle courtisane ? Comment a-t-il combattu le royaume de Sentras ? »

Quand j’ai posé ces deux questions, Clara ferma ses yeux. Et les ouvrit encore.

« La décadence interne s’était aggravée, et le futur roi, qui n’était qu’un seigneur provençal à l’époque, a cherché de l’aide à ceux autour de lui, d’après ce que les registres disent. Même maintenant, plusieurs de ceux au pouvoir sont les descendants de ceux qui ont prêté leurs forces au roi. Cependant, bien que le résultat de la défaite de la dite courtisane reste, aucunes données a été enregistré sur les moyens. »

Ayant lu tout ce qui avait l’air d’un livre, Clara avait lu pratiquement tous les livres dans la grande bibliothèque d’Arumsaas.

Et à chaque fois qu’elle trouvait un nouveau livre, elle le lirait sans faute.

Il y avait des livres qu’elle n’avait pas le droit de lire, mais c’était ceux interdit à n’importe qui.

Novem, assise sur le canapé, regarda en bas un peu et posa sa main sur son menton. Elle semblait penser à quelque chose.

D’une autre côté, Miranda était assise sur le lit, et elle posa une question à Clara.

« Est-ce que c’est possible que ça n’a jamais été enregistré comment elle a été vaincue ? Ou que Clara n’a simplement jamais lu une telle chose ? »

Suite à la demande, Clara sans intérêt…

« La possibilité existe. Mais Clara Bulmer a utilisé sa Compétence pour lire entre quatre-vingt et quatre-vingt-dix pour cents des livres dans la grande bibliothèque d’Arumsaas. Conclusion : dans la limite qu’une civilisation puisse lire, il n’y a pas d’autres registres à trouver. »

Après avoir dit tout ceci, Clara commença à se comporter étrangement.

Je me suis levé de ma chaise, j’ai marché vers son côté et je l’ai supporté par ses épaules.

« C’est la fin. Laissez Clara s’allonger et dormir. »

Monica plaça un oreiller sur le canapé de la chambre et j’ai allongé Clara. Elle était petite et ce n’était pas trop difficile de la lever.

« Bon, eh bien, est-ce que vous pensez qu’il n’existe aucun registre sur la défaite de la courtisane, ou peut-être qu’il n’y avait pas besoin de l’enregistre pour commencer… Qu’en pensez-vous ? »

Suite à ma question, Miranda croisa ses jambes.

« Qui sait ? Bon, même si elle a séduit les hommes de la même façon que Celes, je ne peux pas dire que son niveau de capacité soit supérieure ou inférieure à la femme de l’époque. Personnellement, je ne peux pas prendre de décision. »

Novem me regarda.

« Je pense que la reine qui a effectué ces actes hideux devait aussi être douée. Nous avons confirmé l’étendue de ses actions la dernière fois que nous avons demandé à Clara d’utiliser sa Compétence. Pour accomplir tout ceci, c’est un fait qu’elle a eu un niveau de capacité propre à elle. »

Cruelle et extrême. C’était comme si la belle courtisane marchait littéralement sur la route ensanglantée.

Nous l’avons confirmé avec la bibliothèque marchante de Clara, mais ses actions étaient identiques à Celes… Non, encore pire.

Les histoires troublantes qui étaient sorties de la bouche de Clara m’ont presque obligé de la couper.

Mais il y avait plusieurs inconnus concernant ses capacités.

Qu’elle ait la technologie pour rendre la tête des gens étranges, ou qu’elle l’ait faite elle-même, ou si elle avait des subordonnés pour le faire à sa place… Les détails de tout ceci pourraient changer en fonction du livre, et la Compétence de Clara était incapable de confirmer quoi que ce soit.

Ce qui était sûr…

« La façon pour la battre n’a jamais été transmis. Si c’était dû au manque du besoin, alors c’est bien beau et tout, mais ceci a l’air un peu forcé. »

J’avais envie de me plaindre au roi de Bahnseim, qui n’a pas laissé ce genre d’information derrière.

Mais à l’intérieur du Joyau, les ancêtres étaient aussi en train de pousser des cris hostiles sur lui.

『Inutile, n’est-ce pas ? C’est pour ça qu’on ne peut pas faire confiance à la famille royale.』
『C’est vraiment suspicieux. Au moins, la fin de la femme qui a fait vivrée l’enfer à beaucoup de gens… Ça ne serait pas du tout étrange pour que de telles choses restent. De comment elle a été vaincue, ou peut-être qu’elle avait été torturée pour tout ceci. Ou se pourrait-il que la personne qui l’ait fait ait utilisé sa propre vie, alors rien ne pouvait…』
『Ca ne pourrait pas être enregistré, ou ils ne l’ont juste pas fait. qu’importe le cas, peut-être qu’il y a quelque chose qu’ils voulaient cacher. La plupart des nobles ont quelque chose comme ça, plus ou moins. Quand ça monte jusqu’à la famille royale, tout est possible.』
『Le roi de Bahnseim de l’époque l’a vaincu, en tant que représentant des seigneurs qui ont participé dans la conquête, d’après ce que j’ai appris… Bon, personne de ceux concernés ne sont plus en vie, alors la vérité a été cachée dans l’ombre.』
『Que c’est inutile.』

Suite à la déclaration inutile du Septième, le Troisième offrit une révision.

『Tu ne parles pas de Clara-chan, j’espère§ ? Ceux qui sont inutiles sont la famille royale, d’accord ? D’accord ?』

Le Septième semblait un peu troublé.

『B-Bien sûr.』

Et répondit ainsi.

(Je pensais utiliser les précédents comme modèle pour battre Celes, mais je crois que ça ne sera pas si facile.)

Voyant Clara s’endormir de l’usage de son Compétence, je pose ma main sur ma tête, et commence à réfléchir aux différents moyens.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *