Sevens – Chapitre 144

Il ne restait pas beaucoup de distance pour arriver à Beim, et nous prenons notre dernière pause.

La raison pour laquelle nous nous sommes reposés un peu éloigné de la route principale était pour que les voyageurs, colporteurs et d’autres aventuriers ne reconnaissent pas que nous étions un groupe qui gardons quelqu’un.

Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup capable de remarquer ça à un simple coup d’œil, mais rien n’est absolu, alors nous avons pris une pause plus loin.

(Bien que ça ne soit pas la seule raison à ça.)

Restant méfiants de nos alentours, j’ai tourné mes yeux vers les charrettes que nous escortions. Avec la dernière attaque, leurs extérieurs étaient laissés dans un sacré état, mais avec un peu retouche, elles fonctionneraient convenablement.

Pas loin, les chevaux des attaquants se reposaient, chargés avec les biens des attaquants.

Depuis le Joyau, le Quatrième dit.

『Nous allons devoir laisser les chevaux à quelqu’un, sinon les dépenses vont s’empiler. Et si nous ne faisons pas attention en vendant l’équipement, l’information va circuler autour. Peut-être qu’il serait plus sûr de le garder encore un peu.』

J’étais du même avis. Si ça finissait avec moi pensant trop à ça, alors c’est bien beau et tout, mais si notre adversaire était assez persistent pour nous rechercher dans Beim, il n’y avait aucune option pour être négligent.

Le Sixième parla.

『Bien sûr, s’ils voulaient le savoir, il y aurait plusieurs moyens de procéder. Ne te dis jamais qu’il est impossible pour eux de te traquer. Bon maintenant, avant d’entrer dans Beim, et si tu….』

« Kyaaah ! »

Avant que le Sixième puisse finir, j’entendis un cri.

C’était la voix d’une femme. Moi et Eva, qui montions la garde, courûmes là-bas, et là se tenait un homme blessé qui nous avons aidé avant. Il était dans les pommes jusque maintenant.

Il a silencieusement marmonné à lui-même, alors qu’il tenait un couteau.

« …Aura… Aura… »

Peut-être qu’elle était en plein milieu de le traiter, mais la vierge sacrée à côté était retombée sur son derrière dans la peur. Derrière elle, Aura-san se tenait là toute choquée.

« P-Pourquoi tu… »

Elle avait une expression comme si elle ne pouvait pas croire quelque chose, et il semblerait que son esprit n’ait pas compris la situation actuelle.

(La fatigue des voyages inconnus doit avoir atteint ses sommets aussi. Ah, pour l’instant, je devrais…)

Nous n’étions pas les seuls à courir là.

Thelma-san et Gastone-san sont aussi venus et ils ont crié vers Aura-san de fuir.

« Qu’est-ce que tu fais !? Dépêches-toi de fuir ! »

Thelma-san attrapa le bras d’Aura-san et la secoua vers la réalité. L’individu en personne a bien récupéré de sa confusion, mais…

« Aurrraaaaa !!! »

L’homme sauta vers Aura-san et la vierge s’était mise devant. Il la poussa sur le côté avec de la force brute, alors Gastone-san s’était mis devant Thelma-san.

« Guh ! »

On dirait qu’un couteau a percé à travers son ventre.

J’ai sauté devant, attrapé de bras de l’homme, jeté le couteau couvert d’une substance comme le sang, et je l’ai retenu contre le sol.

L’homme cria, comme si ensorcelé.

« Auraaaaa !! Auraaaaa !! »

Il cria de nombreuses fois. Une Compétence qui interférait et contrôlait l’esprit d’une personne. Que ça soit pareille que celle du Troisième ou une similaire… Qu’importe le cas, l’homme était contrôlé par une Compétence.

« Reste au sol ! »

J’ai maîtrisé l’homme se débattant, alors qu’Eva a couru vers Gastone-san. Clara était aussi venue pour donner un coup de main à la vierge sacrée au sol.

Aria et May montaient la garde.

Thelma-san est allée aux côtés de Gastone-san et a agrippé sa main.

« Gastone ! »

« T-Thelma-sama… vous n’avez rien. »

Sa respiration était rugueuse, et tandis que Thelma-san répondait, ‘tout le monde à part toi est indemne’, il semblait soulagé.

Aura-sana lentement marché vers lui.

Gastone-san avait l’air comme s’il forçait un sourire.

« P-Pourquoi m’avoir protégé ? Je… je ne suis pas une candidate pour la Sainte Vierge ou quoi que ce soit maintenant. »

Là, Gastone-san…

« Je vous demande pardon de vous avoir impliqué dans ceci. Mais je suis ravi que vous n’ayez rien… »

Alors que Thelma-sas appuyait sur la poitrine de Gastone–san, cette substance semblable au sang coulait à flot.

Ses vêtements étaient teints d’un rouge cramoisi.

Thelma-san allongea Gastone-san et serrait sa main. Les autres autours ont commencé à se réunir, et quand ils versaient leurs larmes, les jambes d’Aura-san ont perdu toutes leurs forces.

J’ai attaché l’homme qui se débattait et je l’ai rendu inconscient, avant de dire.

« …Nous allons prolonger la pause. Notre groupe va aussi assister dans les funérailles. »

Thelma-san…

« Merci. »

Et Aura-san, encore effondrée sur place, cria.

« C’est quoi ça… Tout ceci est entièrement votre faute ! Parce que vous nous avez pas protégé1 ! C’est pour ça que le Haut Prêtre Gastone a jeté sa vie, n’est-ce pas !? Si vous avez accepté la requête, vous devez risquer vos vies pour nous ! C’est quoi ça ? C’est quoi tout ceci… »

Voyant la jeune Aura-san en larmes, mon cœur a commencé à picoter.

 

 

 

…Thelma était avec Aura dans leur charrette.

Elle était assise du côté droit, faisant face devant. Aura était assise à gauche.

Le groupe de Lyle préparait une tombe pour Gastone, et Thelma est montée dans la charrette afin de calmer Aura.

« Aura, ne te blâme pas. »

Quand Thelma a dit ceci, les larmes d’Aura ont commencé à couler dans des grosses gouttes.

« Je veux dire… Je veux dire… »

Du point de vue d’Aura, il n’y avait aucun doute que Gastone n’était qu’un Haut Prêtre qui se servait d’elle. Mais il était aussi vrai qu’il tenait à elle.

Même Thelma n’avait été rien d’autre qu’une fille de marchand au départ.

Aura était née dans une famille de chevalier pauvre, laissée aux soins du temple quand elle n’avait plus de proches pour s’occuper d’elle.

Pour les deux, la Sainte vierge n’était rien d’autre qu’une marionnette pour les Hauts Prêtres. Et dans tout ceci, Gastone les a servis avec tout son cœur.

Non, peut-être que tout ceci avait été dans le but de protéger Zayin, mais ni Thelma ni Aura pouvaient s’amener à détester cet homme.

« Ayant réussi à te protéger, Gastone était satisfait. Il souriait, tu sais ? »

Aura dit.

« Si seulement ces types ont proprement fait leur travail… ! Alors Gastone… ! »

Le jour où elle est devenue une candidate pour la position de Sainte Vierge.

Gastone lui a dit d’abandonner les honorifiques quand elle était avec lui. Afin de tirer au clair leur position de maître et serviteur.

Et Gastone lui a servi tout ce temps avec un niveau de sincérité.

« Aura, ce n’est pas comme si le groupe de Lyle était négligent. Lyle-dono… a senti la possibilité que quelque chose pareille puisse se produire. Il a même insisté que nous restons aussi loin que possible de cet homme. Mais c’était moi qui ai insisté dessus. »

« Alors il n’avait qu’à le dire tout haut ! C’est parce qu’il… »

« Aura ! »

Quand Thelma cria, le corps d’Aura trembla en retour, elle ferma sa bouche.

« …Je suis désolée. Mais je savais que ceci allait se produire. »

« Eh ? »

Thelma ferma ses yeux et continua indifféremment. A l’intérieur de la charrette, avec sa robe encore tachée de sang, elle croisa ses bras sur ses genoux.

« Nos vies seraient éventuellement prises pour cible. C’est précisément pour ça que nous avons fui. J’ai pensé que la possibilité serait plus faible pour toi. Mais tu étais la première qu’il a prise pour cible. Normalement, ça aurait fini avec juste nous. »

Aura regarda vers Thelma avec une expression vide.

« …Et une fois que vous me laissez fuir, vous et tout le monde serez… »

Thelma san baissa sa tête.

La personne prise pour cible avec la plus haute priorité était Aura.

Les chevaliers saints… non, la personne que Zayin voulait morte état Aura.

Aura dit.

« Alors, c’est ma faute que Gastone… »

Thelma continua.

« Ça serait arrivé un jour ou l’autre. Ce n’était qu’une question de temps.

Aura posa ses deux mains sur sa tête et agrippa ses cheveux. Elle avait l’air d’être sur le point de s’effondrer en larmes, alors Thelma a pris ses mains et l’a fixé dans les yeux avec une expression sérieuse.

« Aura, quand tu arrives à Beim, tu vas vivre une vie paisible, n’est-ce pas ? »

« Thelma-san ? »

« Je vais essayer de lutter avec tout ce qui me reste. Heureusement, Lyle-dono a quelques contacts. Je n’ai aucune idée jusqu’où nous pourrions aller, mais je vais m’assurer que Zayin tourne ses yeux vers moi. »

Ses mots remplis de détermination n’étaient pas fabriqués.

Aura secoua sa tête face à cette idée.

« Fuyons ensemble ! Je ne peux pas vous laissez mourir aussi. Si ça en arrive là, alors je n’aurais qu’une autre dette que je ne pourrais pas repayer… »

Dans sa vision trouble remplie de larmes, ses yeux aperçurent les taches rouges sur la robe de Thelma.

Peut-être imaginant la mort de Thelma, son expression devenait de plus en plus pâle.

(Même si j’en parle impoliment, tu as répondu à nos attentes et est devenue une candidate pour la Sainte Vierge. Tu es vraiment une gentille fille.)

Elle s’était élevée rapidement pour rivaliser contre l’actuelle Sainte Vierge, Remis. Aurait-elle eu le temps, elle aurait même pu gagner.

Mais Thelma savait elle-même qu’elle était devenue une candidate par simple obligation.

« Aura, à partir de maintenant, tu devras décider de ta propre vie. »

« M-Moi ? »

« C’est exact. Tu dois prendre une décision. Si tu vas tranquillement vivre dans Beim, alors une fois entrés dans la ville, nous ne serions des étrangers. Je vais laisser Lyle-dono s’assurer que tu as le nécessaire pour vivre. Mais ne t’implique plus avec nous. Ça sera pour ton bien. »

« Je ne veux pas. Je ne veux une telle chose ! »

Aura posa ses deux mains autour de Thelma, et Thelma l’embrassa en retour.

« Ce n’est pas mal de fuir. Si tu choisis de combattre, ce qui t’attend est sûrement une route plus rude… Moi et Gastone désirons seulement ta joie. »

Aura leva son visage pour regarder vers Thelma. Ses yeux étaient rouges et asa bouche bien fermée. Il semblerait qu’elle retienne ses larmes.

« Je… je ne veux plus vous quitter. Je ne veux pas… plus perdre de la famille. Mère… »

Thelma caressa gentiment sa tête.

« Même quand je t’ai dit de ne plus m’appeler ça… Depuis que tu es toute petite, tu as toujours été gâtée. »

Elle fit un sourire amer. Pensant à leur différence d’âge, elles pouvaient vraiment être mère et fille.

A vrai dire, l’écart d’âge était juste un peu moins que Lyle et sa propre mère.

Se séparant gentiment d’Aura, Thelma dit avec un sourire.

« Nous allons atteindre Beim à la fin de la journée. Aura, tu as choisi. C’est ta vie, tu sais ? »

Aura baissa ses yeux une fois de plus, avant d’essuyer ses larmes et levant son visage.

« Je vais combattre. En tant que candidate pour la Sainte Vierge, comme quelqu’un d’impliqué, je vais combattre. Alors ne me laissez pas derrière. »

Le visage d’Aura était tout aussi sérieux.

Elle a déjà pris sa résolution.

Thelma hocha la tête, faisant signe à Aura de descendre de la charrette et dit.

« …Je suis sûre qu’ils ont déjà fini avec leur travail. Aura, descend et lave ton visage. Tu ne peux pas montrer un tel visage à Gastone, non ? Et tu dois dire à tout le monde ta décision. »

Aura hocha la tête, ouvrit la porte de la charrette et sauta en bas.

Thelma regardait son dos avec un sourire. C’était vraiment un sourire de mère.

Mais…

« …Eh ? »

Quand Aura a atteint le monde extérieur, son visage s’est solidifié et figé…

 

 

 

Il y avait deux portes sur la charrette.

Devant la porte gauche, nous avons applaudit alors qu’Aura-san descendait.

Aria et moi, ainsi que Clara, Eva, May et tout le monde impliqué.

Ainsi que nous, les vierges sacrées qui étaient venues avec, et les autres concernés.

L’homme qui se débattait avant applaudissait aussi avec un sourire.

Gastone-san avait l’air ravi.

« Aura-sama, vous avez finalement pris votre décision ? »

Le voyant s’effondrer en larmes, il y a certains autres qui ont fini par pleurer aussi.

Mais la fille en question… Aura-san était figée comme si elle venait de voir quelque chose d’improbable.

Quand Thelma-san est descendu à côté d’elle, Aura-san l’attrapa.

« Vous m’avez dupé ?! »

« Comme tu es grossière. Je n’ai pas une telle chose ! A vrai dire, cet homme n’était pas blessé et inconscient, et c’est vrai que sa mentalité a été interféré avec. Lyle-dono s’en est débarrassé avant. Mais la personne qu’il tentait de viser au début était vraiment toi… Aura. Et la possibilité pour moi ou Gastone de mourir reste tout aussi élevée. T’amener avec nous, comme tu n’avais aucune motivation, me mettait mal à l’aise. Et si nous ne sommes pas allés aussi loin, tu aurais cherché une excuse et n’aurait jamais dit ce que tu ressentais vraiment. Combien d’années crois-tu qu’on se connait ? »

Thelma-san regarda vers l’homme qui se débattait avant et il gratta se tête avec embarras.

La voix que j’ai ignorée du Joyau venait du Troisième.

『Ma Compétence n’est-elle pas géniale ? Si tu peux laver le cerveau des gens, alors bien sûr qu’il serait possible de dissiper le lavage de cerveau.』

Avec la Compétence du Troisième, nous avons pu désarmer l’homme qui était devenu un homme piégé.

Alors nous lui avons dit de jouer la comédie et emprunter une substance semblable au sang du sac à tout de magie de Monica pour tuer le temps.

(Mais lui dire que ses compagnons étaient morts… et lui demander de faire la comédie. C’était vraiment douloureux de faire ça.)

De ma consultation avec le Troisième, c’était les moyens que nous avons choisi, mais…

Le Cinquième rigola.

『Même ta nature terrible se voit dans ta Compétence. Même si ça a bien marché cette fois-ci/』

Le Troisième et Cinquième rigolèrent, comme si pour se menacer entre eux.

Le Septième dit.

『Bon maintenant, Lyle… il était temps de dévoiler le tour.』

Je m’avance et dit à Aura-san.

« Afin de vous rendre sérieuse, j’ai mené cette scène. D’ailleurs, si vous avez refusé, vous aurez été conduite par la porte droite, où vous aurez trouvé une fausse tombe. Pendant que vous seriez en train de prier pour lui, Gastone-san aurait été envoyé en premier vers Beim. Mais vous avez montré votre détermination ! Nous allons vous soutenir avec tout ce que nous avons ! »

Quand j’ai dit ça avec un sourire, Aura-san retourna le sourire alors qu’elle marchait vers moi.

La raison pour laquelle je l’ai exprès dit de façon irritante était pour qu’elle dirige son mécontentement vers moi.

Après tout, ça serait embêtant si elle commençait à détester Thelma-san ou Gastone-san.

Ayant l’aide des trois était absolument nécessaire.

« Je vois. Alors vous voulez dire que je me suis fait berner par vous ? Je me suis dit que vous avez l’air incompétent, mais vous avez l’air plus prometteur maintenant, M. Aventurier. »

Nous avons tous deux sourire et rigolés, avant que la partenaire de ma conversation leva son poing en l’air et le colla dans mon corps.

Je l’ai sous-estimé comme étant le point d’une jeune fille, mais on dirait que mon analyse fut erronée. Les mouvements de son corps étaient fluides et son poing, sans une trace d’hésitation a martelé mon ventre.

« Gahah ! »

L’impact a retentit à travers mes organes internes et j’ai craché l’air dans mes poumons avant de m’effondrer à mes genoux.

(Quand je lui ai dit que c’était moi qui tirais les ficelles, je pensais recevoir au moins un gifle ou deux, mais pour elle de viser pour le plexus solaire…)

Elle y a même ajouté le mouvement de sa hanche, et sur ce splendide coup, j’ai formé un sourire de force.

« Q-Quel coup splendide. »

Là, aura-san continua à sourire alors qu’elle me regardait de haut et pointa son pousse vers le sol.

« Très bien. Je vais prendre part à votre plan. Vous avez pu me berner splendidement. Et si vous pouvez autant que ça, alors peut-être que je pourrais avoir quelques attentes de votre part. »

Depuis le Joyau, le Quatrième parla.

『Cet angle… ce poing… tu ramènes les souvenirs de ma femme.』

Le Sixième.

『Bon, elle a l’air assez déterminée. Bon maintenant, nous avons toutes les cartes que nous voulions entre nos mains. Lyle, ça commence à devenir amusant.』

(…Ca commence à faire mal pour moi.)

Quand j’ai mis tous mes efforts dans mon sourire, Aria, à côté, marmonna.

« Lyle, tu te forces trop… »

Il semblerait qu’elle compatissait avec moi.

Eva dit.

« Je crois que je vais couper cette scène. Essayons juste de tourner ça en quelque chose d’émotionnelle. »

Elle prenait des notes pour tourner en chanson. Et entendant ceci, Clara…

« Tu dois être ferme quand tu fais des enregistrements. Des décisions pareilles provoquent des chaos pour les savants plus tard. »

« Comme si ça m’intéresse. Je veux juste qu’ils écoutent la chanson. Il n’y a pas besoin de vérité futile. Il faut plaire aux clients. »

« C’est ton avis sur l’affaire. Je ne pense pas que ça soit bon de le décider arbitrairement. C’est parce que les elfes sont ainsi, que la plupart des savants se battent encore sur la signification derrière les chansons folklores. »

On ne dirait pas qu’elle pardonnerait Eva pour avoir omis cette scène. Si vous voulez savoir si ça ressemble bien à Clara, c’est le cas. Alors elles ont toutes les deux pris des notes et ont confrontés leurs avis.

May nous regardait de loin.

« Les humains sont vraiment pénibles. »

Et dit ceci. Mais moi…

(Je le pense aussi.)2

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *