Sevens – Chapitre 146

J’ai décidé de faire un grand changement de notre objectif.

(Fait chier, si la princesse de Lorphys n’était pas si mauvaise, nous aurions pu simplement obtenir la victoire au côté de Lorphys.)

Lorphys, qui a trouvé du mithril dans le Labyrinthe.

Zayin, qui a proclamé que ça fut un cadeau pour eux de leur déesse.

C’était ce que le début de la guerre avait l’air aux yeux du public.

Mais là, un troisième pays… le Royaume de Selva est sorti.

Regardant plusieurs morceaux d’informations.

Le prince de Selva et la princesse de Lorphys… une enfant seule, s’étaient engagés.

La Sainte Vierge de Zayin était anciennement la fille de noble de Selva.

Le pays avait des liens des deux côtés et pourtant cette troisième puissance n’a montré aucun mouvement sur la surface dans cette guerre. C’était Selva.

Le salon du manoir que Novem a acheté et qui était en plein milieu de rénovations pour nous recevoir.

Je me suis assis dans une chaise face à une table et j’ai parlé avec les voix du Joyau.

« Ils sont suspicieux peu importe comment on le voit, mais pouvons-nous vraiment faire quelque chose de ce troisième pays ? »

Suite à ma voix, j’ai entendu la réponse venant du Joyau que j’avais placé sur la table. C’était le Sixième.

『Ne t’inquiète pas. La chance t’a béni avec plusieurs cartes à jouer. Une ancienne Sainte Vierge, un chevalier de Lorphys… et une ancienne candidate pour la Sainte vierge. Pense à l’information qui vient, et choisi où tu devrais viser.』

Où devons-nous ramener l’issue de la guerre ? C’était un problème assez dur pour moi.

Là j’ai senti une présence, j’ai pris le Joyau dans mes mains, je l’ai accroché à mon cou et j’ai fermé ma bouche.

Le Troisième dit.

『Oh là, elle est déjà là.』

J’ai entendu quelques pas s’approcher progressivement. Je tourne ma chaise vers la porte, alors qu’un coup un peu violent retentit de là.

« Entre. »

Quand j’ai dit ça, la porte était vaguement ouverte de force.

Entrant dans la salle était Shannon, à bout de souffle. Sa respiration était rugueuse, alors qu’elle se tourna vers moi et parla.

D’abord, sa voix ne pouvait pas sortir comme elle voulait, alors après un peu de silence.

« Lyle… il y a un visiteur pour toi. »

Voyant son visage fatigué, j’ai souris.

« Oh, je vois. Ce manoir est vraiment grand. »

J’ai rigolé et je me suis levé, alors que Shannon, qui goûtait à ce remède pour son manque d’exercice me regarda furieusement.

« Alors vend-le sans plus tarder ! J’ai trop peur de dormir la nuit, et pourtant personne ne ramène l’idée de le vendre ! Les gens l’appellent une maison hantée, tu sais ! »

Nous avons acheté une maison hantée très connue dans Beim, mais quelques jours sont passés depuis que je suis arrivé ici. Rien de particulièrement étrange ne s’est produit.

Je suis sûr que les rumeurs ont juste amené à l’enjolivement.

D’après Novem, il y avait un donjon au sous-sol, alors peut-être que c’était ça la cause de certains rumeurs.

« Malgré tout, Alette-san bouge vite. »

J’ai pris Shannon avec moi et j’ai quitté la salle. J’ai eu l’impression qu’elle se tenait étrangement proche de moi, mais ceci devait être parce qu’elle avait peur d’être seule dans le manoir.

Quand la distance réduite rendait la marche un peu plus difficile, le Sixième dit.

『Lyle, tiens-lui la main.』

J’ai pensé que ça serait mieux que d’essayer de bouger avec cette étrange proximité, alors je lui ai tendu la main.

Elle a un peu réfléchi, avant de la prendre par elle-même. Alors nous avons marché le long du couloir ensemble et nous nous sommes dirigés vers la salle préparée pour les invités.

Après avoir pensé après un moment, Shannon dit.

« J-Je suis sûre que tu as peur, alors ça ne me dérange pas de prendre ta main, d’accord ! »

Elle me dit ceci, alors…

« Oui, oui, milles mercis. »

Quand j’ai donné une réponse froide, elle a commencé à se plaindre sous sa respiration. J’ai tout écouté, alors que je réfléchissais à comment procéder les discussions avec Alette-san.

(Bon maintenant, comment est-ce que Lorphys va nous traiter ?)

Marchant le long du couloir, avec la lumière du soleil ruisselant à travers la fenêtre, je me suis inquiété pour le futur.

 

 

 

La salle de réception du manoir.

Assis sur le canapé avec une table entre nous, j’étais en face d’Alette-san.

Diagonalement derrière elle, son adjudant était debout avec une posture splendide, Monica a pris la même position derrière moi après avoir posé le thé.

Je me demande vraiment pourquoi la domestique se tient au fond.

(Elle se trompe sûrement sur quelque chose.)

Se plaignant un peu de Monica, j’étais sur le point de commencer la conversation avec Alette-san. Cependant, elle était la première à ouvrir sa bouche.

« J’ai entendu que tu as engagé Creit. Se pourrait-il que vous ayez l’intention de participer dans cette guerre imminente ? »

Je sirote mon thé, j’ai vu qu’elle regardait vers le bas et j’ai hoché la tête.

« Si vous êtes de notre côté, nous serons des connaissances. Vous allez recevoir un traitement favorable. Mais si vous êtes dans le camp de l’ennemi, nous allons montrer aucune pitié sur le champ de bataille. »

Elle semblait plutôt calme, mais son atmosphère était un peu vive.

« Nous allons nous y joindre. Et si vous demandez dans quel camp ça sera… Eh bien, je pense participer dans mon propre quatrième camp. C’est comment ça ? »

La tasse dans ses mains s’arrêta et elle dirigea son champ de vision vers moi. J’ai continué avec mes explications.

« Sur le voyage de retour d’une requête, nous avons pris avec nous un grand chargement. Ça a fini avec nous prenant une requête personnelle, mais dans ce cas, plutôt que de nous attacher à un côté, ça a rendu les chances de former un quatrième camp bien plus favorable. »

Quand j’ai dit ça avec un sourire, Alette-san fit une expression sérieuse.

« Nous et Zayin… c’est un problème de deux pays, non ? »

Exactement. C’était ce que je pensais au départ. Mais ce troisième groupe était derrière Lorphys, attendant qu’ils s’affaiblissent, ou peut-être se faire entièrement effacé.

Moi…

« Oublions les petits détails. Au début je pensais participer dans le camp de Lorphys. Mais ceci m’a rendu bien trop anxieux. La princesse royale… je ne veux pas être celui à le dire, mais elle est un peu terrible. »

…Quand j’ai dit ça, l’expression de l’adjudant est devenue sérieux.

Alette-san leva la main pour le calmer.

« …Il semblerait que vous ayez entendu une rumeur ou deux, mais notre princesse royale est belle et sage. La guerre actuelle est un peu un calvaire pour son cœur. Si ça nous permettait d’éviter la guerre, alors il n’y a qu’à leur donner le mithril, disait-elle. Si c’était pour le bien du peuple, alors elle ne pleurerait pas la perte d’une fortune.3

Lorphys a perdu son roi et reine, tandis que la princesse était juste une enfant unique.

C’était un petit pays et ils avaient les branches de leur famille avec l’enjeu sur le trône, mais la princesse royale était la personne nommée comme successeur. Cependant, elle n’avait pas encore été couronnée reine.

C’était une position douteuse.

C’était ça l’était actuel de Lorphys.

Alette-san confirma avec moi les détails du troisième camp.

« Très bien. Lyle-kun, tu sembles croire qu’il y a déjà un troisième camp, mais d’où sortent ils ? Je serais ravie de l’entendre. J’ai entendu que tu as utilisé les informateurs pour réunir pas mal d’infos, après tout. »

Elle tenait l’info que je réunissais des informations.

C’est vrai que je ne me préoccupais pas vraiment de cacher ce fait quand je l’ai récolté.

« …Je pense que Selva est le troisième camp. Ils vont sortir quand Lorphys sera épuisé à un certain point. Ils vont soit clouer le dernier clou au cercueil ou offrit un peu d’assistance condescendante. Je ne connais encore pas lequel. »

Alette-san lâcha un soupir.

Son adjudant était sur le point de dire la même chose, mais elle a secoué sa main avec dédain pour le faire taire. Me regardant, elle a vidé tout ce qu’il y avait dans sa tasse et ouvrit sa bouche.

Alors que Monica bougeait pour remplir sa tasse.

« C’est exact. Selva bouge aussi. Mais nous essayons de faire quelque chose avant qu’ils puissent agir. Il semblerait que tu aies un peu enquêté, mais fouiner partout va écourter ta vie. »

Ces mots auraient pu être pris comme menace, mais j’ai haussé les épaules, je me suis assis plus loin dans le canapé et j’ai continué à parler.

« J’aimerais bien faire quelques requêtes. Un rencontre avec la princesse héritière de Lorphys. L’ancienne Sainte vierge et Zayin, Thelma-san et l’ancien Haut Prêtre, Gastone-san. Finalement, l’ancienne candidate pour la Sainte vierge, Aura-san. J’aimerais bien un rencontre des trois. »

Suite à mes mots, Alette-san fit une expression surprise.

« Ça serait la faction modérée de Zayin. Une sacrée trouvaille… Je vois, tu as ramassé un sacré paquet encore une fois. Si tu les laisses avec nous, nous serions vraiment reconnaissants. »

Je secoue ma tête.

« J’ai déjà accepté leur requête. Et nous allons les cacher pendant un moment. »

« Qu’est-ce que tu comptes faire avec le rencontre ? Tu seras en train d’aider notre côté, j’en suis sûre. »

Suite aux mots d’Alette-san, j’hoche la tête.

« Je veux que Lorphys soit le côté gagnant. Et il va arriver pas mal de choses à Zayin. Ils doivent souffrir un peu. Tandis que nous y sommes, j’aimerais bien donner un grand coup à Selva. »

Alette-san fit une expression perplexe.

« …Pour ça, je suis reconnaissante. Mais quel est ton but au juste ? Est-ce que tu essayes de monter une brigade de mercenaires ? Plutôt que de succéder, j’ai l’impression que la possibilité d’un échec est plus grande dans ce cas. »

Je dirige un sourire vers elle.

« Ah, nous allons gagner. Et les préparatifs pour ça, c’est le rencontre de cette fois-ci. Je vais assister Lorphys et les mener à la victoire dans la guerre à venir. Bon, il y aura deux pays sur le côté du gagnant. »

« Deux pays ? »

Quand elle a dit ça, j’ai dit avec un sourire.

« Alors qu’est-ce que vous allez faire ? Est-ce qu’un rencontre avec son Altesse est possible ? »

Faisant une expression compliquée, Alette-san…

« Tout ce que je peux faire est donner un rapport. Je ne suis pas en position de prendre une décision. Ça pourrait être le cas qu’un ordre soit envoyé pour te capturer par tous les moyens. »

La voyant faire un rire intrépide, je dis.

« Et quand ceci arrivera, je vais juste bouger vers Zayin. »

 

 

 

Quand Alette-san a quitté le manoir, je suis allé vers les prochains préparatifs.

La salle au rez-de-chaussée avait beaucoup d’espace, et nous allions avoir une réunion inaugurale ici.

Nous avons rapidement bougé pour le rendre présentable, plaçant les tables et alignant de la nourriture et l’alcool.

Novem et Monica préparaient les plats les uns après les autres, alors que Miranda, Aria et Clara les plaçaient.

May avait l’air d’avoir mis la main sur de la nourriture, alors Shannon gardait un œil sur elle.

Et Eva était…

« Ça ne dérange pas si je chante une petite chanson, non ? »

« Ouais. Une qui stimule l’esprit serait bien. »

Dans la salle que j’ai préparée, j’ai entendu les détails de la chanson d’Eva. Afin de rendre l’ambiance plus vivante, je lui ai demandé de chanter.

« …Je n’ai pas le fait de ne pas être la star, mais je crois que tout va bien tant que je peux chanter. Combien espérons-nous ? »

Elle semblait un peu insatisfaite, mais voyant le nombre de tables alignées, elle a fini par demander ça.

« Ah, c’est vrai. Je ne te l’ai jamais dit. Tu étais sortie faire des courses et tu as aidé avec les tenues. »

Alors pendant que tout le monde était occupé avec les préparations, j’ai informé Eva.

« Ceux qui viennent sont le groupe de Creit-san et d’autre aventuriers rêveurs espérant monter à bord cette histoire. Les connaissances de Creit-san aussi. Des petits groupes et d’anciens chevaliers de certains aux pays viennent aussi. En parlant d’étendue, autour de cent, je dirais ? »

Nous avons réuni tout ce que nous pouvons et à l’heure qu’il est, c’était la limite.

« …Alors tu as réuni une centaine ? Et tu vas chercher la bagarre avec Zayin sans emprunter la force de Lorphys ? Même si tu comptes diriger une petite force avec des tactiques, tu vas juste te battre avec ces effectifs ? »

Je souris.

« Ne t’en fais pas. Ça inclus aussi le support, alors ceux qui peuvent se battre soin moins que la moitié de ça. L’équipement n’arrivera pas à temps, alors cette fois-ci il faudra compter autour de trente personnes. »

Eva semblait surprise alors qu’elle me regardait. L’ennemi dénombrait dans les dix milles, alors il n’y avait rien d’autre à faire. Parce qu’avec ça, nous y compris, nous allions ramener le combat avec une force d’environ quarante.

J’ai compris pourquoi elle prenait ça à la léger.

« T-Tout va bien. Crois en moi. Même comme ça, je suis un homme qui ne fait pas l’impossible. »

Quand j’ai dit ça, elle a lâché un soupir.

« Je préférerais que tu dises ça avec une expression remplie de confiance. Comme celle d’il y a pas longtemps. Bon, j’ai décidé de te suivre, alors je ne vais pas opposer. Et si tu réussi, il n’y a aucun doute que ça sera le conte d’un héros. Je vais juste ajouter ceci, mais s’il te plaît, ne meurs pas avant d’avoir déclaré ton amour. J’attends avec impatience pour ça. »

Quand elle m’a taquiné à la fin, j’ai senti mon visage rougir et j’ai détourné mes yeux.

Et Thelma-san et Aura-san sont venues vers nous.

Elles portaient les habits fait maisons de Monica, créant une sacrée atmosphère. Portant ces robes blanches, qui avaient l’air comme si elles avaient été rapidement attachées à leurs corps, les deux semblaient embarrassées.

Aura-san…

« Hé, qu’est-ce que cette domestique s’imagine !? Des habits pareils qui exhibent autant de lignes… Qui plus est, elle a appelé nos habits ordinaires de peu charitable ! »

Voyant ce que Monica a fait porter à Thelma-san et Aura-san… ainsi que les restes des vierges sacrées, je n’avais qu’une seule pensée.

« Mettant des vierges dans des tenues de nonnes… elle doit sûrement se tromper sur quelque chose. »

Mais je lui ai dit ça, elle a simplement répondu : ‘c’est toi qui ne comprends pas’. Et quand elle a fait les tenues pour le Haut Prêtre Gastone et les filles, ils étaient plutôt ostentatoires.

Thelma-san dit timidement.

« Ceci est un peu trop embarrassante. Il n’y a rien pour la couvrir ? »

La voyant remuer, Eva…

« Ce n’est pas bien ? Ça ne montre à peine aucune peau. J’aurais moi-même augmenté le niveau d’exposition. »

Pas mal des tenues de scène d’Eva étaient assez extrêmes. Non, ou plutôt, elle n’en a pas beaucoup, mais elles sont tous extrêmes.

Aura dit avec irritation.

« Ne ruine pas l’image d’une Sainte Vierge ! Cette domestique a ricané quand elle a vu ma poitrine ! »

Sa voyant cacher sa modeste poitrine avec son bras droit, j’ai regardé vers les ornements sur ses bras et sa tête. Tout ce que Monica a produit était d’une confection superbe.

Certaines tenues étaient achetées et retouchées, mais sa retouche était splendide.

« Non, Monica était pressée et il n’y avait pas beaucoup de temps, alors il n’y avait rien à faire. Et Gastone-san a l’air plutôt satisfait. »

Nous dirigeons nos regards vers l’avancée Gastone-san dans la salle.

Il portait une tenue qui était fait pour lui et comme c’était pour l’usage d’un mâle, il y avait peu d’exposition, mais ça restait ostentatoire. Son chapeau était long et étroit, tandis que robe avait l’air spacieuse. Il semblait assez satisfait avec sa tenue blanche et bleue d’Haut Prêtre.

D’après la personne en question, c’était plus confortable à porter que ce qu’il avait habituellement. Apparemment.

(Monica est polyvalente. Si elle peut terminer de modifier Porteur, nous aurions fini avec tous les préparatifs. Nous devons nous dépêcher avec les préparatifs pour le côté de Zayin.)

Alors nous nous sommes dépêchés pour la fête… l’assemblée inaugurale, et j’ai vérifié quelque chose avec Thelma-san.

« Ah, désolé pour le changement de sujet, mais assez-vous de vous occuper de cette affaire. »

Thelma-san regarda vers moi et hocha la tête.

« Sans aucun doute. Pour commencer, si vous allez obtenir la victoire avec ce nombre de troupes, c’est une raison suffisante pour vous faire entrer dans le gouvernement. Au fait, vous comptez vraiment marcher dans la guerre avec une cinquantaine de soldats ? Je suis une amatrice dans ce domaine, mais je ne pense pas que vaincre une grande force avec ces nombres soit aussi facile que dans les contes de fée. »

Aura-san cloué son regard sur moi.

« Quelle est votre expérience de guerre ? »

Ses yeux étaient douteux et peut-être parce qu’elle portait un tenue qu’elle détestait, elle s’en prenait à moi.

J’agrippe le Joyau une fois.

« Eh bien, pas mal. Et ce n’est pas comme si je vais combattre une armée de dix milles, vous savez. Je ne vais pas marcher sur le front principal. »

Entendant ceci, Aura-san et Thelma-san firent des expressions surprises.

Seule Eva était…

« Hé attends, alors même si j’en fais une chanson, ça ne sera pas si excitant. »

Elle semblait un peu déçue.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *