Sevens – Chapitre 149

…A l’intérieur du Fort Noinyl.

Une seule pièce entourée de mur en pierre était meublé avec les meubles adéquats. La lumière entrait par une petite fenêtre. A l’intérieur de cette pièce, Shannon enleva le costume blanc qu’elle portait et le balança sur le lit.

« Ce sale brute ! Il m’a utilisé comme appât ! Je vais vraiment lui en coller une ! »

C’était la tenue que Monica a fait pour la Sainte Vierge. A part elle, Clara lisait dans un coin de la salle.

« Oui, il t’as vraiment utilisé comme appât. Mais c’est parce que tu étais la doublure la plus adaptée1 que nous avions. Et cette fois-ci on a eu d bon éléments. May-san gardant un œil depuis le ciel, et Shannon-san utilisant ses yeux pour inspecter la voie… Lyle-san est incroyable de pouvoir faire tout ça par lui-même. »

Ce n’était pas juste Shannon et Clara qui étaient venues en tant que déploiement séparé pour commander le corps principal des Chevaliers Sacrés. Aria, Eva, Clara et Monica. La plupart des membres du groupe avaient été envoyé vers la forteresse.

Le ‘Pile Bunker1’ attaché sur Porteur était une arme de siège jetable que Monica a créé.

Ça avait détruit la porte, mais s’était aussi cassé après son usage. Elle a avait fait deux au total, alors il en restait plus qu’un. D’après Monica, ‘c’est un produit défectueux… mais il a son charme’, apparemment.

Actuellement, Monica travaillait sur la maintenance de Porteur et préparait les repas, tandis que les Chevalier Sacrés faisaient les préparatifs pour la prochaine tâche.

Aria et Eva montaient la garde, et May s’était dirigée vers Lorphys. Si tout se déroulait d’après le plan, elle irait chercher le groupe de Lyle et retournerait.

Et tandis que ceci se passait, Shannon se débattait. Clara était la garde de Shannon et gardienne.

« Si tu sors dehors, ils vont tout de suite savoir que tu es la fausse, alors reste enfermée dans ta chambre ? Ce salaud je vais vraiment le frapper ! »

Clara soupira.

« Je dois admettre que c’est dur. Mais à cause de ça, on dirait que les choses se sont bien passées. Environ quarante soldats du fort ont offert leur assistance. Ce qui m’a plus marqué était les chevaliers. Nous avons fait exprès pour qu’ils échappent, et pourtant il n’y en a qu’un qui a essayé. »

Shannon était une fois la fille d’un noble impérial. Elle s’y connaissait un peu dans ce domaine.

« Il a été muté vers cette terre éloignée, alors c’est probablement un chevalier sans chances de promotion, n’est-ce pas ? Il va parier sur nous pour avoir une promotion. Ou peut-être essayer et trahir ? »

Ayant accueilli les soldats, la taille a augmenté à presque cent cinquante troupes.

Mais c’était encore insuffisant.

Clara poussa ses lunettes vers le haut avec le bout de son doigt pour régler la position.

« Maintenant commence la vraie chose. Bon, j’espère que le groupe de Lyle-san pourra arriver ici en toute sécurité. »

Shannon dit.

« Onee-sama est avec lui, alors il n’y a pas de souci à se faire. Ça ne serait pas leur de leur retour ? Regarde, les voilà. Les Qilins sont vraiment pratique. Ils peuvent voler à travers le ciel, après tout. »

Quand Shannon a regardé dehors, Clara est allée à la fenêtre de la chambre pour jeter un coup d’œil. Un petit point dans le ciel grandissait progressivement et ça lui a pris un peu de temps pour se rendre compte que c’était un Qilin…

 

 

 

…Ceux qui sont arrivés au Fort Noinyl étaient Aura et Thelma.

Aura sauta hors du Qilin… le dos de May et sentit une sensation de joie alors que ses pieds s’implantaient au sol.

Un manteau était vêtu sur sa robe et elle avait l’air d’avoir froid.

« …Je ne volerais plus dans le ciel. »

Aura dit ceci avec une expression pâle, et peut-être que Thelma était pareille, vu qu’elle appuyait sa main contre son visage. Son teint n’était pas bon, et les deux ont traversé une rude épreuve.

May retourna à sa forme humaine et s’adressa aux deux.

« …Nous étions juste en retard parce que vous deux étaient si bruyantes. Vous ne pouvez pas vous calmer ? »

Même May était fatiguée. Elle s’était assise sur une caisse en bois de la forteresse. Aria courut ici avec une armure complète et appela les trois.

« Où sont Lyle et les autres ? »

May secoua sa tête.

« Ailleurs. Il a dit aux deux de partir en première et persuader les troupes. Et puis, Gastone-san et Novem arriverons ensuite. Sans Novem ici, il est plutôt anxieux, il semblerait. »

Entendant ceci, Aria.

« Je pensais que Lyle serait le premier à venir. »

Voyant un peu d’anxiété chez Aria, May se rappela du message.

Ce que Lyle lui a dit.

« En y pensant, Lyle a dit de te laisser donner les ordres pendant un moment. Il a dit que ça serait une bonne expérience. »

Entendant ceci, Aria avait l’air content au début, mais son expression raidit aussitôt.

« …Entendue. Je dois apprendre à faire un bon travail, n’est-ce pas ? »

Entendant ceci, May.

« Si c’est ce que tu penses, alors ça doit être ça ? Ah, j’ai hâte de manger. Et je vais me reposer un peu. Je vais devoir retourner bientôt. »

Regardant vers May s’allongeant sur la caisse en bois, Aria était un peu irritée alors qu’elle se tournait vers Aura et Thelma.

« Bon travail. Je vais tout de suite vous guider à vos chambres. »

Entendant ceci, Aura regarda vers l’intérieur de la forteresse.

« …Alors vous l’avez vraiment capturé. »

Elle marmonna ceci comme si elle ne pouvait pas encore le croire. Thelma était pareille, mais son teint revenait petit à petit.

« Après être venue si loin, il n’y a pas le choix que de le croire. Aura, pour l’instant, fais ce que tu dois faire. Repose-toi un peu et fais un discours aux hommes. »

Aria expliqua la situation du fort à Thelma.

« Euh, actuellement, les soldats sont coopératifs. Sans aucune persuasion, ils ont opté de joindre notre côté. »

Là, Thelma hocha la tête, mais…

« Malgré tout, c’est nécessaire. Et veuillez mettre un garde sur Aura. Je suis sûre qu’il y a ceux sans les meilleures intentions. »

Aria hocha la tête, laissa May derrière et guida les deux à travers l’intérieur du fort…

 

 

 

Dans une auberge que nous avons réservée dans Lorphys, moi, Novem et Miranda étions debout contre le mur.

La salle n’était pas grande, mais n’était pas étroite non plus.

Nous nous sommes un peu baladé autour et avons réservé en fonction de nos besoin, et par moment, nous accumulons les dépenses en réservant deux auberges.

Devant, Gastone-san et Lonbolt-san discutaient.

C’était un échange de pays que je ne pouvais pas vraiment comprendre.

« Rendre ce point ? Mais pour nous… »

« Je comprends. Mais nous devons récupérer notre puissance nationale peu importe quoi, ou sinon le futur a l’air… »

La raison pour laquelle ils parlaient des futurs plans était parce qu’il serait nécessaire une fois que Zayin était repris.

J’ai observé leur discussion secrète et j’ai agrippé le Joyau.

La personne à parler était le Sixième.

『Quoi, tu ne peux pas te calmer ? Il n’y a rien que tu puisses faire ici, Lyle. Même si tu disais quelque chose ici, tu n’es pas assez informé sur la situation et tu ne feras qu’importuner les deux.』

Le Troisième me dit.

『Il y a des circonstances à long termes et circonstances que tu ne pourras jamais comprendre sans y avoir vécu, alors tu ne peux que les regarder jusqu’à ce qu’ils arrivent à un accord qui leur plaira.』

Le Troisième avait l’intention de laisser les problèmes nationaux aux deux.

Et les deux étaient déjà entrés dans des choses bien trop écartées de reprendre Zayin.

Lonbolt-san essuya son front et visage avec un mouchoir. Je pouvais voir que les deux participants étaient plutôt passionnés par ça.

Gastone-san essuya ses sourcils et offrit une poignée de main.

Lonbolt-san sourit.

« Très bien, nous allons procéder avec ces affaires une fois que Zayin est récupéré. »

Gastone-san dit.

« Apportons tous deux des résultats favorables. »

Ils ont tous les deux sourit alors qu’ils transmettaient les souhaits de la sécurité de chacun, mais l’expression de Lonbolt-san, quand il a quitté la salle, était l’incarnation de la sévérité.

(Même si nous échouons à reprendre Zayin, il agira en sorte que les dégâts qu’il souffre soient maintenu à un minimum.)

Ce qui a été décidé dans leurs discussions était l’assistance qu’ils donneraient une fois que le pays était sur un drapeau. J’étais aussi impliqué, mais j’ai laissé l’affaire à Gastone-san.

« …Lorphys est incapable de fournir de l’assistance dans la recapture. Et après son succès, il a même demandé d’emprunter certains de nos troupes. Si nous acceptons ce marché, nous pourrons en quelque sorte maintenir la puissance nationale de Zayin. »

J’ai hoché ma tête.

« Entendu. Après la réclamation, je vais personnellement agri. Je vais agir avec les mots de Lorphys. »

« Merci infiniment. Et… je suis profondément navré. Vu l’était de Zayin, nous n’avons pas les moyens de vous rembourser pour vos ennuis. Même après avoir reçu autant d’aide, l’état actuel est celui où nous ne pouvons pas offrir de récompense adéquate. »

Je souris.

« Non, il y a déjà un gros mérite pour moi. Je vous laisserai vous occuper de cette affaire. »

Quand j’ai ramené ça, Gastone-san hocha la tête.

« Mais bien entendu. C’est tout autant un mérite pour nous. Mais est-ce que c’est possible ? »

Quand il a demandé à propos de la possibilité, j’ai entendu un coup depuis la fenêtre.

C’était May.

J’envoie un regard vers Miranda. Elle est allée vers la fenêtre pour la laisser entrer.

May faisait une tête fatiguée.

« Hah, ça n’arrête pas. Lyle, le fort avance tranquillement. Les deux vont persuader les soldats et partir vers les villages autour pour chercher pour des participants, il semble. Elles pensent pouvoir attirer des chevaliers et certains prêtres des régions plus éloignées. Et pour cette raison, il n’y avait pas de mouvement autour. L’ennemi n’attaque pas. »

Après avoir capté l’expression un peu surprise de Gastone-san, j’ai hoché la tête. Il semblerait qu’il y ait une raison qu’ils choisissent de s’allier à nous.

Pour élaborer.

« Ceux qui étaient envoyés vers les contrées éloignées sont principalement ceux de notre faction. Mais il y avait aussi ceux complotant des actes impropres. Pour qu’il n’y ait aucun mouvement de l’ennemi… Je m’excuse, j’ai pas mal de connaissances sur les affaires militaire du pays, mais je ne connais pas la raison. »

Je touche mon menton avec ma main et pense.

(Il y a d’autres endroits avec des troupes stationnés près de la forteresse, n’est-ce pas ? Est-ce qu’il s’était passé quelque chose ? Ou plutôt, avons-nous beaucoup d’alliés… Dois-je y aller personnellement pour discerner les alliés aux ennemis ?)

Quand j’ai senti l’impulsion d’agir moi-même, la voix du Cinquième arriva depuis le Joyau.

『…Lyle, laisse ça à ceux que tu as déployé. Tu as préparé tout ceci. S’ils échouent avec tout ce qui leur soutien, alors c’est tout ce qu’ils valent. Et si tu leurs faisais un peu plus confiance ? Ceux autour de toi sont toutes incroyable, je te dis.』

Entendant son avis, j’ai pensé que ça ne lui ressemblait pas et j’ai eu envie de rire. Je l’ai enduré et j’ai dirigé mes yeux vers Gastone-san et Novem. »

Comme prévu, nous allons envoyer Gastone-san et Novem avant. Miranda et moi restons. »

Novem hésita pendant un moment.

« Lyle-sama, ce n’est pas dangereux ? Je crois que le fait que vous retourniez le premier soit… »

Je souris vers elle.

« Tout va bien. Ils vont s’en sortir par eux-mêmes. Et même si je restais ici, j’ai Miranda avec moi. »

Miranda haussa les épaules et semblait un peu heureuse.

« Si tu le dis comme ça, je n’aurais aucun moyen de refuser. Ne t’inquiète pas, je vais protéger Lyle. »

Je me suis dit en hochant la tête.

(On peut vraiment compter sur elle. Il n’y a pas besoin de me protéger.)

Les capacités de Miranda étaient de premier ordre, même au sein du groupe. Elle avait une force différente d’Aria, et elle était toujours assez calme, faisant d’elle une alliée fiable. »

Je dis à Novem.

« Vas. Si l’ennemi agit, ils auront besoin de ta force. »

Là, Novem hocha la tête. May se changea en Qilin dans la salle et après être sortie, elle laissa les deux monter sur son dos avant de disparaître dans le ciel obscur de Lorphys.

 

 

 

…La nuit.

A l’intérieur du Joyau, j’ai reçu un cours du Sixième pour la première fois depuis un moment.

Je tenais la hallebarde et était guidé dans un sacré cours pratique.

Son grand corps musclé lâcha un grand coup et après l’avoir parié avec ma hallebarde, j’ai utilisé la hampe pour essayer de faire tomber ses pieds.

Mon corps était différent du sien, et il était clair comme le jour que je ne pourrais pas gagner si j’apprenais à la balancer autour de la même manière que lui.

Il sauta en arrière et j’avance pour le poursuivre.

Là, le Sixième fit un grand sourire.

Il étendit sa main gauche et attaqué vers moi.

『Maintenant essaye d’esquiver ça ! Canon de Feu !』

Une grosse boule de feu vola vers moi, alors je l’ai flanqué avec ma main gauche sur le côté.

« Mur de Glace ! »

Affrontant le fur, le mur de glace qui s’était manifesté était explosé et s’est fondu. Je me suis déplacé sur le côté pour le couper.

Le Sixième semblait ravi.

『Bien ! Toujours rester calme ! La panique réduit tes chances de succès !』

Il tourna habillement la hallebarde pour dévier mon coup sur le côté et ajouta un coup de pied. Ensuite, il frappa le sol et de envoya de la terre vers mon visage.

« Est-ce que vous jouez toujours la même carte ?! »

Avec la Compétence du Second… Field, je pouvais comprendre mes environs avec mes yeux fermés. Le Sixième lâcha une attaque, alors j’ai suivi son mouvement, j’ai avancé et j’ai attaqué avec ma propre hallebarde.

Il n’y avait que quelques centimètres entre nos visages, quand je me suis trouvé à cracher du sang de ma bouche.

La hallebarde avait traversé ma poitrine.

En échange, j’ai réussi à légèrement l’érafler son côté.

Avec un grand sourire, il enleva son arme d’hast. Je m’effondre au sol et roule vers une position avec le visage vers le haut.

J’ai calmé ma respiration et après avoir senti la douleur dans ma poitrine partir, j’ai essayé de me lever une fois de plus.

Là, le Sixième me prêta un coup de main.

Quand je l’ai pris et je me suis levé, la hallebarde dans sa main avait disparu. Et il m’a félicité.

『Bien jour. Tu passes.』

« Ça compte pour passer ?

Quand je l’ai regardé insatisfait, il fit un sourire narquois et gratta sa tête.

『Tu es un idiot ou quoi ? Combien de temps penses-tu que j’ai balancé cet objet ? Si tu veux vraiment gagner, ça va prendre plusieurs années pour le faire. Mais si tu peux faire autant, alors je suis ravi.』

Disant ceci, son sourire devint sincère et il regarda mon visage.

『Bon, eh bien… Lyle, je vais te montrer quelque chose d’intéressant.』

« Quelque chose d’intéressant ? »

『Eh bien, je me suis un peu rafraîchi. Alors tu veux savoir pourquoi je me comporte si réservé autour du Cinquième ?』

Entendant ceci, j’ai penché ma tête. En y pensant, le Sixième de ses souvenirs était assez violent et vulgaire envers son père.

Leur lien n’avait rien à avoir à ce que c’est maintenant.

« En y pensant, je trouve cela étrange. »

『Bon, à propos de ça. Dans notre histoire, je suis le plus… euh… comment dire… Ouais, ce n’était que des échecs.』

Un Sixième rigolant me montra ses souvenirs.

C’était à l’intérieur du manoir. La scène autour changea du cours à son intérieur, et il y avait une femme assise et versant des larmes.

Ses habits étaient en lambeaux.

『C’est ma jeune sœur.』

Quand il a dit ça, j’ai regardé une fois de plus vers la femme.

Ses habits étaient quelque chose qu’on trouvait sur une villageoise et ses mains étaient tabassées. Et ses cheveux étaient dans un état horrible. Je pouvais voir les bleus sur les membres visibles à l’extérieur de ses vêtements.

Le temps grisâtre figé regagné progressivement ses couleurs et commença à tourner.

Le Sixième offrit une explication.

『Une sœur d’une mère différente, tu vois. Elle a une fois été envoyé vers un seigneur féodal hostile… un vassal en plus. Nous avons le plus pitié d’elle.』

Suivant les tristes mots du Sixième, une femme différente de la mère du Sixième arriva pour pleurer devant elle.

Quand le temps s’était accéléré, la mère de la femme embrassa sa fille fermement.

La femme dit.

[Je ne suis pas une esclave ! J’en peux plus de cette maison ! Je ne veux plus y retourner !]

Fiennes observait nerveusement la femme désespérée.

Le Sixième continua.

『Un seigneur de la région que nous devons retenir à tout prix. Mais par-dessus tout, ils nous ont opposé et les autres seigneurs… barons et comtes, je crois. Bref, c’était une famille qui a prêté allégeance qui n’arrêtait pas de rouler autour. Et alors que ceci se produisait, la sœur était envoyée en tant qu’épouse. Comme elle venait d’une bonne famille, elle allait donner naissance à des enfants supérieurs, et ils l’ont fait travailler assez dur comme une esclave, il semblerait.』

Le Sixième fit un poing fermé.

(Mais s’ils ont fait ça…)

Alors que je pensais ça, Fredricks… le Cinquième dans sa période d’activité est entré dans la salle.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *