Sevens – Chapitre 5

Tout comme le colporteur avait suggéré, nous étions montés sur un chariot voyageant d’une ville vers la capitale.

La route était bien entretenue, et le chariot couplé était tiré par un total de six chevaux. Le voyage n’était pas si mal, mais faire du stop jusqu’à la Capitale coûte un paquet, il semblerait.

Une somme de cinq pièces d’argent.

Avec moi et Novem ensemble, c’était une somme qui équivalait une pièce d’or.

Je m’étais assis et j’observait la vue alors que je regardais hors du chariot.

Peut-être qu’elle était fatigué, mais Novem dormait profondément. Elle était penchée sur moi et respirait paisiblement.

(Est-ce qu’elle s’est donnée trop de mal ?)

Je serais un bon à rien par moi-même, mais c’était parce que Novem était avec moi que j’ai pu arriver aussi loin. Autrement, j’aurais pu éventuellement arriver là, mais quelque part en route, j’aurais sûrement fini à pieds.

D’après mes ancêtres, vus que je n’ai jamais fait du camping dehors, voyager seul était complètement hors de question. Je savais vaguement que j’allais m’en sortir, mais on dirait qu’ils en avaient tous marre de ma façon naïve de penser.

Même le Septième, mon grand-père, ne m’avait pas soutenu sur ce point.

Afin de ne pas réveiller Novem, j’ai gardé mes yeux vers l’extérieur.

Alors que je faisais cela, j’entends la voix du Second.

Je ne connais pas le critère, mais pendant le voyage, le Premier et Second, et parfois le Quatrième entameraient une conversation avec moi.

Il y avait le souci avec mon Mana, donc avoir deux personnes me parler en même temps était épuisant. Pour cette raison, ils me parlaient seul.

『Vous avez l’air d’avoir des outils pratiques dans votre époque. Nous n’avions pas ce système d’accouplement dans notre temps.』

Dans une petite voix, je réponds.

« C’était donc comme ça ? »

『C’est parce que c’était il y a deux cents ans. Les Outils Magique, était-ce? On n’avait jamais eu quelque chose aussi pratique.』

Les Outils Magiques étaient quelque chose créé pour remplacer les gemmes. Ils avaient une façon bien plus facile à accorder des compétences aux gens. Cependant, peut-être dû au fait que les gemmes étaient les plus fortes des deux, il était impossible pour une personne d’utiliser de multiples Outils Magiques en même temps.

C’était toujours soit un ou deux.

Mais il y avait un problème avec le Mana, donc actuellement, je ne pouvais pas utiliser d’Outil Magique. En plus des Compétences des Ancêtres, le moi actuel supporte une charge plutôt lourde.

Et la majorité des Compétences sont celles que je ne peux même pas utiliser.

Ou devrais-je dire… la Compétence du Septième est trop pour moi, pour moi de la manier, donc je ne peux pas l’utiliser. Celle du Second est celle qui interagit et affecte les autres Compétences.

A propos de celle du Premier, du fait qu’il ne m’approuve pas, il ne veut pas me laisser l’utiliser.

Les autres Compétences étaient similaires. Disant que mon corps ne pouvait pas les maîtriser, ils m’ont interdit de les utiliser.

(Je suis dans un état où je ne peux pas utiliser aucune d’elle, n’est-ce pas ?)

« Mais même s’ils fournissent un endroit où rester au cours du voyage, est-ce que cinq pièces d’argent c’est si cher que ça ? »

Apparemment, mon sens de l’argent était pire que je ne le pensais. A partir de la Cinquième Génération, afin de vivre leurs vies entièrement comme des nobles, ils avaient abandonné toutes notions d’argent qu’avaient les roturiers.

C’était apparent quand j’étais en train de choisir mon arme.

La Cinquième Génération et ceux qui suivent disaient que la plus chère allait durer plus longtemps, et elle avait un bon rapport qualité-prix, alors qu’ils avaient recommandé une épée coûteuse.

Mais en prenant en compte l’argent que j’avais en main, cela était impossible. Bien que je sois capable de l’acheter, cela rendrait les futurs voyages plus difficiles, alors le Second et le Troisième s’étaient opposés à cette décision.

『Je crois que c’est plus du côté bon marché. Tu as un voyage sûr vers la capitale et tu as un logement assuré pour seulement cinq pièces d’argent, tu sais ? Si ça avait été moi, j’aurais été ravi. Quoiqu’ils ont beaucoup de client pour faire des bénéfices.』

D’un point de vu d’un roturier, cinq pièces d’argent était une grosse somme.

Mais vu que ça promettait des voyages sûrs, il y a encore quelques-uns qui utilisent ce système.

『Tu vies vraiment dans une époque commode.』

Après avoir dit cela, le Second resta silencieux. Je prends le Joyau dans mes mains, et je le regardais. Le cristal bleu était un trésor légué par les Walt depuis des générations.

N’y a-t-il pas de souci qu’une telle chose soit actuellement entre mes mains ?

(J’espère que ça ne me causera pas de souci.)

Alors que je pensais à cela, Novem changea un peu de position. Je remets le Joyau, attaché à un collier, sous ma chemise.

Mais Novem ne s’était pas réveillée.

« Pourtant, pour les cinq prochains jours, nous voyagerons comme ça… »

Autour de nous, des gardes à cheval encerclaient le chariot. En les regardant, les autres clients semblaient soulagés.

Toutefois, d’après les dires de mes prédécesseurs, le niveau d’habilité des escortes n’était pas si élevé. Que dans leurs temps, les gardes étaient bien plus compétents. Un concours vantard de 『Ma génération était la meilleure』 était entamé.

(Mais cette partie de parler de leur époque était un peu… Bref…)

Comme Novem, j’ai opté pour dormir.

 

 

 

Le soir de la cinquième journée.

Etant arrivé à la destination des chariots couplés, la capitale impériale, nous avons décidé de chercher une auberge vu qu’il faisait déjà nuit.

Ça serait embêtant une fois la nuit tombée, et par-dessus tout, la fatigue s’était accumulée dans mon corps sur ces cinq jours de voyage. L’environnement inconnu était juste si dur pour moi.

Nous devons nous reposer un peu… c’était ce que les Ancêtres avaient proposés. Pour le bien de Novem.

« Lyle-sama, vous être sûr ? C’est un logement un peu cher cette fois-ci. »

Devant mes yeux, se trouve une auberge qui, contrairement aux autres, était équipée de bains dans les chambres privés.

Son apparence extérieure était, comme on s’y attendait de la capitale du Royaume de Bahnseim, 【Centrale】, extrêmement extravagant.

L’air autour était complètement différent des villes et villages qu’on avait traversé.

« Détendons-nous pour aujourd’hui, au moins. Il est important de soigner la fatigue accumulée du long voyage (Et si je ne le fais pas, les ancêtres vont être bruyant, pas vrai). »

Surtout le Premier au Quatrième. Ils semblaient se soucier d’elle.

Si on se demandait ce que la Famille Forxuz de Novem avait fait pour eux pour qu’ils soient si reconnaissants…

Le Premier avait reçu beaucoup d’aide quand il était a réclamer et cultiver les terres abandonnées sur son nouveau territoire. Ils avaient transmis au Second le savoir-faire pour gérer la terre, et ils avaient même aidé à chercher une épouse.

Quand le Troisième était confus avec son élévation de statut, ils avaient aussi prêté un coup de main, apparemment.

Et après la mort du troisième au combat, le Quatrième a soudain eu le statut de jeune homme, et grâce aux efforts de son père, la Maison a obtenu le statut de Baron sous son autorité.

A cette époque, c’était apparemment les Forxuz qui les avaient soutenu depuis les ombres.

Pour résumer !

(Ma patrie, la Maison des Walt, n’aurait pas pu se développer autant si les Forxuz n’avaient pas été présent… Pourtant, vu que nous avons fait d’eux nos vassaux, nous avons été incapables de payer ces dettes.)

Ce n’est rien de directement lié à Novem, mais ce sont des sentiments auxquels je jette mon chapeau.

Bien entendu, cette façon de penser avait grandement changé à partir de la Cinquième Génération.

Puisqu’ils collaboraient entre eux depuis plusieurs années, ils étaient sous l’impression que la dette avait déjà été payée. C’était juste le Premier au Quatrième qui avaient directement des dettes personnelles, alors ils n’étaient pas satisfaits avec cela.

(Ou plutôt, après avoir été si proche, pour nous de ne pas avoir de lien de sang…)

Je parierai qu’il y avait quelques circonstances, mais quoi qu’il en soit, les Walt et Forxuz qui étaient profondément connectés n’avaient jamais été liés par le sang.

Normalement, après si longtemps, ça ne serait pas étrange pour eux qu’il y ait un mariage ou deux lancé dans le tas.

(Que diable faites-vous… ma Famille… non, mes ancêtres.)

De ce que j’ai entendu dans la salle de réunion, j’ai senti que quelque chose de vital manquait quelque part.

De ce que j’ai entendu des rumeurs, le Premier était supposément celui qui a ouvert la voie vers les territoires sauvage, et avait fondé sa famille là. Toutefois, en réalité, il était une personne qui avait l’air comme s’il était souvent mépris pour un barbare portant une fourrure.

« Merci de m’avoir accompagné si loin. Bon, on y va ? »

« Oui. »

Nous sommes entrés dans l’auberge et avons trouvé un comptoir par la porte.

C’était bien entretenu, et la pièce était éclairée par un Outil Magique en forme de pierre magique.

L’employé derrière le comptoir nous a cordialement accueillit.

« Allez-vous rester pour la nuit ? »

« Oui. »

Même leur réception était polie.

Je pourrais trouver un peu repos pour la première fois depuis un moment. C’était-ce que je pensais.

 

 

 

『Zéro points.』

Alors que je dormais pour la première fois depuis longtemps dans un lit duveteux, j’étais convoqué dans la salle de réunion.

Mais là, il n’y avait personne d’autre que le Premier.

Il m’a donné une note au moment de mon arrivée, et je n’étais pas vraiment sûr comment répondre en recevant un zéro. Donc…

« Ah bon ? …Est-ce que je peux retourner sinon ? »

『Pourquoi n’as-tu pas le sens de la compétition !? Tu es vraiment trop docile que ce n’est pas marrant !』

Mais peu importe ce que je réponds en retour, il allait se fâcher, non ?

Alors que je pensais ça, je décide d’écouter ce que le Premier avait à dire.

« Et donc, qu’est-ce qu’il y a ? Je veux me reposer un peu pour me préparer pour demain. »

『Je sais ! Mais il y a quelque chose que je souhaite absolument te dire.』

Il semblait sérieux, mais il pourrait simplement répéter les mêmes accusations de monstres comme avant.

J’ai fait une expression désagréable, mais ses yeux étaient sérieux. Et sérieusement, pour moi… il a commencé à parler à propos de la création du Royaume.

『Je suis né à l’époque où le Royaume avait cinquante ans. A l’époque, il y avait encore des survivants des agitations internes violentes qui avaient abouti.』

« …Haa, ah bon ? »

『Là où je vivais, il y avait quelques soldats présent quand la Faction Royale et la Faction d’Aristocrate se faisaient la guerre entre eux, tu vois. Ces vieux hommes le disaient souvent… ils demandaient souvent pourquoi ils se battaient comme ça quand on leur disait à l’époque.』

Je me suis rappelé de l’histoire du Royaume qui avait durée trois siècles. Comme une partie de mon entraînement, j’ai aussi étudié l’histoire, et là, j’ai appris comment le pays avait été formé.

A l’époque, une Monarchie agissait de façon plutôt corrompue, et les nobles locaux ne pouvaient plus le supporter, donc ils ont fait quelques révoltes. Ce qu’ils ont en fait était le 【Royaume de Bahnseim】.

« Ce ne serait pas parce que les flammes en eux s’étaient éteint ? »

『Je le pense aussi. Mais tu vois, ces vieillards avaient dit que c’était comme s’ils vivaient dans un rêve. Et au même moment, il y avait cette beauté haut placée dans la Faction Royale.』

Je crois qu’il y avait une belle femme présente.

Bon, l’avis actuel sur l’affaire était que des personnages pareils étaient souvent le fruit des histoires, et c’est précisément parce que les temps et les situations ont changés que des guerres se produisent.

C’était une révolte qui avait eu lieu parce que c’était inévitable, du moins c’était ce qu’on m’avait enseigné.

Toutefois, il y avait apparemment une époque où une seule belle femme contrôlait les politiciens comme elle le voulait.

Mais même si une beauté pareille existait, aucun pays respectable ne laisserait leurs politiciens se faire mener de la sorte.

C’était parce que le cœur du pays avait déjà été corrompu à ce moment.

« Si c’est à propos de cette belle femme, je crois que j’ai déjà entendu parler d’elle avant. Mais n’était-ce pas l’une des plusieurs excuses qui l’avait commencé ? »

『C’est faux. Ils existent vraiment, tu sais. Dois-je appeler ça des tournants de l’histoire ? A des moments pareils, des monstres sortent. Ces types font bien plus peur et sont plus malicieux que certains monstres que tu trouves dans la forêt.』

Toujours avec une expression sérieuse, il continua à parler.

『Vous allez tous penser que c’est des paroles en l’air, mais c’était vraiment une époque chaotique. Mes grands-parents ont même dit bien des choses étranges qui s’étaient passés dans cette époque. Ils ne pouvaient pas le croire eux-mêmes. Et la personne qui avait tout provoqué était…』

« …Un monstre ? »

『Exact ! Une beauté suprême qui avait ruiné le pays ! Un général qui était de taille pour une armée ! Un Magicien assez grand pour soulever des îles ! Ces types étaient tous sorti à des tournants de l’histoire. Ta sœur est cette sorte de monstre. A croire qu’un Monstre ait pu naître dans ma propre lignée.』

« C-C’est impossible. »

Alors que je faisais entendre mon scepticisme, le Premier parla.

『Tu crois que je mentirais à mon petit tout mignon ? Même si tu ne sers à rien, tu es l’homme qui était censé devenir le prochain chef. Tu as dû te faire traiter comme tel. Si tu n’aimes pas quelque chose, alors donner un ordre pour le changer est normal pour ton genre. Et puis, le fait que tu aies eu le minimum de traitement est une chance pour toi.』

« Chance ? »

『C’est exact. Tu sais que tu te trouvais dans une situation où il n’aurait pas étrange que tu meures, n’est-ce pas ? Quoi de plus que de se faire expulser parce qu’ils ne t’aimaient pas, ça aurait été plus facile pour eux de te tuer, et feindre que c’était une maladie.』

De me dire ceci était plutôt choquant. Je me trouvais vraiment dans un environnement où mes besoins étaient minimisés. Bien entendu, c’était aussi l’endroit où je n’avais jamais été reconnu.

Après qu’on m’ait dit cela, le fait que je n’avais pas été tué commença à sembler étrange pour la première fois. Même pour Celes, qui me traitait comme une personne détestée.

『Tu commences finalement à comprendre ? Tu n’avais jamais pensé auparavant que c’était étrange, n’est-ce pas ? Où était passé le charme qui a mis de la laine dans tes yeux ? Un monstre assez grand pour tordre ton environnement. Tu as de la chance d’avoir survécu. Ça devrait juste être à l’étendue de l’amour de tes parents, et ils ont résisté à ce monstre.』

Un monstre qui modifiait même l’environnement… C’était Celes. Avait conclu le Premier.

『Ceux-là ne connaissent pas la logique, et ça pourrait juste être sur un coup de tête que tu aies été expulsé. Il est impossible pour moi de comprendre les sentiments d’un monstre. Mais ils existent vraiment.』

Les monstres de l’histoire du Premier.

Je me suis un peu fait engloutir par ses mots. Mon expérience avec Celes fait de cela quelque chose dont je ne peux pas en rire.

« Alors… est-ce que Celes est la cause de tout ceci ? Je n’étais pas en tords ? »

『Aucune idée à ce sujet. Par ce que je sais de toi, tu es un gosse ignorant du monde qui cause des problèmes aux descendants du vieil homme. Un vrai enfant gâté. Et puis, je ne connais pas cette fille appelée Celes. J’ai juste commencé à être capable de parler comme ça quand ta Compétence s’était manifesté là-dedans.』

« V-Vraiment ? »

Les choses auxquelles manquais une réponse continuaient à se multiplier, et je ne pouvais rien faire d’autre que de rester silencieux. Là, le Premier parla.

« Hé, toi, que comptes-tu faire à partir de maintenant ? »

« Eh ? Eh bien… Je deviendrai un aventurier, non ? »

『Faux ! Dans un moment où le pays pourrait être entrainé dans un bouleversement, et tu sais que ça arrivera, quel est ton plan d’action, c’est ça ma question ! La vie de cette Novem-chan est entre tes mains aussi ! Si tu agis pauvrement, je te botterai le cul, pigé ?』

Aujourd’hui, j’ai appris qu’il y avait beaucoup de choses auxquelles je n’avais pas pensé.

Je pensais que ça marcherait d’une façon d’une autre, mais maintenant, j’ai une existence appelée Novem à mes côtés. On peut dire qu’elle m’a arbitrairement suivie de son plein gré, mais l’abandonner n’est pas une option possible.

« J-Je… »

『…Il faut que t’y penses plus par toi-même. Rien que le fait de te regarder, m’énerve.』

En disant cela, le Premier se dirigea vers sa chambre. Il ouvre la porte et la claqua derrière lui avec toutes ses forces. Ayant été laissé dans la salle de réunion, j’ai pensé pendant un moment à ce que j’étais censé faire.

 

 

 

« Elle est bientôt en vue, Lyle-sama ! »

Se tenant en haut du chariot de chargement du wagon, Novem cria alors qu’elle pointait vers la ville de Dalien qui était devenue visible.

Peut-être parce que notre long voyage venait à terme, l’expression de Novem était éclatante. Mon humeur s’était aussi améliorée.

Pour le moment, je compte me donner à fond en tant qu’aventurier dans Dalien. Voulant dire que nos déplacements seront temporairement misent en pause.

« En effet. Ça n’a pas l’air d’être un mauvais endroit. »

Ça ne semblait pas être un endroit débordant de gens comme avec la Capitale Impériale. Et je ne vais pas dire que c’était bruyant, mais que c’était une ville animé.

Dalien… Comme Zell m’avait dit, était une ville avec l’énergie pour faire avancer son développement.

Je regarde le profil du visage heureux de Novem tandis que je pensais.

(Mais… c’est quoi ce que je suis censé faire…)

J’y pense depuis hier, mais je ne pouvais pas trouver la moindre réponse. Même si je voulais en parler avec quelqu’un, on dirait qu’aujourd’hui était au tour du Premier de veiller sur moi, alors même si je l’appelais, il n’y avait pas de réponse.

Il doit sûrement se sentir énervé, en me voyant.

« La Guilde des Aventuriers dans Dalien est plutôt grande, j’ai entendu. Il y a beaucoup de travail, et on dit que c’est l’endroit parfait pour les nouveaux de commencer. »

« Où as-tu entendu quelque chose pareille ? »

« Quand nous étions en train de faire les courses dans la capitale. C’est là où nous étions censé rester momentanément, alors j’étais curieuse de savoir quel genre d’endroit c’était. »

Alors que Novem disait ceci, j’entends une voix du Joyau.

『…Quel bon enfant. Elle mérite mieux qu’une personne comme toi. Comparé à ça, t’as même pas essayé de réunir des informations… Tss !』

Je l’entends claquer sa langue.

« …Novem, je t’ai causé quelques soucis. Je travaillerai dur à partir de maintenant.

Alors que je la remerciais, j’ai senti ma propre inutilité.

« Ne vous en faites pas pour ça. Je fais ça parce que c’est mon souhait. Lyle-sama, faisons de notre mieux ensemble. »

« O-Oui ! »

Là, cette fois-ci, la voix venait du propriétaire du chariot, le jeune colporteur…

« Tss ! »
『Tss !』

…Il claqua sa langue. La Première Génération aussi.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *