Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 10

Un examen, hein…
Et je ne dois pas juste le réussir, je dois également obtenir une bourse d’études.

« Hmm… »

C’est problématique. J’aurais surtout des problèmes en histoire. Je ne peux pas me servir des connaissances que j’ai acquises durant mon ancienne vie.
Je devrais à peu près réussir les tests liés à la magie. Je n’étais pas très doué dans les mathématiques des cercles magiques, mais il ne devrait pas y avoir quelque chose de difficile dans un test que l’on donne à des enfants aux alentours de 10 ans. Pour la langue nationale, je m’en sortirais également. Je ne sais pas encore lire pour l’instant, mais je devrais pouvoir y arriver dans 2 ans.
… Si je réfléchis bien, mon seul problème est du côté de l’histoire.

« Est-ce que nous avons des livres pour étudier l’histoire ? »

« L’histoire… ? Non, pourquoi ? »

« Euh, il y aura de l’histoire dans l’examen d’entrée― »

« Il n’y a pas ce genre de sujet dans l’examen d’entrée de la 2ème Académie Royale. »

Oh ! Dieu merci !

« Alors, il y aura quels genres de sujets ? »

« Il y aura des tests sur les connaissances basiques, c’est vrai… mais ce n’est pas vraiment important. L’important, c’est la pratique. »

« La pratique ? »

Je me demande si ce sera avec la magie ou quelque chose comme ça.

« Oui. La pratique. Tu peux t’en sortir si tu te concentres uniquement sur tes capacités à l’épée, Mathy. Je ne peux pas t’enseigner la magie et les trucs scolaires, mais tu t’en sortiras si tu réussis à l’épée. »

Ça ne ressemble pas vraiment à un examen d’entrée.
Je ne pense pas pouvoir réussir si je n’ai pas la meilleure note dans au moins 1 sujet parmi ceux qui seront présents.

« Je peux vraiment réussir comme ça ? »

« Oui. C’est une méthode assez difficile, mais c’est comme ça que j’ai réussi. Tu veux que je te la dise ? »

« Oui. »

« L’examen de l’épée consiste à se battre contre un examinateur. Enfin bref, tu dois juste battre celui qui se présente. C’est la 1ère étape. »

« Oui ? »

Bizarrement, ça a pris une tournure étrange. Ne va-t-il pas y avoir de problème si je bats le superviseur du test ?
Ou plutôt, je me pose des questions sur le comportement de mon père Castor en tant que noble. La plupart de ses mots et actes sont étranges.

« Attends. Ça ne s’arrête pas ici. C’est là que ça devient important. Une fois que tu auras battu l’examinateur, une personne plus forte se montrera. »

Je vois. Il faut alors négocier directement avec cette personne forte et l’obliger à reconnaître ma puissance―

« Et cette personne, tu dois aussi l’écraser. »

J’avais tort.
C’était une négociation directe (physique).

« C’est là toute la stratégie. Le score total de l’examen est de 50 points, il y a 10 points dans l’examen de l’épée mais j’ai eu 30 points pour le mien. En comptant les points des autres sujets, j’ai eu un total de 35 points et j’ai parfaitement réussi. »

Il doit y avoir une erreur dans ce [C’est là toute la stratégie].
Ou plutôt, vous n’avez totalisé que 5 points dans les autres matières.
… Bah, je peux utiliser la magie.
Je devrais plus ou moins réussir les test écrits, si on ajoute cet extra, obtenir une bourse d’études devrait être possible… peut-être ?
J’ignore si la tactique de Père est toujours valide aujourd’hui, mais je peux toujours essayer si j’ai échoué dans les autres matières. Ça a l’air amusant.

« Père. Ne pensez-vous pas qu’obtenir une bourse est une condition trop difficile ? »

Après avoir entendu l’histoire de Père, mon grand frère Leik s’est mis à parler.

« Vraiment ? Je pense que Mathy peut facilement en avoir une quand il aura 12 ans. »

« Je suis d’accord là-dessus, mais il n’a pas besoin de devenir un étudiant boursier… »

« Ah. Le problème n’est pas chez Mathy, mais dans notre maison. »

« Le problème de notre maison ? »

« Nous n’avons pas d’argent. »

Oui…
J’en étais à peu près conscient.
Nous ne sommes pas riches, ça ne fait aucun doute.

« Mais Père, n’aviez-vous pas gagné une grande quantité d’argent dans le passé… »

« Surprenamment, il n’y a pas beaucoup de profit à être chevalier. C’est tout l’inverse des aventuriers. J’avais fait des économies, mais ça a été englouti dans la gestion du territoire. »

« Père… »

Ho~
Si l’on met de côté l’état financier de notre maison pour le moment, je vois que le système d’aventuriers existe encore dans le monde d’aujourd’hui.
Pour l’instant, ma future carrière a été décidée.

« Alors il faut que je devienne un étudiant boursier, mais si je n’y arrive pas, je dois gagner de quoi payer mes frais de scolarité moi-même ? »

« C’est exact. Comme prévu de ta part, Mathy, tu as bien compris… Hein ? Est-ce que Mathy a toujours eu un si bon esprit ? »

« Il a toujours été intelligent pour son âge et ce, depuis bien longtemps. Je ne savais pas que c’était à ce point-là… »

Bon. Je vais me préparer pour l’avenir et gagner de quoi payer mes frais de scolarité.
… Seulement, le problème se situe au niveau de la méthode.

Il n’y a pas de monstres dans les parages, alors je ne peux pas gagner de pierres magiques.
La fourrure et la viande d’animaux ne peuvent peut-être pas être vendues ; à l’origine, il n’y a pas beaucoup de boutiques qui font ce genre de commerce dans ce territoire (plutôt qu’une ville, il serait plus correct de dire que c’est un village).
Même si je voulais aller les vendre quelque part dans une grande ville, le moi actuel ne peut pas utiliser la magie de téléportation.

Je peux utiliser la magie de stockage, mais cette magie diminue ma réserve maximale de pouvoir magique en fonction de la contenance utilisée. Ça ira si ce sont des choses légères et qui coûtent cher comme des pierres magiques, mais ce n’est pas convenable pour la préservation à long terme de fourrure et de viande.
… Je devrais faire un récipient de stockage et les mettre dedans.
Si j’utilise bien le bois, je devrais pouvoir m’en sortir sans outil magique jusqu’à une certaine mesure. Je vais stocker tout ce que je peux trouver, et les vendre quand je passerai l’examen.

« De ce fait. »

Après avoir discuté avec mon grand frère Leik, notre père Castor s’est remis à parler.

« Il faut que tu t’entraînes, pour que tu puisses battre l’examinateur, peu importe sa puissance. »

Et donc, nous avons repris l’entraînement.
Cet entraînement se fera tous les jours dans la matinée jusqu’à ce que je quitte le territoire.

L’après-midi du même jour.
Comme je l’avais décidé ce matin, je me suis mis à couper des arbres, avant de partir à la chasse, afin de construire un débarras dans lequel j’entreposerai tout ce que j’ai récolté.
D’après ce que j’ai entendu pendant le déjeuner, on peut couper les arbres des alentours sans demander la permission.

« Bon. La qualité du bois est… oui. Subtile. »

Comme elle n’est pas gérée, c’est une forêt naturelle pour le meilleur comme pour le pire.
La qualité du bois n’est pas géniale, mais elle n’est pas mauvaise non plus.
Mais bon, ça devrait suffire.

J’ai brûlé les arbres avec une magie de flamme qui augmentait le degré de convergence et en ai fait plusieurs planches.
Puis, j’ai utilisé la magie pour les combiner et créer une grande boîte.
J’ai réussi, mais…

« … Quelle qualité affreuse. »

Me voilà maintenant en train de réaliser les bienfaits du Premier Emblème que j’avais durant mon ancienne vie.
Le Premier Emblème est un Emblème adapté à la magie de type production.
J’ai essayé d’utiliser la magie alors que je savais cela, et le résultat était affreux.

Surface adhésive inégale, ainsi qu’une faible quantité de pouvoir magique insérée dedans.
Il n’y a pas de problème vu que cette boîte ne sera utilisée que pour le stockage, mais je vais avoir besoin de l’aide du Premier Emblème si je veux créer un véritable équipement.
Pendant que je réfléchissais à cela, j’ai également chassé des animaux aujourd’hui, gardé leurs fourrures et ramené leur viande à la maison.
À ce moment-là―

« Aujourd’hui aussi, il y a eu des oiseaux qui se sont cognés contre les arbres. »

« Est-ce que leurs peaux ont été soigneusement retirées quand c’est arrivé ? »

« Je suis sûr que c’est parce qu’ils se sont cognés d’une façon particulière. »

« Tu ne trouves pas toi-même que cette excuse est un peu trop irraisonnable ? »

« … Si. »

« Je sais que tu es fort. Tu n’as pas besoin de cacher le fait que tu chasses des animaux, apporte-les la tête haute. S’il y a un excès de viande, vend-le aux villageois, ça servira pour tes frais de scolarité. »

Après cette conversation, ma famille était à présent certaine que je chassais et m’a autorisé à continuer.

Et ainsi, mon entraînement et mon renforcement progressaient paisiblement.
Quelques années après avoir récupéré les souvenirs de mon ancienne vie, un moment décisif a fait son apparition.
Un monstre est apparu dans la forêt du village.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *