Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 138

« Les mages guérisseurs recrutés par la Guilde sont ici ! »

Quelques minutes après la convocation par la Guilde.
Nous sommes arrivés à un grand bâtiment près du donjon.

« C-C’est horrible… »

« Est-ce qu’ils ont au moins administré les premiers secours… »

La situation à l’intérieur était horrible.
Plus de 200 aventuriers blessés étaient allongés par terre, la plupart d’entre eux n’avait même pas reçu les premiers secours.

Il y a une salle de soins dans cette ville, mais il semble qu’ils n’ont pas assez de lits.
Ni de personnel doté de la magie de soin.

D’après ce que je peux voir autour de moi, il n’y a que 6 personnes qui peuvent utiliser la magie de soin, Rury et moi inclus.
Vu l’échelle de cette ville, il faudrait que nous soyons au moins 3 fois plus nombreux.

« Est-ce que même de nom, nous sommes réellement dans une ville-donjon ? Est-ce que ce sont tous les mages guérisseurs qu’il y a ? »

« Il n’y a personne d’autre ! Avant, la ville-donjon avait engagé des professionnels, mais le mois dernier, le seigneur a dit que c’était un gâchis d’argent et à grandement réduit leur nombre… »

« Sérieux… »

La situation était encore plus effroyable que je ne le pensais.
Malgré ça, j’ai regardé autour de moi et observé la réaction du pouvoir magique des aventuriers.

Je suis incapable d’utiliser la magie de soin sur tout le monde en une seule fois dans cette situation.
De ce fait, je dois placer des priorités.
S’il s’avère que nous ne sommes pas assez nombreux, il faudra laisser mourir quelques uns d’entre eux pour pouvoir sauver un maximum de vies possible, mais…

« On dirait que cette fois, on peut sauver tout le monde. »

Heureusement, la magie de soin qui ne nécessite pas de portée est l’une des meilleures magies pour le Quatrième Emblème.
Pour le moment, je devrais au moins être capable de sauver leur vie.

« Eh !? Tous !? »

L’employé de la Guilde fut surpris face à ma remarque.
Son ton semblait dire que c’est impossible.

Si possible, j’aurais préféré commencer après qu’il ait reçu une compréhension correcte… mais nous n’avons pas le temps pour ça.
On ne pourra tous les sauver que si l’on commence le traitement maintenant.

« Oui, tous ! Je m’occuperai du plus dur, vous autres, utilisez la magie de soin sur les plaques en bois que j’ai placées dans l’ordre ! On est pas assez nombreux, alors contentez-vous de les soigner jusqu’à un niveau où ils ne mourront pas. »

J’ai dit ça en sortant de ma magie de stockage des plaques en bois créées magiquement, gravé des numéros dessus et posé à côté des patients.
S’il faut juste graver des numéros lisibles, même le Quatrième Emblème peut y arriver.

« Oui ! »

« Entendu ! »

Alma et Iris ont acquiescé face à mes mots et commencé à transporter les outils magiques de soin fabriqués par Rury.
Les autres magiciens guérisseurs n’ont pas l’air de bouger… mais je n’ai pas le temps de m’occuper d’eux.
J’ai un boulot important à faire.

J’utilise la magie de soin sur les patients sévèrement blessés afin de les empêcher de perdre davantage de sang.
Vu la qualité du pouvoir magique des autres guérisseurs, ils sont au mieux capables de restaurer l’énergie.
Je dois m’occuper du traitement contre les hémorragies moi-même.

Alors que je travaillais, une voix a retenti derrière moi.

« Attends un peu ! Nous sommes des professionnels ! Pourquoi est-ce qu’on devrait écouter un enfant ! »

Celui qui a parlé était l’un des mages guérisseurs rassemblés.
Il est probablement l’un des mages guérisseurs restants de cette ville.

Vu que les autres magiciens guérisseurs le suivent, il doit être leur chef.
Mais bon, ses capacités à la magie de soin… vous l’avez compris, il est au même niveau que les autres.

« Alors tu penses qu’on peut tous les sauver avec tes instructions ? »

J’ai posé une question au magicien guérisseur sans arrêter ma magie de soin.
Sa réponse fut prévisible :

« Bien sûr que non ! Mais nous pouvons minimiser les victimes en soignant uniquement les personnes qui peuvent être sauvées ! Alors abandonne les patients qui sont des cas désespérés et―»

Je me lève et me dirige vers un autre patient sans prêter attention à ce que raconte le magicien guérisseur.
Apparemment, ce magicien guérisseur à lui aussi compris ce qu’il faut faire en cas de manque d’effectifs.
Cependant… il semble que sa capacité à réaliser la situation est insuffisante.

« C’est bel et bien impossible, pas vrai ! Alors arrête de soigner les patients sans esp―»

Quand il m’a vu m’éloigner du patient, il a pensé que j’ai abandonné.
Le chef des magiciens guérisseurs m’a crié dessus.
Les autres magiciens guérisseurs, qui étaient derrière lui, regardaient le patient que j’ai soigné… et ont été surpris.

« C-C’est guéri ! Cette blessure horrible est guérie, regardez ! »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *