Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 18

La personne à l’origine du vacarme à l’intérieur était une fille d’environ 14 ans avec des beaux cheveux argentés.
Elle continuait de négocier avec le gérant… ou plutôt, la fille le persécutait alors qu’il a déjà dit que c’était impossible.

Je les ignore tous les deux et observe les épées du magasin.
Hmm, elles sont toutes de bonne qualité. Le prix est entre 15 et 30 pièces d’or (environ le triple de celui des épées du premier magasin), mais si on considère les différences en matière de qualité, même un prix 10 fois plus élevé resterait correct.

Toutefois, les épées normales sont bien, mais les épées magiques sont une arnaque. Une seule d’entre elles coûte 300 pièces d’or, mais l’amélioration magique est trop mauvaise.
Mais ça ira, j’utiliserai une épée normale pour l’examen. Vu ma puissance actuelle―

« Le garçon là-bas ! »

Alors que j’essayais de choisir une épée, j’ai été appelé par la fille. J’aurais peut-être dû effacer ma présence… non. Faire ça dans un magasin pourrait me faire passer pour un voleur.

« Hein ? »

Je ne sais pas pourquoi elle m’a appelé, mais pour l’instant, je vais lui répondre.

« Est-ce que tu sais faire les améliorations magiques ? »

Les améliorations magiques… non, cette fille, elle ne pense tout de même pas à demander à un inconnu de créer une épée magique ?
Je ne suis ni un employé, ni le forgeron de ce magasin tu sais ?

« Oi oi, ne dérange pas mes clients… »

Le marchand semble aussi ne pas y croire.

Bon. Comment lui répondre ?
Si c’est au même niveau que les épées magiques de ce magasin, alors même mon Quatrième Emblème est capable d’y arriver.
Mais à en juger par l’atmosphère, je suis sûr que si je répondais oui, cette fille me demandera de lui faire une épée magique.

Normalement, j’aurais prétendu le contraire ― mais la fille a parlé d’un examen qui aura lieu demain.
Et l’examen d’entrée à la 2ème Académie Royale, auquel je vais participer, est également pour demain.

En d’autres termes, cette fille est peut-être une camarade de classe potentielle.
Dans ce cas, je devrais écouter son histoire.
Je ne veux pas finir seul comme dans mon ancienne vie.

« Tu as parlé d’un examen qui aura lieu demain… c’est celui de la 2ème Académie Royale? »

Après avoir réfléchi, j’ai répondu à sa question par une autre question.

« Exact ! Mais on a été attaquées par un monstre sur le chemin, et quand Rury m’a protégée… »

« Son épée s’est brisée ? »

Les épées sont fondamentalement utilisées pour attaquer.
Il n’est pas inhabituel qu’elles se cassent si on s’en sert de manière irraisonnable comme la défense.
C’est pour ça que je suis ici, pour m’acheter une bonne épée.

« Oui. Je veux donc lui en trouver une nouvelle, mais l’épée de Rury était une épée magique de haut rang, personne n’en vend. »

« Alors, demande à en faire une nouvelle. Est-ce qu’il faut que ce soit une épée magique? Les épées ici sont plutôt bien faites, ça devrait suffire pour réussir l’examen… »

« Elle ressemble à une épée ordinaire, longue à peu près comme ça et pèse 300 grammes. Tu crois que c’est possible ? »

La fille a dit ces mots en écartant ses bras, la longueur montrée était clairement incompatible avec le poids de 300 grammes.
« … Non, cette épée magique ne peut pas être substituée. »

Dans mon ancienne vie, ce type d’épée magique était appelé Épée Longue Légère』.
Ce sont des épées extrêmement longues et fines qui ont été améliorées par des magies telles que Durcissement】 et Tranchant de Fer, leur donnant une force et une puissance raisonnables, elles étaient favorisées par les épéistes et les mages de type vitesse extrême.

Reproduire sa facilité d’utilisation avec une épée normale est difficile. En d’autres termes, le jeu d’épée de son amie est devenu inutile. Je ne pense pas qu’elle puisse réussir l’examen.
Il est possible de créer une épée de ce genre avec un métal spécial, mais ce n’est pas quelque chose qui peut se préparer rapidement… bon.

« Les améliorations, j’en suis capable. »

« Vraiment !? »

« Non, non, c’est impossible. Je comprends que tu sois désolé pour elle, mais tu ne devrais pas prétendre être capable de faire quelque chose que tu ne peux pas. »

Face à ma réponse, la fille souriait, tandis que le gérant de la boutique grimaçait.

« C’est vrai, ce ne sera pas une bonne performance… mais si ce sont des améliorations du niveau de l’épée magique là-bas, je peux m’en sortir. »

J’ai dit ça tout en pointant la meilleure épée magique du magasin (qui est pourtant assez ordinaire).
En entendant ça, le gérant a affiché un sourire amer.

« Oi oi, cette épée magique est la meilleure de la boutique, c’est la fierté de celui qui l’a améliorée, tu sais ? »

« C’est vrai. C’est la meilleure de cette boutique, la deuxième, c’est celle-ci, et après… celle-ci et celle-là, je pense. Elles sont à peu près à égalité pour la 3ème place. »

Le gérant, qui grimaçait, a écarquillé les yeux quand il m’a entendu.

« Exact… et parmi les épées non-magiques, laquelle est la meilleure ? »

« La meilleure, c’est elle, celle-ci est la n°2, puis la n°3… vu que la qualité globale est stable, elles sont à peu près similaires. On peut acheter n’importe laquelle d’entre elles sans problème. »

Ce n’était pas un compliment, mais mes impressions réelles. Les épées de cette boutique sont toutes de bonne qualité. C’est juste les améliorations contenues dans les épées magiques qui sont mauvaises, les épées elles-même, la base, sont bien faites.

« … Ouais. T’as de bons yeux, petit, le même niveau qu’un forgeron professionnel. Mais ça reste impossible que quelqu’un de ton âge puisse faire des améliorations magiques d’épées. J’ai pas envie d’en parler, mais il y a aussi ton Emblème. »

Il reconnaît que je suis un connaisseur, mais il semble que ça n’a rien avoir avec les améliorations magiques d’armes.
C’est vrai que le Quatrième Emblème n’est pas convenable pour les améliorations magiques, mais ça ne veut pas dire qu’il n’en est pas capable. Si c’est pour une qualité du niveau de leur meilleure épée magique, le Premier Emblème n’est pas nécessaire.

« Non. Rien qu’à ce niveau, même moi― »

J’avais ouvert ma bouche pour l’informer de ce fait, mais…

« Beis-san ! »

La fille m’a interrompu.

« Quoi ? »

Le gérant du magasin de forgeron a répondu.
Apparemment, il s’appelle Beis.

« Je vais commander une épée. Elle aura cette longueur et un poids d’environ 300 grammes. Il faudra aussi faire un trou pour y faire entrer cette pierre magique… où faut-il le faire ? »

La fille s’est tournée vers moi quand elle a demandé ça.

« Attends, tu… »

« Je vais parier sur toi ! »

« Tu es sûre ? Même si l’épée peut toujours être utilisée, la pierre magique sera perdue si l’amélioration échoue, tu sais ? Et tu demandes ça à un jeunot que tu viens à peine de rencontrer… »

« Mais je sens qu’il va y arriver. Mon intuition touche souvent dans le mille. Garçon, je compte sur toi pour l’amélioration ! »

J’ai dit que je pouvais faire les améliorations, mais je ne me souviens pas avoir accepté de le faire… mais dans cette atmosphère, je ne suis pas capable de refuser.

« Laisse-moi faire. Faites le trou près du centre de la garde. »

« Vous vous y êtes décidés, tous les deux… L’épée se fera en 30 minutes. 40 pièces d’or, et on paye d’avance. Je ne serai responsable que de la performance de l’épée, je n’aurai rien à voir avec le résultat de l’amélioration. »

« Ok ! »

Apparemment, le forgeron a abandonné les objections en voyant l’état de la fille.
Il a pris les pièces d’or qui lui ont été présentées et s’est retiré à l’arrière de la boutique.
Au bout d’un moment, j’ai commencé à entendre le bruit d’un marteau au fond.

« Je me suis pas encore présentée. Je m’appelle Alma. Alma Lepsius. J’ai beau avoir un nom, je suis que la 3ème fille d’une petite maison noble… euh, disons tout de suite que je suis juste une roturière ! Ouais ! Je voulais pas qu’on m’envoie me marier dans un endroit bizarre, alors j’ai quitté le territoire. »

Quelle présentation affreuse.
Après ça, je me suis présenté à mon tour.

« Je suis Mathias. Mathias Hildessheimer. J’ai beau avoir un nom, je ne suis que le 3ème fils d’une petite maison noble. En bref, un roturier. Comme il n’y avait pas de terrain à cultiver, j’ai quitté le village. Appelle-moi Mathy. »

Ma présentation était encore plus affreuse.
Enfin, ne pas avoir de terrain à cultiver n’était que la raison officielle pour laquelle j’ai quitté le territoire.
En fait, je voulais juste devenir un aventurier.

« Au fait, cette Rury qui utilise l’épée en question. »

« C’est mon amie, on a quitté le territoire ensemble… c’est la fille là-bas ! »

Alma a dirigé son regard vers l’extérieur du magasin alors qu’elle parlait.
Apparemment, la personne en question va faire son entrée en scène.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *