Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 213

Quelques heures plus tard.
Nous sommes arrivés à la ville centrale de la Baronnie de Leraya, Lerayal, sans problème.
… Mais bon, la Baronnie n’est pas très grande, alors cette ville centrale ressemble plus à un village.

« … Il semble qu’ils ont mis des gardes. »

Le chevalier d’escorte a murmuré cela en voyant l’entrée de Lerayal.
En effet, des soldats qui semblent être des gardes se tenaient devant le portail.

D’habitude, on ne met pas autant de sécurité à l’entrée d’une petite ville comme celle-ci.
La sécurité ne devient plus stricte que lorsque nous sommes à l’approche de la guerre.

« Informez-les de notre arrivée. »

« Laissez-moi faire. »

Le Vicomte Regild s’est immédiatement arrêté après avoir dit cela.
Il semble que nous devons nous déranger à les informer de notre arrivée avant d’entrer en ville.

Je suppose que même un noble ne peut pas simplement franchir le portail sans rien dire.
… À l’heure actuelle, je suis un noble temporaire, alors je ne peux pas dire que cela ne me concerne pas.

Alors que je pensais cela, un homme d’âge moyen qui semble être un noble est sorti du portail en grandes foulées.
Je suppose que c’est parce qu’il ne faut pas faire attendre un noble qui a un rang supérieur au sien.

« Vicomte Regild, Baron Hildessheimer ! Je vous souhaite la bienvenue ! »

Apparemment, même un baron temporaire est appelé un baron.
… Ça doit être la première fois qu’on m’appelle Baron Hildessheimer.
D’habitude, je me présente en tant que Mathias, j’ai rarement utilisé mon nom de famille.

Alors que j’avais cette pensée, le Vicomte Regild a ouvert la bouche :

« Vous devez être le Baron Leraya. Est-ce que Sa Majesté vous a donné les détails ? »

« Nous avons reçu une lettre il y a quelques heures. Nous avons trié les informations pour vous. »

« Beau travail. Montrez-nous le chemin. »

… Il semble que l’armée locale va coopérer avec notre équipe d’investigation.
L’utilité d’avoir un vicomte dans l’équipe montre déjà son effet.

Alors que je marchais avec cette pensée… un homme familier venait par ici.
―C’est Biffgel.

Honnêtement, j’aurais préféré ne pas le croiser.
Biffgel lui-même n’est d’aucune importance, mais s’il cause des problèmes ici, il détruira inutilement la réputation de notre famille.
Et cela causera des problèmes à mon père Castor et à mon grand frère Leik, j’aimerais éviter cela.

… Cependant, comme je suis actuellement avec d’autres nobles, je ne peux pas dissimuler ma présence.
J’ai marché en espérant qu’il ne me remarquerait pas, mais…

« Mathias, enfoiré ! Comment oses-tu revenir sans te soucier de quoi que ce soit ! Ordure à l’Emblème Disqualifié, honte de la Maison Hildessheimer ! »

… On dirait qu’il m’a vu.

« Tu parles de revenir, mais on est pas dans le territoire du Baronnet Hildessheimer. »

« C’est pareil ! Je te demande pourquoi tu montres ta sale tête devant moi ! Tu as déjà quitté notre territoire ! »

Non, ce n’est pas pareil.
C’est le territoire de quelqu’un d’autre, ici.

… Je n’arrive même pas à déterminer où répliquer.

« Hé, qui est cette personne ? »

Le Vicomte Regild a posé une question aux chevaliers de l’escorte en voyant notre conversation.

« C’est le deuxième fils de Castor Hildessheimer, Biffgel Hildessheimer. »

Celui qui a répondu au Vicomte Regild était le chevalier qui nous avait guidés jusqu’ici.
Ce chevalier connaît non seulement les routes, mais aussi les autres nobles, hein…

« Deuxième fils… alors il n’est pas un noble ? »

« C’est exact. »

« Donc vous me dites qu’un civil a parlé à un baron, même si ce n’est que temporaire, sans utiliser d’honorifiques, et l’a traité d’ordure et de honte de sa famille… ? »

« Il semble que c’est cela. »

« Et en plus de cela, il a dit que le territoire d’une autre personne était 『pareil au territoire de sa famille』 ? »

« À ma grande consternation, oui. »

Le Vicomte Regild a parlé au chevalier d’escorte avec un visage surpris.
Après avoir entendu les réponses du chevalier, il s’est tourné vers Biffgel et l’a regardé avec pitié.

Il semble qu’il n’arrivait même pas à se mettre en colère.
Oui, je connais ce sentiment.

« Biffgel Hildessheimer… j’ai entendu les rumeurs, mais je ne pensais pas qu’elles étaient aussi vraies… Est-ce que le Baronnet Hildessheimer se porte bien avec un successeur pareil ? »

« Non, il n’est pas le successeur, c’est le fils aîné, Leik. »

« … Vraiment ? J’ai entendu dire que Leik n’a pas l’Emblème Glorieux et qu’il n’a qu’1 an de plus. »

Dans ce pays, les héritiers sont généralement les fils aînés.
Mais les circonstances changent légèrement si seul le 2ème fils possède l’Emblème Glorieux (Premier Emblème) et que la différence d’âge est inférieure à 3 ans.

Dans ce cas, la loi stipule que l’héritier sera celui qui possède des 『prouesses à la magie supérieures』.
Et comme la magie à incantation domine actuellement ce pays, cette stipulation donne l’avantage au Premier Emblème.
De ce fait, les héritiers sont généralement des détenteurs de Premier Emblème.

Et la famille Hildessheimer suit exactement ce pattern.
Biffgel a l’Emblème Glorieux (Premier Emblème), et grand frère Leik a l’Emblème Magique Ordinaire (Deuxième Emblème).
Mais…

« Normalement, c’est ce que l’on penserait, mais les capacités à la magie du frère aîné Leik sont supérieures à celles de Biffgel et de son Emblème Glorieux. De ce fait, l’héritier est le fils aîné. »

« L’Emblème Magique Ordinaire supérieur à l’Emblème Glorieux dans un endroit où la magie sans incantation n’a pas encore été répandue… ? Non, le territoire du Baronnet Hildessheimer est la terre natale de Mathias. Je peux à peu près deviner ce qui s’est passé. »

« Votre hypothèse est probablement correcte, Vicomte Regild. »

Le Vicomte Regild a affiché un air convaincu en entendant mes mots.

… Le visage de Biffgel a rougi en voyant le déroulement de notre conversation.

Mais la conversation actuelle a dû faire comprendre à Biffgel que l’autre parti était un vicomte.
Il était incapable de répondre.

Et le Vicomte Regild a remué le couteau dans la plaie.

« Nous sommes venus au territoire du Baron Leraya par ordre de Sa Majesté. Mathias et son équipe font partie de notre groupe. Nier la venue de Mathias ici signifie nier les ordres de Sa Majesté… est-ce que tu as dit ces mots en étant conscient de cela ? »

« N-Non, je ne voulais pas… »

Biffgel a dit cela tout en reculant petit à petit.
Puis il a pris la fuite.

Biffgel, c’est pathétique…

『J’ai entendu les rumeurs sur ce Biffgel, mais…』

『C’est plus que des rumeurs… il a de la chance de ne pas finir exécuté.』

Rury et Alma, qui étaient restées silencieuses jusqu’à présent, ont dit cela en voyant Biffgel s’enfuir.
Plutôt qu’être restées silencieuses, on aurait dit qu’elles avaient été incapables de dire quoi que ce soit tellement elles n’arrivaient pas à croire ce qui venait de se passer.

Comme Rury l’a dit, si le Vicomte Regild en avait envie, il aurait pu faire exécuter Biffgel pour ce qu’il m’a dit.
Mais ç’aurait été une perte de temps.

Il a dû supposer que des plaintes n’étaient pas grand-chose, alors il a laissé Biffgel partir.
… Il ne vaut même pas une exécution.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *