Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 214

« Nous avons préparé les documents détaillant la situation actuelle sur le bureau. Jetez-y un œil, je vous prie. »

Environ 5 minutes après que Biffgel soit venu chercher des ennuis.
Nous nous sommes rassemblés dans la maison du baron Leraya.

Apparemment, utiliser la résidence du seigneur comme salle de conférence pour les nobles de bas rang qui n’ont pas de bureau du gouvernement est quelque chose de normal.
Les documents contiennent des choses telles que la progression du combat, la situation de l’approvisionnement et l’analyse du potentiel de combat, ils étaient tous écrits avec des détails minutieux.
C’est très bien fait pour un rapport de combat.

Mais… ce n’est pas le genre d’informations dont j’ai besoin.
Ce qu’il nous faut, c’est un indice pouvant nous mener à la personne derrière ces poupées.

« Est-ce qu’il y avait des humains dans les rangs ennemis ? »

« Nous n’en avons pas trouvé un seul. À l’heure actuelle, nous avons vaincu 320 poupées, mais aucun humain. »

« … Je vois. C’est un problème. »

S’il n’y a pas d’humain dans les rangs ennemis, alors ces poupées agissent probablement de façon autonome.

Dans ce cas, les façons de s’occuper de ces poupées sont relativement simples.
S’il y a un problème dans le cercle magique qui décide du comportement autonome des poupées, se concentrer dessus rend le combat facile.

Une méthode célèbre consiste à envoyer les poupées autonomes dans l’eau.
Si l’action de [Nager] n’existe pas dans les actions autonomes des poupées, elles tenteront vainement de marcher car leurs pieds ne toucheront pas le sol.

S’il y avait des humains dans les rangs ennemis, ils auraient pu réparer cela sur place, mais si les poupées sont complètement autonomes, alors on peut facilement les détruire.
Je ne pense pas qu’ils aient commis une erreur aussi évidente, mais la situation reste en notre faveur.

Cependant, ce n’est que le combat qui est rendu plus facile.
Si nous voulons chercher le cerveau de l’opération, ce serait clairement plus facile s’il y avait un humain parmi les ennemis.
S’il y a un humain parmi les poupées, alors il est probablement un agent du marionnettiste ; et en partant de là, nous pourrons facile découvrir qui est le maître des poupées.

… Mais bon, vu la situation, il serait plus rapide d’infiltrer l’Empire de Saihill que de fouiller la région.
Maintenant que le Vicomte Regild est ici, la gestion et la défense de la baronnie devraient être sécurisées.
Nous allons laisser le Vicomte s’occuper de tout ce qui nous dérange afin que nous puissions nous concentrer sur la récolte d’informations.

Mais à part ça…

« Est-ce que vous êtes sûr qu’il n’y a pas d’erreur dans ce tableau ? »

J’ai dit ça en pointant un document sur le bureau.
Le document indiquait le lieu qui avait servi de champ de bataille, les pertes, le nombre de poupées qui ont été détruites, qui les avait vaincues, etc.

Le problème était le tableau qui répertoriait ceux qui avaient vaincu le plus d’ennemis.
En 1er, Castor ; en 2ème, Leik ; en 3ème, Régis ; en 4ème, Dézyre.

Jusque-là, ça va.
Le n°1, c’est mon père Castor, il est aussi fort que le chef des chevaliers, et le n°2, mon grand frère Leik, a appris la magie sans incantation, alors c’est naturel qu’ils aient la 1ère et la 2ème place.

Je ne connais pas les personnes qui sont en 3ème et en 4ème place, alors je n’ai rien à dire.
Le problème est la 5ème place.

N°5 : Biffgel Hildessheimer.

C’est ce qui était écrit dans le rapport.
Quel genre de blague est-ce là ?

« … Une erreur ? Le document a été vérifié par plusieurs personnes, alors je ne pense pas qu’il y ait une erreur… »

« Ça veut dire que Biffgel est n°5 dans l’élimination des poupées ? »

D’après le tableau, Biffgel a vaincu 4 poupées.
C’est beaucoup moins que Père qui est n°1 pour avoir vaincu 50 poupées, et grand frère Leik qui est n°2 avec 32 poupées vaincues… mais Biffgel, en 5ème place ?
Il y avait environ 120 personnes qui ont participé à la bataille, alors je pensais que Biffgel serait environ 110ème.

Alors que j’avais cette pensée… le Baron Leraya a répondu.

« Biffgel Hildessheimer a bel et bien vaincu 4 poupées. Comme il est un porteur de l’Emblème Glorieux qui est capable d’utiliser 『Boule de Touffeur』, il était assez puissant. »
(NdT : touffeur = chaleur étouffante/extrême)

『Boule de Touffeur』… si je ne me trompe pas, c’est l’une de ces magies à incantation.
Avant que j’introduise la magie sans incantation, la 2ème Académie la traitait comme une magie de rang moyen.

『B-Boule de Touffeur ? Je crois pas que cette magie soit utile au combat… 『Boule de Touffeur』, c’est cette magie qui demande une longue incantation, et qui a une puissance faible pour une consommation moyenne de pouvoir magique, c’est ça ?』

『Ce sort n’est sans doute plus utilisé dans la 2ème Académie, mais il devrait faire partie des meilleures magies à incantation. Entre la magie à incantation et la magie sans incantation, il y a vraiment tout un monde de différences…』

Comme l’ont souligné Alma et Rury, 『Boule de Touffeur』 est, au final, une magie à incantation.
Elle consomme une quantité moyenne de pouvoir magique, mais elle est plus faible qu’une magie sans incantation de niveau débutant, plus personne ne s’en sert dans la 2ème Académie.

Rien que savoir utiliser une magie pareille fait de vous un potentiel de combat, hein…
Comment dire, ça me ramène à des vieux jours.

… Mais bon, cela fait moins d’un an que le monde actuel utilise la magie sans incantation, alors ces jours ne sont pas si vieux que ça.
Même maintenant, à l’exception de lieux tels que la capitale royale, le Premier Emblème est toujours considéré comme étant le plus puissant.

« Tout de même, Castor est toujours aussi monstrueux. »

« Vous vous connaissez ? »

« Oui. En fait, il n’y a personne dans les hauts échelons de l’Ordre des Chevaliers qui ne connaît pas Castor. »

Apparemment, le Vicomte Regild connaît mon père Castor.
Père, vous êtes quelqu’un de célèbre, hein…

Alors que j’avais cette pensée, le Vicomte Regild a parlé :

« Tant que Castor est là, nous pouvons tenir face aux poupées… le problème se situe dans la façon de contre-attaquer… Baron Mathias, avez-vous une idée ? »

Le Vicomte Regild a demandé mon avis sans hésiter.
En retour, je lui donne la réponse que j’ai préparée après avoir consulté les filles :

« Et si mon groupe s’infiltrait dans l’Empire ? »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *