Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 26

« Le premier à se présenter sera… bah, n’importe qui fera l’affaire. Ah, Mathias, le n°1 de cette année ! Tu seras le premier à te présenter ! »

Il semble que le directeur nous appelle par nos prénoms.
Il n’utilise pas nos noms vu qu’il a dit que nos maisons n’ont aucune importance dans cette académie.

S’il y avait un noble avec un nom célèbre parmi nous, les autres étudiants pourraient y prêter attention même si ça ne leur plaît pas.
Personnellement, ça me convient de juste donner mon prénom lors des présentations.

« Je m’appelle Mathias. Appelez-moi simplement Mathy. Euh… »

Une minute, je n’ai aucune idée de ce que je devrais dire. Ça fait plusieurs siècles que je n’ai pas fait de présentations, après tout.
… Bah, cette école ressemble à une académie militaire alors je n’ai pas besoin de dire des choses superflues. Je devrais simplement leur parler de mon orientation au combat.

« Je possède le Quatrième… non, l’Emblème Disqualifié. Je suis spécialisé dans le combat mixte physique et magique à courte portée. Enchanté. »

Les Emblèmes ne portent pas de numéros dans le monde actuel, alors j’ai nommé le Quatrième Emblème avec le nom qu’ils utilisent aujourd’hui.
La salle de classe est devenue légèrement bruyante après avoir entendu ma présentation.

« Combat mixte physique et magique, c’est quoi ça ? »

« Ou plutôt, est-ce qu’un porteur d’Emblème Disqualifié peut maîtriser la magie ? »

« J’ai aussi l’Emblème Disqualifié mais je peux à peine utiliser la magie, tu sais ? »

Le directeur a grimacé en voyant les autres élèves.
Mais il n’a pas l’air d’avoir l’intention de donner des explications sur le combat mixte physique et magique à courte portée et le Quatrième Emblème.

« Suivante ! La n°2, Rury ! »

Quand mes présentations ont été terminées, le directeur a regardé la fiche qu’il avait en main et a cité le nom de Rury.
Cette feuille est peut-être une liste contenant nos notes ou quelque chose dans le genre.

« Oui ! Je m’appelle Rury. Je suis douée avec la magie et je me débrouille un peu avec une épée. Je veux devenir une amélioratrice magique ! Euh… Ravie de faire votre connaissance ! »

Rury était légèrement nerveuse pendant ses présentations.
Du bruit s’est à nouveau élevé dans la salle de classe, mais pas autant que dans mon cas.
Apparemment, c’est plutôt inhabituel qu’un porteur de Premier Emblème comme Rury cherche à devenir un améliorateur magique. Pourtant, le Premier Emblème EST l’Emblème des améliorateurs magiques…

L’évaluation des Emblèmes est complètement inversée dans le monde actuel.
C’est grave au point où je pense qu’une personne à sombres desseins a délibérément mis en place ces rôles inefficaces.

« Suivant ! Ace ! »

« Oui ! »

Les présentations ont repris.
De la n°2 au N°7, tout le monde possédait le Premier Emblème.
Et en excluant Rury, ils voulaient tous les 5 devenir des mages.

« Suivante et dernière… Alma ! »

« Oui. Je m’appelle Alma. J’ai l’Emblème Magique Ordinaire, alors je cherche à devenir une épéiste. Même si je peux pas gagner contre Rury en épée ou en magie… Je me débrouille bien avec un arc… »

D’une manière ou d’une autre, sa présentation possède un faible self-estime. En même temps, l’autre parti est la n°2 de cette année. Quand à l’épée, les performances de leurs armes sont beaucoup trop différentes.
Et en plus de ça, elle cherche à devenir épéiste alors que son Emblème Magique Ordinaire (2ème Emblème) convient parfaitement à la magie.

« Et, ce sera tout. Quelqu’un a des questions ? »

« Sensei, j’ai une question ! »

Alma a levé la main.

« Oui ? »

« Les scores de Mathy-kun dans le bulletin des réussites sont bizarres, ce serait pas une erreur d’enregistrement ?! »

« Ah. Ça. C’est Mathias qui est bizarre, pas ses notes. En quoi il est bizarre, vous pourrez vérifier vous-même pendant les leçons de pratique. Pour l’instant, les classes A et S vont étudier ensemble. Il faut que je discute avec toi de ce côté-là, Mathias, viens au bureau du directeur plus tard. »

Après ce commentaire, notre premier rassemblement en classe s’est terminé et j’ai été emmené au bureau du directeur.
Je me demande bien ce qu’il a à me dire.

« Bien. Tout le monde est là. »

Un grand nombre d’adultes était déjà présent dans le bureau du directeur quand nous sommes entrés.
C’est peut-être des professeurs de cette école. J’ai déjà vu quelques-uns de leurs visages pendant l’examen et la cérémonie d’entrée.

Le ratio est d’environ 30 % d’érudits, 40 % de mages et 30 % de guerriers.
La composition est plutôt équilibrée, même si le fait qu’il n’y ait pas de Mage Combattant m’inquiète un peu.

« Désolé d’être aussi soudain, Mathias, mais j’aimerais que tu résolves ce problème. Et celui-là aussi. »

Le directeur a dit ça et m’a remis une feuille où il était marqué 2 problèmes.
Et les professeurs de type érudit ont commencé à m’observer afin de ne pas négliger le moindre mouvement de ma main.
Le premier problème était le même que celui que j’ai eu à l’examen d’entrée.
Peut-être qu’ils pensent que j’ai triché ou que ma fiche a été substituée.

Heureusement, les deux problèmes sont des mathématiques de cercles magiques rudimentaires. Le premier problème peut être résolu en 20 secondes si on connaît le théorème de Pythagore. Le deuxième problème est un peu plus complexe, mais 3 minutes suffisent pour le terminer.
J’écris la formule de calcul sur une feuille fournie et dérive la réponse tout en faisant attention aux erreurs de calculs.

Mais bon, ce niveau de cercle magique, je peux y arriver sans faire de calcul.
Ou plutôt, les mathématiques des cercles magiques sont la base des améliorations magiques, si un améliorateur ne s’en sort pas face à des mathématiques de ce niveau, il aura du mal à faire une quintuple amélioration.
Alors que cette pensée flottait dans ma tête, j’avais fini de résoudre les problèmes.

« … Instan… tanément… !? »

« Hé, tu en penses quoi de cette réponse ? »

« C’est un problème non résolu. Impossible de savoir si on ne construit pas la magie. »

« Mais pour commencer, je ne trouve aucune contradiction. Peut-être que… »

« Tu es professeur en magies d’amélioration, tu devrais pouvoir tester et confirmer, non? »

« A-Attendez un moment, je vais chercher des pierres magiques pour les expériences ! »

Au moment où j’ai fini de résoudre les problèmes, le bureau du directeur était plongé dans un brouhaha, il y avait même un professeur qui était parti quelque part à la hâte.
Hmm ? Euh, je trouve que l’atmosphère est différente de celle d’une suspicion de tricherie.
Je regardais le directeur en me demandant si j’avais fait quelque chose de mal.

« Directeur, qu― »

« Mathias, est-ce que tu sais ce que tu viens de résoudre ? »

« Le problème qui figurait dans l’examen d’entrée de cette école, et une version étendue de ce problème ? »

Le directeur a grimacé en entendant ma réponse.

« Oui, c’est un problème figurant dans l’examen d’entrée de la 2ème École Royale… avec pour supposition qu’il ne peut pas être résolu, cependant. »

« Ne peut pas être résolu ? »

« Oui. Ça nous permet de savoir jusqu’où les participants réfléchiraient, même s’ils ne peuvent pas le résoudre… Mais toi, tu l’as résolu. »

C’est bizarre de dire qu’un problème aussi simple est censé ne pas pouvoir être résolu.
Si les améliorateurs magiques ne sont pas capables de faire des cercles magiques de ce niveau, alors il n’y a personne dans ce monde qui soit capable de faire une épée magique décente.
Non, ne me dites pas que les épées magiques de la boutique de Beis sont vues comme étant des armes décentes, c’est impossible.

« Je vais te dire la vraie réponse. Le premier problème est un problème figurant dans l’examen d’entrée de l’Université Royale de Magie, le deuxième problème est un problème qui n’a pas été résolu et ce, même après avoir réuni les érudits de la magie de tout le pays. »

… Hein ?

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *