Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 302

Des cryptogrammes, hein…
Je connais des magies pour les décrypter.

Mais un décryptage peut prendre trop de temps en fonction de la complexité.
Je connais une magie qui permet de déchiffrer instantanément n’importe quel code en échange d’une immense quantité de pouvoir magique, mais malheureusement, le moi actuel n’est pas capable de l’utiliser.

« … Je n’ai plus qu’à espérer que les codes sont simples. »

« Si c’est toi, Mathias-san, je suis sûr que tu peux y arriver. »

« Je ne saurais pas dire avant de les avoir regardés… Pour le moment, est-ce que tu peux collecter les documents rassemblés ? »

Dans un décryptage, le plus important, c’est le nombre d’échantillons.
Plus il y a d’échantillons, plus il est facile d’y trouver un point commun et d’essayer toutes sortes de méthodes de décryptage.

« Entendu. J’avais déjà eu cette pensée, alors j’ai demandé à ce que les documents soient rassemblés… Je pense que j’en ai déjà reçu une dizaine. »

Oooh.
Il a fait vite.

« Où est-ce que tu les as rassemblés ? »

« Ici… au sous-sol de la 2ème Académie. Actuellement, la 2ème Académie Royale est le bâtiment le plus sûr de la capitale. »

Greville a dit cela en bombant le torse.
C’est vrai, la 2ème Académie Royale est l’un des endroits les plus sûrs de la capitale.

Après tout, il y a des étudiants entraînés correctement à la magie sans incantation qui se promènent là-bas.
Je ne saurais pas dire si elle est plus sécurisée que le palais royal… mais il ne fait aucun doute que l’académie convient au stockage de matériaux confidentiels.

« Les étudiants de la 2ème Académie et les chevaliers travaillent ensemble pour rassembler les documents. Cela fait déjà longtemps qu’ils sont partis, ils devraient bientôt revenir. »

« Compris… Mais est-ce que c’est une bonne chose de laisser les étudiants faire de la récolte de documents… ? »

Le devoir des étudiants est d’étudier et de s’entraîner.
Je ne sais pas si les faire récupérer des documents est une bonne idée…

« De nombreux étudiants de la 2ème Académie aspirent à être chevaliers. Plusieurs d’entre eux veulent faire un stage chez les chevaliers. »

« C’est vrai. Quand je suis partie pour la 2ème Académie, ma famille m’a dit de faire de mon mieux pour avoir de l’expérience dans les travaux des chevaliers. »

« J’ai entendu cela aussi ! … Mais dans mon cas, c’était à propos de faire l’expérience de choses rares et de gagner de l’argent, alors j’ai entendu dire que la compétition était élevée… »

Je vois.
J’ignorais que la 2ème Académie avait un tel système.

Qu’un stage chez les chevaliers soit aussi populaire… je n’en avais pas la moindre idée.
… Mais il y a mon père Castor qui était un diplômé de la 2ème Académie.

« … Je vois. Dans ce cas, je n’ai pas d’objection. »

C’est vrai que les Académies Royales sont légèrement différentes des 『Écoles』 ordinaires.
Elles mettent en priorité les magies et les techniques de combat, après tout… elles sont un peu comme des sortes d’académie militaire.

Mais bon, la 2ème Académie nous aide, alors je suis reconnaissant.
Les chevaliers s’entraînent eux aussi petit à petit à la magie sans incantation… mais les étudiants de la 2ème Académie sont plus habiles.
S’ils maîtrisent la magie de mouvement, le transport de documents devrait être accompli rapidement.

« De ce fait, patientez encore un peu, Mathias-san. »

« D’accord. Je vais attendre. »

S’ils ont déjà commencé à rassemblé les informations, alors je n’ai pas à m’en mêler.
De plus, mon âme endommagée par la résurrection de Gaïas n’est pas encore complètement rétablie, alors détendons-nous jusqu’à l’arrivée des documents.

Deux jours après notre retour à la capitale.

« Et voici le dernier pour aujourd’hui ! »

« Une partie des documents provenant des territoires lointains devraient arriver après-demain… nous en sommes à environ 70 % ! »

Les documents ont été transportés dans une salle de réunion au sous-sol de la 2ème Académie.
Nous avons au total 52 documents.
Apparemment, les 30 % restants vont arriver plus tard… pour le moment, nous allons déchiffrer ce que nous avons déjà.

20 d’entre eux peuvent être lus normalement…

« … Les documents écrits dans la langue commune du continent ne nous apportent pas grand-chose. »

« C’est vrai. Il n’y a que des informations obsolètes… »

« Il y a la localisation des démons… mais tous les démons notés dessus sont morts. »

Le langage que nous utilisons habituellement est appelé la Langue Commune Continentale.
Comme c’était la même langue utilisée dans la Fédération de Lazinia, je n’y avais pas vraiment prêté attention.

Toutes les informations écrites dans la langue commune ne valent rien.
Des choses telles que des intimidations entre démons du genre 『〇〇, c’est ma cachette, alors dégagez』 ou des petits mots comme 『Butez Mathias Hildessheimer』 ou 『Jour X, Mois Y, un chariot rempli de fric sera en mouvement. C’est une occasion de gagner de la monnaie humaine』 ; bref, que des petits messages.
Comme les démons à l’origine de ces informations ne sont plus de ce monde, ces documents ne valent plus rien.

Ce qui signifie…

« Le problème, c’est ceux-là, hein. »

J’ai dit cela en regardant les documents qui étaient écrits dans une langue inconnue.

Il reste 32 documents.
Ils sont écrits dans une langue que je ne connais pas non plus… et il semble que ces 32 documents ont tous été écrits dans la même langue.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *