Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 33

« Et donc, combien pour cet arc terrifiant… ? »

Alma m’a posé une question avec un visage dont l’expression disait qu’elle ne voulait pas entendre la réponse.
Le prix, hein…

« Hmm… les matériaux m’ont coûté environ 100 ermis, le traitement a pris environ 20 secondes et il n’y a pas de coût de main-d’œuvre… ça fait donc 100 ermis. Les flèches ont été fabriquées à partir des restes, alors tu peux les avoir gratuitement. »

Soit dit en passant, l’ermi est la monnaie de ce pays.
1 pièce de cuivre vaut 1 ermi, 1 pièce d’argent vaut 100 ermis et 1 pièce d’or vaut 1 000 ermis.

« Si peu !? Non, impossible que ce soit un prix aussi ridicule… »

« Ça ne peut pas être 100 ermis. En terme de performance, cet arc est trop puissant pour avoir un prix… »

« Alors, 300 ermis. »

J’ai ajouté les frais de traitement. 10 ermis/seconde, donc 36 000 ermis/heure.
D’après le marchand qui m’a accompagné durant mon voyage jusqu’à la capitale royale, une famille ordinaire dépense environ 2 000 ermis par mois, les frais de traitement sont donc une véritable arnaque.
Travailler pendant seulement 1 heure pour gagner de quoi vivre pendant 1 an et demi. Pour une famille, en plus.

« Ça a à peine changé ! »

Cependant, Alma pense que c’est encore trop peu.
Ah. J’ai oublié le temps nécessaire pour rassembler les matériaux. Si j’ajoute ça, euh…

« 6 300 ermis. »

J’ai essayé d’ajouter 10 minutes.
C’est une véritable arnaque. Je suis sûr que même Alma le pense, je suis prêt à la laisser marchander…

« Je te répète, c’est beaucoup trop peu ! »

Hmm. Alma se base peut-être sur le prix du marché de la capitale royale.
C’est vrai que les prix ne sont pas très élevés là-bas.
Ou plutôt, c’est bizarre que ce soit l’acheteur qui essaie d’augmenter le prix.

« Je ne peux pas augmenter davantage. Je pense que ce prix sera approprié dans environ ½ année. »

Je pourrais acquérir une immense somme d’argent selon le prix du marché de la capitale royale, mais une fois que Rury aura une bonne maîtrise des améliorations magiques, on va dire que j’ai mis un prix absurdement élevé à cet arc.

J’aimerais éviter ce genre de conflit si possible.
… Bah, la production en série et la circulation de cet arc sur le marché ont l’air plutôt intéressantes.

« Je te répète, peu importe combien… »

« Alors, je vais te prêter cet arc au lieu de te le vendre. Et j’aimerais avoir ta coopération pour la création de ma nouvelle épée. Enfin, il faut d’abord qu’on réussisse le test pour avoir le droit d’entrer dans le donjon. Au fait, Rury, tu me dois une faveur pour ton épée, c’est ça ? »

« Oui, mais… t’aider à fabriquer une épée, ce ne sera pas vraiment rembourser ma dette, non ? »

« Ah bon ? »

« Je veux dire, pour que je puisse t’aider à faire une épée, tu dois m’apprendre tes techniques, pas vrai !? Donc, ma dette va au contraire augmenter ! »

« C’est vrai, et en plus, je deviendrai plus forte grâce à tes leçons sur la magie et à nos entraînements dans le donjon… Le profit se trouve unilatéralement chez moi ! Il faut que je paye pour l’arc, après tout ! »

« … Vraiment. Au fait, on commencera à créer les épées dès qu’on aura rassemblé des bons matériaux, et on continuera jusqu’à ce qu’on a fabriqué l’épée idéale, ça va donc prendre beaucoup de temps… ça vous va ? »

« Oui ! »

Apparemment, leurs intentions semblent être fixées.
Je pensais leur permettre de payer leurs dettes, mais elles ont au contraire augmenté.
Bah, ça ne me dérange pas vraiment, c’est plutôt convenable pour l’instant.

En passant, le contenu de l’examen du donjon a été entendu dans la salle de classe ce matin.
Il est identique à celui de l’examen d’entrée et on peut le passer n’importe quand après l’école.

De plus, si on réussit l’examen de l’épée ou de la magie, on sera exemptés de leçons sur la matière choisie.
Apparemment, c’est parce que l’examen du donjon est plus difficile que l’examen d’entrée en 2ème année.

« Euh, nous allons passer le test aujourd’hui, n’est-ce pas ? Est-ce que ça ira ? »

« Ouais. Si on passe l’examen maintenant, on pourra utiliser le temps de la leçon sur la magie à incantation pour nous entraîner à la vraie magie. Il faut le faire dès que possible. Après tout, la magie à incantation n’a aucun rôle dans les améliorations magiques. »

J’ai immédiatement répondu à la question de Rury.

« D’accord ! Allons-y tout de suite ! »

On dirait que la simple mention des améliorations magiques a motivé Rury, elle a immédiatement commencée à se diriger vers la salle du personnel.
Alma avait l’air de vouloir s’entraîner avec son nouveau petit arc, alors elle l’a suivie, à moins que ce soit parce qu’elle n’aime pas être laissée derrière.

« Nous aimerions passer l’examen du donjon. »

« Ah, te voilà, Mathias. Tu es surprenamment en retard. »

Un professeur est immédiatement venu quand j’ai dit ça dans la salle du personnel.

« En retard ? »

« Ton groupe est le 5ème à venir passer l’examen, Mathias. Apparemment, tout le monde s’est mis à s’entraîner à la magie sans incantation au lieu d’aller aux cours de magie à incantation. En passant, les 4 groupes ont tous réussi. »

« … Euh, désolé. »

La magie à incantation ne vaut rien, mais je me sens un peu mal pour les professeurs chargés de l’enseigner.

« Non. Au contraire, ça m’enchante. Pour être honnête, j’avais commencé à trouver qu’enseigner la magie à incantation était absurde et j’avais discuté avec les autres professeurs à propos d’un moyen d’intégrer l’enseignement de la magie sans incantation plus tôt… Mais ç’aurait été dur sans résultats, alors on pensait l’intégrer après avoir obtenu les résultats du tournoi. »

Oh. Apparemment, ce qu’a dit le directeur lors de la cérémonie d’entrée, le favoritisme des capacités, était vrai.
Je crois que je peux m’attendre à ce que la magie sans incantation se répande encore plus vite que prévu.
Alors que nous étions en train de discuter sur ce sujet, nous sommes arrivés au site de l’examen (ou pour faire simple, la cour de l’académie).

« Bien. C’est exactement comme l’examen d’entrée. Mais les normes sont plus élevées. Qui commence ? »

« Allez, j’y vais. »

J’ai levé la main en premier face à la question du professeur qui a fini de placer les cibles dans la cour de l’école et d’établir la position de tir.
Ça devrait être plus simple pour Rury et Alma si elles voient quelqu’un d’autre y aller en premier.

La distance est d’environ 40 mètres, c’est un peu plus qu’à l’examen d’entrée.
C’est une distance assez difficile pour le Quatrième Emblème, mais je peux à peu près m’en sortir. Afin d’éviter les risques d’échec, je conserve à peine la quantité de pouvoir magique nécessaire pour reconstruire la cour de l’académie et je commence à construire une magie pouvant détruire toutes les cibles en alliage de mithr―

« STOP, STOP ! TU PASSES, MATHIAS-KUN ! TU AS RÉUSSI, QUE CE SOIT L’EXAMEN DE L’ÉPÉE OU CELUI DE LA MAGIE ! »

Le professeur m’a arrêté alors que j’étais sur le point de construire ma magie. Je me demande s’il craignait que je détruise à nouveau la cour de l’académie.
Je l’aurais fait si ça m’aurait permis de réussir l’examen.

Allez, on va dire que c’est une bonne chose d’avoir réussi sans avoir gaspillé mon pouvoir magique.
À présent, je ne suis plus obligé d’aller aux cours de magie à incantation. Et comme je suis également dispensé de cours d’étude générale, je dois seulement aller aux cours d’escrime.

Pour être honnête, j’aimerais savoir à quel point le monde a changé, alors j’ai envie d’aller aux cours d’étude générale… mais je ne devrais pas forcer. Tant que je deviendrais plus fort, je finirai par apprendre ce qui est arrivé au monde en temps voulu. Ouais.
En passant, j’ai demandé à Rury la raison pour laquelle la magie est aussi lamentable, mais elle a dit que ça a toujours été comme ça. Apparemment, le déclin de la magie a eu lieu il y a fort longtemps.
Dans tous les cas, je trouve que ce test est trop sévère envers le Quatrième Emblème.

« Je pense que ce test a encore de la place pour des améliorations. L’Emblème Disqualifié est un Emblème dédié au corps à corps, il est très utile même si sa magie ne peut pas atteindre les cibles. Enfin, contrairement aux autres Emblèmes, il est difficile à gérer si vous n’êtes pas un épéiste…  »

« Nous sommes encore en train d’en discuter durant les réunions du personnel. Jusqu’à présent, nous n’avons trouvé aucune contradiction dans les caractéristiques que tu nous as enseignées sur les Emblèmes, mais… changer radicalement l’évaluation des Emblèmes ne peut pas se faire du jour au lendemain. Il nous faudra attendre le résultat des prochaines leçons. »

Hmm, je suppose que les gens seraient confus si on leur disait soudainement que les caractéristiques des Emblèmes qu’ils ont crues jusqu’à présent se révélaient être fausses.
Je trouve que cette école est déjà considérablement flexible pour avoir tenté de remettre ça en question.
Inutile de se précipiter, j’ai réussi l’examen après tout.

« Et du côté de la création d’un examen spécial pour l’Emblème Disqualifié… les grands pontes, avec plus d’autorité que ceux de l’école, y sont fortement opposés. »

Je n’ai pas vraiment ressenti de discrimination envers l’Emblème Disqualifié depuis mon arrivée dans cette école… mais ça reste un problème, hein.
Il y a même ce critère qui fait perdre 200 points dans la sélection du prochain chef de la famille.
Changer ça signifie permettre aux porteurs de l’Emblème Disqualifié de devenir des nobles.

« Allez. On reprend l’examen. Qui est la suivante ? »

« Moi, j’y vais ! »

Celle qui a levé la main était Rury.
Elle a détruit les cibles une par une grâce à sa magie sans incantation.
Au bout de 5 tirs, toutes les cibles ont été détruites.

« Une réussite incontestable. À présent, c’est au tour d’Alma. »

« Maintenant que j’ai vu Rury à l’œuvre, je ne suis pas sûre de pouvoir la rattraper, mais… ei. »

Sur ces mots, Alma a commencé à attaquer les cibles. Il lui fallait 2 tirs pour détruire chaque cible mais sa puissance et sa précision sont relativement stables, toutes les cibles ont été détruites sans problème.

« Ta magie est déjà assez puissante, Alma, ce sont les deux autres qui ne sont pas normaux. L’année dernière, les élèves de première année qui ont échoué ont redoublé… Vous avez réussi ! »

« Hourra ! »

Apparemment, nous avons tous réussi.
Mais bon, il n’y avait pas vraiment de quoi s’inquiéter en premier lieu.
La seule chose dont il valait mieux s’inquiéter, c’était la durabilité de la cour de l’école.

« Vous voilà donc autorisés à aller dans le donjon, mais durant les premières fois… vous serez accompagnés par un professeur jusqu’à ce que vous soyez vus comme étant capables d’y aller sans. Quand est-ce que vous comptez y aller ? »

« C’est possible d’y aller dès aujourd’hui ? »

« Dès aujourd’hui !? »

« Est-ce que c’est convenable d’y aller aussi soudainement ? »

« Je pense que ça ira. Et d’après les réactions de pouvoir magique, il n’y a pas de monstre dangereux dans la portée visible. Le problème serait plus de trouver un professeur pour nous accompagner… »

« Ça va, je n’ai pas de problème à y aller avec vous dès maintenant. Je pense que vous n’aurez aucun problème. Dans le cas contraire, je ne vous aurais pas donnés la permission. Suivez-moi. »

Il semble qu’il n’y a pas de problème du côté du professeur.
Il nous guide immédiatement vers le donjon.
Et nous sommes arrivés devant l’entrée de la grotte, bloquée par une porte en métal.

« Bien. Le donjon commence à partir d’ici. Il n’y a pas de monstres puissants dans les paliers supérieurs, mais contrairement à l’école, votre sécurité n’est pas garantie, ici ; il y a même des situations où vous pourriez mourir. En fait, 80 % des morts dans cette école sont causées par ce donjon. Tachez de ne jamais baisser votre garde. N’hésitez jamais à revenir immédiatement si vous jugez que ça devient dangereux. »

«««Oui !»»»

Après avoir répondu au professeur, nous avons entamé notre descente dans le donjon.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *