Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 68

« E-Est-ce que ça ira ? On va pas être jetés, hein ? »

« V-Voyager sur le dos d’un dragon, est-ce que tout ira bien… »

« Aucun problème. Il y a plein de trucs sur lesquels vous accrocher. »

Ce n’est pas limité à Iris, le dos d’un dragon est irrégulier, il y a donc beaucoup d’endroits où on peut s’asseoir et s’accrocher.
Être à une trop haute altitude pourrait nous faire attraper froid, mais ce n’est pas un problème tant qu’Iris n’accélère pas trop rapidement.

« Mais si je serre trop fort, il pourrait avoir mal… »

Alma a dit ça tout en pointant l’une des protrusions sur le dos d’Iris.
Mais la carapace d’un dragon ne peut pas être cassée rien qu’en étant saisie par un humain.

« Ca ira pour moi, n’hésitez pas à vous accrocher ! Si je vous faisais tomber accidentellement, Mathias-san me tuerait… »
(NdT : Iris s’est décrit avec Watashi (ワタシ), un pronom personnel japonais principalement utilisé par les filles)

Ouaip. Je dirais que c’est de ça dont tu devrais t’inquiéter.
Mais comme on aura des problèmes si je tue notre moyen de transport, je n’ai pas trop envie de le faire.

« E… entendu, excuse-moi ! »

Sur ces mots, Rury a saisi une protrusion qui semblait facile à tenir sur le dos d’Iris.
En passant, Alma s’était accrochée depuis le début sans s’en inquiéter.

« Alors, où est-ce qu’il faut aller ? »

« Là-bas. La distance est d’environ 4 500 km. Déplace-toi à une vitesse supportable pour les humains et maintiens une altitude d’environ 1 000 mètres. »

« 4 500 km, ce sera rapide ! Alors, une vitesse que les humains peuvent endurer… »

Sur ces mots, Iris a répandu du pouvoir magique dans ses ailes.
Et il a accélér―

« Attends une minute. »

Quand j’ai vu la quantité de pouvoir magique qu’Iris a versée, j’ai lancé sur ses ailes un sort que j’ai construit à la hâte.
La magie que j’ai lancée est une magie qui empêche l’accélération en dérangeant le mouvement du pouvoir magique dans les ailes.

« Aouh ! »

« Kyaaa ! »

« Ouah ! »

Les ailes d’Iris ont perdu leur flottabilité pendant un moment, son corps a été secoué sous un bang.
Iris et les filles ont immédiatement émis une voix surprise

« Q-Qu’est-ce que vous faites ! »

« C’est ma réplique ! C’était quoi cette tentative d’accélération ? »

« Euh, une vitesse que les humains peuvent supporter… »

Ça n’en avait pas l’air, peu importe comment je le regarde.
Cette accélération aurait pu transformer les humains qui le chevauchent en viande hachée.
… Non, une minute.

« … Hé, Iris. Sur quoi tu bases cette 『vitesse que les humains peuvent supporter』 ? »

« Euh… je me suis dit que Gaïas-sama était un niveau trop élevé, alors je me suis basé sur la vitesse que Loïter-san pouvait endurer… »

« En gros, ta vitesse maximale, non ? »

Loïter était un crétin accro à l’épée qui vivait à la même époque que moi dans mon ancienne vie.
Après moi, il était le plus puissant parmi les humains.
Du coup, l’utiliser comme référence pour la 『vitesse que les humains peuvent supporter』 est clairement mauvais.

« Pourquoi est-ce que les noms de Gaïas-sama le Dieu de la magie et de Loïter-sama le Dieu de l’épée sont présents… ? »

« Non, Iris, le Dragon Noir figurant dans les mythes, c’est vraiment ce dragon… »

En passant, les Dieux que les gens du monde d’aujourd’hui croient portent les mêmes noms que Loïter et l’ancien moi.
Que ce soit une coïncidence ou non… seul Dieu connaît la réponse.

« Mais je n’ai pas rencontré d’autres humains… »

… Ça me rappelle, ce dragon n’a eu aucun contact avec les autres humains.
Tout le monde avait peur et n’osait pas s’approcher de lui.

« Écoute-moi bien, ok ? Quand tu jettes une pierre comme ça, est-ce qu’elle va tomber ? »

« Elle tombera. »

« Cette vitesse est suffisante. Pour commencer, tes ailes vont être détruites si tu utilises autant de pouvoir magique dans leur état. Seul 1/500 de ton circuit est connecté par rapport à l’ancien toi, pigé ? »

Au final, le traitement donné à Iris n’est qu’une réparation d’urgence.
Il ne permet pas de voler à pleine vitesse.

« Je me disais bien que c’était difficile de voler, alors mes ailes sont dans un état aussi affreux… entendu, je vais voler lentement… »

Sur ces mots, Iris a commencé à accélérer petit à petit.
… Mais ça reste bien plus rapide qu’un cheval ou un humain.

« Bien, reste à environ 80 % de la vitesse du son. Vu l’état actuel de tes ailes, aller au-delà serait dangereux. »

« Oui ! »

J’utilise la magie pour annuler la friction de l’air qui nous afflige tous les trois, mais le corps d’Iris est trop grand pour que je puisse l’appliquer sur lui.

―Quelques heures plus tard.

« … On y est presque. Ralentis. »

Nous sommes arrivés en toute sécurité à l’endroit indiqué par la détection inversée.

« Euh… »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je me demande si c’est convenable de ralentir. J’ai l’impression que nous serions, d’une certaine manière, détectés… »

Iris a posé des questions quand je lui ai suggéré de ralentir alors que nous approchions de notre destination.

« Ouais. Sûrement. Peut-être qu’ils ne nous ont pas encore repérés. »

Comme Iris l’a dit, un pouvoir magique de type 【Détection Active】 circule à proximité de notre destination.
C’est un art magique facile à comprendre qui ne cache rien.

L’Iris de mon ancienne vie aurait pu, à quelques centimètres près, repérer la position de l’utilisateur de l’art magique au lieu de dire un simple 『d’une certaine manière』.
Il semble que ses capacités de détection ont également considérablement diminué en raison de l’état de son circuit de pouvoir magique.
Ça doit être pour ça qu’Iris n’a pas remarqué mon pouvoir magique lors de notre première rencontre.

« … J-Je ne peux pas me déplacer rapidement dans mon état actuel, vous savez ? »

« Bah, je ferai quelque chose à ce sujet. Donne-moi le contrôle de tes ailes. »

« C-Compris ! Si c’est Mathias-san, nous devrions pouvoir passer sans être détectés. »

Le pouvoir magique des ailes d’un dragon peut être déplacé de l’extérieur.
D’habitude, un tel acte est inutile, mais l’Iris actuel n’a pas un bon contrôle sur ses ailes.
Me laisser faire devrait permettre un meilleur déplacement.

« … Mais, est-ce que Mathy-kun est du genre à faire ça ? »

« Plutôt que se faufiler, je dirais plutôt qu’il se jetterait joyeusement dans la direction des démons… »

« … Ah. »

Face aux mots d’Alma et de Rury, Iris a poussé un petit son qui semblait dire « oh non ».

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *