Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 86

―Deux jours après avoir décidé de la date du match interpersonnel.
Le directeur, Iris et moi sommes allés à l’arène avec les représentants choisis parmi les candidats.

J’avais l’intention d’ajouter Iris parmi les représentants s’il y avait un adversaire qui a l’air dangereux, mais…

« Iris. »

« Oui ! »

« Tu n’as pas besoin d’intervenir pour cette fois. »

J’ai senti, grâce à la 【Détection Passive】, les réactions de pouvoir magique qui doivent sans doute appartenir aux étudiants de la 1ère Académie, il n’y a pas de démon parmi eux.
Pas la peine d’impliquer une dragonne déguisée en humaine.

« Compris ! »

Le directeur a fait un sourire de soulagement quand il a entendu ma remarque.
Je peux comprendre.
La barrière ne tiendra même pas 1 seconde si Iris se déchaîne…

« Apparemment, vous n’avez pas pris la fuite ! »

Feycas est venu alors que nous parlions.

« Ouais. On avait pas vraiment besoin de fuir… Vous, au contraire, vous êtes stressé à l’idée de perdre contre la 2ème Académie. Ça se voit sur votre tête. »

J’ai pointé la tête de Feycas en disant ça.
Apparemment, la 【Destruction des Racines Capillaires】 a parfaitement fonctionné, la tête de Feycas était en train de briller sous le soleil.

Le visage de Feycas est devenu complètement rouge quand il a entendu ma remarque.

« Ce n’est pas de la calvitie ! Je l’ai rasée ! Les déchets de basse extraction comme toi ne peuvent pas comprendre cette tendance ! »

« … Hmph. »

J’ai ri face à la prétention de Feycas.
Ça ne sert à rien de mentir. C’est moi qui t’ai rendu chauve, après tout.

« Ne ris pas ! ― Assez parlé de mes cheveux ! Est-ce que vous avez correctement préparé vos représentants ! Les miens sont déjà en attente ! »

Feycas a dit ça en pointant les étudiants de la 1ère Académie alignés derrière lui.
Je compte un total de 152 étudiants.

« … Vous en avez amené beaucoup. »

« Hmph. Je leur ai dit que nous n’avions pas besoin d’un tel nombre face à la 2ème Académie, mais il y avait beaucoup trop de volontaires. J’ai fait venir tout le monde, excepté les cancres qui nous faisaient honte. Quand à vos représentants―»

« Ne vous en faites pas, on les a amenés. Regardez, ils sont juste là. »

Le directeur a dit ça en montrant nos représentants qui étaient derrière nous.

Notre équipe de représentants est constituée d’un Quatrième Emblème, 2 Deuxièmes Emblèmes et 2 Troisièmes Emblèmes, un total de 5 personnes.
L’absence de Premier Emblème n’est pas dû au fait qu’il n’est pas fait pour le combat, mais parce qu’on en manque tellement qu’on ne peut pas en sécuriser un pour le match interpersonnel.
Pour commencer, nous n’aurions pas à exiger la coopération de la 1ère Académie si nous avions suffisamment de porteurs de Premier Emblème.

« … 5 personnes ? Vous osez me dire que vous allez affronter notre 1ère Académie avec seulement 5 personnes ? »

Feycas a hurlé en voyant le nombre de nos représentants, comme s’il ne pouvait pas y croire.
Oui. Je comprends ce qu’il ressent.

Moi non plus, je ne peux pas accepter ce nombre.
5 personnes est le nombre décidé après avoir négocié avec le directeur.

« C’est vrai, 5 personnes est un chiffre absurde. C’est le directeur qui voulait ça. Il voulait que ce soit au minimum ça, sinon il refusait. »

« Pas question de laisser seulement 2 personnes participer comme tu l’avais proposé, Mathias. Exclure l’Emblème Glorieux est déjà suffisant, alors je veux un minimum de 5 personnes. »

« C’est vrai que c’est suffisant, mais je préférerai qu’ils fassent un autre type d’entraînement que participer à un combat dont le résultat est déjà gravé dans le marbre. C’est une perte de temps. »

Si c’est un combat à 2 contre 150, ça aurait pu servir d’entraînement au combat contre des adversaires en groupe, même s’ils sont faibles.
Cependant, envoyer 5 étudiants de l’actuelle 2ème École contre 150 étudiants de la 1ère École n’est rien d’autre que du bizutage de faibles.

« À quel point est-ce que vous comptez vous moq―non. Il suffit ! Commençons immédiatement le combat ! Vous verrez l’évidence du résultat vous-mêmes ! »

« … C’est vrai. Commençons tout de suite. »

On pourra en reparler quand le match sera terminé.

―Un moment plus tard.
Les élèves des deux Académies se sont fait face au centre de l’arène.
Je peux voir que les élèves de la 1ère Académie sont plutôt détendus et négligents.
Les plus affreux d’entre eux parlaient déjà de faire la fête après le match.

Les élèves de la 2ème École, au contraire, sont sur leurs gardes malgré leurs expressions détendues.
Ils ont déjà décidé et réservé l’endroit où ils célébreront leur victoire, ils n’ont plus besoin d’en parler.

« Que les deux camps se taisent ! »

Puis l’arbitre donne le signal.

« Que la revanche, commence ! »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *