Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 88

« C… comme si j’allais accepter un tel résultat ! »

Feycas s’est immédiatement plaint en voyant la défaite de la 1ère Académie.
Hmm. Je me doutais qu’il réagirait ainsi.

« Pourquoi pas ? Ce résultat est issu d’un combat dont les conditions étaient décidées à l’avance, non ? »

De l’autre côté, le directeur Édouard a réfuté sa plainte.

« Peu importe comment on regarde, nos adversaires étaient des monstres ! Je vous avait dit d’exclure les monstres ! »

C’est ce qu’il a dit.
Mais ce jour-là, il avait seulement dit d’exclure Rury, Alma et moi.

Et nous ne sommes pas des monstres.
Si quelqu’un nous traitait de monstres, il finirait chauve.
Mais il semble que Feycas ne puisse pas devenir plus chauve que ça.

« Nos représentants actuels sont d’excellents élèves de notre académie, même s’ils ne se distinguent pas vraiment des autres. Les traiter de monstres est scandaleux. »

Le directeur Édouard a réfuté davantage.
En fait, nos représentants ne sont pas vraiment forts.
Cette façon de parler était peut-être pour prendre en considération les représentants.

« … Alors, prouvez-le ! Ça doit être un mensonge ! »

« Vous avez beau dire ça, à part Mathias et nos représentants, nous n’avons pris qu’une seule élève avec nous, aujourd’hui. »

« Alors faites-la se battre ! »

Il demande quelque chose d’irraisonnable.
Je me demande si Biffgel deviendra aussi atroce que lui s’il grandissait sans changer de caractère.

Personnellement, ça ne me dérange pas qu’Iris participe à ce match.
Mais je me sentirais désolé pour les étudiants.
Les étudiants de la 1ère Académie semblent avoir un sens des valeurs plutôt déformé, mais ça a dû être planté par Feycas.

Par conséquent, j’ai décidé d’essayer une solution pacifique.

« Soit. Est-ce que tu veux te battre ? Iris. »

J’ai utilisé une magie de communication tout en disant ça et j’ai dit à Iris une stratégie simple.

« D’accord ! Je vais me battre ! … Mais j’ai oublié de prendre une arme, tu peux m’en prêter une ? »

« Ouais. Pas de problème… Vous permettez que je lui prête cette épée ? Elle n’a pas été fabriquée bizarrement, bien sûr. »

J’ai dit ça en tendant une épée à Feycas.
Feycas a pris l’épée, l’a regardée et me l’a violemment rendue.

« Hmph. Une épée de barbare, digne de la 2ème Académie. Si vous pensez pouvoir gagner avec ça, essayez donc ! »

Je reprends l’épée et la tend à Iris.
Iris la prend et―

« Hmm. Cette épée n’est pas un peu trop douce ? Si ce n’est même pas fait en alliage d’adamantium… »

Elle a écrasé l’épée en disant ça.
Et ce n’était pas la poignée, mais une partie de la lame, elle a fait ça à mains nues.

« Voilà. C’est cassé… Tant pis, je vais devoir me battre à mains nues. »

Iris a tristement regardé la lame tordue tout en disant ça.
L’épée a été fabriquée durant un entraînement à la magie de production alors elle n’a pas de valeur, mais elle reste une épée en acier.
L’impact fut immense.

« Hiiiii ! U-Un monstre ! »

Feycas a reculé en regardant Iris.

« C’est horrible de me traiter de monstre ! Je suis une fille, vous savez ! »

Iris regardait Feycas alors qu’elle écrasait et pliait l’épée, la transformant en une boule de métal.
À mains nues.

« U… UWAAAAAAAA! »

Ce spectacle semble l’avoir plongé dans la terreur.
Feycas a tenté de s’enfuir, mais il s’est pris les pieds sur une chaise de l’audience et est tombé par terre.

À ce moment-là, le directeur Édouard s’est mis à parler.

« Vous avez compris, maintenant ? … En passant. »

« Q-Quoi ! »

« Les élèves de la 1ère Académie avaient l’air plutôt surpris quand ils ont vu la magie sans incantation… non, vous ne leur avez toujours pas enseigné la magie sans incantation ? La propagation de la magie sans incantation est pourtant un ordre direct de Sa Majesté le Roi. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *