Shikkaku Mon no Saikyou Kenja – Chapitre 9

Le lendemain matin, après cet épouvantable combat simulé.
Mon grand frère Leik, Biffgel et moi sommes rassemblés devant l’entrée, prêts à nous entraîner.

Biffgel était arrivé en retard hier (quand notre père Castor l’a rattrapé et mis fin à sa fuite, il a déclaré forfait 5 fois d’affilée à la vitesse du son, nous étions tous les 3 abasourdis), mais aujourd’hui, il est arrivé en avance.
Père a hoché la tête en voyant cette situation.

« Bien, tout le monde est là ! Commençons l’entraînement tout de suite ! D’abord, vous allez faire 100 coups d’épées ! »

Après avoir reçu nos instructions, nous avons commencé l’entraînement avec nos épées en bois.
Comme je ne sais pas quel type d’entraînement il s’agit, pour le moment, j’imite mon grand frère Leik et je fais des attaques diagonales.

Le titre de Mage Combattant ne signifiait pas que la-dite personne se battait en n’utilisant que la magie. L’épée était importante pour les combats au corps à corps, l’une de mes spécialités était d’attaquer avec une épée améliorée par des dizaines de magies de renforcement.
De plus, j’avais utilisé à maintes reprises les attaques diagonales à l’épée durant mon ancienne vie, je ne pouvais plus compter le nombre de fois où je m’en suis servi dans un vrai combat.
Comme je connaissais déjà les bases, je les ai adaptées à mon corps actuel.

« Biffgel, ta posture est mauvaise, c’est comme ça ! »

« Leik, ton style d’attaque s’est amélioré, mais la partie après ça est mauvaise ! Réduis davantage l’intervalle ! »

Père observait notre entraînement et nous corrigeait.
Puis il s’est arrêté devant moi.

« Mathy… »

Père a interrompu sa phrase face à moi.

« … Non, il n’y a rien qui doive être corrigé. L’épée n’est pas trop lourde ? »

« Non. Je trouve que ce poids est correct. »

L’important n’est pas de brandir une épée lourde, mais une épée ayant le bon poids.
Comme je ne peux pas changer le poids de l’épée pour l’instant, les ajustements se font avec le renforcement physique de mon corps.
Ce qui signifie que m’entraîner avec une épée plus lourde ne ferait que m’obliger à utiliser plus de pouvoir magique pour l’ajustement du renforcement physique.
C’est assez difficile pour quelqu’un qui n’est pas doué pour le contrôle du renforcement physique, mais ce n’est pas grand-chose pour quelqu’un comme moi.

« Vraiment. Alors continue comme ça… Hmm ? Puisque c’est parfait, tu n’as pas vraiment besoin de t’entraîner, non ? »

… Hmm.
Maintenant qu’il le mentionne, c’est plutôt vrai.
Je me suis habitué à ce corps, au point où le moi actuel peut facilement utiliser le renforcement physique et la 【Frappe de Pouvoir Magique】.
Au lieu de m’entraîner à l’épée, je préférerais améliorer ma force physique basique et mon pouvoir magique.
J’aimerais bien aller chasser des animaux dans la forêt pour gagner du pouvoir magique, mais…

« Peu importe ton talent à l’épée, Mathy, il doit y avoir un défaut quelque part ! D’abord, il faut le trouver ! »

Haaa, il fallait s’y attendre. C’est l’heure de l’entraînement à l’épée, après tout.
Certes, il n’y a aucune garantie que je n’aie pas de défaut ou de point faible.

Dans mon ancienne vie, j’avais commencé à utiliser une épée quand j’avais environ 120 ans. En d’autres termes, après avoir gagné quelques capacités en magie.
Bien sûr, ma maîtrise de l’épée y était adaptée.
Je n’ai jamais pensé à me battre en n’utilisant que la 【Frappe de Pouvoir Magique】 jusqu’au bout de mes limites.

« Mais, comment ? »

Il y a des choses, comme la façon de se déplacer en combat, qui ne s’apprennent qu’après un combat.
Le moi actuel n’a pas le temps de concevoir le simulateur qui m’avait demandé plusieurs décennies durant mon ancienne vie.

« En étant ton adversaire, bien sûr. Ce sera également un bon entraînement pour moi. Ce serait différent si on était dans la capitale royale, mais il n’y a aucun partenaire d’entraînement aussi doué que toi dans les parages, Mathy. »

Mon père Castor sera donc mon adversaire. J’apprécie.

« Alors nous ne sommes pas capables d’être son partenaire… »

Mon grand frère Leik est devenu quelque peu dépressif en entendant cette remarque.

« Ne te fais pas de fausses idées, Leik, c’est juste Mathy qui est bizarre, d’accord ? Ton jeu d’épée est au niveau où tu peux facilement réussir l’examen d’entrée à l’École d’Entraînement des Chevaliers, tu sais ? »

Il a été en quelque sorte encouragé… Mais j’ai été traité comme si j’étais une bête de foire, je ne comprends pas pourquoi.
Soit dit en passant, il semble que l’École d’Entraînement des Chevaliers fait partie des institutions d’entraînement d’élite du monde actuel.
Il semble qu’ils n’utilisent pas la magie, et l’atmosphère là-bas semble rigide, je n’ai aucune envie d’y aller.

« Bon, on va d’abord dire que ton adversaire va attaquer depuis le dessus de ta tête et abattre son épée de manière orthodoxe ! J’y vais ! »

« Attendez une minute ! »

J’ai arrêté Père qui fonçait sur moi en hurlant.
Que cherche-t-il à faire en annonçant ses tactiques avant de combattre ?

« Ça n’a aucun sens d’annoncer en avance comment vous allez vous battre ! »

Le but d’une position de l’épée est de permettre de gérer de façon flexible les mouvements de l’adversaire.
Bien sûr, il est normal de changer sa position pour anticiper les mouvements de l’adversaire, mais cela se fait en voyant les mouvements et les habitudes de son adversaire, et non pas en croyant les avertissements d’un partenaire attentionné.

« Oui. Mais ce serait trop difficile pour… »

« Dans un vrai combat, il n’y a personne qui se bat en criant [Je vais abattre mon épée tout droit sur toi !] et le faire pour de vrai, n’est-ce pas ? »

« Oui, mais… Non. J’ai été trompé par les apparences. J’ai l’impression que tu peux y arriver, Mathy… J’y vais ! »

« Oui ! »

―Environ 30 minutes plus tard.

« … Je ne trouve pas de point faible… »

« Mathy n’est pas seulement au niveau de génie, c’est ça… ? »

Au final, il n’a trouvé aucun point faible dans mon jeu d’épée.
Comme ma force physique basique et mon pouvoir magique étaient insuffisants, j’ai perdu dans un concours de force, mon point faible se trouvait dans mon corps et non pas dans mon jeu d’épée.
Mais ce n’est pas vraiment un problème, j’ai juste besoin de continuer de m’entraîner pour les améliorer.

« De… de la triche ! Je suis sûr qu’il utilise une sorte de ruse ! »

« Et comment ? »

« Avec… avec un coup fourré ! »

Et Biffgel, qui ne supportait plus d’avoir perdu contre moi à l’épée, a recommencé à crier des choses bizarres.
En passant, Biffgel, ce que tu as dit n’a rien d’une réponse.

« C’est ce que tu penses, Biffgel… On dit que le combat est le meilleur moyen de découvrir les coups fourrés de l’adversaire. Si tu tiens à traiter Mathy comme ça, alors bats-to― »

« C’était juste mon imagination. »

Et il s’est immédiatement corrigé. Même être disgracieux a des limites…
Je ferais mieux d’arrêter de penser à ce type, ce n’est pas bon pour ma santé mentale. Pense à quelque chose d’amusant, quelque chose d’amusant…
… Je me suis souvenu de quelque chose d’important.

« Au fait, Père. »

« Qu’est-ce qu’il y a, Mathy ? »

« Vous aviez dit que je pourrais quitter le village quand j’aurais maîtrisé l’épée, est-ce que je peux partir maintenant ? »

Malheureusement, le territoire Hildessheimer, où je me trouve actuellement, n’est pas vraiment idéal pour l’entraînement à la magie―
Enfin, c’est une excuse que j’ai inventé pour me mentir.

Si je devais dire la vraie raison, c’est parce que je veux explorer le monde.
J’ai beau avoir conservé les souvenirs de mon ancienne vie, je reste un enfant de 6 ans. Je suis à un âge où les gens s’intéressent au monde extérieur et rêvent de partir à l’aventure.

« O-Oui… tu es assez doué pour partir, mais tu ne crois pas que c’est un peu trop tôt ? »

« Je pense aussi que c’est trop tôt. »

Mais ils s’y sont opposés.
Je m’en étais douté. Je pense également que quitter seul le territoire à 6 ans est beaucoup trop tôt.

« Vas-y ! Vas-t’en ! Dépêche-toi de disparaître. Fais-le maintenant. »

Biffgel était inutilement en ma faveur.
Pitié, arrête. Avoir l’approbation de Biffgel me donne l’impression que je commets une erreur.

« Tu ne peux pas vivre en ne te reposant que sur tes capacités au combat. Attends au moins d’avoir 15… Non. 12 ans, en fonction des conditions. C’est la limite. »

« Des conditions ? »

Peut-être qu’il faut que je gagne contre Père dans un combat à l’épée.
Si c’est le cas, je devrais pouvoir y arriver dans à peu près 2 ans―

« Tu dois réussir l’examen de la 2ème Académie Royale en tant qu’étudiant boursier. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *