Tempest of the Stellar War – Chapitre 213

Tous les quatre étaient un peu stupéfaits. Qui parmi eux était le vieil ami ???

Ce voyage était devenu de plus en plus déroutant pour eux quatre. Wang Zheng avança lentement. Étrangement, plus il se rapprochait, plus il était rempli d’un sentiment de bonheur. Il pouvait sentir l’essence autour de lui encore plus clairement que lorsqu’il était sur Terre. C’était comme s’il allait devenir un avec la montagne. Et à ce moment, Wang Zheng sentit que sur la montagne, quelqu’un l’attendait.

Personne ne parla pendant trajet, même si les deux enfants les évaluaient subrepticement.

Lie Xin, et sans parler de Raston, commencèrent à se sentir un peu nerveux. Bien qu’elle fasse partie de la famille Lie, elle n’avait jamais eu la chance qui semblait favoriser Lie Guang. Même le chef de la famille Lie ne pouvait pas facilement rencontrer le chef Sage.

À l’entrée du hall principal, les deux enfants retinrent Lie Xin et les autres et s’inclinèrent respectueusement. « S’il vous plaît. »

Sans trop y penser, Wang Zheng se dirigea naturellement vers la grande salle.

Il ne savait pas comment exprimer ce sentiment avec des mots.

Cependant, Raston et les autres ne purent pas entrer. Lie Guang était paniqué. « Qu’est-ce qui se passe ? Sage ne me verra-t-il pas ? »

L’autre garçon sourit. « Senior, vous êtes déjà entré, mais cette fois-ci, Sage ne vous rencontrera pas. »

« Little White, tu veux dire que Sage est descendu de la montagne pour le voir ??? » Lie Guang était choqué. « Comment est-ce possible ? Je n’avais même pas prévu de l’inviter. Sans Raston… »

Tous les trois se regardèrent. C’était comme un rêve. Raston était encore plus perplexe. Cela n’avait certainement pas été délibérément prévu. Même lui ne savait pas qu’il rencontrerait Wang Zheng par hasard, comment Lie Guang aurait-il pu prévoir cela alors ? Et quant au Sage…

Raston était soudainement rempli de respect pour la Secte Sage. Bien qu’il ne soit pas destiné à une réunion, une telle expérience était déjà une merveille en soi.

Quant à Wang Zheng…

Lie Xin était envieuse. Cela pourrait-il être une erreur ? Sur quelle base ce joli garçon justifiait-il une rencontre avec le Sage ?

« Serait-ce une erreur ? » Lie Xin ne put s’empêcher de penser à haute voix.

Les deux garçons ne purent retenir leur amusement, mais ils ne dirent rien. Lie Guang se gratta la tête. « Après tous ces ennuis, nous ne sommes que des escortes. D’où vient ce punk pour avoir une telle chance ? »

 

Wang Zheng ne pensait rien de compliqué de ce genre. Une fois qu’il entra dans le hall principal, les affaires du monde disparurent en un instant.

Il vit un vieil homme ordinaire lui sourire. Devant lui se trouvait un tapis de prière. Sans un mot, Wang Zheng s’assit tranquillement sur le tapis.

À cet instant, il se rappela sa rencontre avec un sentiment étrange sur Norton Star. C’était comme s’il était de nouveau dans le même état.

Le visage du Sage était plissé dans un doux sourire, son regard avait l’air d’avoir transpercé le temps. Il contenait souvenir et angoisse. Quelle était la vérité qui se trouvait dans ses profondeurs ?

Peut-être que la réponse finale n’était que pour le Sage lui-même.

Qui aurait su qu’un tel jour viendrait avec le temps ? Pourtant, c’était comme si sa capacité était insuffisante pour comprendre une partie de ce qu’il avait vu.

Quelque chose qui avait duré des générations interminables, mais rien de substantiel. Rien qu’une empreinte, comme s’il y avait quelque chose de plus profond, mais complètement ignorant.

Petit à petit, le Sage sourit d’un air entendu. Il avait l’impression d’avoir laissé son corps derrière…

Il était désormais entre les mains du destin. Advienne que pourra.

Le jeune et le vieux s’assirent tranquillement face à face. Wang Zheng avait l’impression que son esprit était vide et simultanément rempli de pensées…

Lorsqu’il ouvrit les yeux, il découvrit que le Sage avait disparu. Toute sa personne se sentait détendue. Soudain, il constata qu’il n’était plus préoccupé par la Capacité X. La force était affinée et dépendait de la façon dont on la maniait. Le chemin qu’il suivait était différent de celui des mortels ordinaires.

Pour gagner, il fallait d’abord se laisser aller.

Il poussa la porte et se trouva face à un ciel étoilé à l’extérieur.

« Ah, ce n’était qu’un instant. Comment se fait-il qu’il fasse déjà noir ? »

« Frangin, tu es trop. Nous sommes restés dehors pendant six heures ! » Cracha Lie Guang par inadvertance.

« Six heures et 10 minutes. Parle, Wang Zheng. Qu’est-ce que le Sage t’a dit ? » Lie Xin débordait de curiosité.

Wang Zheng haussa les épaules et se tapota la tête distraitement. « Hmm, j’ai raté une si bonne occasion. Une fois entré et assis sur le tapis de prière, je suis tombé dans un état de rêve. Quand j’ai ouvert les yeux, le Sage était parti. »

« C’est impossible ! Tu dois te moquer de moi. Une occasion si rare, et tu t’es vraiment endormi ??? » Raston ne put s’empêcher de se relever d’un bond.

« Wang Zheng, oh Wang Zheng. Comment ai-je pu penser du bien de toi et de ton existence au ventre mou ! » Lie Xin se sentit déçue.

Lie Guang secoua la tête. « Tu ne peux pas être entré en transe en entrant, n’est-ce pas ? »

« Quelle transe ? »

« Comment expliquer cela… C’est une dimension énigmatique où le temps passe très vite. Bon sang… ça doit être ça. Tu as eu de la chance. Dommage que tu ne sois pas un disciple de la Secte Sage, sinon ton avenir aurait été illimité et brillant, uniquement basé sur cette seule expérience. Dommage, dommage. »

Wang Zheng se fendit d’un sourire. « Avoir une telle expérience est déjà une occasion rare. Si j’en ai l’opportunité, je dois remercier le Sage pour ses conseils. »

À ce moment, les deux garçons, Little Red et Little White s’approchèrent. « Senior, Sage est déjà parti. Vous pouvez tous passer la nuit ici. »

« Little Red, est-ce que Sage m’a laissé un message ? » Demanda Lie Guang.

Little Red secoua légèrement la tête, puis fut frappé par une pensée. « Oh, oui. Quand Sage partait, il a dit : ‘Le destin va et vient comme l’eau, les fleurs fleurissent et se fanent en leur temps.’ »

Tous les quatre se regardèrent avec consternation. De toute évidence, le Sage était retourné errer parmi les nuages.

Bien qu’ils ne sachent pas comment donner un sens à ce qui s’était passé, le destin de Wang Zheng était évidemment lié à la Secte Sage.

D’autres auraient pu avoir du mal à dormir pendant une telle nuit, mais Wang Zheng s’écroula immédiatement. Il se sentait à l’aise, détendu, sans souci. Toute sa personne était ouverte et en harmonie avec tout.

Il n’avait jamais connu un sentiment aussi profond si clairement auparavant.

« Merde, ce punk doit être né l’année du cochon. Il s’est vraiment endormi. » Laissa échapper Lie Guang.

« Petit frère Guang, que vient-il donc de se passer bon sang ? Même un punk comme celui-ci pourrait être un élu ? »

« Tch, ça aurait pu être une erreur ? Quoi qu’il en soit, j’aurais dû être l’élu. » Déclara Raston avec une pointe d’amertume.

« Qui sait, c’est peut-être simplement parce qu’il vient de la Terre. Si c’était quelque chose de majeur, Sage m’aurait certainement informé. » Déclara Lie Guang. Si ce punk était important, le Sage ne le laisserait certainement pas attendre sans aborder la question. Ce n’était pas ainsi que Sage gérait les choses.

« Quoi qu’il en soit, ce punk a eu de la chance. »

« Oubliez-ça. Il ne sert à rien de trop réfléchir. On va dormir. Après être resté debout la moitié de la nuit, je suis crevé. » Dit Lie Guang en baillant. Lorsqu’ils se tenaient là, incapables de parler, tous les trois s’ennuyaient ferme.

Les nuits sur la montagne étaient particulièrement paumées. Alors que c’était vraiment tranquille, c’était trop calme pour ceux qui avaient l’habitude de l’agitation.

Y passer une journée, c’était le paradis, en passer deux, ça rendait fou.

 

À la station spatiale Argus, l’entraînement se déroulait à toute allure. Achilles déployait d’énormes efforts, clairement pour tenter de tuer tout le monde lors de la deuxième étape. Sa pensée était correcte. Plutôt que de gaspiller de l’énergie sur d’autres aspects, pourquoi ne pas affiner sa propre équipe jusqu’à ce qu’elle soit la plus forte ? En outre, il pensait qu’une telle force pourrait assurer un siège au sein de l’Alliance de la Voie Lactée.

Yazzo et ses mercenaires avaient fait la fête jusqu’à ce que seul le blanc de leurs dents soit visible. Leurs Mechas avaient été détruits les uns après les autres. Avec la double compensation, non seulement le dépôt de Mecha pourrait être réaménagé, mais il pourrait être amélioré d’un niveau ou deux. Les approvisionnements qui devaient autrefois être considérés avec beaucoup de parcimonie pouvaient désormais être commandés généreusement sans trop réfléchir aux munitions.

En comparaison, ceux comme Masasi et Pi Xiaoxiu avaient des jours difficiles devant eux. Ceux qui étaient nés avec une cuillère en argent dans la bouche avaient rarement éprouvé de telles difficultés.

Les Huit Étoiles de la Lune avaient toutes un statut élevé. Ils avaient réussi dans tout ce qu’ils avaient fait, non seulement à cause de leur statut, mais aussi grâce à leurs propres capacités.

Confiance, classe, force.

Cette devise avait été gravée dans leurs os. Même pendant l’entraînement à l’IG, ils avaient vécu cette maxime jusqu’à la fin.

Mais ici, tout avait été renversé. Pertes, bouleversements et autres échecs. Échecs successifs.

Personne n’avait même obtenu une seule victoire aux mains de ces mercenaires.

C’était aussi le souhait d’Achilles. Ce que les autres pouvaient voir, il le voyait naturellement aussi. C’était le seul point faible du contingent de la Lune. Une fois cette faiblesse éliminée, il ne resterait sûrement plus personne qui pourrait se présenter comme un adversaire !

La rencontre la plus récente avait été celle de Pi Xiaoxiu et d’un mercenaire à la peau noire qui avaient combattu sur un pied d’égalité. Cependant, il avait finalement été trompé et avait subi une terrible perte.

C’était la nuit sur la station spatiale. Dong Xiaosa et Pi Xiaoxiu buvaient tristement. Récemment, ils se sentaient de plus en plus réprimés et sur le point de craquer.

« Ces mercenaires ont un certain standard, mais je ne supporte pas leur apparence. Je veux vraiment les battre. »

Dong Xiaosa prit une gorgée de bière. Pour quelqu’un d’aussi têtu que lui, une telle retenue était déjà remarquable.

Pi Xiaoxiu éclata de rire. Il ne fallait pas avoir peur de perdre. L’entraînement n’était pas difficile non plus. Cependant, ces mercenaires mal embouchés étaient arrivés. Pendant la bataille, ils s’étaient déchaînés avec un flot interminable d’insultes. Leur nature grossière offensait le contingent de la Lune. Auparavant, peu importe l’adversaire, tout le monde se battait avec un minimum de classe, pas comme les voyous et les gangsters.

Être insulté puis battu était difficile à avaler pour le groupe de la Lune.

« Ne regarde pas cela de si près. Bien qu’ils soient venus avec des bouches ordurières, nous nous sommes nettement améliorés en les affrontant. Je pense que ce n’est pas mal qu’Achilles ait arrangé ça. » Pi Xiaoxiu était vraiment d’une bonne nature.

Dong Xiaosu ne répondit rien et médita en buvant des gorgées de bière. Après un long moment, il dit soudainement : « Même Milo a des cernes.»

« Haha, alors même toi tu l’as remarqué ? On dirait que nous ne sommes toujours pas les plus pitoyables. » Pi Xiaoxiu haussa les épaules. C’était pire pour les filles. Il ne savait pas ce que pensait Achilles. La langue de ces voyous devenait encore plus malveillante contre les femmes. Dans des situations normales, ils les auraient battus. Il comprenait également la morosité de Dong Xiaosu ; en fait, c’était de cela qu’il était le plus en colère.

« Si tu aimes Milo, tu ferais mieux de saisir l’occasion. On dirait qu’elle devient assez intime avec Masasi. » Le taquina Pi Xiaoxiu.

Dong Xiaosu toussa et changea de sujet. « Demain, nous devons gagner un combat. Merde ! Je n’y crois pas. »

Pi Xiaoxiu secoua la tête en souriant. Un voyage trop facile n’était pas non plus une bonne chose. Bien que les dépenses d’Achilles cette fois-ci soient extravagantes, il l’avait soutenu et accepté.

Le reste des Huit Étoiles ne dormait pas non plus. Ils étaient soit en train d’analyser et de s’entraîner seuls, soit groupés à deux ou trois en discutant et réfléchissant, disséquant les batailles de la journée de diverses manières.

Cependant, les opinions de tous sur les mercenaires de Wolf Spirit étaient unanimes. En un mot : sournois. En deux mots : très sournois. En trois mots : très, très sournois. Pour résumer en une phrase, ils n’avaient jamais rencontré quelqu’un qui parlait de manière si méprisable.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *