Terror Infinity – Tome 2 Chapitre 8-3

Fort heureusement, Zheng ne pouvait plus sentir de douleur dans le bas de son corps. Il serra encore plus fort les dents, bien conscient que s’il venait à tomber, alors tout serait fini: il n’avait même plus de jambes pour se relever. C’était sa dernière chance.

Sa vue était en train de faiblir, sa conscience le quittait. Son corps était en train de refroidir et il sentait une fatigue sans précédent l’envelopper. Zheng comprit que c’était les prémisses de la mort; elle allait le cueillir dans les secondes suivantes.

Il ne pouvait pas mordre la goupille pour armer la grenade, ainsi qu’il l’avait fait dernièrement. Il essaya de passer l’anneau de la grenade dans une des piques du dos de la Reine mais avant qu’il n’ait eu le temps de finir, il sentit un déplacement massif et rapide d’air derrière lui: une nouvelle – et probablement ultime – attaque arrivait.

PAN! PAN!

Des tirs se firent entendre non loin de là: c’était Xuan qui était assis sur le sol, le bras gauche en charpie et les côtes du coté gauche de son corps enfoncées. De sa main indemne, il venait de tirer sur la griffe qui se dirigeait vers la tête de Zheng et avait réussi à la dévier au dernier moment. Zero était un tireur exceptionnel sur les longues distances mais sur les courtes distances, Xuan n’avait pas grand chose à lui envier!

« Dépêche-toi et fais ce que tu dois faire! Je suis en train de devenir aveugle! »

Zheng mit sa main gauche sur la griffe qui se trouvait là où était auparavant son bassin et poussa de toutes ses forces tout en lâchant l’exosquelette des dents. Il se projeta deux mètres plus haut, en direction de la tête de la Reine.

Il concentra ses ultimes lambeaux de Qi dans son bras gauche et quand il arriva à la hauteur de la tête de la Reine, il lui planta dans l’oeil la dernière barre d’acier. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, il avait pu lire de la surprise et de l’incompréhension dans le visage de la Reine, au tout dernier moment. Avant qu’elle ne puisse le fracasser d’un coup de griffe, la grenade explosa et la tête de la Reine disparut dans un nuage de fumée et de sang. Les morceaux de shrapnels et d’os qui volèrent partout à la suite de l’explosion déchiquetèrent le bras gauche de Zheng. Fort heureusement, c’était une blessure si mineure comparé à tout le reste que Zheng n’y prêta pas vraiment attention !

D’ailleurs, Zheng ne prêta plus attention à grand chose. Il ferma les yeux et retomba au sol, lentement, doucement, comme une feuille tombée d’un arbre en automne.

La violence de cette chute d’environ trois mètres lui ouvrit le crâne, mais Zheng ne s’en rendit pas compte.

Son Qi était absolument et complètement épuisé, son Sang était dans le même état, son corps était au bord de l’auto-destruction à cause de cette dernière utilisation de ses contraintes génétiques, il avait à peu près une demi douzaine de blessures mortelles et n’avait plus ni jambes, ni bras… Zheng n’avait plus l’énergie de bouger un muscle, plus un seul. Même le simple fait de fermer les yeux le fatigua. Il avait envie de dormir, si seulement il pouvait trouver un endroit calme où se reposer un peu, juste un peu… Quelque chose le dérangeait légèrement cependant, il avait faiblement l’impression d’avoir oublié quelque chose d’important, ou plutôt quelqu’un d’important.

« Bordel de merde, Dieu, bouge ton cul et répare-le!! Les points, prends les nous comme ça te chante, MAIS SOIGNE LE !!! »

Zheng entendit vaguement Jie chuchoter quelque chose, au loin, mais il l’entendait à peine. En même temps, il entendit un sanglot très familier et l’image floue d’une fille apparut dans son esprit. Cela lui fit essayer d’ouvrir les yeux… mais il était décidément trop fatigué pour cela. Il sentait bien que s’il n’avait pas entendu ces pleurs si familiers au dernier moment, il se serait déjà endormi d’un sommeil délicieusement profond.

Puis, une sensation chaude l’enveloppa, sans qu’il sache d’où elle venait, comme s’il venait de plonger dans une source chaude. Son corps entier se détendit, c’était une sensation formidable et confortable; malheureusement cela ne dura pas: après le confort vint une douleur atroce. Elle lui coupa le souffle et lui causa une stimulation si forte qu’il ouvrit soudainement les yeux.

Une fois éveillé, Zheng se souvint de son combat avec la Reine et des sueurs froides lui gagnèrent le dos. C’était un monstre de plus de huit mètres de haut et de plus de 20 mètres de long. Même un éléphant se ferait déchiqueter d’un coup de queue de la Reine, et lui l’avait combattu en combat rapproché. L’idée le terrifia complètement et il ne put s’empêcher de se demander comment il avait pu trouver le courage ou la bêtise de faire une chose aussi incroyablement dangereuse.

Ce n’est qu’après qu’il regarda autour de lui. Il était sur la plateforme de Dieu et ce dernier flottait justement à quelques mètres de lui. Au loin, l’obscurité qui entourait la plateforme était toujours aussi impénétrable. C’était le seul endroit sûr dans cette dimension de terreur infinie.

Il était lui aussi en train de flotter deux mètres au-dessus du sol, dans un rayon de lumière. Il y avait quatre autre rayons de lumière autour de lui. Xuan flottait dans le rayon le plus pâle, ses blessures ayant été les plus légères. Puis, venaient les rayons de Jie et de Zero. Enfin, le rayon de Lan était d’une intensité inférieure seulement à celui de Zheng.

Quatre? Zheng compta à nouveau et oui, seulement quatre. Kampa n’était pas présent. Le mercenaire russe n’avait pas survécu à ses blessures. Zheng se sentit un peu déprimé en constatant cela. Kampa méritait de survivre.

Puis, il regarda son propre corps. La douleur commençait à s’en aller mais elle restait suffocante. Le bas de son corps n’était plus là, ses deux bras non plus et son torse était criblé de shrapnels. Par chance, sa tête n’avait pas été touchée au moment de l’explosion.

Ses muscles gigotaient sous l’effet de la lumière étrange et repoussaient à l’oeil nu. Il ne regarda pas longtemps, le spectacle le dégoûta vite; du reste, il venait de voir quelqu’un au pied de son rayon. C’était Lori, la fille de quinze ans qu’il avait ressuscitée grâce à Dieu. Son visage était baigné de larmes et elle portait une expression d’horreur indicible.

Zheng essaya de lui parler, sans succès: un shrapnel lui avait coupé la gorge et tranché les cordes vocales. Il ne put qu’articuler les mots et espérer qu’elle réussisse à lire sur ses lèvres:

« J’ai survécu… Lori, j’ai tenu notre promesse… »

Puis, il perdit connaissance.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *