The Epic Tale of the Forsaken Hero – Tome 2 Chapitre 8

Le traître est devant moi. Ce démon maléfique souriait.

De plus, je ne pouvais pas permettre à Shuri-chan de rester avec lui.

« …En quoi était tu si gentil, je me le demande ? » (Tamaki)

« La première chose que tu dis est sarcasme… C’était une belle performance. » (Daichi)

Yuji semblait être ravi des événements et a rapidement donné confirmation.

Pour l’instant je prévois de m’échapper quand il laissera tomber sa garde.

Bien que je ne l’ai pas dit à cet homme, j’ai une autre capacité spéciale.『Omission de Chant』

Seulement en disant le nom du sort, il peut être lancé. Cela ne peut être acquis qu’après avoir passé son statut magique au dessus de 1500.

C’est une capacité spéciale qui est dit que très peu de personne peuvent utiliser. Yuji ne doit pas penser que je l’ai.

Son manque de retenue est la preuve de sa négligence.

« Heh… C’était une tromperie habile. D’autant que Hayase-san semblait t’aimé ? » (Tamaki)

« C’était surprenant. C’était difficile de faire ça à Hayase. Depuis que je n’aime que Shuri. » (Daichi)

« A-… » (Tamaki)

Yuji étreignit Shuri-chan par derrière. Je sentais des frissons dans mon dos.
Mon ami proche était utilisé par cet homme. Cette raison seule était suffisante pour attaquer.

« Arrête ! Shuri-chan, connard ! » (Tamaki) (NdC : Tout de suite les gros mots…)
Je lance la magie sur lui à bout portant.

“Freezing Lance !” (Tamaki)

Je visais son visage avec la lance tenue dans mes mains pour le transpercer.
Cependant, elle a été arrêté juste avant avec une main.

« …Yui-chan, qu’est-ce que tu fais ? » (Shuri)

La fille qui a attrapé le bout de la lance était en colère. Son regard était rempli d’hostilité envers moi.

Même si elle remplissait la pièce d’une sensation qui me donnerait envie de courir, je ne me suis pas détournée.

Je dois absolument la ramener.

« As-tu juste essayé de tuer mon important Daichi-sama ? » (Shuri)

« C-ce n’est pas ça ! J’essayais de sauver Shuri-chan ! » (Tamaki)

« Après que tu m’as abandonné à ce moment-là, tu dis quelque chose comme ça ? » (Shuri)

« -! » (Tamaki)

Ses mots ont percé ma poitrine.

Cependant, rien de ce qu’elle a dit était faux. Je comprends. Je sais que j’ai fait une chose pareille.

C’est pourquoi j’étais impatiente. Je dois être capable de parler de quelque chose avec Shuri-chan par tous les moyens.

J’ai commencé à dénoncer l’homme à côté d’elle.

« Je suis désolé ! Je vais m’excuser autant que tu le voudra ! Je veux que tu m’écoutes d’abord ! » (Tamaki)

« Qu’est-ce que c’est ? » (Shuri)

« Yuji est dangereux ! C’est bien si c’est seulement pour l’instant mais, crois-moi, et viens ici ! » (Tamaki)

« Daichi-sama est dangereux ? » (Shuri)

« Oui ! Ce type m’a attaqué ainsi que Hayase-san… Peut-être même que Umahara et Minamoto-san l’ont été aussi. » (Tamaki)

« Si tu parles de ces deux-là, je les ai tués ? » (Daichi)

« Attaque – hein, tue…? Eh ? » (Tamaki)

Je ne peux pas croire ce que je viens d’entendre.

Deux héros ont été tués ?

Par un aventurier ordinaire ?

Ou alors… Shuri-chan ?

« Q-qu’est-ce que tu veux dire…? » (Tamaki)

« C’est comme ça. Attrape. » (Daichi)

La réponse ne venait pas de Shuri-chan, mais de Yuji. Soudain, quelque chose de rond a été lancé vers moi et j’ai réussi à l’attraper.

Il y avait un sentiment dégoûtant sur ma main.

Ce n’était pas une balle.

Les yeux étaient évidemment en train de pleurer. Les dents manquaient. Un nez tordu. Une partie des cheveux blonds était d’un brun rougeâtre.

Je tenais la tête tranchée de mon camarade de classe.

« Uaaaaaaaaaaaah !? » (Tamaki)

Pour ne plus jamais le revoir, je l’ai jeté et j’ai eu la nausée.
« Ooeh ! Haa… haaa… » (Tamaki)

« Oi oi. Est-ce ainsi que tu traites la tête de ton camarade de classe ? Traite-le délicatement. » (Daichi)

Il m’a regardé sans innocence. Il aime me voir ridiculisé.
Un tel… Il est fou…!

« Toi… Démon…! » (Tamaki)

« Tu en as assez dit, car tu es aveugle à tes propres défauts. N’est ce pas, Shuri ? » (Daichi)

« Oui, Daichi-sama. C’est comme tu le dis. » (Shuri)

« Shuri-chan… » (Tamaki) (NdT : Elle à toujours pas compris que c’était Daichi quand même. Le camarade de classe qu’ils ont sacrifiés.)

Elle a dû subir un lavage de cerveau. Ses vrais sentiments doivent être de la souffrance.

C’est vexant que je n’ai pas le pouvoir de faire quoi que ce soit.

Le pouvoir de faire quoi ?

Qui est le héros ?

Je ne peux même pas sauver une amie qui est devant moi.

« …Qu’est-ce que tu veux faire ? » (Tamaki)

« Ah ? » (Daichi)

« Mon amie proche manipulé, moi-même capturé… Est-ce que vous avez une rancune contre le royaume ? » (Tamaki)

« …Eh bien, cela et la réalité ne sont pas trop différents. » (Daichi)

Yuji agrippa mon cou et me souleva. J’ai été soulevé facilement et mes pieds ne touchaient plus le sol.

« Ka-… ha… » (Tamaki)

Ma gorge était resserrée et il devenait difficile de respirer.

…Ne peut pas… Respirer…

« Je… Je vais prendre ma revanche sur vous tous. Surtout Samejima. » (Daichi)

« Pourquois… Same… jima… » (Tamaki)

« Tu n’as toujours pas compris ? Shuri m’a même appelé par mon vrai nom il y a quelque temps. » (Daichi)

Shuri-chan a fait ça…?

Je pense que ma conscience s’estompe.

Elle a définitivement appelé Yuji, Daichi-sama.

Daichi…?

Ai-je connu quelqu’un avec un nom comme ça… Ah.

C’est vrai. Il y avait une personne.

Tout comme nous l’avons fait pour Shuri-chan, nous avons abandonné ce garçon ce jour-là.

Il s’appelait Katsuragi Daichi. L’enfant que la classe a intimidé.

P-pas moyen…

Il ne pouvait pas être vivant. Je l’avais vu. À ce moment-là, son corps avait été mangé par un démon.

Ceci est un mensonge…

« …On dirait que tu as réalisé. » (Daichi)

« Ah- » (Tamaki)

J’ai été relâché de façon inattendue et je suis tombé. J’ai atterri sur mes fesses.

Aïe, c’était douloureux.

« Yuji est juste un faux nom. Mon vrai nom est Katsuragi Daichi. Je suis retourné de l’enfer pour prendre ma revanche. » (Daichi)

Il a ri avec un sourire alors qu’il a mis l’épée qui était à sa taille jusqu’à mon cou.

C’était étrange, et mon esprit était complètement effacé par la peur. Mes dents étaient bruyantes et n’arrêtaient pas de claquer avec un ‘GachiGachi’. Les larmes ont commencé à déborder, aussi.

C’était parce que la soif de sang émanant de lui était effrayante. Sinon, je n’aurais jamais été effrayé par quelqu’un comme Katsuragi.

J’étais sûr qu’ils ne me donneraient pas une autre chance. La seule chose à laquelle je pouvais penser était que je serais tué.

…Ah, alors c’est là que je vais mourir…

Sachant que j’étais proche de la「Mort」, tous mes souvenirs ont commencé à faire surface… J’ai peur.

Mourir… C’est effrayant…

« …Eh bien, Tamaki. Je vais te donner le choix. » (Daichi)

« Q-quoi…? » (Tamaki)

« Veux-tu mourir ici et perdre ta vie pour le reste du temps? Ou, vas-tu consacrer ta vie comme mon esclave ? » (Daichi)

Katsuragi a offert une douce tentation.

« Tu pourra être avec Shuri après être devenu mon esclave, et je promets aussi de ne pas vous nuire davantage. » (Daichi)

« V-vraiment? » (Tamaki)

« Cependant, le moment où tu montrera un comportement étrange au démon ou à moi… Eh bien, Shuri te tuera sans pitié si cela arrive. Qu’en penses-tu, Tamaki ? » (Daichi)

« Je-je vais devenir ton esclave ! S’il vous plaît ! Je vais te consacrer ma vie ! D-donc s’il te plaît, ne me tue pas ! » (Tamaki)

Mes mots se sont naturellement accrochés à l’option qui m’a donné de l’espoir.
Je veux vivre. Je ne mourrai pas. C’est une raison suffisante.

Penser à ce sujet n’est pas nécessaire. Si j’hésitais et il pourrait changé d’avis.

« Est-ce vrai ? Un choix judicieux, Tamaki.Tu as mes louanges. » (Daichi)
« M-merci. » (Tamaki)

Semblant satisfait de ma réponse immédiate, il retira l’épée et la rengaina.
Libérés de sa soif de sang, je me sentais très vivante.

« Tamaki Yuina. Tu es maintenant mon esclave provisoire. » (Daichi)

Ce jour-là, je suis passé de héros à l’esclave de Katsuragi Daichi.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *