The Legend Of The Dragon King – Chapitre 28

Tang Wulin s’assit sur le sol tandis qu’il était submergé par une vague de faiblesse. Mang Tian sortit habilement un bandage de sa poche et l’enroula sur le poignet de son apprenti, couvrant la blessure .

Mang Tian, le grand maître forgeron, avait un air étrange sur le visage. Sa bouche était encore légèrement entrouverte à la vue de ce qui venait de se passer.

Un génie reste un génie même fatigué!. Même si Tang Wulin n’avait pas de marteau comme âme martiale, néanmoins sa faculté de compréhension très haute remédié à cette lacune.

Les Mille Raffinements, pour la majorité des forgerons, c’était un défi qui ne pouvait être relevé aussi facilement. Pourtant, il avait été fait par cet enfant de 9 ans! C’était un acte incroyable.

Tang Ziran s’était déjà précipité pour retenir son fils croulant de fatigue.

Mang Tian réfléchissait tranquillement depuis un certain temps à la formulation du bilan du travail de Lin :

-Génie, c’est un génie de travail. Wulin, tu dois toujours te souvenir de ce que tu as ressenti aujourd’hui. Pour vous, ce n’est que le début… Ce n’est que le premier des chocs que vous apporterez au monde de la forge!

Malheureusement, les cinq heures de forgeage l’avaient complètement vidé et Tang Wulin n’avait pas entendu les mots de son professeur. Il s’était déjà assoupi dans les bras de son père.

*****************************************************************************

Quand il se réveilla, Tang Wulin était sur son lit.

Le ciel était lumineux et les rayons du soleil traversaient le la fenêtre et pénétraient dans la pièce. Elle brillait sur le lit dans lequel Na’er avait dormi.

Bien que Na’er soit déjà partie, Tang Wulin n’avait jamais permis à ses parents de retirer le lit. Au fond de lui, il pensait que Na’er reviendrait un jour.

Bien que ses poignets ne lui fassent plus mal, son corps était encore rempli de fatigue. Il avait chaud, il paressait dans son lit. Il éprouvait un étrange sentiment de réconfort.

Un léger sourire apparut sur son visage. Les Mille Raffinements, il avait réussi à les terminer!

Il venait d’éprouver la sensation de bienfait après avoir fait les Milles Raffinements.

Même lorsqu’il avait perdu connaissance, il se souvenait clairement de ce sentiment. À ce moment – là, lors des dernières étapes du forgeage, chaque coup de marteau résonnait avec l’Argent lourd en corrélation. Il y avait un sentiment extrêmement profond. Pour lui, l’Argent Lourd était en vie. Si que Tang Woulin prenait une respiration, l’Argent Lourd la prenait aussi. Chaque coup de marteau était comme un massage pour l’Argent Lourd et il exprimait un sentiment de soulagement après chaque frappe.

Lorsque ce sentiment atteignit l’apogé, l’Argent Lourd se transforma. Ces changements physiques s’étaient accumulés à un point tel qu’il s’était fondamentalement incurvé dans le métal.

Même s’il ne savait pas ce qui s’était passé par la suite, il était convaincu qu’il avait réussi.

Je ne suis pas un déchet, du moins pas quand il s’agit de forger. Même en tant que Maître des Âmes, mon herbe n’est pas une herbe ordinaire. Na’er, si tu étais encore là, à quel point cela aurait été formidable de partager ça avec toi. Tu serais certainement heureux pour moi! Moi, Ton Frère deviendra plus fort et te protégera, je ne laisserai jamais personne te faire du mal. Na’er, reviens vite, sinon, dis – moi où tu es! Pourquoi ne t’es – tu pas expliqué clairement avant de partir? Tu me manques vraiment.

Le doux sourire de Na’er était gravé dans son esprit. Sa voix était semblable à celle d’une douce alouette. Quand elle appelait son frère, sa voix le laissait grandement satisfait.

Je vais certainement te retrouver dans le futur. Je t’en fais la promesse.

Petit à petit, la chaleur de son corps l’avait ramené au pays des rêves et il était tombé dans un profond sommeil.

*********************************************************************************************

Quand il se réveilla, c’était dû à la faim. Le ciel était déjà sombre. Considérant qu’il avait dormi depuis la nuit dernière, cela signifiait qu’il avait dormi toute une journée entière.

Maman, papa!

Cria Tang Woulin en se levant. Son épuisement s’était déjà dissipé mais son estomac était encore vide. Il avait tellement faim qu’il pouvait manger une vache entière!

Fils, tu es réveillé!

La porte s’ouvrit alors que Lang Yue se précipitait.

Tang Wulin dit avec une pointe de fierté :

Mère, je peux déjà exécuter les Mille Raffinements!

Les yeux de Lang Yue étaient injectés de sang. Pour elle, ce n’était pas important, le plus important c’était le bien-être de son fils!

Gentil garçon, est-ce que tu es encore fatigué? demanda doucement Lang Yue.

Tang Wulin secoua la tête :

Non! J’ai juste faim. Maman, puisque j’ai faim, y a- t-il quelque chose à manger?

Oui, oui, Maman t’a acheté un gros poulet et a fait bouillir de la soupe au poulet. La soupe t’attend!!!. Ton professeur m’a dit que tu t’étais surmené et que, après ton réveil, tu aurais besoin de nourriture nutritive et digeste.

*** ***************************************************************************

15 minutes plus tard.

Lang Yue et Tang Ziran étaient bouche bé tandis que leur fils se gavait.

Pour leur fils, qu’est – ce qu’un plat nutritif et digeste? Tant qu’il pouvait être mangé, il pouvait être digéré!

Un poulet entier, ainsi qu’une marmite de soupe au poulet, 5 petits pains et 2 assiettes de légumes avaient déjà été consommés par cet enfant de 9 ans et fourrés dans son estomac. De plus, il avait l’air de ne pas en avoir assez. Il mangeait toujours son sixième chignon de pain.

Va cuire quelques plats de plus pour notre fils, dit Tang Ziran en déglutissant en regardant son fils manger avec autant d’enthousiasme, il avait envie de manger lui aussi.

Lang Yue se leva précipitamment.

Tang Wulin pouvait vraiment manger, surtout après avoir dépensé une si grande quantité d’énergie. Il passa presque une heure entière à se gaver avant de finalement laisser échapper un soupir de soulagement.

Fils, tu as assez mangé, non?

Si Tang Ziran ne l’avait pas arrêtée, Lang Yue aurait cessé de le laisser manger. Cette capacité de nourriture avait déjà surpassé depuis longtemps un individu normal.

Tang Wulin avait un sourire sur le visage et dit:

La cuisine de Maman est toujours la meilleure. J’ai mangé à satiété.

Tang Ziran inspecta soigneusement le poignet de son fils, ses yeux brillaient d’une étrange lumière. L’endroit où Mang Tian avait ouvert le poignet de Wulin la veille avait vraiment guéri. Il ne restait qu’une faible ligne rouge à sa place.

À ce moment – là, Tang Wulin se souvint et demanda:

Père, ai – je réussi les Mille Raffinements d’hier?

Tang Ziran sourit et hocha la tête :

Bien sûr! Tu as réussi, très bien réussi! Ton professeur n’a pas cessé de te louer et a dit que lorsque tu te réveillerais, tu devrais aller vite le trouver.

Tang Wulin sauta de sa chaise et dit:

Alors je me met en route!

Lang Yue fronça les sourcils :

Il est si tard, pourquoi ne pas y aller demain?

Tang Ziran se leva également et dit :

Il vient de se réveiller, dans une heure et demie et il ne dormira toujours pas. Comme il n’est pas encore trop tard, je le ramènerai et nous reviendrons après.

Lang Yue lui jeta un regard, puis menaça :

Si quelque chose arrive à mon fils, je te le dis, tu dormiras dans le salon.

Tang Ziran toucha timidement son nez:

Eh bien, c’est aussi mon fils.

Le duo quittèrent la maison et se dirigèrent vers l’atelier de Mang Tian.

Maître, je suis là! cria Tang Wulin en entrant. Il attendait avec impatience de voir sa première œuvre des Mille Raffinements et à quoi elle ressemblait. Le sentiment de finir les Mille Raffinements l’avait amené à se sentir exceptionnellement heureux en ce moment.

Mang Tian, vêtu de ses vêtements de travail usés, sortit de l’atelier. Il avait généralement un extérieur froid mais aujourd’hui, en voyant Tang Wulin, il sourit. Sans le savoir, ses yeux étaient remplis de satisfaction.

Il regarda Tang Ziran et hocha la tête avant de faire signe à Tang Wulin :

Suivez – moi.

Le morceau d’Argent Lourde était toujours dans l’atelier de Tang Wulin. Mang Tian n’avait pas déplacé le métal de son emplacement après que Tang Wulin ait été rammené par son père la veille.

Regardez votre travail, dit Mang Tian à Tang Wulin. Il pointa du doigt l’argent lourd.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *