The Legendary Moonlight Sculptor – Tome 2 Chapitre 2

Quand Weed et ses équipiers se rapprochaient de la forteresse des homme-lézard, le nombre de monstres sur leur voie tomba rapidement.

 

« Nous avons déjà éliminé plus de quarante homme-lézard… »
« Nous ne sommes encore qu’en bordure. Combien penses-tu qu’il y a dedans ? »
Chacun leur tour, Irene et Romuna prirent la parole mais Weed leur sourit pour simple réponse.

 

« Bon, vous savez tous que les homme-lézard sont des monstres qui vivent en groupe, n’est-ce pas ? »
« Oui Weed-nim. Ils sont plus massés que les orcs. » Dit Irene.

 

« C’est exacte. De même ils protègent farouchement leur territoire. Mais que se passe-t-il s’il y a une intrusion ? » Demanda Weed.
« Il vont se défendre et attaquer ! » Répondit Surka.
« C’est exacte. C’est ce qui rend les homme-lézard redoutable auprès des utilisateurs. »
« ça veut-il dire que nous sommes en ce moment en danger ? »

 

Weed et ses coéquipiers traversaient une vallée. Souvent ils faisaient de courtes pauses pour recharger leur Mana mais ne perdez pas de temps. À ces moment là, Weed donna la solution de l’énigme.

 

« Normalement, nous serons en danger mais nous pouvons compter sur l’aide de Darius pour l’instant. »

 

La révélation de Weed explique d’où vient sa confiance.

 

« Que veux-tu dire par…Oh j’ai saisi ! Dit Surka.
« Darius nous est vraiment d’une grande aide ! » Dit Romuna.

 

La forteresse des homme-lézard.

 

En ce moment, les homme-lézard étaient en train de lutter contre la force punitive qui a envahi leur territoire. En d’autre terme, le camp de base est presque vide à l’exception d’une poignée de garde composée d’homme-lézard guerrier. Selon les estimations de Weed, les trésors pillés dans les villages environnant par les homme-lézard, sont amassés dans le camp. Il remontait la vallée de l’Ouest pour accomplir la requête de Ghandilva mais ses réelles intentions étaient secrètes.

 

« Bientôt nous allons rencontrer des ennemis plus difficile. Que direz-vous de les appâter ? »
Demanda Weed.

 

« Bien compris ! » Répondit Surka.
« Nous devrons rester prudent. Il ne faut pas nous laisser déborder par plusieurs homme-lézard. » Dit Weed.

 

Surka faisait très bien son rôle en appâtant les homme-lézard un par un. Sa Dextérité remarquable lui permit de leurrer les ennemis séparément.

 

« Venez bande d’horrible reptiles ! »
« Kruru ! »
« Humain, nous te tuer ! »
Les monstres furieux pourchassèrent Surka. Tandis que Weed et Pale préparèrent leurs flèches, visèrent et tirèrent vers les homme-lézard.

 

Sweesh (bruit flèches qui filent).
Tandis que Weed décoche une flèche à la fois, Pale tirait plusieurs flèches, si rapide que ses mains semblent invisible. Cette différence venait de leur niveau dans la compétence Tir à l’arc sans compter les effets des autres compétences de Pale. Bien que l’archerie de Weed s’est en général amélioré depuis sa chasse des gobelins, il ne pouvait pas rivaliser avec Pale qui n’a jamais déposé son arc. Pour Pale avant que sa flèche atteigne la cible il avait déjà charger une nouvelle et tirer. Depuis le niveau cinq où il s’est converti dans la classe de ranger, il a obtenu une amélioration du Tir en série et des techniques de pénétration, ce qui rendent ses flèches plus dévastatrices. Weed décochait ses flèches quand les homme-lézard étaient assez près de lui. Les dégâts étaient faibles pour autant le taux d’expertise en archerie s’améliore. Au fond c’était son tempérament qui l’empêche de rester en arrière à ne rien faire en attendant les ennemis.

 

Pourquoi devrais-je attendre pour l’EXP, non, que les ennemis viennent ?
Weed adore combattre, il n’en a jamais marre et maintenant on ne pouvait pas l’arrêter.

 

« Yatz, yatz, yatz ! »
De nouveau un cri de fureur sortait de sa bouche.

 

Irene et Romuna pouffaient de rire. Elles avaient déjà fait cette remarque à Weed, qui leur répondit qu’il ne pouvait pas se retenir. Pour lui, c’était un cri de triomphe qui lui arrive quand il est excité. Heureusement, ils n’ont pas eu à s’inquiéter que les monstres l’aient entendu ce qui les aurait amené à se ruer sur le groupe. Pourtant il éprouvait pour son habitude indépendante de sa volonté un constant embarras quand il combatte coude à coude avec d’autres utilisateurs.

 

Weed est toujours calme mais parfois il perd contrôle et agit comme un enfant, pensa Irene.

 

Ils rencontrèrent six homme-lézard dans un combat. Le moment où le combat commence, deux des homme-lézard furent terrassés par l’épée de Weed et il en restait quatre autres à finir. Il laissa tranquille les quatre autres car s’il les avait pris, Romuna, Pale et Surka n’auront pas le précieux EXP. Pire le Mana de Weed risque de s’épuiser alors que celui de Irene devient un excès, ce qui amènerait l’ensemble du groupe à faire une pause pour qu’il recharge son Mana. Ils perdront un temps précieux et risquaient de rater l’échéance de la quête.

 

Deux homme-lézard se ruèrent sur Surka mais les deux autres en furies se dirigèrent vers Weed pour se venger de la perte de leur camarades. L’épée de Weed avec sa durabilité en dessous de dix ; avait besoin de réparation. Cela est due à la puissante technique d’épée qui apporte une pression plus forte sur l’arme utilisée, ce qui réduit la durabilité, de même que son combat féroce et sans répit.

 

« Désarme épée de Fer. »
Weed remit son épée dans l’inventaire et serra les poings.
Technique signée Surka !
« Yon-han-kwan ! »
Weed lança une déferlante de poing sur l’ennemi. Il cria le nom de la technique bien qu’elle ne soit pas vraiment active. En premier lieu, il n’avait pas la technique donc il ne pouvait pas l’activer. Au lieu de cela, il imitait au mieux de sa connaissance la façon de Surka à frapper des poings et il frappa les homme-lézard. Inutile de préciser que ses poings étaient terrifiante.

 

Pabababak ! (bruit coup de poing).
Avec sa vitesse, les mouvements de main de Weed n’étaient pas visible.

 

En assénant sans merci des coups sur les homme-lézard, sa compétence artisanat de grade Intermédiaire rajoute à sa puissance d’attaque avec les poings un bonus de cinquante pourcent.

 

« Ugh ! »
« Poings humain, font mal ! »
Weed diminuait la distance tout en frappant toutes les ouvertes de son ennemis. Pour sa riposte, l’homme-lézard donna des coups de sa lame. Au fond, l’homme-lézard et Weed essayaient de terrasser l’autre avec que cela ne leur arrive à eux même.

 

Le jeu de jambe de Weed était léger. À chaque bascule de son corps, un poing se loge dans l’homme-lézard. Ses chevilles et hanches suivent sa volonté et donnent de la force à ses poings, qui touchaient l’estomac et le thorax de l’homme-lézard.

 

« Kugh ! »
« Humain tordu, il frappe encore et encore le même endroit ! »
Gémit l’homme-lézard en peine.
« Weed-nim continue à l’occuper ! »

 

De l’arrière, Irene était occupée à soigner les personnes au front. Sa compétence à soigner était reconnue. Quand la Santé d’un de ses coéquipiers descend sous les 70%, sa Main de Guérison donnait service à celui qui en a besoin. C’était sans risque et efficace. Weed profitait en première main de la joie de donner des coups de poing à l’ennemi. Il avait une préférence pour le combat à main nue au lieu de l’épée car il pouvait mieux le sentir et la sensation était plus réelle. L’échange de coups entre l’homme-lézard et Weed n’était pas équitable. Le visage de l’homme-lézard affichait de la peine tandis que celui de Weed, avait un sourire. Il enchaînait des puissant poings et criait son excitation. Pendant ce temps, Romuna et Pale lançaient leur attaque respective, sortilèges et flèches, pour finir les deux autres homme-lézard qui étaient sur Surka.

 

Sans aucun espoir en vue, les deux homme-lézard face à Weed subissaient un lynchage pourtant ils étaient encore vivant.

 

Nouveau State : Esprit Combatif.

 

Généralement le state Endurance est généré dans les premiers pas d’aventure des guerriers. En le développant, il réduit les dégâts physiques reçu par les ennemis et de même augmente la Santé de l’utilisateur d’une petite quantité.

 

On peut investir quelques unes des points bonus obtenus d’un level up dans le state endurance mais la grande majorité des gens choisissent de le laisser se développer en recevant des attaques de mêlées. Avec l’apparition du nouveau state endurance parmi ses states, le comportement Weed reflète une certaine tactique. Il vérifiait la quantité de Mana de Irene puis il recevait volontairement les attaques des homme-lézard. Ce state grandit avec les coups.

 

C’est vraiment une puissance obtenue à travers la douleur et la souffrance. Weed était une personne qui accepte volontiers les attaques des homme-lézard tant que le Mana de Irene lui permet. Dans Royal Road, on peut sentir la douleur quand on est blessé et Weed s’amuse même à apprécier la douleur.

 

« Kueeek ! »
Finalement un des homme-lézard mourut avec un cri.
Weed avait réussi un exploit frappant en tuant un homme-lézard en le boxant. Les trois autres homme-lézard furent cernés par Romuna, Pale et Surka puis tués. À lui seul Weed avait tué trois homme-lézard mais cela aurait été difficile même avec l’épée de fer sans l’aide de Irene qui lui régénère sa Santé.

 

Cette victoire réclame la participation de tout les cinq membres du groupe.

 


 

 

Quand il y avait deux ou trois groupes de homme-lézard à proximité, Surka les leurrait à distance. Sinon cela aurait été fait avec Pale qui leur tirait une flèche ou plus puis Weed fut le premier à agir. Weed s’enfonce alors dans le rang des homme-lézard et lance des attaques. À sa suite, ses coéquipiers le rejoignent pour l’aider à finir les monstres. Ainsi ils sortent victorieux et Weed aimait beaucoup cela de ses coéquipiers. Ils étaient bruyant en marchant mais durant un combat, ils étaient sérieux et silencieux. Weed les avait bien dressé. Depuis leur chasse de renard en face de la citadelle, ils avaient appris à chasser les monstres plus rapidement et plus économiquement.

 

Quand ils entrèrent dans la forteresse des homme-lézard après avoir neutralisé une poignée de gardes, ils trouvèrent des huttes en paille éparpillées dans la vallée de Forlorn. Les captifs doivent être là bas, pensa Weed. Son regard s’illumina. Les parents des enfants étaient emprisonnés dans une cage faite en tresse de branche. Weed étudia la situation un moment. Il y a huit d’entre eux !
S’il ne se préoccupe pas pour le Mana, Weed pourrait terrasser deux ou au plus trois en un éclair mais alors ses coéquipiers devront faire face avec les cinq gardes restants. Il était certain qu’à la fin, ils allaient le remporter mais Irene et Romuna risquent de mourir avec leur faible niveau en Santé et en défense. Les mages et prêtresses risquent la mort avec que quelques coups des homme-lézard.
« Nous devrions d’abord secourir les prisonniers. Je vais les éloigner. »

 

Surka comprit qu’il était temps d’agir et elle s’avança.
« Humain ! »
« Comment est-elle ici… »
« Tuer d’abord ! »
à l’approche de Surka, cinq homme-lézard lui donnèrent la chasse. Au lieu de la poursuivre, les trois autres restèrent en poste pour garder les prisonniers. Ils ne sont pas aussi bête que je le pense. Weed fit un signal du regard à Surka qui courait. Ils acquiescèrent de la tête.

 

« Weed-nim, je vais courir en cercle pour revenir ici. »
« Merci Surka-nim, ça sera suffisant. »
Au travers de murmure, Weed et Surka se mirent d’accord. Une fois que Surka et ses poursuivants sont hors de vue, Weed et Pale firent face aux restes des homme-lézard.
« Plus d’humains ! »
« Humain, encore venu. »
Les trois homme-lézard bégayèrent de surprise.
Technique de Couteau Style graveur ! »
« Flèche de feu ! Tir de puissant ! »
Les gardes survirent moins d’une seconde face aux intrus. En une fraction de seconde, Weed et Pale les éliminèrent et ouvrirent la porte de la cage en bois. Cependant, les parents à l’intérieur furent effrayés. Weed pouvait comprendre leur terreur d’être captifs et d’attendre la mort qui arrive.

 

« Nous sommes ici à la demande de l’ancien du village de Baran, Ghandilva. »
Dit Weed aux villageois.
« L’…L’ancien… »
« Oui, il nous a demandé de vous secourir et vous ramener sauf auprès des votres. Y a-t-il des blessés ici ? »
« Ici, s’il vous plaît… »

 

Weed entra dans la cage et prodigua les premiers soins aux blessés avec de l’herbes et des bandages. Rien que cela permit de restaurer grandement leur santé.

 

« Weed-nim. Surka est de retour. » Dit Pale.
Surka qui avait éloigné les homme-lézard de la cage, était de retour.
« Restez encore une minute dans la cage. Préparez-vous à partir bientôt. Vous voulez revoir vos enfants n’est-ce pas ? »
Dit Weed, tendrement aux villageois.
Certains auraient considéré les villageois comme un fardeau et dans un sens, ils auraient raison puisqu’ils avaient la responsabilité d’assurer le retour sain et sauf des prisonniers au village de Baran. Mais Weed voyait plus loin.
« C’est adorable points EXP ! »
Weed menait une mission de secours. Quand la mission sera complété, pour chaque tête sauvée, il recevrait un extra en EXP. Il avait renoncé aux EXPs et Renom de la quête de la force punitive pour l’extermination des homme-lézard mais cette quête ci est une bonne opportunité.

 

Weed et ses coéquipiers terrassèrent les cinq homme-lézard aux trousses de Surka. Ils cachèrent les villageois dans un abris sûr puis recherchèrent d’autres captifs, qu’ils trouvèrent et de même les libérèrent. Cependant ils furent déçus du butin glané et entassé par les homme-lézard. Les orcs et gobelins collectaient de l’or et des gemmes. En contraste les homme-lézard qui sont de la classe des reptiles ne collectent que des choses de peu valeur lors de leur raid sur les humains. Donc tout ce que le groupe de Weed trouva, était une montagne de boucliers, armures et armes en fer.

 


 

 

Ensemble, Weed et ses coéquipiers fauchèrent tout l’armement sans rien laisser. Le poids maximum qu’un utilisateur peut porter dépend de sa Force et du Stamina. Même Irene et Romuna marchaient difficilement vers le village avec leur lourde charge sur le dos. Bien sûr il n’y avait pas que les membres du groupe qui portaient les armes.

 

« Nous vous avons secouru. »
Dit Weed. Aux mots de Weed, leurs visages affichaient de l’inquiétude.

 

« C’est évident que nous n’allons pas vous demander une compensation pour notre acte. Tout ce que nous aurons c’est la graine promise par l’ancien du village, Ghandilva. Car nous vous avons sauvé ni pour le profit ni pour une grande récompense. »
Rassurés, les villageois étaient moins anxieux.

 

Affichant un sourire tendre, Weed continua.
« Je comprends que vous avez connu des moments terribles mais pourriez-vous nous aider à transporter ces armes vers le village. »
« … »
Le visage des villageois affichèrent un soudain changement. Avec la malnutrition, ils étaient très affaiblis. Au moins, ils ne voulaient pas compromettre leur chance de retour au village.

 

« Comme vous pouvez le voir, cette vallée est comme une forteresse imprenable et j’ai entendu dire que parfois des orcs venaient ici. »
à la seule mention d’un orc, la terreur s’empare des villageois. Ils avaient survécu difficilement contre les homme-lézard alors s’ils devaient prochainement faire face aux orc, ils savent que la situation deviendrait insurmontable.

 

« C’est par précaution, supposons que des orcs trouvent cet endroit…ils se réjouiront de pouvoir disposer de ces armes. Ils pourront alors prendre les armes pour attaquer le village de Baran au pied de la vallée. C’est pour cela que je pense qu’il est préférable de déplacer les armes hors d’ici. Allez-vous nous aider ? »
Persuadés par Weed, les villageois finissent par se charger lourdement autant qu’ils peuvent et descendirent la vallée. Pendant ce temps, au village de Baran, les homme-lézard sont tous éliminés par Darius et sa troupe.

 

Bien que le village soit dévasté, les rescapés étaient tout de même content de leur retour. À l’entrée principale du village de Baran, Weed leur dit.

 

« Merci beaucoup les amis. Nous n’aurions pas pu arriver sauf sans votre aide. On va prendre la suite, vous êtes libre de rejoindre vos enfants. Vos enfants attendent leurs mères et leurs pères. »

 

Dès l’instant où Weed finit son discours, les villageois posèrent leur lourde charge et se dispersèrent à la recherche de leurs fils et filles.

 

Ghandilva attendait avec les enfants dans une zone dégagée proche de l’entrée.
« Maman ! »
« Papa ! »
« Selen, Marron, je suis content de vous voir en vie. »
Ce fut un moment émouvant de réunion entre les enfants et leurs parents.

 

Ghandilva s’approcha de Weed, caressant sa barbe blanche.

 

« Vous avez accompli la quête Weed-nim. »
« Oui monsieur. » Dit Weed humblement.
« Je vous suis reconnaissant d’avoir secouru mes compatriotes villageois. Honnêtement, je ne m’attendais pas de votre part autant d’accomplissement…Vous avez fait un excellent travail. Nul d’entre nous n’oublierons ce que vous avez fait pour nous. »

 

Quête complétée : La calamité au village de Baran.
Les familles séparés du village de Baran sont réunies par l’action de brave héros qui ont veillés à ce que justice soit faite.
Le raid des homme-lézard a détruit le village mais le chant des coqs et l’aboiement des chiens reviendront bientôt. Les enfants sont soulagés de revoir à nouveau leurs parents. Jusqu’au jour où les enfants se feront gronder par leur parent, les enfants auront de la gratitude pour les braves héros.
Renom +15 points
Level Up !

Récompense de la quête : Graine sans nom.

 

Les Renoms et l’EXPs furent partagés équitablement parmi les membres du groupe mais la graine fut directement remise à Weed qui était le chef du groupe.

 

« Nous tous du village de Baran sommes en dette envers vous. »
« Non monsieur. Nous n’avons fait que ce que nous devons. Nous ferons toujours notre mieux pour préserver la paix et la prospérité du village de Baran. »

 

Il existe beaucoup de facteur pour recevoir une quête. Si c’est une quête urgente, un NPC suppliera la première personne qu’il croise mais la plupart des NPC préfèrent attendre l’aide d’un utilisateur qu’ils reconnaissent s’ils le pouvaient, pour résoudre leur problème plutôt que de faire confiance à un parfait inconnu.

 

[ Darius, je pense que tu vas regretter ça.]
Weed avait gagné de l’ancien Ghandilva, une confiance considérable. Les villageois ont été secourus par le groupe de Weed et en cela ils se considèrent comme redevable à leurs sauveurs. Ainsi, cela leur offrait un avantage pour les achats et d’autres services dans ce village.
Si Darius n’attendait pas de gain du village de Baran, il ne serait pas inquiété. Mais cette erreur lui coûtera s’il avait le projet d’étendre son influence dans la province Sud en sa statut de commandant de la force punitive.

 

C’est évident que cette subtile amitié plus que le gain matériel, lui sera à l’avenir un précieux atout. Dans des circonstances normaux, Darius n’aurait pas refusé la quête mais il était le commandant de la force punitive.

 

Cela aurait été une décision risquée à prendre, celle d’abandonner la mission de mener la troupe pour détruire les homme-lézard pour de grand gain et aller secourir une poignée de villageois dans une forteresse. Pour cette raison, Weed comprenait Darius mais en même temps il avait pitié de lui. Les opportunités ne se présentent pas souvent d’elle même. Comme un accident imprévu, de nul part ils arrivent et repartent.

 

Ghandilva tenu soudainement les mains de Weed.

 

« Il me revient en esprit que j’avais une autre demande à vous faire Weed-nim. Vous êtes un homme de confiance. J’ai entendu des soldats dans la force punitive que vous êtes un Sculpteur. Ai-je tort ? »
« Non monsieur. » Dit Weed calmement.
« Nous avions une statue de Freya dans la place centrale du village dont nous rendions hommage. »

 

Freya est une déesse largement vénérée à Rosenheim. Elle est connue comme celle qui gouverne la fertilité et la beauté.

 

Ghandilva d’un air sombre dit.

 

« Nous prions toujours à la statue de Freya pour la paix et la prospérité. Hélas au début de cette anne, elle fut détruite lors d’un accident. En y repensant, les choses ont commencé à devenir moche et je suspecte que nos problèmes soient en lien avec l’absence de la statue. »
« Vous voulez que je restaure la statue de la déesse ? »

 

« Oui Weed-nim, je voudrais que vous sculptez une nouvelle statue de Freya. Au début, j’ai demandé à un étranger de confiance de ramener une statue de remplacement mais je n’ai plus eu de nouvelle d’elle depuis. C’est une urgence, voulez-vous bien nous sculpter une statue de Freya ? »

 

La statue de la déesse Freya.
Freya, déesse de la beauté et de la fertilité, est la protectrice du village Baran. La statue de la déesse se trouvait à la place centrale mais fut détruite par la chute d’un pin due à une inondation. Bien que les homme-lézard furent chassés du village, les villageois ne trouveront la paix qu’une fois la statue de Freya restaurée.
Construisez une statue de Freya dans le village pour ramenez la paix.
Difficulté : Quête limitée à la classe.
Condition : Seulement disponible aux Sculpteurs.

 

C’était une quête réservée à la classe des sculpteurs. La difficulté et les récompenses n’étaient pas encore décidées car elles dépendent du résultat. La plupart des récompenses de quête suivaient cette règle sauf pour certaines missions bien définis comme pour les messagers ou coursiers de certains objets. Les récompenses varient d’un certain degré selon le résultat.

 

« Veuillez m’attendre, il faut que je consulte mes camarades. »
En disant cela, ses camarades qui suivaient vaguement la conversation, sourirent puis le félicita.
« Félicitations Wee-nim ! Bonne chance. » Dit Surka.
« Je pensais que nous avions fait une erreur en laissant tomber la quête de la force punitive mais maintenant j’en suis fière. » dit Romuna en souriant.

 

« Mesdemoiselles Surka et Romuna, merci à vous. »
Dit Weed.
« Mais si j’accepte cette quête je ne pourrais pas aller chasser avec vous pendant quelques jours. »
Weed recherchait le consentement de ses camarades et Pale était déjà prêt à le donner.

 

« C’est bon pour nous. Il ne reste pour la quête de la force punitive qu’à nettoyer les poches de résistance. Puisque nous avons déjà connu notre lot de homme-lézard, je pense que nous pourrions nous en sortir. Pour être honnête Weed-nim, tu as un niveau plus haut que le reste d’entre nous alors nous voulons vraiment que tu prennes cette quête. »

 

Pale allégea la conscience de Weed. En vérité, ses camarades étaient un peu mal à l’aise d’être en groupe avec quelqu’un d’un niveau plus élevé que le leur. Le rôle de Weed dans la plupart des combats comme chef de groupe et DD (damage dealer ; faiseur de dégât), les a laissé un sentiment d’être des figurants dans son aventure. Pour être de vrai camarades, tout le monde devait être au même niveau et tant que certain avait conscient d’être redevable à une personne en particulière, le groupe ne pourrait pas travailler ensemble.

 

« Je vois. Je vais prendre la quête. »

 

Dit Weed puis il se dirigea vers Ghandilva.
« Monsieur, je vais créer la statue de Freya. »

 

Vous avez accepté la quête.
« Merci beaucoup Weed-nim. Pourriez-vous vous préparer et le finir le plus possible. »
Dit Ghandilva.

 

Quand Weed et son équipe sortaient du village, Becker, Hosram et leurs surbordonnés s’approchèrent d’eux.

 

« Heureux de vous revoir commandant. » Dit Becker.
« Où sont les autres ? » Demanda Weed.

 

« Ils chassent les homme-lézard à la déroute. » Répondit Hosram.
Weed pensa alors que les autres soldats poursuivaient les homme-lézard rescapés de l’assaut de la troupe lors de la reprise du village.
« Et vous ? » Demanda Weed.
« Sire Darius a ordonné tous les soldats de l’armée de Rosenheim de rester sur place. »
Dit Becker.

 

Weed suspectait que l’assignation des soldats à la défense du village faite par Darius avait pour but qu’il puisse garder la totalité des mérites.

 

Seul les soldats de Rosenheim étaient laissés comme poste de garde au village.

 


 

 

Weed mena son équipe dans un endroit écarté, la graine en main.

 

« Au fait, concernant la récompense pour le secours des villageois. À quoi sert cette graine ? »
à la question de Surka, Weed baissa son regard vers la graine et dit.

 

« Honnêtement, j’ai reçu un étrange livre. L’histoire du livre décrit… »

 

La cité dans le ciel !
Quand Weed leur raconta le livre reçu de Volk même Pale, habituellement calme, fut choqué.

 

Dans le continent de Versaille, tous les aventuriers ont un rêve.
Sur un continent de fantaisie, une terre où l’on trouve des légendes vivantes et des mystères. De laisser leurs empreintes sur ces territoires inexplorés. Explorer des donjons inconnus et résoudre leurs secrets. Une personne qui découvre un nouveau horizon gagne pleins d’opportunités en plus de l’important Renom. L’opportunité de maturité et celle de la mort.

 

« La cité dans le ciel. Es-tu sérieux en disant qu’un tel endroit existe ? J’ai entendu d’une cité sous terre… » Dit Pale.
« La cité sous terre ? » Dit Weed.
« Oui, c’est une cité souterraine que les nains ont construite. Leur palais est là bas. »
« Les joueurs qui choisissent nain comme race, peuvent-ils se rendre à cette ville ? »

 

« Pas vraiment. J’ai entendu que la ville n’était pas accessible à tous les nains. Il y a peu de gens qui la connaissent. Si on s’y rend, on peut obtenir le grade expert dans la compétence Forgeron et aussi celle pour l’artisanat. »

 

Les nains.
Un vrai casse-tête pour Weed qui avait prit la voie du sculpteur. Pour un utilisateur humain qui a appris la compétence d’artisanat, il lui fallait une classe primaire en relation avec la compétence d’artisan. Un sculpteur peut apprendre la compétence d’artisanat au début de la maîtrise en Sculpter. Dans le cas de Weed, il avait reçu cette compétence avant d’obtenir la classe car il avait suivi la quête en série pour être le successeur de Zahab. Mais peu de gens avait autant de chance que lui. Sûrement personne n’aurait reçu une telle aubaine.

 

Les cuisiniers et forgerons doivent avancer leurs compétences vers le grade Intermédiaire au moins pour pourvoir commencer à apprendre la compétence artisanat. Un tailleur peut apprendre cette compétence si il atteint un niveau huit au grade débutant dans la compétence de tailleur. À moins de choisir une classe d’artisan, on ne pouvait pas atteindre le grade Intermédiaire dans une compétence d’artisanat. Donc si l’on voulait apprendre la compétence d’artisanat, celle du tailleur est une obligation à avoir.

 

Mais les nains reçoivent la compétence d’artisanat dès leur naissance. Couplés au fait d’avoir un stamina impressionnant et une grande force dû à leur nature, les nains sont aussi des artisans réputés ! Weed devait rester vigilant face à cette race. Pourtant, les nains sont de petites tailles et pénalisés dans divers domaines comme les sortilèges, la cavalerie et l’expertise pour les compétences en combat.

 

Weed voudrait bien un jour visiter la ville souterraine.

 

« Si j’en ai l’occasion, j’aimerais bien aller la voir. » Dit Weed.
« ça ne sera pas facile. J’ai entendu dire qu’ils étaient hostiles envers les humains. Seul les bons artisans sont respectés là bas. À moins d’avoir une certaine renommée parmi eux, on t’empêchera d’entrer dans la cité. » Dit Pale.

 

Les sculpteurs Zahab et Geihar Von Arpen auraient pu y entrer à cette cité. Mon instinct me dit qu’il y a là-bas des mystères liés à l’art des sculptures. Chose à part, Weed sortit la graine reçue de Ghandilva pour l’identifier.

 

« Bien. Allons-y. Si je me suis trompé alors nous aurons perdu notre temps pour rien. » Dit Weed.

 

« Je suis certaine que ta décision était la bonne. »
« J’ai un bon pressentiment de tout ça. »
Irene et Romuna encourageaient Weed.

 

« Identifie cet objet. »
Affligé de l’espoir de ses coéquipiers, prudemment Weed utilisa la compétence Identification.

 

Graine de l’Arbre Céleste.
Durabilité : 1/1
Effet : Guide vers la ville dans le ciel.
Condition : Vous devez la mettre en terre près du village de Baran.

 

Une fois la fenêtre de description lue, Weed ferma les yeux un moment puis les ouvrit à nouveau. Ses camarades étaient impatient d’entendre de ses nouvelles.

 

« C’est réel. »
Maintenant qu’ils avaient la confirmation de Weed, le reste du groupe clamèrent leur joie.

 

Pourtant, il restait des sujets à traiter.
« Je ne veux pas que l’on nous voit planter la graine et grimper vers la cité dans le ciel. »
Weed allait mener son groupe là-bas mais avoir Darius et ses acolytes ou même d’autres personnes de la force punitive ne l’enchante guère. Égoïsme ou si l’on veut on peut l’appeler ego-centré.

 

Pourtant, c’est bien Pale, Surka, Irene et Romuna qui ont suivies Weed dans cette mission non officielle pour obtenir la graine.

 

« Je suis d’accord. S’il y a une ville dans le ciel, des gens le découvriront éventuellement et cela deviendra accessible à tout le monde mais il n’est pas nécessaire que nous fassions cela. »
Dit Pale, s’accordant avec la suggestion de Weed.

 

Ce n’était pas un cas de monopole sur l’information mais plus le privilège qui découle d’obtenir ce savoir. Si tout le monde connaissent l’existence de la ville dans le ciel, leur mérite dans cette découverte diminuera et tous les efforts jusqu’à présent de Weed n’aboutiront pas.

 

Vivre pour une moralité sincère et juste était une chose insensée. Imaginons qu’ils rendent public la ville dans le ciel, qui serait assez naïve pour dévoiler ses propres secrets ou même partager leur propre quête sans reconnaissance.

 

« Je pense aussi qu’il est trop tôt d’en parler. » Dit Irene.
« Allons-y seul. » Dit Surka.

 

Ils trouvèrent un accord sur le sujet.

 

Ainsi le départ pour la ville allait être pour plus tard. Weed devait finir sa quête avec la statue de la déesse et pour ces coéquipiers, la quête de la force punitive était en cours. Ils décidèrent de se rendre à la cité dans le ciel une fois leurs quêtes terminées. Ils étaient à moitié excités et à moitié inquiet d’explorer une nouvelle région. Si il s’avère trop difficile pour eux, ils passeront leur temps à contempler la vue du ciel puis reviendrons sans rien.

 

Une exploration comporte souvent cette possibilité.

 


 

 

Weed avait réfléchi à une bonne excuse à donner pour Darius et sa troupe, qui allaient faire le retour. Il s’inquiétait qu’ils puissent lui poser des questions sur leur absence lors des combats. Pourtant à leur retour au village Baran, la troupe restante était à moins de cent en nombre et ils se disputaient intensément.

 

« Tu es responsable de ça ! »
« Pourquoi suis-je le bouc émissaire ? »

 

« Ton plan pathétique a coûté la vie à Collonya ! »
« C’est à lui de prendre soin de sa vie. »
« Voila maintenant que tu blâme le mort ! »

 

Bien que le village de Baran soit repris et le reste des homme-lézard chassés, la troupe avait souffert de grosse perte. Pour commencer, le groupe composé de parfait inconnus n’avait pas pu exécuter des tactiques organisées, de ce fait, ils perdirent beaucoup de utilisateurs désorientés dans des escarmouches. En conséquence, la relation entre Darius et les rangs de la force punitive est désastreuse.

 

« C’était une bataille, nous avons participé à une sorte de guerre. » Dit Darius.
« Les pertes dans une guerre sont inévitable, n’est-ce pas ? Alors oublie tout ça. »
« Quelques pertes ? Dis-tu que la mort de Collonya était une perte inévitable ? Tu n’en as rien à foutre de tout ça ! Tout ça est dû à ton mauvais commandement ! »
Cria l’utilisatrice en colère d’avoir perdu son ami.

 

« N’est-ce pas toi qui a accepté avec précipitation d’obéir à mon mauvais commandement ? Je suis fatigué de me disputer avec vous de cette façon quand la bataille est déjà gagnée. »
« Nom de … ! »
La dispute entre Darius et le rang devenait pire.

 

Avec de telles pertes, personne ne se souciait que Weed et ses coéquipiers soient partis durant la mission. Weed analysa Darius et ses acolytes. Aucun d’entre eux n’avaient l’air blessés, tous étaient vivant et en forme.

 

[ Je parie qu’ils ont pris la majorité de l’EXP de la force punitive. Ils ont dû mener les utilisateurs dans des pièges puis quand les homme-lézard sont affaiblis, ils les ont terrassé.]

 

Dans une bataille de taille moyenne, la décision du commandant sur la manière de combattre peut avoir de grande conséquence sur l’issu de la bataille.

 

Weed sut plus tard que les homme-lézard, cachés dans la forêt, avaient envoyé certain pour les leurrer. Les homme-lézard combattent le mieux dans la forêt.

 

Dans une forêt, une grande armée se mouvait difficilement et cela favorise les défenseurs plutôt que les assaillants. Darius et ses acolytes avaient engagé le combat avec l’appât des homme-lézard tandis que la force principale reçu l’ordre d’entrer dans la forêt. Pendant qu’ils s’occupaient des appâts, la force dans la forêt a vécu l’enfer.

 

Quand la force dans la forêt était épuisée et que la plupart des homme-lézard étaient blessés, Darius et ses acolytes sont venus pour finir les homme-lézard ! Pour résumé, Darius et ses acolytes avaient récolté la plupart des Renoms et EXPs.
« J’ai fait de mon mieux. J’ai tué la plupart des homme-lézard et avec mes amis, nous vous avons secourus. Montrez nous un peu de respect. » Dit Darius calmement.

 

« Quoi ? Tu penses peut être que nous ne savons pas ce que vous maniganciez ! »
« Comment peut-il dire une chose pareille ? Il est moins intelligent qu’il ne le pense. »
« Darius n’est qu’un commandant fantoche. »
Quand les utilisateurs dans la force punitive ont commencé à dénoncer bruyamment leur commandant, Darius et ses acolytes révélèrent leur vrai nature.

 

« Si vous avez des tripes, au lieu de remuer vos lèvres, venez donc vous battre en duel comme des hommes. » Dit Darius.
« Tu ne serais même pas là si je ne vous avais pas choisi pour la force punitive, femme. »

 

Weed jeta un regard cynique sur Darius et les autres utilisateurs dans la force punitive.

 

Vous êtes tous des crétins.

 

Darius était devenu impopulaire parmi les utilisateurs en générale en échange d’une poignée de Renom et de points service public. Il a raté le gros poisson pour ne prendre que le petit devant lui.

 

On doit ramasser les petits sans faire de bruit et attraper les grands avec éclat. Puis tu regardes si il reste des choses à prendre. Ça c’est la bonne façon.

 

Pourtant la naïveté collective des autres utilisateurs ne peut pas, elle aussi être pardonnée. Qu’avaient-ils vu en Darius pour l’obéir sans discuter ? S’ils avaient pris un instant pour douter, ils auraient évité d’être mener en bateau par Darius.

 

C’était leur propre faute, d’avoir trop fait confiance à un étranger. S’ils avaient été plus prudent, leurs amis seraient encore en vie.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *