The Mesmerizing Ghost Doctor – Chapitre 10

En arrachant les dernières feuilles du bouquet d’herbes qu’elle tenait à la main, elle jeta les tiges sur le côté. En arrachant avec soin la Baie de la « Racine de L’Arbre de la terre » au pied de l’arbre, elle s’accroupit sur le sol, concentrée sur sa tâche, et elle ne remarqua pas qu’un serpent noir et blanc venimeux se glissait à travers l’herbe vers elle.

Comme le serpent s’approchait d’elle, son long corps poussa sa tête vers le haut et il sortit sa langue fourchue, sifflant doucement. À ce moment, il s’élança, sa mâchoire s’élargit pour mordre le mollet de Feng Jiu.

Un changement soudain survint sur le visage de Feng Jiu et un frisson meurtrier envahit tout son être, ses yeux ayant soudain une lueur froide et coupante. Son corps pivota rapidement à la vitesse de l’éclair alors que sa main agrippait la tête du serpent, l’autre main serrant un point vital du serpent. Ses doigts se serrèrent et d’un claquement, les doigts se trouvant sur le point vital s’enfoncèrent profondément dans le corps du serpent.

« Sssss ! » Le serpent poussa un grand sifflement et son corps eut un spasme avant qu’il ne tombe, paralysé.

 » »Oh ? Un serpent à sonnette argenté ? » L’aura glaciale de l’instant d’avant semblait avoir été juste une hallucination. Elle revint immédiatement à son apparence de paresse languissante en regardant le serpent et en riant: « je n’ai pas vu de sanglier et pas même un petit lapin. Je vais faire avec, je te ferai rôtir pour remplir mon estomac vide. » Mais, alors qu’elle terminait sa déclaration, le sourire sur son visage se figea.

Elle venait de prendre conscience d’un gros problème …Pas de feu.

Sous ces arbres très humides, il ne serait pas facile de déclencher un feu par frottement. Elle n’avait pas d’allumettes avec elle et pas même une pierre à feu ou un charbon ardent. Elle ne pourrait pas avoir de serpent rôti après tout!

« Oublie ça ! Oublie ça ! Il suffit de tenir encore un peu de temps !!! Je devrais au moins trouver un endroit plus sec avant de penser à un moyen de faire du feu. » marmonna-t-elle d’une voix basse dans le regret, tandis qu’elle tenait la carcasse du serpent dans sa main pensant que ce serait un tel gâchis de le jeter. Elle procéda donc au nettoyage et à la préparation de la viande.

Elle coupa d’abord la tête, puis l’écorcha, avant d’enlever la vésicule. Elle accrocha ensuite le morceau de viande à présent non identifiable sur une branche d’arbre et essuya sa main trempée de sang sur l’herbe. Elle cueillit des plantes odorantes et frotta vigoureusement ses mains avec celles-ci pour en enlever la puanteur avant de poursuivre ses recherches.

Ainsi, ce jour-là, dans les bois, un petit mendiant sale, vêtu de vêtements en haillons put être vu, marchant seul dans cette Forêt aux Neuf Pièges remplie de danger, une branche d’arbre au-dessus de son épaule, et un serpent écorché pendant à celle-ci alors qu’il sautillait le long du chemin.

Tout au long de la journée, elle traversa seule la Forêt, à la recherche d’herbes pour éliminer le poison de son corps. Elle avait marché sans le savoir depuis les bords extérieurs de la forêt pour arriver dans les profondeurs de celle-ci, et elle fut finalement en mesure de localiser toutes les herbes dont elle avait besoin avant le crépuscule.

Profitant de la lumière restante qui lui permettait encore de voir, elle trouva une branche sèche et utilisa la manière la plus primitive pour allumer un feu. Mais comme l’environnement était humide , elle passa presque deux heures sans relâche avant de réussir à allumer le feu. Ses mains étaient pleines d’ampoules à cause de ses efforts, mais quand elle enfonça ses dents dans la viande de serpent rôtie, tout ce qu’elle avait fait lui sembla soudain en valoir la peine.

Ayant trouvé toutes les herbes dont elle avait besoin pour l’antidote, et son estomac rempli, elle se mit à mélanger les herbes qu’elle avait trouvé dans l’après-midi et les appliqua sur son corps. Puis elle éteignit le feu et grimpa à un arbre, trouvant un endroit confortable pour passer une bonne nuit de repos.

Être dans un endroit comme celui-ci, et toute seule, elle ne pouvait pas se permettre de garder le feu allumé. Sinon, quand la nuit tomberait, elle aurait pu facilement devenir la cible de bêtes sauvages, et elle n’était pas vraiment débordante d’énergie en ce moment pour pouvoir les affronter. Ainsi, même si les branches hautes dans les arbres étaient froides et qu’elle n’avait pas de feu pour la réchauffer, elle choisit la sécurité plutôt que le confort sans réfléchir.

Comme prévu, alors que l’obscurité tombait, les hurlements de loups, qui résonnaient dans les bois, atteignirent ses oreilles, se réverbérant avec des frissons dans l’obscurité, instillant la peur dans le cœur des hommes.

Quant à Feng Jiu, ses yeux étaient fermés car elle était tombée dans un profond sommeil, traitant apparemment les longs hurlements dans les bois comme une berceuse nocturne.

Naturellement, elle ne remarqua pas non plus que plus haut sur un arbre pas trop loin, une silhouette sombre avait observé chacune de ses actions dans ce bois très dangereux…..

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *