The Mesmerizing Ghost Doctor – Chapitre 11

Un bref flash d’étonnement passa dans les yeux noirs pénétrants de Ling Mo Han pendant un moment fugace, surpris de voir le petit mendiant une fois de plus à un endroit comme celui-ci. Il avait cru qu’il se serait enfui au premier signe de danger qu’il rencontrerait dans la Forêt des Neuf Pièges, et il ne s’était pas du tout attendu à ce qu’il fasse tout ce chemin jusqu’aux profondeurs des bois.

Il avait repéré le petit mendiant dans l’après-midi. Il était penché au-dessus du sol à essayer de déterrer une racine. Les herbes qu’il avait jugées sans valeur avaient été cueillies par le petit mendiant une par une et le jeune avait l’air extrêmement insouciant et à l’aise, ayant l’air complètement inconscient de tous les dangers qui l’entouraient.

En se basant sur sa personnalité froide et indifférente, il n’aurait pas fait attention au petit mendiant. Mais d’une manière ou d’une autre, sans raison valable, il ne partit pas. Au lieu de cela, il l’observa secrètement de loin, l’observant attentivement alors qu’il ramassait un morceau de bois mort et y creusait un petit trou. Il se trouva alors une petite branche morte et il s’assit en plaçant la pointe de la branche dans le petit trou du plus grand morceau de bois et le regarda tourner la branche furieusement, la tenant entre ses paumes, comme s’il essayait de percer un trou dans le bois. Il ne savait pas ce que faisait le petit mendiant et ce n’est qu’après l’avoir observé pendant environ deux heures qu’il vit un mince nuage de fumée s’échapper du morceau de bois et qu’il fut profondément choqué.

Avec seulement deux morceaux de bois, il avait pu allumer un feu ?! Il n’avait jamais vu quelqu’un utiliser une telle méthode avant. Il savait que pour allumer un feu, les gens utilisaient généralement soit un bâton de charbon ardent, soit des pierres en silex. Dans le pire des cas, il avait entendu que les gens frappaient même deux armes ensemble pour provoquer des étincelles, mais faire du feu avec la méthode du petit mendiant, c’était une première dans sa vie entière.

Mais cela lui fit comprendre que le petit mendiant n’était pas ignorant des dangers environnants. Le jeune homme avait eu la présence d’esprit d’éteindre le feu après avoir rôti et mangé le serpent habilement écorché, avant de grimper rapidement à un grand arbre pour trouver un endroit où se reposer pour la nuit. Le jeune mendiant était vraiment insouciant de son entourage, car il pouvait entendre le gamin ronfler bruyamment d’où il se tenait.

Si Ling Mo Han avait su ce à quoi Feng Jiu pensait à ce moment-là, il n’aurait pas eu les mêmes pensées.

Initialement, Feng Jiu n’avait pas remarqué que quelqu’un la regardait car elle n’avait pas senti d’intention malveillante dans l’air qui l’entourait. Mais, alors qu’elle était dans l’arbre et qu’elle venait de fermer les yeux pour dormir, elle sentit soudain qu’une paire d’yeux étaient fixés sur elle, la sondant et l’évaluant. Et à cause de ça, elle fit semblant d’être profondément endormie.

En réalité, elle se demandait quand ses yeux avaient commencé à la regarder et comment elle avait pu ne pas remarquer qu’elle était surveillée.

Mais comme l’autre partie n’avait pas choisi de se montrer, et ne l’avait pas fait se sentir menacée, elle décida de ne pas exposer la personne cachée dans l’obscurité, mais choisit juste de relever silencieusement sa garde. Après tout, les gens de ce monde cultivaient l’immortalité et elle ne pouvait pas se permettre de les voir comme des humains moyens, ou elle se mettrait elle-même en grand désavantage dès le début.

À l’aube du lendemain matin, Feng Jiu se réveilla sous le chant des oiseaux. Elle tendit une main a moitié endormie avant de pousser un bâillement puissant en étirant son dos dans un arc gracieux. Mais cette extension lui fit perdre l’équilibre et elle tomba de l’arbre.

« ARGGH ! »

« BAM »

Elle hurla et tomba à terre lourdement, étalée dans les hautes herbes sur le sol.

« Aïe! Ça fait mal trop mal ! » Elle se leva,se frotta les hanches et se tordit le corps avant de pousser un soupir de soulagement : «  Heureusement, rien n’est cassé. »

À une certaine distance, un mur dense de feuilles recouvrait à moitié la silhouette de Ling Mo Han tandis que ses yeux pénétrants jetaient un bref coup d’oeil à la silhouette, loin de sa position, avant de rapidement détourner le regard.

Dès le moment où le petit mendiant s’était réveillé, ses yeux s’étaient ouverts. Il avait vu le petit mendiant à moitié endormi pendant qu’il s’étirait en haut dans l’arbre et tombant tout d’un coup. Il savait que le sol sous l’arbre était rempli de mauvaises herbes qui poussaient en un sol mou et qu’une chute comme celle-ci ne causerait pas beaucoup de problèmes. Il avait donc jeté un coup d’œil peu compatissant et n’avait pas pris la peine d’aller l’aider.

Il vit le petit mendiant se frotter les hanches, puis trouva deux grosses pierres avant de s’asseoir pour retirer les herbes qu’il avait déjà ramassées de ses vêtements. Il les écrasa ensuite et les fourra dans sa bouche. Ling Mo Han ne put pas s’empêcher de froncer les sourcils alors qu’il regardait le petit mendiant et se dit : « Ce petit mendiant venait de manger du serpent rôti la nuit dernière, était-il si rapidement affamé qu’il avait besoin de manger des herbes pour apaiser sa faim ? »

« Même si c’est le cas, on ne peut pas manger des herbes de cette manière n’est-ce pas ? Ne sait-il pas que manger des herbes aveuglément comme ça pourrait lui causer de gros problèmes ? » Il pensait juste à cela quand il vit le petit mendiant s’étrangler soudainement et vomir une gorgée sombre de sang avant de s’effondrer sur le sol…..

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *