The Mesmerizing Ghost Doctor – Chapitre 14

Ils marchaient l’un derrière l’autre. À cause de l’avertissement de Ling Mo Han, bien qu’elle le suive toujours, elle maintint une distance de trois pas derrière lui. Et elle savait aussi que le vieil homme n’était pas habitué à être à proximité des femmes sinon il ne serait pas tombé dans un tel état de faiblesse après le baiser accidentel.

Bien qu’elle ne se sentit pas non plus à l’aise à ce sujet, mais après tout l’autre partie était un homme qui était déjà vieux, donc il était préférable de ne pas aborder le sujet sinon l’atmosphère serait encore plus gênante.

Cependant quelque chose améliora son humeur. Plus ils s’enfonçaient dans les confins de la forêt, en le suivant, elle réussit à cueillir quelques herbes magiques en cours de route. Ces herbes ont été infusées avec des auras spirituelles, et bien qu’elles soient des herbes magiques de la variété la plus commune, cela suffit à améliorer progressivement son humeur.

Hein ? Ce sont des fleurs de Trèfle Rouge ? Ce sont les meilleures pour traiter les plaies externes!

Elle repéra un bouquet de ces herbes magiques sauvages se développant parmi les mauvaises herbes, et courut de joie pour les cueillir soigneusement. La Fleur de trèfle rouge était après tout une herbe qui valait une belle somme et on ne pouvait les trouver qu’ici dans les profondeurs intérieures, on n’en n’avait jamais vu ailleurs.

Ces herbes étaient en fait les mêmes que les herbes les plus précieuses qu’elle avait connues au XXIe siècle. Hormi le nom ou la représentation des herbes, c’étaient exactement les mêmes. La seule différence était que les gens dans ce monde cultivaient des pouvoirs mystiques et des auras spirituelles, et que leurs herbes étaient principalement magiques, infusées d’auras spirituelles, renforçant et amplifiant leurs effets.

Woush !

À ce moment-là, un son glacial et tourbillonnant arriva droit vers elle. Feng Jiu qui ramassait soigneusement les herbes magiques ne regarda même pas vers le haut alors qu’elle esquiva sur le côté rapidement. À ce moment-là, la fleur de trèfle rouge avait déjà été cueillie et elle la tenait dans ses mains.

En entendant le bruit alors qu’il était devant, Ling Mo Han tourna immédiatement la tête en arrière. Les mains pendantes à ses côtés s’étaient levées lorsque la flèche pointue avait volé vers la petite mendiante. Mais quand il vit qu’elle avait esquivé prestement, il redescendit discrètement ses mains et tourna les yeux vers les gens venant de l’autre côté.

Feng Jiu regardait fixement l’endroit où elle venait de s’accroupir et où se trouvait maintenant une flèche pointue dans le sol. Si elle n’avait pas été assez rapide pour sauter loin, la flèche aurait traversé son corps.

Après avoir quasiment frôler la mort, ses lèvres se fendirent d’un sourire menaçant, mais ses yeux ne montrèrent pas la moindre lueur de joie quand ils regardèrent les gens qui approchaient.

C’était un groupe composée d’une vingtaine de personnes. Le chef parmi eux était un homme d’âge moyen ayant l’air calme et sensé. À côté de lui, se trouvait un jeune homme d’environ vingt ans et une jeune fille d’environ quinze ou seize ans. Derrière eux, les hommes étaient tous vêtus uniformément des mêmes tenues, ressemblant aux membres d’un clan, et tout le groupe semblait être ici en mission d’entraînement.

Observant le groupe sans bouger, Feng Jiu regardait la jeune fille. Elle vit qu’elle était vêtue d’une robe voilée de rose, que sa poitrine voluptueuse était à moitié exposée, qu’elle avait l’air très séduisante, que sa taille élancée était étroitement ceinturée et qu’elle avait un arc mystique à la main et un carquois remplis de flèches sur le dos. C’était évident, la flèche qui avait volé droit sur elle tout à l’heure avait été tirée par la fille.

« Donne-moi la fleur de trèfle rouge ! »

Le regard de la jeune fille était rempli d’arrogance alors qu’elle regardait la sale Feng Jiu, et elle se moqua : « Un simple mendiant qui n’est pas accroupi aux coins des rues pour mendier qui vient ici pour chercher la mort, tu dois être fatigué de vivre ! »

Feng Jiu ne cacha pas son regard scrutateur tandis que ses yeux regardaient la fille de la tête aux pieds et elle copia le ton sarcastique de celle-ci et dit : « Pourquoi n’es-tu pas restée dans le bordel d’où tu viens ? Au lieu de ça tu as fait tout chemin jusqu’ici pour exposer ta chair de cette manière, qui essayes-tu de séduire ? »

Une fois que les mots de Feng Jiu sortirent de sa bouche, Ling Mo Han qui se tenait devant sentit le coin de sa bouche tressauter et intérieurement, en secouant sa tête il pensa : « Comment peut-elle être une fille ? Elle n’est évidemment qu’un ruffian grossier. »

Quand les hommes du côté de la fille entendirent cela, leurs traits se durcirent, et leurs regards meurtriers lancèrent des poignards sur Feng Jiu. Seules les expressions de leur chef et du jeune homme ne changèrent pas, sauf que leurs yeux regardaient Feng Jiu comme s’ils regardaient un cadavre…

« Tu veux mourir ?! »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *