The Mesmerizing Ghost Doctor – Chapitre 2

Elle fut remplie d’un sentiment de satisfaction alors qu’elle baissa les yeux sur Feng Qing Ge, qui avait l’air tourmenté et misérable sur le sol. Cependant, elle ne s’arrêta pas là et continua : « En fait, je devrais te tuer ici pour éviter tout cauchemar futur, et effacer complètement toutes les traces de ton corps afin que personne ne te trouve. Mais, ha ha ha… »

Feng Qing Ge eut l’air visiblement secouée d’entendre la méchanceté dans ce rire et le rire diabolique retentit une fois de plus.

« Sais-tu pourquoi je leur ai demandé de détruire seulement ta beauté dévastatrice et de ne pas nuire à la peau blanche neigeuse du reste de ton corps ? » Elle se pencha légèrement et regarda le visage de Feng Qing Ge et poursuivit : « C’est parce que je vais te vendre à un endroit des plus dégradant, le type d’endroit qui offre du plaisir aux hommes. Je crois que même si tu as été si monstrueusement défigurée, ta peau neigeuse et ta chair lisse seront assez populaires auprès d’eux. Qu’en penses-tu ? »

« Tu n’as pas besoin de me regarder comme ça. Ton beau visage a déjà été ruiné. Même si tu dis aux gens que tu es la fille aînée de la Résidence de La Défense nationale, personne n’en croira un mot et on te traitera de folle. T’échapper ? Ton pouvoir en tant que simple guerrière de second niveau ne serait pas à la hauteur de qui que ce soit. » Tout en parlant, elle enfonça une pilule dans la bouche de Feng Qing Ge et se leva en riant. « Sept jours. Si tu réussis à survivre sept jours pendant ton calvaire, le poison que je viens de te donner te tuera. »

Feng Qing serra les dents de colère et cria : « Su Ruo Yun ! Même si c’est en tant que fantôme, je ne te laisserai jamais t’en sortir ! »

« Ha, tu ne peux même pas te charger de moi en tant qu’humain maintenant, tu seras encore plus impuissante en tant que fantôme ! » Elle trembla de rire et ordonna aux hommes : « Emmenez-la, assurez-vous qu’elle soit vendue plusieurs fois et ne laissez pas de traces. Il vaudra mieux faire taire le destinataire. »

« Oui ! » Les deux hommes acquiescèrent respectueusement et assommèrent immédiatement Feng Qing Ge. Ils la soulevèrent sur leurs épaules et en quelques bonds, ils disparurent rapidement dans les arbres.

Derrière Su Ruo Yun pendant tout ce temps, s’était tenu un homme d’âge moyen vêtu de noir complet qui fit alors un pas en avant. « Jeune Miss, il se fait tard. Voulez-vous rentrer à la résidence maintenant ? »

« Oui, je devrais rentrer. » Elle fit un sourire doux, regarda dans le ciel et dit murmura : « À partir de ce moment, je suis Feng Qing Ge, et Feng Qing Ge est moi. »

—–

Deux jours plus tard.

Nuit.

Ville de Da Lang

Maison du Ciel Parfumé

Détectant un fort parfum, Feng Qing Ge, inconsciente, ouvrit les yeux. Elle était encore groggy quand elle entendit le bruit étrange d’un claquement de langue et sentit ses bras caressés par une autre paire de mains. Elle cria de peur et se recroquevilla sur le lit.

« Héhé…déjà réveillée ? C’est très bien. Votre maître ici présent n’aime pas faire quoi que ce soit avec un poisson mort. Les poissons vifs et pleins d’esprit ont meilleurs goûts. » Un homme vulgaire qui avait l’air d’avoir la trentaine la regardait d’un air obscène à travers ses yeux luisants tandis que Feng Qing Ge tombait par terre et se recroquevillait dans un coin. Les yeux de l’homme furent remplis d’excitation quand il dit : « Je ne m’attendais pas à ce qu’ils me donnent quelque chose d’aussi extraordinaire ce soir. Bien que son visage ait été défiguré, cette chair est incroyablement lisse et cette peau si claire, comparable à celle des jeunes filles de familles distinguées ! »

Feng Qing Ge se recula encore plus, ses yeux remplis de panique : « Vous! Éloignez-vous de moi ! Partez ! » Elle se leva soudainement et courut vers la porte, mais elle fut rattrapé dans une forte étreinte par l’homme après à peine deux pas.

« Tu essaies de fuir ? Une fois dans cette pièce, tu crois pouvoir t’enfuir? Viens ! Laisse ton maître regarder ta peau blanche. » L’homme dit joyeusement dans l’excitation. Sa main se leva, arrachant la manche fine et légère de ses vêtements et un bras entier de peau parfaitement impeccable se refléta dans les yeux de l’homme, et ses yeux commencèrent à briller d’une excitation brûlante.

« Ahh ! » Feng Qing Ge cria, alors qu’elle sentait la chair de poule parcourir son corps en réaction au dégoût qu’elle ressentait d’être embrassée par l’homme écoeurant. Dans sa lutte pour repousser l’homme, ses mains frôlèrent un poignard à sa hanche et sans même y penser, elle le sortit rapidement et le poussa droit vers le cœur de l’homme.

« Merde ! Salope !» Le désir de l’homme lui étant monté à la tête, pendant un moment, il fut lent à esquiver et il reçu le coup à la poitrine. La douleur le fit sortir de sa torpeur et il jeta Feng Qing Ge loin de lui.

« AHH! »

BAM !

Feng Qing Ge se cogna la tête sur le coin du lit et du sang rouge vif se mit à couler. Elle essaya de se tenir debout mais son corps se balança lourdement et elle tomba à nouveau sur le sol, inconsciente…

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *